Even if this site is bilingual, this page is only available in French
Pas de but, pas de victoire, pas de phase finale

CF Montreal - Orlando City SC 0-2 – League game (regular season) played on 07/11/2021

 CF Montréal
Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Breza, Waterman, Camacho, Miller, Brault-Guillard, Wanyama (76e Johnsen), Piette (60e Hamdi), Choinière (76e Kizza), Torres, Mihailovic, Ibrahim (46e Quioto)

ORLANDO : Gallese, Teixera (87e Smith), Carlos, Jansson, Mas, Junior Urso, Mendez (87e Rosell), van der Water (46e Perea), Pereyra (87e Schlegel), Michel, Dike (87e Akindele)

ARBITRE : M. Villarreal

AVERTISSEMENTS : van der Water, Mendez, Junior Urso, Piette

EXCLUSION : 79e Camacho

LES BUTS : 55e Mendez (0-1), 86e Dike (0-2)


Un excellent gardien adverse, un raté monumental, un hors-jeu flagrant et un autre polémique : Montréal n’a pas été en mesure de marquer contre Orlando, s’inclinant finalement 0-2, et de prendre les trois points indispensables à la poursuite de sa saison en MLS.

Pour ce match crucial, Wilfried Nancy alignait ce qui ressemblait à son équipe-type de fin de saison en fonction, aussi, des moyens du bord : Piette était préféré à Hamdi alors que Quioto, toujours pas apte à être titularisé, était supplée par Ibrahim, qu’il a remplacé à la mi-temps.

Pendant près d’une heure, la rencontre a été haletante, avec des chances de part et d’autre et un Montréal bien décidé à aller chercher les trois points. Ce sont toutefois les visiteurs qui ont été les premiers menaçants sur un coup franc plein axe que Pereyra a réussi à brosser au-dessus du mur, mais trop au centre du but pour éviter que Breza ne le repousse d’un plongeon.

Au quart d’heure, un mouvement Choinière - Mihailovic - Brault-Guillard a permis à Montréal de s’enfoncer en nombre dans le rectangle comme il l’a rarement fait cette saison. Le centre de l’ancien Lyonnais est arrivé au deuxième poteau où Ibrahim, lancé et fin seul, n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but… mais l’attaquant s’est emmêlé les pinceaux et cela se termina par un incroyable raté !

Cinq minutes plus tard, après s’être appuyé sur Choinière côté gauche, Mihailovic a trouvé Torres qui s’est isolé à l’entrée du rectangle après avoir effacé un adversaire. L’Argentin n’avait cependant pas échappé à la vigilance de Gallese, auteur d’une sortie remarquable pour lui fermer sa porte et repousser son tir à peine celui-ci envoyé.

Alors que d’autres situations chaudes se déroulaient dans la moitié de terrain visiteuse, Orlando, malgré beaucoup de bonne volonté, peinait à mener des actions dangereuses. Par contre, sur phase arrêtée, c’était tout autre chose comme en témoigne le puissant coup franc à ras-de-terre de Jansson repoussé par l’extérieur du montant droit de Breza. Notons le mur complètement désorganisé sur cette phase jouée en deux temps.

On pensait que la délivrance tombait quelques minutes avant le repos quand un centre au sol de Brault-Guillard était repris victorieusement par Ibrahim, mais celui-ci était largement hors-jeu et le juge de ligne n’a pas hésité au moment de lever son drapeau.

C’est plutôt le ciel qui tomba sur la tête de Montréal 10 minutes après le repos. Une longue touche de Mas dans le paquet au cœur du rectangle fut directement dégagée par Camacho mais arriva dans les pieds de Mendez, complètement oublié dans une position apparemment pas dangereuse à 25 mètres du but, excentré sur la gauche. Mais pour le joueur, les apparences étaient différentes. Lui, il voyait un gardien adverse pas très bien placé et un bel espace pour loger le ballon. Restait à réaliser un magnifique geste technique, ce qu’il réussit de main de maître (0-1).

Montréal n’a pas tardé à réagir. À peine quatre minutes après le but, lancé sur la droite par Mihailovic, Camacho envoyait un centre parfait, victorieusement repris de la tête par Quioto en pleine course au deuxième poteau. Mais ce n’était pas l’égalisation : le juge de ligne avait levé son drapeau et, après vérification vidéo, la décision de changea pas. Au grand mécontentement des Montréalais, même après le match.

Bien des choses erronées ont été dites au sujet de ce but annulé. Il est malheureux que les arbitres s’expriment trop peu sur leur façon concrète de travailler, car ça aurait aussi éviter quelques propos sans pertinence. Il faut garder en tête qu’un juge de touche réagit immédiatement à une action en fonction de ce qu’il voit. S’il lève son drapeau, c’est que pour lui, le hors-jeu est clair. Point. Il ne se dit pas “Ah, je ne suis pas sûr, peut-être que, bon je lève ou non… Puis zut, faut que je me décide.” C’était donc le cas lors de cette action. À tort ou à raison, c’est autre chose. Souvent, vous diront des arbitres, à raison… en fonction de son placement. Ça veut dire que de là où il était, le joueur était clairement hors-jeu… et s’il peut s’être trompé, c’est parce que l’homme au drapeau était mal placé.

Maintenant que c’est dit, passons à l’épisode de la vidéo. Là encore, le règlement est clair, même s’il est très mal appliqué lors de la plupart des rencontres : la décision prise sur le terrain doit être prise “comme si de rien n’était” mais si l’action continue, doit être annoncée plus tard en cas de doute (vous voyez la confusion que ça peut semer, mais c’est une autre affaire). Ensuite, si la vidéo montre hors de tout doute qu’il y a erreur, elle doit être renversée.

Sur cette phase, y avait-il erreur ? Objectivement, c’est impossible à dire car l’angle de la caméra rend la phase impossible à juger. Oui, en apparence, Quioto n’est pas hors-jeu (et c’est aussi l’impression que j’ai). Mais la caméra n’est pas en face et est donc trompeuse. Impossible donc de se prononcer correctement et, dès lors, d’inverser la décision. Ceux qui suivent les sports où il y a des “photos finish” sur la ligne d’arrivée savent combien il est parfois difficile de trancher sur le vainqueur (ça peut prendre 10 minutes) avec une caméra parfaitement placée et faite exprès pour ça. Alors, pour un hors-jeu, peut-être même pas montré au moment exact de la passe et d’un mauvais angle…

Cela dit, c’était légitimement dur à avaler pour Montréal et ses supporters, mais en pratique, la mission ne changeait en rien dans un premier temps : même en cas d’égalisation, il aurait fallu marquer en but pour remporter les trois points nécessaires à la qualification. Dès lors, il fallait toujours marquer et donc continuer de taper sur le clou. Bien entendu, en cas de nul au coup de sifflet final, il y aurait eu regrets et polémiques. Mais il fallait évidemment commencer par égaliser… puis idéalement gagner pour éviter les blablas qui ne changeraient malheureusement rien au verdict.

Auteur du centre sur le but, Camacho était déchaîné et donnait tout… Si pour la défense, c’était une bénédiction, ça a aussi failli payer offensivement quand il s’est jeté sur un corner et envoya le ballon peu à côté. Mais cet enthousiasme démesuré a fini par coûter cher quand, en pleine course, il s’est lancé pour prendre le ballon qui arrivait dans les pieds de Dike. L’intention était tout sauf méchante, mais ses crampons n’ont pas fini dans le cuir mais bien dans son adversaire, qui a volé au sol avant que le fautif ne vol au vestiaire après que l’arbitre lui montre un carton rouge.

Ça devenait très compliqué, et ce fut carrément mission impossible quand Dike, lancé par Ruan, contourna Breza scotché au cœur de son rectangle pour fixer les chiffres à 0-2.

Après une saison pleine d’espoirs, la pilule est clairement très difficile à avaler : Montréal finit en-dessous de la ligne rouge, 18e du classement général et dixième équipe de la Conférence Est. Il faut dire que c’était très serré puisque le dernier qualifié de l’Est n’a que deux points de plus, et le quatrième est seulement à cinq unités.

On fera les bilans plus tard, on dira seulement en ce moment qu’il ne faut verser ni dans l’excès d’amertume, ni dans l’enthousiasme aveugle car la saison a dépassé les attentes. Finalement, l’équipe est peut-être à sa place : si celle-ci a un côté décevant, on se console en se disant que les autres ne sont pas loin… et que de bons choix cet hiver permettront de poursuivre sur une lancée de progrès.

En attendant, il reste un match de la plus haute importance, la finale de la Coupe du Canada contre Toronto, qui n’est pas seulement une rencontre de prestige mais offre aussi un billet pour la Ligue des champions. L’heure n’est donc pas aux casse-tête, mais bien à la mobilisation de tout le monde ensemble pour faire de cet dernier rendez-vous une grande réussite.

Comment
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Fixtures

Next fixture

Orlando - Montreal
Sunday 27 February, 13:00

Last result

Montreal - Toronto1-0
Sunday 21 November, 13:00

► All fixtures

MLS table

PPts
  1. New England3473
  2. Colorado3461
  3. Seattle3460
  4. Kansas City3458
  5. Portland3455
  6. Philadelphia3454
  7. Nashville3454
  8. New York City3451
  9. Orlando3451
10. Atlanta3451
11. Minnesota3449
12. Vancouver3449
13. Salt Lake3448
14. LA Galaxy3448
15. New York3448
16. DC United3447
17. Columbus3447
18. MONTREAL3446
19. Los Angeles FC3445
20. Miami3441
21. San Jose3441
22. Chicago3434
23. Dallas3433
24. Austin3431
25. Houston3430
26. Toronto3428
27. Cincinnati3420
► Full tables

Discussion board

17:51 - Qui reste, qui part ? par Bxl Boy

29/11 - Bilans de saison par Campoozmstnz

28/11 - Toronto - Montréal : l'Homme de la saison par gbagrami

26/11 - Gabriele Corbo par Citlec

► Join the community

Twitter Feed

The Coup Franc podcast

Scorers

 Quioto
 Toye
 Torres
 Mihailovic
 Ibrahim
 Camacho
 Tabla
 Miljevic
 Hamdi
 Choinière
 Johnsen
 Brault-Guillard
 Wanyama
 Struna
 Piette
 Lappalainen
 Miller
► Complete stats

The Man of the season

After 36 matches

1. Camacho
2. Mihailovic
3. Choinière
4. Wanyama
5. Torres

► Détails

Play with us

► Join the ImpactSoccer.com league