Even if this site is bilingual, this page is only available in French
Ciao Toronto, all’anno prossimo

Toronto FC - CF Montreal 3-4 – League game (regular season) played on 04/09/2022

Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
TORONTO : Bono, Laryea, O'Neill, Mavinga (46e Henry), Criscito (79e Marshall-Rutty), Bradley, Okello (57e Achara), Nelson (46e Kaye), Bernardeschi, Insigne, Akinola (57e Jimenez)

MONTRÉAL : Pantemis, Waterman, Camacho, Miller, Johnston, Wanyama, Piette, Choinière (77e Thorkelsson), Mihailovic (66e Koné), Quioto (77e Toye), Kamara (86e Miljevic)

ARBITRE : M. Chapman

AVERTISSEMENTS : Criscito, Laryea, Choinière, Quioto, Toye, Bernardeschi

LES BUTS : 5e Bernardeschi (pen., 1-0), 7e Insigne (2-0), 19e Miller (2-1), 21e Mihailovic (2-2), 43e Kamara (2-3), 54e Johnston (2-4), 90e Insigne (3-4)


Mené 2-0 après 7 minutes de jeu à peine, Montréal a complètement renversé la situation à Toronto pour rentrer au vestiaire en menant à la marque et finalement remporter le Classirop 3-4. De quoi reprendre sa marche en avant tout en jetant un grand coup de froid sur les minces espoirs de qualification pour la phase finale qu’il restait aux hommes de Bob Bradley.

Alors que Wilfried Nancy a pu titulariser Camacho, rétabli, il ne récupérait toujours pas Lappalainen, blessé. Ainsi, Choinière était confirmé sur le flanc gauche. Autre changement : Kamara prenait place devant alors que Torres disparaissait du triangle offensif. Dans le camp d’en face, si les trois renforts italiens étaient aptes au service, Bob Bradley devait se passer d’Osorio alors que Kaye, blessé depuis fin juillet, retrouvait le banc.

Le début de match a été tonitruant, c’est le moins qu’on puisse dire. Après un contact avec Piette, Akinola et ses équipiers réclamaient un penalty, permettant à Montréal de partir en contre. Quioto était fin seul au milieu du camp adverse, Mihailovic en position idéale pour le lancer. Mais le futur pensionnaire d’AZ a envoyé le ballon avec trop de mollesse et là où se trouvait son partenaire, l’obligeant à rester statique. Le temps perdu à cause de ça par le Hondurien ne lui a pas permis… Ah, attendez, interruption des émissions, panique dans l’oreillette, la VAR vient brouiller le signal.

Eh oui, l’arbitre, pourtant avec vue idéale sur la phase litigieuse entre Piette et Akinola, s’est fait dire qu’il n’avait peut-être pas bien vu. Et il a été revoir sur le petit écran autour du terrain et désigné le point de penalty. Imaginez si Montréal avait marqué ! Déjà que sans ça, on crie au complot… Si en plus, ça avait annulé un but… C’est génial la VAR, nous avait-on promis, ça va mettre fin aux polémiques. Mouais, ça a plutôt achevé Paul et Mieke qui avait une vision romantique du sport le plus populaire au monde…

Allez, revenons au match où Bernardeschi ne s’est pas fait prier pour prendre Pantemis à contre-pied et ouvrir la marque après cinq minutes à peine (ah oui, parce qu’on a perdu trois minutes avec tout ça aussi… enfin, pas totalement en action car il y en a eu en partie, et ce fut excitant, même si elle a été annulée et donc est censée ne pas exister… maintenant imaginons pire que le scénario du but annulé, une jambe cassée… on revient avant la VAR, ça répare la jambe peut-être ?)

Toujours est-il que c’était 1-0… et ça n’a pas duré longtemps. Groggy, Montréal allait être assommé. Un centre de la droite de Bernardeschi était dévié par la tête de Piette. Insigne avait pour sa part échappé aux défenseurs et se retrouvait seul face à l’infortuné Pantemis, qu’il a fusillé pour porter les chiffres à 2-0.

Toronto pensait certainement déjà avoir fait le plus difficile. Et s’est reposé sur ses lauriers. Bien mal lui en a pris, parce que Montréal n’allait pas abdiquer alors qu’il restait 80 minutes à jouer ! Les visiteurs ont pu commencer à développer leur jeu. Si dans un premier temps, ça ne générait pas de danger, ça permettait néanmoins à Mihailovic et consorts de gagner en confiance et de retrouver le visage séduisant qu’ils ont souvent présenté ces dernières semaines.

Il n’a fallu qu’une occasion pour que ça paye. Un corner montréalais était mal dégagé, permettant aux visiteurs de combiner sur la gauche avant que Miller ne serve Kamara pour qu’il tente sa chance de loin. Le défenseur avait parfaitement senti un autre coup et, dès sa passe, a couru vers le but tout en échappant au hors-jeu. Le Sierra Léonais a frappé, Bono a repoussé… et Miller était à la bonne place pour, d’un joli geste acrobatique, relancer le suspense (2-1).

Deux buts pour la même équipe en deux minutes, vous en reprendrez bien une petite louche ? Cette fois, c’est Mihailovic qui régale. En plein milieu du camp adverse, ayant un peu d’espace pour avancer, il a décidé d’y lancer un sprint et, tant qu’il y était, d’envoyer un missile que Bono, pas exempt de tout reproche sur les deux buts, a touché le ballon sans parvenir à l’empêcher de finir au fond de ses filets. 2-2, stupeur à BMO Field !

On a dès lors eu l’impression que le match reprenait à zéro. Sans round d’observation. Si ce fut équilibré dans le jeu, et pas vraiment riche en occasions, l’intensité ne manquait pas. Duels, tensions, petites fautes qui énervent dans un camp comme dans l’autre, efforts non retenus pour arriver premier au ballon, mécontentements envers l’arbitre, et on en passe… Le Classirop avait ce soir un vrai goût de rivalité, ou en tout cas de gros enjeux qui mettent les nerfs à vif.

Après les deux buts en deux minutes de chaque côté, on eut droit à un gros raté de part et d’autre dans le même laps de temps. Le premier après un coup franc bondissant remis de la tête par Miller vers qui Bono a réalisé une sortie à l’image de sa soirée, complètement ratée. Le ballon est arrivé devant, à vrai dire un rien au-dessus, la tête de Wanyama qui avait le but vide devant lui, ce qui ne l’a pas empêché d’envoyer le ballon trop haut. On dit souvent que ce n’est pas un buteur… ça s’est vu.

Le second raté survint après un centre vicieux de Bernardeschi qui est tombé sur le pied de Wanyama, qui a involontairement offert une remise droit dans les pieds d’Akinola à hauteur du point de penalty. Mais l’attaquant a complètement raté sa reprise, qui a filé très loin à côté.

KO alors que le match venait à peine de commencer, Montréal est rentré au vestiaire… en menant à la marque ! Profitant d’une tergiversation de Mavinga, Kamara lui a subtilisé le ballon et s’est joué de lui tout à droite du rectangle avant d’arriver devant Bono. L’angle était très fermé, l’attaquant s’apprêtait visiblement à frapper, mais le gardien n’a pas trouvé mieux à faire que de sauter jambes écartées au moment où l’attaquant armait son tir… une invitation à lui glisser le ballon entre les jambes. Il n’allait pas s’en priver ! Et pendant que Bono avait l’air ridicule tel un minime, tout Montréal jubilait, c’était 2-3 !

Dans les arrêts de jeu, Insigne a encore tenté sa chance sur un coup franc de très loin : difficile de savoir s’il était cadré ; ce qui est certain, c’est qu’il arrivait un rien au-dessus du sol, où Pantemis l’a touché du bout des doigts juste devant son poteau.

Au retour des vestiaires, malgré son obligation de revenir au score et ses bonnes intentions, Toronto était incapable de s’installer dans le camp de son adversaire et de le dominer. Il était même incapable de se créer une occasion ni même de laisser Montréal être le premier à amener le danger. Wanyama, sur la droite du rectangle, envoyait un centre aérien à Quioto qui avait encore échappé au marquage mais dont la reprise manquait de puissance pour inquiéter Bono.

Toronto était même incapable d’empêcher Montréal de doubler son avance. Encore sur un centre aérien, cette fois envoyé par Quioto depuis le flanc gauche. Somnolente, la défense laissait Kamara surgir pour remettre le ballon au poteau opposé où Johnston pouvait lui aussi sauter sans être réellement inquiété et avoir le dessus pour placer une reprise croisée au fond des filets (2-4).

Fort de ses deux buts d’avance, Montréal a laissé son adversaire prendre l’initiative, tout en le contrôlant du mieux qu’il le pouvait. La concentration était nette et contrastait plus que fortement avec la nonchalance de Toronto quand l’équipe locale avait deux buts d’avance.

Toutefois, les pensionnaires de BMO Field trouvaient le moyen de se créer des occasions ou, à tout le moins, de tenter leur chance au but. Entre deux tirs de loin, le premier de Bernardeschi au-dessus, le second de Jimenez repoussé des points de Pantemis, on eut droit à un beau mouvement en un temps d’Insigne et Bernardeschi ciblant O’Neill qui avait surgi dans le rectangle : on ne sait pas si la passe était un peu trop profonde ou le défenseur un peu trop lent, toujours est-il que le gardien a pu s’emparer du ballon.

Toronto s’enhardissait. Bernardeschi accélérait sur la droite et centrait pour la tête de Kaye, dont la reprise était trop croisée. Deux minutes plus tard, l’Italien tentait sa chance directement sur un coup franc à la droite du rectangle, mais le ballon passait au-dessus.

La tempête semblait passée. Malgré ses efforts pour recoller au score, l’équipe en rouge n’était pas arrivée à ses fins. Elle a un peu levé le pied… et Montréal n’en demandait pas mieux, lui qui a une condition physique exemplaire cette saison, qui lui permet entre autres de bien gérer les fins de match quand il mène à la marque.

Ce fut aussi l’occasion de revoir Koné après son exclusion à Chicago et son transfert avorté à Sheffield United. Non seulement a-t-il été précieux pour conserver le ballon, mais il a aussi été à la source d’occasions. D’abord en envoyant un coup de coin au deuxième poteau où Miller, profitant de la sortie de Bono à la cueillette des fraises, a lobé le gardien d’une reprise de la tête qui a toutefois fini sur le tout du but. Ensuite en envoyant un puissant centre qui a traversé le petit rectangle sans que personne ne le touche, même s’il n’a pas manqué grand-chose à Kamara qui avait lancé la jambe.

Toronto a quand même finalement réussi à réduire l’écart. Dans les arrêts de jeu, Insigne a effectué un bel effort individuel sur la droite du rectangle, effaçant Piette et Camacho tout en faisait le nécessaire pour bénéficier des rebonds favorables et se présenter devant Pantemis, qu’il a trompé (3-4).

C’était toutefois trop peu, trop tard pour une équipe de Toronto qui joue à un niveau très loin de son potentiel. Remettre en question les choix de Bob Bradley n’est pas de mise ici, mais l’entraîneur dont le fils a participé à toues les rencontres de son équipe en MLS cette saison ne semble pas exempt de tout reproche. Toujours est-il que son équipe ne se qualifiera vraisemblablement pas pour la phase finale de la saison, et que leurs quelques espoirs qui lui restaient ont été quasiment complètement éteints par Montréal ce soir. On peut quasiment leur dire à l’année prochaine…

Un Montréal qui a encore une fois gagné un match à l’extérieur après avoir été mené cette saison. En plus, 2-0, et à Toronto. Malgré ses deux buts de retard, l’équipe a joué comme si le match venait de commencer, alors que son adversaire pensait qu’il était déjà fini. Et quand tout le monde est revenu avec la même concentration, après l’égalisation tombée rapidement, il a continué à afficher sa supériorité, combinant contrôle, efficacité et abnégation.

La défaite contre New York est déjà effacée des esprits, d’autant plus en raison de l’identité de la victime du jour. L’accumulation de points repart de plus belle, et si Philadelphie semble hors d’atteinte, l’officialisation de la qualification pour la phase finale approche à grands pas, et on y voit de plus en plus l’avantage du terrain… pas seulement pour un seul match, en cas de long parcours.

Cela dit, avant d’en arriver là, il faut finir la saison régulière avec sérieux (on peut compter sur Wilfried Nancy pour que les joueurs gardent la tête froide). Prochain rendez-vous dès ce vendredi soir au stade Saputo face à Columbus. Attention au coup de chaud.

Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Fixtures

Next fixture

Montreal - DC United
Saturday 1 October, 19:30

Last result

New England - Montreal0-1
Saturday 17 September, 19:30

► All fixtures

MLS table

PPts
  1. Los Angeles FC3264
  2. Philadelphia3264
  3. MONTREAL3259
  4. Austin3255
  5. New York3250
  6. Dallas3250
  7. New York City3249
  8. Nashville3247
  9. LA Galaxy3246
10. Cincinnati3246
11. Portland3246
12. Minnesota3245
13. Orlando3145
14. Salt Lake3243
15. Miami3142
16. Columbus3142
17. Seattle3240
18. Vancouver3240
19. Atlanta3240
20. Colorado3239
21. Charlotte3138
22. New England3238
23. Kansas City3237
24. Chicago3235
25. Toronto3234
26. Houston3233
27. San Jose3231
28. DC United3227
► Full tables

Discussion board

21/9 - New England - Montréal : l'Homme de la saison par penz

21/9 - Montréal - Chicago : l'Homme de la saison par Bxl Boy

20/9 - Montréal - New England : l'Homme de la saison par Wonnilon

► Join the community

Twitter Feed

The Coup Franc podcast

Scorers

 Quioto16 
 Mihailovic
 Kamara
 Brault-Guillard
 Johnston
 Ibrahim
 Kone
 Torres
 Waterman
 Toye
 Choinière
 Miller
 Camacho
 Lappalainen
 Miljevic
 Wanyama
► Complete stats

The Man of the season

After 37 matches

1. Quioto
2. Lappalainen
3. Mihailovic
4. Wanyama
5. Camacho

► Détails

Play with us

► Join the ImpactSoccer.com league