Dans le carré d'as !

New York Red Bulls - Impact Montréal 1-2 – Match de championnat (phase finale) joué le 06/11/2016

 Red Bull New York
NEW YORK : Robles, Duvall, Perrinelle, Collin, Zizzo, McCarty, Felipe (59e Grella), Kljestan, Muyl (53e Royer), Veron, B. Wright-Phillips

MONTRÉAL : Bush, Camara, Cabrera, Ciman, Oyongo, Donadel, Bernardello (88e Venegas), Bernier (65e Mallace), Oduro, Piatti, Mancosu (80e Drogba)

ARBITRE : M. Toledo

AVERTISSEMENTS : Felipe, Bush, Ciman, McCarty, Kljestan, Venegas

LES BUTS : 51e Piatti (0-1), 78e B. Wright-Phillips (1-1), 85e Piatti (1-2)


Un crochet et un coup de canon de Piatti, un penalty raté de Kljestan qui a aussi craché du sang alors que New York a joué à dix pendant douze minutes, une résistance héroïque de l’Impact, une égalisation qui a fait peur avant la libération à nouveau signée Piatti, le rôle clef d’Oduro dans deux buts similaires : Montréal a remporté une victoire de pirates 1-2 à New York et s’est qualifié pour la finale de Conférence dans un style qui illustre son meilleur jeu de toujours : défendre et contrer.

On ne change pas une équipe qui gagne. Sans surprise, Mauro Biello alignait donc le onze qui donne satisfaction depuis plusieurs semaines. Du côté de New York, il y avait deux changements : l’un volontaire, le remplacement de Grella par Veron, l’autre non, Lawrence, blessé, devant céder sa place à Zizzo.

Le scénario du début de match était prévisible et fut conforme aux attentes. Dès le coup d’envoi, New York s’est emparé du ballon et imposait son pressing habituel dès qu’il le perdait. Il le faisait aussi circuler plus rapidement que lors du match aller. Néanmoins, la défense montréalaise était bien en place et la domination locale était pour le moins stérile.

Avant le match, McCarty avait parlé de l’importance d’être patient pour son équipe. Un discours qui se reflétait dans la manière de jouer. On sentait que la volonté des joueurs locaux était de conserver le ballon pour arriver à se mettre en position idéale plutôt que de chercher l’occasion coûte que coûte. Dans le camp d’en face, l’objectif était de fermer le chemin vers le but. Verdict : domination New York, mais avantage Montréal.

Un avantage qui a bien failli disparaître après 20 minutes. Au cœur du rectangle, Cabrera a pris un risque démesuré en tentant de dribbler Veron, qui lui a subtilisé le ballon. Dès qu’il a vu que ça tournerait mal, Bush est sorti à toute vitesse mais n’a rien pu faire d’autre que faucher son adversaire, qui s’écartait pourtant du but. Le penalty était indiscutable, mais le gardien s’est parfaitement rattrapé en déviant la frappe de Kljestan.

Il s’est encore illustré cinq minutes plus tard pour devancer Muyl sur un centre de McCarty prolongé par Wright-Phillips. Ce furent les principaux faits saillants des 40 premières minutes. Il faut dire que pendant 12 d’entre elles (!), New York a joué à dix, privé de nul autre que Kljestan qui crachait du sang après avoir une collision avec Donadel. Cela n’empêchait pas l’équipe locale de dominer, mais c’était évidemment plus difficile avec un homme en moins, qui plus est son maître à jouer.

Lors de ses rares incursions dans le camp adverse, l’Impact n’a quasiment jamais su aller au bout de ses actions. Seule exception, un mouvement sur la gauche lancé et conclu par Oyongo qui, après un une-deux avec Piatti, est arrivé dans le rectangle d’où il a envoyé un tir dans le filet latéral.

Juste avant le repos, New York fut à nouveau (enfin, diront leurs supporters) dangereux à deux reprises. D’abord quand Kljestan, sur la gauche du rectangle, a pu avancer et avancer encore jusqu’à se retrouver en position de tir, mais n’a pas assez enroulé sa frappe pour la cadrer. Ensuite quand un corner travaillé à l’entraînement est allé au deuxième poteau à Zizzo, oublié, qui a préféré tenté sa chance directement pour trouver Bush attentif au premier poteau alors que certains de ses coéquipiers étaient à l’affût.

Avec 45 minutes pour remonter son but de retard, New York allait peut-être se ruer à l’attaque dès la reprise. D’autant que c’est dans ses habitudes. Alors, patience ou pas patience ? La réponse est vite tombée… de l’autre côté du terrain. À l’entrée du rectangle, Oduro a fait un bon travail pour fixer ses adversaires avant de glisser le ballon à Piatti sur sa gauche. L’Argentin s’est débarrassé de Duvall d’un crochet avant d’envoyer un coup de canon qui a battu Robles (0-1).

Rapidement, on a assisté au siège du but de l’Impact. Avec un nombre d’occasions qui ne reflétait en rien le scénario du match : elles auraient été bien plus nombreuses si une tête, un pied ou n’importe quelle partie du corps d’un joueur montréalais n’avait écarté tour à tour un nombre incalculable de ballons chauds dans le rectangle. Mélangeant volonté et imprécision, New York faisait face à une résistance héroïque.

Il y eut quand même quelques possibilités nettes. Principalement sur phases arrêtées. Un corner de Kljestan a été prolongé de la tête par Perrinelle avant que, lui aussi du crâne, Wright-Phillips n’envoie le but au-dessus. Un coup franc, toujours du même Kljestan, a échoué juste à l’extérieur du poteau gauche de Bush alors que Collin et Perrinelle s’étaient jetés sur le ballon qu’ils ont manqué de peu.

La montée au jeu de Royer a permis à son équipe d’être plus menaçante dans le cours du jeu, notamment sur son flanc droit où Duvall était déjà très actif. L’Autrichien fut d’abord à la conclusion d’une action construite, en prolongeant un centre venu du côté gauche en dehors des limites au lieu de redresser la course du ballon vers un coéquipier en face du but.

Il s’est repris quelques minutes plus tard : lancé dans le rectangle, il a remis en un temps une passe aérienne de Perrinelle vers le point de penalty où la reprise de Wright-Phillips a fini au fond des filets. 1-1, et il faut reconnaître que ce n’était pas volé. Bien entendu, le pressing s’est intensifié. Le suspense était à son comble, même si New York devait marquer encore deux fois.

À cinq minutes du terme, il a pris fin de manière abrupte. Sur, encore, un contre. Et avec à nouveau Oduro à la source des problèmes new-yorkais. Comme lors du premier but, il fut parfait dans la conservation du ballon pour à la fois attirer et fixer des adversaires, et attendre ses partenaires, avant de céder le ballon au meilleur moment. Cette fois, il l’a donné à Drogba, qui avait bien vu Piatti suivre le mouvement côté droit : le tir croisé de l’Argentin a scellé l’issue de la rencontre (1-2).

Montréal aurait même pu marquer un troisième but sur… contre-attaque. Piatti, sur la gauche du rectangle, a centré vers Oduro qui aurait mérité son petit but, mais Perrinelle avait bien fermé l’espace et le Ghanéen lui a tiré dessus.

Quoi qu’il en soit : 1-2 ou 1-3, l’essentiel était acquis avec la qualification pour le dernier carré. Il y a déjà quelques certitudes : le match aller aura lieu au Stade olympique le 22 novembre et, quoi qu’il arrive, ce sera le dernier de l’année à Montréal, puisque la finale a lieu sur le terrain de l’équipe la mieux classée à l’issue de la saison régulière, et que l’Impact est derrière les autres équipes encore en lice. Le mot d’ordre est clair : tous au stade !

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

7h10 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par Citlec

4h45 - MLS - saison 2017 par gbagrami

21h21 - Le brassard de capitaine par Walt

18/11 - Salut Hassoun! par RB105

17/11 - Équipe réserve ou pas? par PC_Pal68

17/11 - Selection canadienne par PC_Pal68

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Combien de joueurs de l’Impact faisaient partie de l'équipe des meilleurs joueurs des USL en 2004, l’année du second titre ?

  • 2
  • 3
  • 4
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com