Dallas, meilleur à onze, s’impose à treize

FC Dallas - Impact Montréal 2-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 09/06/2018

DALLAS : Gonzalez, Cannon, Hedges, Ziegler, Hollingshead, Gruezo (46e Ulloa), Acosta, Barrios, Diaz, Lamah (64e Mosquera, 72e Akindele), Urruti

MONTRÉAL : Bush, Duvall, Fanni, Camacho, Lovitz, Piette, Taïder, Krolicki (82e Oduro), Silva (66e Edwards), Vargas, Mancosu (71e Jackson-Hamel)

ARBITRE : M. Saghafi

AVERTISSEMENTS : Duvall, Gruezo, Camacho, Gonzalez, Lovitz

LES BUTS : 6e Mancosu (csc, 1-0), 18e Diaz (pen., 2-0)


Menant 2-0 tôt dans le match suite à des décisions contestables de l’arbitre et de son assistant vidéo, Dallas se serait probablement imposé sans cela face à un Impact qui n’a pas démérité mais a une fois de plus étalé ses carences offensives.

Piatti blessé, Raitala en équipe nationale, un autre match mercredi : Rémi Garde avait plusieurs raisons de faire tourner son effectif. Ainsi, Mancosu recevait à nouveau sa chance à la pointe de l’attaque, entouré par Vargas et Silva, alors qu’Edwards et Jackson-Hamel se retrouvaient sur le banc. Derrière, Camacho et Fanni évoluaient pour la première fois en tant que duo en défense centrale.

Si jouer sous l’infernale canicule texane était tout sauf évident (voire non-recommandé) pour les joueurs, le soleil a en fait semblé taper sur la tête d’une partie du corps arbitral. On jouait depuis cinq minutes que la défense montréalaise jouait parfaitement le piège du hors-jeu pour un coup franc destiné à Hedges : alors que le juge de ligne levait son drapeau, Camacho n’arrêtait évidemment pas de jouer et gagnait son duel (et si duel il y a, influence il y a aussi même si le joueur de Dallas ne touche pas au ballon). Mais le ballon était contré par Mancosu et finissait dans les filets de Bush. L’arbitre annulait, logiquement, le but… mais après un passage par la vidéo - qui confirme une fois de plus qu’elle ajoute des polémiques au lieu de ne faire que résoudre des problèmes comme promis -, M. Saghafi a désigné le rond central, synonyme d’ouverture du score pour l’équipe locale (1-0).

En toute franchise, l’équité sportive aurait voulu que Montréal égalise. Avec “un but à la con”, comme on dit, histoire qu’il puisse remettre les pendules à l’heure. Bien entendu, cela pouvait aussi tomber sur une belle action, et on faillit y assister au quart d’heure quand un long ballon moyennement dégagé est arrivé à Krolicki plein axe à l’entrée du rectangle : le jeune médian a envoyé un tir puissant et bien placé, que seule une superbe parade de Gonzalez a empêché de terminer sa course au fond des filets.

Bien que dominés, les visiteurs n’étaient pas ridicules et contenaient une attaque redoutable. Dallas sait construire dans l’axe en possession de balle, alors que les équipes qui posent leur jeu passent plutôt par les flancs. Quand on défend trop bas, cette équipe profite des espaces laissés pour envoyer de redoutables tirs de loin. Quand on défend trop haut, ses ailiers rapides passent dans le dos de la défense pour filer seuls face au gardien. Résumé : cette équipe ne pardonne rien. Mais ce samedi soir, celui qui ne pardonnait rien, c’était l’arbitre.

Convoitant tous deux un ballon sur la droite du rectangle, Camacho et Urruti ont tous deux mis le pied… sans arriver à leurs fins. L’attaquant était arrivé en premier, le défenseur l’a touché mais même sans ça, le ballon aurait quand même filé au loin. Reste que l’arbitre a jugé qu’il y avait faute et a désigné le point de penalty. Il a respecté le règlement à la lettre, reconnaissons-le. Mais dans l’esprit du jeu, il faut aussi dire que c’était extrêmement sévère. Encore… Et si Bush a choisi le bon côté, Diaz a parfaitement placé son envoi : 2-0, deux buts “invraisemblables” comme l’a dit Rémi Garde à la mi-temps.

Revenir dans le match devenait une mission très compliquée pour l’Impact : le retard, l’adversaire, les conditions de jeu et le compréhensible coup au moral s’ajoutaient à toutes les insuffisances offensives d’une équipe en outre privée de son meilleur joueur. Ça faisait beaucoup. Même le spectateur neutre pouvait se sentir lésé : ça aurait été tellement plus intéressant de voir Dallas obligé d’étaler toutes ses qualités pour faire basculer le match, et de donner l’occasion aux Montréalais de montrer ce qu’ils avaient dans le ventre face à elles.

La suite de la première mi-temps a été équilibrée à de nombreux égards, de la possession aux occasions de but. Reste qu’on avait l’impression que l’équipe locale dominait. Évidemment, parce qu’elle avait les aises de ses deux buts d’avance. Mais aussi parce que quand elle avait le ballon, on sentait le danger potentiel bien plus présent que durant les phases de possession de l’Impact ô combien stériles. Comme on l’a dit et répété au cours des dernières semaines, personne ne pesait sur la défense adverse, qui jouait la plupart du temps dans un fauteuil, aidée par le manque de mouvement sans ballon sur toute la largeur du terrain de l’Impact où, offensivement, l’impression était forte de voir un ensemble de solistes plutôt qu’un orchestre.

Il a quand même fallu attendre la moitié de la première mi-temps pour que Dallas se montre dangereux pour la première fois sans aide du corps arbitral. Sur un coup franc sur la gauche, Diaz a tenté sa chance directement malgré l’angle fermé, obligeant Bush à plonger pour détourner la frappe. Hollingshead a joliment repris le corner de la tête, mais c’était trop croisé.

Les occasions de Montréal étaient réelles, aussi, mais semblaient tomber du ciel. Vargas cadrait un coup franc, sur Gonzalez. Mancosu mettait la pression, poussant Gruezo à céder en retrait vers Gonzalez qui dévia de panique en corner un ballon pas si difficile même si l’Italien avait poursuivi son effort pour l’ennuyer. Sur le coup de coin, on assista à une séance de billard dans le rectangle de l’équipe locale, qui parvint finalement à se donner de l’air.

Quand Dallas créait le danger, cela semblait davantage émaner du collectif et être construit. Comme ce ballon côté gauche au-dessus de la défense de l’Impact, repris par Lamah d’une demi-volée dans le filet latéral. Ou un tir de loin d’Urruti, sa spécialité cette saison, tendu mais trop sur Bush.

L’action montréalaise la plus dangereuse de la première mi-temps fut dessinée dans les arrêts de jeu : après un gros effort dans le rectangle, Mancosu prit le dessus sur un défenseur accrocheur et envoya un beau tir sur le poteau. Krolicki fut le premier au rebond, mais sa reprise fut techniquement lamentable.

La deuxième mi-temps fut assez ouverte : Montréal y a, par moments, montré de meilleures choses. Mais c’était trop rare, trop peu abouti, et insuffisant pour revenir dans le match. Et puis, Dallas y a été l’équipe la plus inspirée, justifiant une victoire qu’il aurait probablement remportée sans les évènements contestables de début de rencontre. Même si, objectivement, on ne le saura jamais, et c’est d’ailleurs ce qui donne le goût amer à ce match.

L’équipe locale a réellement justifié son avantage dans le quatrième quart d’heure, qu’elle a largement dominé, se créant plusieurs occasions de manières bien différentes. D’abord sur un contre mené sur la gauche par Lamah : le Belge a glissé le ballon à Barrios dont le tir fut repoussé par Bush. Au rebond, Urruti a été devancé par Lovitz. Quelques instants plus tard, Hedges reprenait un corner de la tête mais le portier visiteur était à la bonne place. Bush fut bien moins à son affaire quand, s’aventurant loin de son rectangle, il rata son intervention, donnant le ballon à Urruti qui a toutefois tergiversé avant de mal tirer, sur le gardien.

À l’heure de jeu, on eut un mince espoir de voir le match relancé : Taïder envoya un superbe tir de loin, effleuré par Gonzalez, suffisamment pour le dévier sur sa transversale. À l’affût, Mancosu prolongea le ballon de la tête au fond des filets. La joie fut de courte durée : l’Italien était hors-jeu et le but fut annulé. Indiscutablement une bonne décision, cette fois.

Malgré quelques escarmouches montréalaises, Dallas continuait de se créer les meilleures occasions. Sur un centre de la gauche de Mosquera, Barrios a tenté une reprise acrobatique spectaculaire, mais hors-cadre. Après avoir pris le dessus sur Lovitz côté droit, le même Barrios a glissé le ballon (loin) en retrait à Urruti dont la reprise à distance en un temps est passée au-dessus.

Cette description des occasions donne une impression de déséquilibre total. Ce n’était pas le cas. Mais il y avait d’un côté une puissante attaque bien huilée capable de se créer des occasions et de l’autre des joueurs toujours autant dépourvus d’idées et de poids offensif. Alors, on s’enthousiasma quelque peu quand Taïder envoya un bon long ballon mal jugé par Hedges, mais on déchanta rapidement puisque Jackson-Hamel fut devancé par la sortir de Gonzalez.

Collectivement, la défense de l’Impact n’a pas dû affronter une équipe de Dallas en furie, mais s’en est sortie honorablement. On notera - évidemment ou malheureusement, selon les interprétations - encore trop d’erreurs individuelles. Le plus gros raté d’équipe eut peut-être lieu à un quart d’heure du terme, suite à une belle action de Dallas sur la droite ponctuée d’un centre qui passa dans le rectangle devant tout le monde jusqu’au deuxième poteau où Akindele n’avait plus qu’à conclure. Mais sa reprise fut bien trop molle, permettant à Bush de se coucher pour éviter le 3-0.

Malgré sa sortie ratée devant Urruti et moins spectaculaire qu’à d’autres occasions, le gardien a pourtant peut-être disputé son meilleur match cette saison. Il s’est encore illustré sur un corner pour arrêter une reprise tendue d’Hollingshead qui avait émergé de la tête plus haut que tout le monde.

Les arrêts de jeu coïncidèrent avec relâchement de Dallas et un soudain entrain montréalais. Avec autant d’occasions pour les visiteurs que durant le reste de la deuxième mi-temps ! D’abord après un bon centre de la droite de Taïder que Gonzalez dut dévier du bout des doigts devant Oduro à l’affût. Puis un autre centre, toujours du même côté… et du même expéditeur, au deuxième poteau pour Jackson-Hamel, qui remisa le ballon en direction de personne : Gonzalez put s’en emparer sans être inquiété.

Deux actions qui, après réflexion, ont de quoi ouvrir de nouveaux débats : après avoir été à quelques reprises plus tôt dans la saison le meilleur à la réception des centres, endroit où il ne doit se trouver qu’exceptionnellement, cette fois Taïder, médian central rappelons-le, a été celui qui a envoyé les meilleurs centres, domaine où les latéraux tant offensifs que défensifs n’ont rien montré pendant 90 minutes, voire plusieurs matches. S’il n’y a personne pour les donner et/ou pour les recevoir, ou si la qualité est absente aux deux bouts de la chaîne, comment ne pas adhérer aux questionnements de l’entraîneur sur le talent de son effectif ?

Les occasions continuaient de se multiplier dans cette fin de rencontre très ouverte. D’abord avec un puissant envoi de loin d’Edwards, au-dessus. Enfin avec un coup franc de Diaz repris par Urruti mais repoussé par Fanni.

C’en était tout d’un match qui n’a jamais eu lieu, malheureusement. C’est dommage, à plus d’un titre. La seule chose qu’il y a moyen d’évaluer objectivement, c’est le jeu offensif de l’Impact : une fois de plus, il fut largement insuffisant. Défensivement, l’équipe n’a pas à rougir de sa prestation, même si on peut débattre de son rôle dans sa propre malchance en début de match, mais Dallas n’a ensuite plus dû pousser pour chercher à marquer.

On retiendra aussi les diverses réactions, tant à la pause qu’après le match, sur TVA Sports où les Montréalais, plutôt qu’invoquer des excuses cette fois bien légitimes, ont avant tout fait leur autocritique. Un sens des responsabilités qui fait plaisir à entendre. Ce qui ferait aussi plaisir, ce serait une victoire avant la mini-trêve (la rikiki-trêve pourrait-on même dire) pour le début de la Coupe du monde, mercredi face à Orlando.

Calendrier

Prochain match

Orlando - Montréal
Samedi 23 juin, 19h30

Dernier match

Montréal - Orlando3-0
Mercredi 13 juin, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta1633
  2. Kansas City1529
  3. Dallas1429
  4. New York City1528
  5. Columbus1727
  6. New York1426
  7. Los Angeles FC1424
  8. New England1624
  9. Vancouver1623
10. Salt Lake1522
11. Portland1322
12. Houston1421
13. LA Galaxy1520
14. Orlando1519
15. Chicago1619
16. Philadelphie1518
17. Minnesota1416
18. MONTRÉAL1615
19. Toronto1415
20. Seattle1311
21. San José1510
22. DC United1210
23. Colorado149
► Classements complets

En direct du forum

23h10 - Orlando - Montréal : samedi 23 juin, 19h30 par xdukex

22h53 - Championnat canadien 2018 par Mr.Stats

9h47 - Groupe B par Pouchkine

19/6 - Montréal - Orlando : l'Homme de la saison par Frankinho

19/6 - Groupe A par Pouchkine

19/6 - Groupe H par Pouchkine

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti
 Vargas
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Taïder
 Mancosu
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 15 matches

1. Piette
2. Piatti
3. Bush
4. Taïder
5. Vargas

► Détails

Quiz

Combien de joueurs de l’Impact faisaient partie de l'équipe des meilleurs joueurs de l'APSL en 1994, l’année du premier titre ?

  • 0
  • 2
  • 4
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com