Even if this site is bilingual, this page is only available in French
L'opportunisme était vancouvérois

Vancouver Whitecaps FC - CF Montreal 2-0 – League game (regular season) played on 08/05/2021

Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
VANCOUVER : Crépeau, Nerwinski, Veselinovic, Rose, Gutierrez, Bikel, Caicedo (74e Raposo), Alexandre (80e Owusu), Teibert, Dajome (90e Cornelius), Cavallini

MONTRÉAL : Diop, Struna (67e Hamdi), Camacho, Miller, Bayiha (57e Choinière), Wanyama, Sejdic, Kizza, Mihailovic (73e Torres), Quioto (57e Lappalainen), Johnsen (57e Hurtado)

ARBITRE : M. Mendoza

AVERTISSEMENTS : Mihailovic, Caicedo, Veselinovic, Cavallini, Owusu

LES BUTS : 57e Dajome (pen., 1-0), 71e Dajome (2-0)


Montréal a concédé sa première défaite de la saison : battu 2-0 par Vancouver, adversaire qui n’a quasiment eu aucune occasion mais a été on ne peut plus opportuniste, il a eu le dessus pendant une heure tout en ayant un panneau « Travaux en cours » sur le visage, avant de s’éteindre juste après l’ouverture du score, coïncidant aussi avec trois remplacements en ses rangs.

Après la bonne prestation de ses ouailles contre Columbus, Wilfried Nancy effectuait peu de changements. Brault-Guillard, blessé, était relayé par Bayiha alors que Johnsen était titularisé pour la première fois de la saison, renvoyant sur le banc Hurtado qui avait été plus convaincant en montant au jeu qu’en commençant le match.

Si la fut tout sauf spectaculaire, son premier quart fut lui carrément terne. En perte de balle, Vancouver pressait haut mais ne faisait absolument rien en possession. Pour sa part, Montréal se montrait plus patient, tant pour la récupération qu’à la construction.

Du coup, il fallut attendre le milieu de la première mi-temps pour assister à une première occasion : de la gauche du rectangle, Quioto a envoyé un centre-tir dévié en corner par Crépeau. Les possibilités de but n’ont pas plu par la suite, mais avant le repos, elles furent toutes montréalaises.

Patience en perte de balle ne veut pas dire regarder l’adversaire la faire circuler (sans succès, dans ce cas). C’était davantage le fait de ne pas presser à tout bout de champ et de choisir ses moments, de sentir quand l’adversaire était sur le fil pour le pousser à la faute ou lui subtiliser le ballon. Du Struna à Quioto en passant par Wanyama (qui a encore étalé tout son volume de jeu aujourd’hui), on a vu ce genre de situation dans de nombreuses zones du terrain pendant près d’une heure.

C’est d’ailleurs une perte de balle de Vancouver sur la droite peu avant la demi-heure qui fut la source de l’occasion la plus dangereuse de la première mi-temps. Décalé sur la gauche du rectangle, Quioto a glissé le ballon à Johnsen seul à hauteur du point de penalty : si on ne peut pas dire que son tir était mauvais, il était toutefois insuffisant pour empêcher Crépeau de remporter le face à face avec assurance.

Vancouver a eu quelques moments plus convaincants que les autres, mais ne se montrait absolument pas dangereux. Tout au plus ses supporters vibraient-ils sur des corners, contrés ou se terminant par un tir hors-cadre, sans réel danger même si quelque peu intéressants. Dans le jeu, les hommes de Marc Dos Santos butaient sur une bonne organisation défensive, et un trio Camacho - Struna - Miller de plus en plus à l’aise.

Notons aussi de très belles sorties de défense de Montréal, qui a eu droit par moments à un entraînement grandeur nature dans cet exercice face à un adversaire qui cherchait parfois à presser haut. Cela n’empêchait pas, bien au contraire, les relances courtes de Diop et de ses partenaires. À la construction dans l’entrejeu, c’était plus compliqué, tant et si bien que les attaquants recevaient peu de ballons et que seuls des tirs de loin de Quioto, au-dessus, faisaient office de semblant de menace.

Il y en eut davantage dans les dernières minutes précédant le repos. Avec, pour commencer, une nouvelle perte de balle de Vancouver, permettant à Quioto sur la gauche de récupérer le ballon à 35 mètres du but. Il a lancé Johnsen complètement de l’autre côté : le Norvégien a décidé de tenter sa chance, même s’il n’avait pas d’angle et Rose devant lui, tirant finalement quasiment tout droit et bien loin du cadre.

Dans les arrêts de jeu, ce fut au tour de Johnsen d’être à la récupération d’un ballon adverse égaré, et de servir son partenaire Quioto dont le tir était trop croisé.

La deuxième mi-temps a repris sous les mêmes auspices : s’il n’a pas dû repousser de tirs, Crépeau a toutefois été obligé de faire le ménage à quelques reprises sur des situations chaudes dans son rectangle.

Alors qu’on se disait que Montréal défendait bien, à l’image de Miller qui venait de réaliser une intervention défensive de toute grande classe, l’édifice s’est effondré lorsque le même Miller a naïvement renversé Dajome dans le rectangle en revenant dare-dare pour le rattraper alors qu’il avait été lancé par Cavallini. À l’image de son équipe depuis le début du match, la victime n’était pourtant pas en position menaçante lors de la faute. Dajome s’est chargé lui-même de convertir le penalty, bien tiré pour tromper Diop pourtant parti du bon côté (1-0).

Alors que ses joueurs n’avaient pas encore remis le ballon en jeu, Nancy décida d’effectuer trois changements. Dans un premier temps, on se dit qu’ils pouvaient permettre de relancer le match. Servi sur la gauche du rectangle, Lappalainen s’est mis sur son pied droit et a envoyé un tir enroulé, droit sur Crépeau qui avait bien anticipé.

C’était toutefois un feu de paille, et les nouveaux venus n’eurent pas l’effet escompté. Au contraire, Montréal ne semblait plus dans son match. Vancouver s’est même créé sa première occasion, en dehors du penalty… après une heure. Et encore, occasion est un bien grand mot puisque Nerwinski a envoyé un tir de loin écrasé et droit sur Diop.

Reste que depuis le moment de l’ouverture du score et des changements, Vancouver avait pris le contrôle des débats. Son avance était usurpée, mais est surtout devenue bien plus difficile à surmonter quand un corner au deuxième poteau a été propulsé victorieusement au fond des filets par Dajome d’une puissante reprise de la tête (2-0).

Trois minutes plus tard, une reconversion rapide de Vancouver s’est terminée par un tir de Raposo contré par le dos de Camacho. Heureusement pour Montréal, Vancouver a décidé de jouer de façon bien plus prudente dans le dernier quart d’heure. Ce qui a permis d’espérer une réduction de l’écart, au moins, sans toutefois qu’elle ne se produise.

On a pu recommencer un peu à y croire à un peu plus de dix minutes du terme, lorsqu’un beau mouvement a permis de faire remonter le ballon sur la droite avant de le remettre dans l’axe où Torres a tenté sa chance de loin, l’une de ses spécialités, au-dessus.

Montréal poussait et prenait certains risques, Vancouver misait sur le contre. Cavallini, loin d’un enfant de cœur dans ses duels défensifs, mettait le pied avec ardeur, mais propreté, pour subtiliser le ballon à Camacho et filer au but côté gauche avant de tenter sa chance, permettant à Diop de réaliser une envolée spectaculaire pour détourner le ballon en corner.

Crépeau aussi a dû intervenir, mais de façon bien plus sobre puisqu’il lui a suffi de sauter pour se saisir d’un coup franc sur lequel Kizza avait tenté sa chance directement.

On a cru à la réduction du score dans l’avant-dernière minute du temps réglementaire quand une belle passe en cloche de Choinière est arrivée à Lappalainen au deuxième poteau. Même si plusieurs adversaires lui ont fait obstacle, il est parvenu à se faufiler et, grâce à beaucoup de combativité, à envoyer le ballon au fond des filets. Cela dit, sur le centre, le ballon avait été prolongé par Hurtado : peut-être fautivement du bras mais, à coup sûr, à partir du moment où il y touchait, le Finlandais se retrouvait hors-jeu et le but a donc été annulé.

Montréal a donc encaissé sa première défaite de la saison, face à l’adversaire qui semblait pourtant le plus prenable. Dans l’ensemble, il n’a pas à rougir de sa prestation, même si ce ne fut pas non plus de haute voltige. Certains pointeront le manque de réalisme, en raison du nombre de tirs et de l’occasion de Johnsen (il faut quand même donner à Crépeau le mérite qui lui revient sur cet arrêt), mais l’exception était peut-être plus dans l’hyper réalisme de Toye lors des deux premières rencontres.

Si depuis deux sorties, il y a de nombreux tirs, ces statistiques sont quelque peu trompeuses, car peu d’entre eux sont des occasions réelles. Les bonnes intentions sont là, ça ne fait pas de doute. Les idées semblent aller dans la bonne direction. Reste à trouver la bonne combinaison, tant pour rendre l’équipe performante à long terme que pour que la sauce prenne quand même rapidement.

On l’a encore constaté aujourd’hui : les automatismes offensifs sont très loin d’être au point. Il y a de nombreuses incompréhensions entre le joueur qui effectue une passe et le destinataire de celle-ci. La bonne nouvelle, c’est que malgré cela, on ne voit guère de gestes de mauvaise humeur ou d’impatience. L’état d’esprit est positif et encore au rodage. Que faut-il privilégier : le joueur qui comprend son partenaire et aide aujourd’hui ou celui qui, aux yeux de son entraîneur, sera bien plus dévastateur demain même si en ce moment, son alchimie avec le collectif est encore loin d’être au point ?

Malgré les deux buts encaissés, la défense paraît plus au point que lors de ses deux premières sorties de 2021 (bon, il faut dire qu’en face, en termes de jeu, c’était incroyablement faible), tant dans son jeu défensif que dans sa façon de faire remonter le terrain au ballon. C’est davantage de l’autre côté que le bât a blessé aujourd’hui. Longtemps, il ne semblait y avoir qu’un flanc, le gauche (où Kizza était intéressant sans non plus briller de mille feux) tant Bayiha n’était pas dans le coup. Si ça se confirme, il faudra trouver une autre solution ou aller chercher ailleurs quelqu’un pour pallier les absences de Brault-Guillard.

Quioto était mieux en jambes que la semaine dernière. Il semble davantage à l’aise en compagnie de Mihailovic et Johnsen que quand il doit évoluer aux côtés d’Hurtado. Mihailovic a, pour la deuxième semaine de suite, beaucoup pu jouer son rôle de chef d’orchestre. Si la présence de Sejdic permet à son partenaire de recevoir davantage de ballons sans devoir courir après, il est encore toutefois trop seul pour amener le danger depuis l’axe du jeu. Sejdic, qu’on sait capable de le faire, devrait lui aussi tenter de trouver ses attaquants par moments.

Bon, bien entendu, ce n’est pas simple quand les automatismes manquent. Ça s’est surtout vu avec Johnsen qui, s’il a certaines affinités avec Quioto, a aussi souvent couru à contretemps de ce qu’attendaient ses partenaires. Ce qui aurait été vite oublié s’il avait marqué. Hamdi, moins en verve que la semaine dernière, et Torres, pour ses débuts, ne sont pas non plus encore en harmonie avec tout le monde. Mais pour ça, il faut passer du temps sur le terrain en condition de match…

La bonne nouvelle, c’est que ce temps ne va pas manquer au cours de la semaine à venir, avec deux rencontres au programme, dont la première mercredi à Miami… où Montréal jouera en tant que visiteur dans son domicile temporaire. Avec, donc, cette fois, des supporters dans le stade.

Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Fixtures

Next fixture

Nashville - Montreal
Saturday 26 June, 20:30

Last result

Montreal - DC United0-0
Wednesday 23 June, 20:00

► All fixtures

MLS table

PPts
  1. Seattle921
  2. New England920
  3. Kansas City1017
  4. Colorado816
  5. LA Galaxy815
  6. Orlando815
  7. Philadelphia915
  8. Columbus814
  9. New York812
10. Portland812
11. DC United912
12. Salt Lake712
13. Houston912
14. New York City811
15. MONTREAL811
16. Atlanta811
17. Nashville811
18. San Jose910
19. Los Angeles FC89
20. Austin99
21. Miami98
22. Minnesota88
23. Vancouver87
24. Dallas87
25. Toronto85
26. Cincinnati74
27. Chicago84
► Full tables

Discussion board

1:04 - Montréal - DC United : mercredi 23 juin, 20h00 par imfc132

22:58 - Éliminatoires Coupe du monde 2022 (zone Concacaf) par Dizwed

22:46 - Montréal - DC United : l'Homme de la saison par Bxl Boy

22:34 - Euro 2020 - Groupe F par Y

17:52 - Euro 2020 - Groupe B par Pouchkine

22/6 - MLS - saison 2021 par penz

22/6 - Nouveau maillot, nouveau nom, nouveau logo par gbagrami

19/6 - Euro 2020 - Groupe C par Pouchkine

► Join the community

Twitter Feed

The Coup Franc podcast

Scorers

 Toye
 Mihailovic
 Johnsen
 Quioto
 Wanyama
 Brault-Guillard
► Complete stats

The Man of the season

After 8 matches

1. Camacho
2. Miller
3. Wanyama
4. Mihailovic
5. Diop

► Détails

Play with us

► Join the ImpactSoccer.com league