Even if this site is bilingual, this page is only available in French
Équations riches en inconnues… et en solutions

Posted on 15 April 2021

 CF Montréal
Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
À quelques jours du début de la saison, Montréal est entourné d’énormes points d’interrogation. À l’image de ses deux seuls duels amicaux durant la préparation : une défaite contre un club de D3 dont jamais personne n’avait entendu parler avant un cinglant succès 5-1 contre Tampa Bay.

Impossible de se prononcer sur la signification réelle de ces résultats et sur les prestations lors de ces deux sorties, puisqu’on n’en a rien vu. S’il n’y avait que cela, ce ne serait pas aussi compliqué de se faire une idée de l’état de l’équipe à l’orée de la nouvelle saison. L’épais brouillard vient de bien d’autres facteurs : un noyau qui a accueilli de nombreux nouveaux, un changement d’entraîneur qui « agira dans la continuité tout en amenant ses propres idées », une préparation on ne peut plus compliquée, des joueurs qui ont des états de forme on ne peut plus différents, une familiarité pour le moins disparate avec les concepts de Wilfried Nancy et l’inconnue sur la capacité de certains à être opérationnels rapidement ou à avoir besoin d’un certain temps d’adaptation.

Ainsi, il y a fort à parier que le onze qui entamera le premier match contre Toronto sera bien différent de celui qui terminera la saison voire de celui composé des onze joueurs les plus utilisés. Alors, dans ces conditions, tenter d’imaginer de quoi sera faite la suite… Cela dit, ce n’est pas parce qu’un épais brouillard cache la réalité sportive de l’équipe que celle-ci est forcément terne. La réalité, c’est qu’à ce stade-ci, on n’en sait rien, et que les réponses pourraient arriver au compte-gouttes, et éclabousser dans tous les sens.

C’est vu, de façon compréhensible, comme un sérieux handicap par la plupart des observateurs : le temps que Nancy et ses adjoints mettent en place leur plan, l’équipe n’aura-t-elle pas déjà un sérieux retard à remonter ? Bien plus que les saisons précédentes, la planification ainsi que les préparations tant physique que mentale sont cruciales pour tenter de compenser ce qui s’apparente à un handicap. Si l’équipe « sous-performe » pendant un certain temps, il faut ainsi arriver à la programmer pour « surperformer » lorsque les autres chercheront leur deuxième souffle et que son calendrier sera chargé, donc dans une période au grand potentiel de points à prendre. Sans, entre temps, que les joueurs ne cèdent au découragement à cause des difficultés initiales. Sans non plus trop relativiser parce que celles-ci étaient prévisibles.

Avec qui et dans quels rôles ? Voilà quelques options… qui pourraient bien ne pas être celles choisies par Nancy.

GARDIENS


À première vue, c’est dans le but que la situation est la plus limpide… même si là aussi, certains voudraient bien bousculer la hiérarchie. Titulaire la saison dernière, Diop va repartir avec le titre de gardien numéro un. Pantemis, lui, veut et doit jouer pour ne pas régresser. Ses prestations l’an dernier ont été encourageantes, mais a-t-il à ce jour la carrure d’un titulaire en puissance ? Un besoin de temps de jeu au moins aussi grand pour Sirois, qui a dès lors été prêté. C’est Breza, derrière Pantemis dans la hiérarchie de l’équipe nationale espoirs, qui entame la saison en tant que troisième gardien, mais il a déjà dit ne qu’il ne se satisferait pas de passer l’année en tribune.

DÉFENSEURS CENTRAUX


Va-t-on conserver le prometteur système à trois défenseurs centraux introduit l’an dernier, qui ne pouvait pas afficher ses vertus tant il avait encore besoin d’être peaufiné ? Ou le changement d’entraîneur va-t-il rebattre les cartes ? Cela dit, les options n’y sont plus tout à fait les mêmes qu’en fin de saison dernière, en raison des départs de Fanni et de Raitala, qui jouait toutefois presque toujours à gauche en 2020. Un nouveau visage fait son apparition : Struna, aussi réputé pour sa prudence que pour sa lenteur. Malgré ses émoluments, il n’a pas poussé Camacho vers la sortie. Le Français, dont les erreurs sont bien plus apparentes que les bons coups, pourtant eux aussi importants, tentera de gagner des points… et enfin le cœur des supporters. Ils incarnent l’expérience. À leurs côtés on retrouvera Binks, révélation de la saison dernière, qui doit franchir un nouveau pallier en limitant les erreurs et les mauvais choix.

En réserve de la république, on retrouvera Waterman qui, s’il n’a pas (encore ?) l’étoffe d’un titulaire à ce niveau, a bien digéré le pas séparant la CanPL de la MLS. La polyvalence sera incarnée par Miller, gaucher venu d’Orlando, qui jouait sur le flanc en Floride mais évoluait dans l’axe avant d’arriver en MLS. Binks toujours blessé et Struna pas encore dans la meilleure des conditions physiques, les choix de début de saison seront plus limités.

LATÉRAUX


Un ou deux hommes par flanc ? Voilà une des nombreuses questions auxquelles nous découvrirons la réponse au fil des semaines. Ce sera un si Nancy conserve trois défenseurs centraux. À ces latéraux, ni défenseurs ni ailiers, de combiner les tâches offensives et défensives, comme Thierry Henry le leur inculquait la saison dernière.

Enfin, pas à tous, puisque les deux habitués du flanc gauche, Raitala et Corralès, ont été priés d’aller voir ailleurs. Cette année, la concurrence se fera entre Kizza, Ougandais arrivé en fin de saison dernière et qui a déjà pu montrer aux supporters ce dont il était capable, et Bassong, grande promesse du soccer canadien en équipes de jeunes et revenu au pays pour percer en équipe première. Dans le pire des cas, Miller pourra dépanner, même si on l’imagine davantage occuper un tel rôle dans un système à quatre derrière.

Évoqués par d’aucuns la saison dernière, la piste Lappalainen n’est pas complètement farfelue, dans la mesure où le Finlandais ne rechigne pas sur le travail défensif, mais ne devrait être activée qu’en cas de gros besoins offensifs et nombreuses indisponibilités. Ou de deux hommes par flanc, auquel cas Quioto est évidemment un candidat offensif de premier choix sur la gauche.

À droite, la concurrence semble bien moins rude, la place étant quasiment promise à Brault-Guillard, qui a poursuivi en 2020 les progrès affichés aux côtés de Sagna à son arrivée l’année précédente. En cas d’absence – n’oublions pas qu’il est international canadien – sa doublure sera Bayiha, qui souhaite ranger aux oubliettes une saison pour le moins compliquée, à moins que Bassong n’y étale sa polyvalence.

MÉDIANS AXIAUX


Le mystère plane sur le nombre de joueurs qui seront alignés dans l’axe de l’entrejeu et dans quels rôles. S’il y a une ligne de quatre joueurs devant la défense, les deux compères au centre auront-ils un profil avant tout défensif ? Si oui, on verra évoluer Wanyama, naguère l’un des tout meilleurs à son poste en Premier League, aux côtés de Piette, qui retrouvera une place qui lui convient mieux après des mois d’apprentissage d’un rôle plus offensif sous Henry.

Cela dit, Nancy pourrait être tenté d’amener davantage de créativité dans cette ligne et d’y introduire un joueur plus coutumier des passes décisives (ceux qui connaissent le rôle de De Bruyne à Manchester City voient tout de suite ce que cela implique). Il pourrait alors s’agir de Sejdic, qui a pris du galon la saison dernière et a quand même des qualités défensives, voire, si le goût de l’attaque est davantage présent, de Mihailovic, joueur créatif arrivé de Chicago où il ne parvenait pas à sortir suffisamment de son cocon pour exprimer tout le potentiel qu’on voyait en lui à son arrivée en équipe première.

Plus « hybride », Maciel peut convenir, surtout quand il y a des espaces, tant pour lui que pour les partenaires à qui il peut donner d’excellents longs ballons. Et il ne faudrait certainement pas exclure de cette équation Hamdi, international espoirs égyptien attiré cet hiver par Olivier Renard mais qui n’a commencé à s’entraîner que fin mars, doit apprendre la langue et découvrir un nouveau championnat et une nouvelle culture.

Rien n’empêche non plus de voir un axe de l’entrejeu à trois, avec un profil purement défensif, et un côté davantage dévolu à ses deux partenaires. Même dans ce cas, la concurrence sera forte. Choinière ainsi que les jeunes Saliba et Zouhir, tous deux arrivés en fin de saison dernière, devront cravacher pour grapiller quelques minutes de jeu.

ATTAQUANTS, AILIERS ET SOUTIENS


Vous nous voyez venir : on connaît les prétendants mais pas forcément le nombre de places à occuper ni les rôles exacts. Malgré tout, s’il y a un homme seul devant, Johnsen semble taillé pour y prendre place. Véritable renard des surfaces amoureux des centres, il sait aussi mobiliser ses adversaires grâce à son sens du but et à son gabarit. Cependant, il n’a pas encore 90 minutes dans les jambes et Toye, qui doit encore apprendre à mieux se connaître, aura sûrement la chance en début d’année de faire oublier ses premiers mois décevants sous le maillot montréalais. L’ancien joueur de Minnesota serait aussi à l’aise en soutien.

Expérimenté en MLS et très instinctif, Hurtado a davantage le profil du remplaçant qui vient brouiller les cartes en cours de rencontre. Quant au jeune nigérian Ibrahim, 18 ans à peine, on doit encore tout en découvrir.

Bien entendu, si nécessaire, Quioto peut toujours occuper le poste, seul ou à deux, lui qui a montré l’an dernier qu’à Houston, on ne lui permettait pas d’exprimer son plein potentiel. Il a de nombreuses cordes à son arc et correspond parfaitement au style de jeu prôné par l’équipe. Dans un système à un homme devant soutenu par deux partenaires, il y a fort à parier qu’il passe davantage de temps à gauche, son côté de prédilection, où Lappalainen pourra s’illustrer quand il aura des espaces à exploiter. Tant l’un que l’autre peut aussi y être ailier dans une double occupation des flancs.

Autre possibilité : jouer à deux devant, avec un homme en soutien. Hormis le Finlandais, les attaquants précités pourraient être associés, et alimentés par Mihailovic, davantage dans un rôle de meneur de jeu. L’international espoirs américain peut aussi occuper un des deux rôles de soutien d’un homme seul devant. Cela en fait, des possibilités pour lui, et l’endroit où il se sentira le plus à l’aise pourrait être une des clefs de l’équation collective.

Exemple parfait de la patience nécessaire afin de voir le meilleur onze quand tous les joueurs seront prêts, Torres, format de poche venu d’Argentine, pourrait être le pendant de Quioto côté droit, lui qui aime rentrer dans le jeu et se retrouver face au but. Il peut aussi jouer sur l’aile dans un système avec deux hommes par flanc. Avec Quioto et Johnsen, ce triangle pourrait faire des étincelles… mais pas tout de suite !

En attendant, il y a du temps de jeu à aller chercher, et Ballou doit s’en emparer et s’en servir à bon escient s’il souhaite un avenir à Montréal… ou se mettre en valeur pour relancer sa carrière ailleurs. Ne négligeons pas non plus le jeune Assi, qui a montré de belles choses lors de son entrée face à Olimpia en Ligue des champions.

CONCLUSION


Un mot, au pluriel, ressort clairement de cette présentation : incertitudes. Qu’il s’agisse des joueurs, de ceux qui vont émerger, de la disposition tactique, des rôles de chacun et on n’en passe. Mais dans le cas de Montréal cette saison, inconnues ne veut pas forcément dire doutes ou, pire, hésitation entre « mauvais » et « très mauvais ». La vérité c’est qu’on ne sait pas, et qu’aucun observateur extérieur n’a suffisamment d’informations à sa disposition pour placer objectivement l’équipe dans la hiérarchie.

Ne nous le cachons pas : sauf miracle, il y aura certainement des joueurs qui décevront cette année et/ou des joueurs qui ne progresseront pas au rythme escompté. Cela dit, quand on parcourt l’effectif, on voir rapidement que, hormis peut-être derrière, la concurrence ne manque pas ! Ainsi, on peut imaginer une liste de décevants, mais aussi de déçus… ainsi que de joueurs qui saisissent une chance au moment opportun ou, tout simplement, font bien le boulot qu’un autre n’arrive pas à faire à leur place. Dès lors, une fois les plâtres essuyés et tout le monde arrivé au bout de la préparation, les impondérables devraient être bien moins nombreux que par le passé, sans oublier un banc plus à même d’apporter une plus-value en cours de match (avec un nombre de changements possible encore rehaussé, ce sera pour le moins utile).

Cela dit, ces inconnues vont aussi aller avec de nombreuses séances d’essais/erreurs, d’autant plus qu’il y a eu seulement deux duels amicaux avant le début de la saison et que bien des joueurs n’ont pas encore pu montrer à Wilfried Nancy ce dont ils sont capables en situation de match. Cela laisse présager des premières semaines ne manquant pas de surprises, tant bonnes que mauvaises.

Une fois qu’une certaine stabilité aura pu être installée, on pourra se faire une meilleure idée du potentiel de l’équipe. On pourra alors en regarder l’évolution, ce qui sera aussi très intéressant. Certes, peut-être que le classement, lui, sera alors plus déprimant. Et si on s’en moquait ? Et si on se fixait comme objectif de terminer très haut sur la deuxième moitié de saison ? 2021 sera très particulier, inhabituel, mais certainement pas inintéressant pour autant !
Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Fixtures

Next fixture

Vancouver - Montreal
Saturday 8 May, 15:00

Last result

Montreal - Columbus0-0
Saturday 1 May, 15:00

► All fixtures

MLS table

PPts
  1. Seattle37
  2. New England37
  3. San Jose36
  4. New York City36
  5. LA Galaxy36
  6. Salt Lake26
  7. Austin36
  8. MONTREAL35
  9. Orlando35
10. Los Angeles FC35
11. Dallas34
12. Miami34
13. Atlanta34
14. Kansas City34
15. Houston34
16. Vancouver34
17. Colorado34
18. New York33
19. DC United33
20. Portland33
21. Nashville33
22. Columbus22
23. Toronto21
24. Chicago31
25. Cincinnati31
26. Philadelphia31
27. Minnesota30
► Full tables

Discussion board

4/5 - Montréal - Columbus : samedi 1er mai, 15h00 par Dizwed

3/5 - Montréal - Columbus : l'Homme de la saison par gbagrami

2/5 - Nashville - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

► Join the community

Twitter Feed

The Coup Franc podcast

Scorers

 Toye
 Quioto
 Wanyama
 Mihailovic
 Brault-Guillard
► Complete stats

Transfers

OUT

Breza (Bologna), Struna (Houston), Bassong (CS Bruges), Miller (Orlando), Mihailovic (Chicago), Hamdi (El Gouna), Torres (Newell's Old Boys), Ibrahim (36 Lion FC), Johnsen (Ulsan), Hurtado (Kansas City)

IN

Jackson-Hamel (Fin de contract), Raitala (Minnesota), Yao (Cavalry FC), Fanni (End of career), Corrales (Fin de contract), Krkic (?), Shome (Edmonton), Urruti (Houston), Okwonkwo (Reggina), Sirois (Valour FC), Ferdinand (Ottawa), Rea (Valour FC), Saba (Fin de contract), Giraldo (Edmonton)

► Détails

Play with us

► Join the ImpactSoccer.com league