Orlando, plus Chicago que Toronto

Impact Montréal - Orlando City SC 1-4 – Match de championnat (phase classique) joué le 07/09/2016

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Toia, Camara, Ciman, Dia, Bernardello, Mallace (46e Bernier), Oduro (67e Mancosu), Bekker (51e Kronberg), Piatti, Drogba

ORLANDO : Bendik, Alston, Aja, Mateos (80e Hines), Boden, Nocerino, Carrasco, Kaka (65e Rocha), Perez Garcia, Shea (61e Baptista), Rivas

ARBITRE : M. Petrescu

AVERTISSEMENTS : Shea, Bernier, Carrasco, Bernardello, Hines

EXCLUSION : 51e Bush

LES BUTS : 1re Drogba (1-0), 3e Shea (1-1), 36e Kaka (1-2), 54e Kaka (pen., 1-3), 77e Rivas (1-4)


Il a fallu une minute à Montréal pour ouvrir le score et laisser croire tant aux joueurs qu’au public que ce match contre Orlando était à sa portée. Durant les 89 autres, l’Impact a été exécrable, son entrejeu aussi faible à la récupération qu’en manque de créativité, sa défense souvent distraite. Verdict final : une défaite 1-4 avec en prime l’exclusion de Bush et un penalty raté.

« Ne pas avoir peur d’attaquer », tenter d’isoler un joueur face au gardien adverse et provoquer des phases arrêtées : voilà le message que Mauro Biello aurait dû passer à ses joueurs pour leur donner les clefs afin de prendre la mesure d’Orlando. Et dès la première minute, on s’est dit que c’était bien parti : à peine le ballon en jeu, Montréal a foncé vers l’avant. Accélérant sur son côté gauche, Piatti aurait pu filer vers Bendik si une faute n’avait pas été commise sur lui. Une faute qui a donné un coup franc intéressant, que Drogba a bien brossé et que le portier a très mal jugé, même si le ballon était très flottant, et a pu aller chercher au fond de ses filets (1-0).

Si on devait raconter ce que Montréal a fait de bien ce soir, on pourrait quasiment s’arrêter là. À peine trois minutes après l’ouverture du score, Kaka, côté droit, glissait le ballon devant lui en direction de Perez Garcia dont le centre n’a pas pu être repris par Rivas. Mais Shea, seul au deuxième poteau, n’a eu aucun mal à égaliser (1-1). Tout était à refaire.

Pas grave, se disait-on alors, l’esprit d’entreprise du coup d’envoi va revenir, et Montréal le conquérant va reprendre le dessus. Sauf que de Montréal le conquérant, il ne fut plus jamais question. On avait sous les yeux un Impact incroyablement passif qui regardait son adversaire contrôler le ballon, une situation qu’Orlando affectionne particulièrement.

Dans un premier temps, ce fut sans conséquences néfastes. Tout juste assista-t-on à un coup franc sur la ligne du rectangle, côté droit environ à hauteur du point de penalty, sur lequel Perez Garcia tenta sa chance directement d’une frappe puissante repoussée par l’obstacle constitué par la tête de Drogba.

Reste qu’on arrivait à la demi-heure de jeu et que l’Impact ne montrait plus rien, était incapable de créer le danger. Orlando avait trop souvent le ballon. L’entrejeu montréalais éprouvait toutes les peines du monde à le récupérer. Et quand cela se produisait, l’équipe faisait preuve de bien trop de précipitation face à un adversaire qui se repliait efficacement. Une erreur quand on connaît Orlando : l’équipe est attirée vers l’avant, et c’est quand elle n’a pas le ballon depuis un moment qu’elle s’impatiente, monte et laisse des espaces dans son dos. On ne compte plus le nombre de fois que leur gardien a vu un joueur partir seul face à lui cette saison…

Orlando, lui, aime avoir le ballon, construire, aller dans les 15 derniers mètres adverses, de préférence en contournant la défense. Un adversaire attiré par le but, qui se précipite rarement quand il récupère le ballon. Ça fait penser à Philadelphie, on se souvient comment ça avait fini. Si gagner 5-1 était tout sauf obligatoire, ce duel devait confirmer les bonnes dispositions montrées ce jour-là. Boucher l’axe à Toronto est une chose, construire chez soi en est une autre : remporter deux victoires consécutives, l’une grâce à sa défense, l’autre grâce à son jeu collectif offensif aurait incité à l’optimisme pour la suite de la saison.

Sauf que là, c’est Orlando qui contrôlait tant le ballon que les débats. Et commençait à se créer des occasions. Au deuxième poteau, Mateos reprenait un coup franc très aérien de la tête, mais l’angle était très fermé et Bush à la bonne place. Quelques instants plus tard, Shea, filant dans un espace côté gauche, a donné le ballon à Rivas dont le tir était maladroitement relâché par Bush. Heureusement, la reprise de Shea qui a suivi a été contrée.

Bendik regardait le tout de plus en plus loin. Loin comme l’endroit d’où Toia a tenté un tir qui a fini droit dans les bras du gardien floridien. La bataille de l’entrejeu était perdue, il fallait qu’un défenseur latéral tente sa chance à distance pour créer un semblant de menace.

Si le milieu de terrain était aux abonnés absents, tant en termes de récupération du ballon que de créativité, la défense a aussi été incroyablement distraite par moments. Et cela s’est payé cash quand une perte de balle de Ciman a profité à Perez Garcia : le ballon a transité par Rivas avant d’arriver au deuxième poteau à Kaka qui a donné l’avance à Orlando. Le pire n’est pas que personne n’est revenu dans les temps (ce qui aggravait pourtant déjà sérieusement la situation), mais bien que les mauves marquaient pour la première fois cette saison dans les instants suivant une récupération de balle. Les avoir laissé faire ça est une illustration supplémentaire du piètre match de l’Impact ce mercredi soir.

L’Impact était mauvais mais, dans les faits, il n’avait qu’un but de retard et a déjà montré qu’il pouvait se relever. Peu avant la pause, un long ballon vers la droite du petit rectangle a été remisé en direction du deuxième poteau par Oduro qui s’était jeté pour réussir son geste. Il a du même coup offert une passe en or à Drogba dont le tir à bout portant a été superbement sauvé par Bendik, qui rachetait son mauvais geste sur le but d’ouverture.

Un coup franc lointain de Drogba, dans les nuages certes, laissait espérer que Montréal trouve le bon chemin au retour des vestiaires. Il ne fallut que cinq minutes pour se rendre compte que le chemin était celui de l’égarement. Égarement comme celui de la défense qui a permis à Rivas de foncer seul vers Bush. D’une sortie aussi tardive que décidée, il s’est précipité sur son adversaire, en jouant visiblement le ballon mais en prenant le joueur. À première vue, c’était fautif sans être méchant. Penalty… et carton rouge selon M. Petrescu.

Le règlement dit que si le joueur annihile une occasion de but manifeste, il doit être exclu. En toute honnêteté, pour se prononcer, il faut interpréter la sortie de Bush et son influence sur la trajectoire de Rivas. Reste que si l’arbitre avait sorti un carton jaune, il n’y aurait certainement pas eu de raison de crier au scandale. C’était sévère. Sauf qu’à partir du moment où il sifflait une faute dans de telles circonstances, on pouvait se douter que les chances d’exclusion étaient grandes… Restait à convertir le penalty, ce que Kaka a réussi (1-3).

Avec ces deux buts d’avance, les visiteurs ont levé le pied. Le score et l’infériorité numérique ont encore plus découragé l’Impact. Mancosu est venu réveiller tout le monde après sa montée au jeu. D’abord d’un bel effort personnel, entamé côté droit et achevé dans le rectangle où il a été accroché par Mateos. Un penalty évident… que Bendik a arrêté en plongeant du côté où avait tiré Drogba. L’attaquant italien s’est ensuite illustré en se positionnant au premier poteau pour reprendre un corner d’une tête qui n’a pas suffisamment redressé la course du ballon qui n’est vraiment pas passé loin à côté du but.

Sentant la menace se rapprocher, Orlando a eu l’accélération nécessaire pour définitivement sceller les chances minimes de l’Impact. Baptista a envoyé un long ballon en direction de Rivas, qui s’est présenté seul face à Kronberg et a envoyé un tir du gauche que le gardien a touché mais n’a pas pu empêcher de finir au fond de ses filets (1-4).

Montréal a jeté ses dernières forces dans la bagarre, essayant de rendre cet écart moins humiliant. Après un bel effort sur la gauche, Piatti a vu son tir d’un angle fermé être dévié en corner. Il y eut de l’animation lors d’un coup franc indirect dans le petit rectangle suite à un ballon en retrait que Bendik a pris en mains (une situation litigieuse sur laquelle Bernardello a eu la bonne réaction, de réclamer, ce que trop peu de joueurs font, notamment en MLS). Le tir a cependant été repoussé par le mur sur la ligne, malgré les efforts de Bernier à l’affût.

Il y eut même encore trois occasions dans les arrêts de jeu. Mancosu, lancé dans l’espace sur la gauche, s’est présenté seul face à Bendik mais a trop croisé son tir. Ensuite, un centre de Drogba côté gauche dévié par une tête adverse est arrivé au deuxième poteau où était monté Camara dont la reprise a été repoussée par le cadre du but. Enfin, un centre de Bernier, côté droit cette fois, est arrivé au deuxième poteau où Alston, pourtant seul, a raté son dégagement et tiré en force sur son propre poteau.

Cette défaite 1-4 a de nombreuses raisons de susciter l’inquiétude. Il s’agit de la deuxième humiliation en trois rencontres à domicile pour l’Impact, après le 0-3 contre Chicago. La défense a fait preuve de fébrilité. Et face à un adversaire qu’il fallait priver de ballon, l’entrejeu a été aussi défaillant à la récupération qu’en termes de créativité. Difficile, avec de telles carences, d’avoir de grandes ambitions. On ne jouera pas chaque semaine contre un adversaire qui se laisse prendre en contre. Bonne nouvelle, Philadelphie en est un, et c’est là que Montréal se déplace dès samedi pour réparer ce couac monumental. Avec trois points sur six, la semaine serait quand même réussie. Reste que davantage que les résultats, la manière est de plus en plus inquiétante.

Calendrier

Prochain match

Montréal - New England
Dimanche 22 octobre, 16h00

Dernier match

Toronto - Montréal1-0
Dimanche 15 octobre, 17h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3368
  2. New York City3356
  3. Chicago3355
  4. Atlanta3354
  5. Columbus3353
  6. Vancouver3352
  7. Portland3350
  8. Seattle3350
  9. Kansas City3349
10. New York3347
11. Houston3347
12. San José3343
13. Dallas3343
14. New England3342
15. Salt Lake3342
16. MONTRÉAL3339
17. Philadelphie3339
18. Orlando3339
19. Minnesota3336
20. Colorado3333
21. DC United3332
22. LA Galaxy3332
► Classements complets

En direct du forum

2h14 - MLS - saison 2017 par Gabegeh

18h36 - Montréal - New England : dimanche 22 octobre, 16h00 par PC_Pal68

18h19 - Patrice Bernier, la fin par PC_Pal68

20/10 - MLS - Vos pronostics pour 2017 par PC_Pal68

20/10 - Lettre de Patrice Bernier par loupdogg

19/10 - Contexte sportif actuel à Mtl par Pouchkine

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Duvall
 Bernier
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 36 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Le premier match de l’histoire de l’Impact au stade Saputo fut...

  • un match nul 0-0 contre Vancouver
  • une victoire 2-0 contre Charleston
  • une défaite 0-1 contre Portland
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com