Toronto favori, Montréal finira dixième

Publié le 3 mars 2017

 Impact de Montréal
Si l’hiver fut calme à Montréal, ce fut tout le contraire presque partout ailleurs en MLS, et faire des pronostics à l’aube de la saison est extrêmement hasardeux. Pour se faire une meilleure idée des forces en présence, voici un le classement qui reflète l’opinion générale des observateurs “à grande échelle” de la MLS – ESPN, Sports Illustrated, Soccer America, etc. Ils sont de plus en plus nombreux à se jeter à l’eau, et à classer les équipes de 1 à 22 et non en fonction des conférences. Cette compilation de leurs pronostics est assortie de l’avis le plus optimiste et de l’avis le plus pessimiste au sujet de chacune des équipes.

1. Toronto

Les optimistes : L’équipe qui a disputé une bonne saison 2016 et atteint la finale de la Coupe MLS a été conservée, et même améliorée avec l’arrivée de Victor Vazquez. Giovinco est motivé à l’idée de prouver qu’il est le meilleur joueur du championnat.
Les pessimistes : Idem… en ne parlant peut-être pas de Giovinco. Seule différence : d’autres seront meilleurs. Personne ne voit Toronto moins bien classé que troisième…

2. Dallas

Les optimistes : L’équipe qui a fini la saison régulière 2016 en tête du classement général compte encore sur des jeunes talentueux et a été se renforcer intelligemment à l’étranger. L’entraîneur Oscar Pareja a démontré ses capacités à en faire une équipe compétitive.
Les pessimistes : Il est difficile de croire que Dallas atteindra la barre des 60 points pour une troisième fois consécutive, surtout en l’absence de Diaz. Mais l’équipe a attiré des renforts intéressants et il y a peu de sujets d’inquiétude concernant un bon classement.

3. Seattle

Les optimistes : Une saison complète pour Lodeiro, le retour de Dempsey, Morris qui a gagné en expérience et en confiance : si les autres lignes se montrent à la hauteur de l’attaque la plus talentueuse du championnat, Seattle sera l’équipe à battre.
Les pessimistes : Un favori évident, mais avec quelques incertitudes. Lodeiro sera-t-il aussi fort que l’an dernier ? Quel rôle pour Dempsey ? Comment Morris vivra-t-il la difficile année de la confirmation ? Les départs, dont ceux de trois titulaires, ont-ils été bien compensés ?

4. New York City

Les optimistes : Il n’y a aucune raison que l’équipe soit moins bonne que la saison dernière. Vieira continuera son travail en solidifiant la défense, et a pu faire ses choix en connaissance de cause. Moralez est un renfort qui devrait valoir le coup d’œil.
Les pessimistes : Cette équipe présente peu de garanties, et est capable du meilleur comme du pire. Les départs de Lampard et Iraola devraient la faire régresser. La défense pose question. Rare certitude : elle construira de beaux buts.

5. New York

Les optimistes : Malgré le départ de McCarty, les vedettes de l’équipe sont au sommet de leur carrière, et les jeunes du club pétris de talent. Les ambitions élevées sont légitimes, reste à répondre présent lors des grands rendez-vous.
Les pessimistes : Tout allait bien, et pourtant le club a montré la porte à son capitaine Dax McCarty et à son directeur sportif Ali Curtis, chaque fois dans des circonstances nébuleuses. Il y a du talent mais des ondes négatives risquent de rôder autour de l’équipe.

6. LA Galaxy

Les optimistes : Cela reste une des équipes comptant le plus de très bons joueurs en ses rangs, notamment Dos Santos et Zardes devant, mais aussi Jones et Van Damme pour faire le sale boulot. Il faudra juste que le nouvel entraîneur Curt Onalfo soit à la hauteur.
Les pessimistes : Robbie Keane et l’entraîneur Bruce Arena, tous deux garants de la régularité, sont partis. S’il y a encore du talent dans l’équipe, le passé d’Onalfo ne plaide pas en sa faveur.

7. Kansas City

Les optimistes : Une surprise potentielle, qui pourrait faire jeu égal avec Seattle et Dallas. Manque peut-être de solutions aux postes d’arrières latéraux, mais un effectif bien équilibré au milieu et devant.
Les pessimistes : Peu de changements, mais le départ de Peterson et le passage de Zusi en défense risquent de ne pas être compensés par les arrivées, alors que Dwyer est bien seul devant pour marquer les buts.

8. Portland

Les optimistes : Guzman et Chara protégeront bien une défense centrale qui semble légère, mais offensivement l’équipe est une des meilleures du championnat avec un Adi en grande forme et Blanco qui est du même niveau que Valeri.
Les pessimistes : Difficile d’imaginer pire que l’an dernier, avec notamment aucune victoire à l’extérieur. La préparation a été encourageante, il reste néanmoins des problèmes défensifs à régler.

9. DC United

Les optimistes : Si tous les éléments sont réunis - Hamid ne se blesse pas, Acosta répond aux attentes, Nyarko et Sam sont efficaces - cette équipe combative confirmera sa bonne fin de saison 2016 et pourrait se classer dans le top 5.
Les pessimistes : L’équipe est talentueuse mais manque de joueurs capables de changer le cours d’un match à eux seuls et qui font peur à leur adversaire. L’avenir s’annonce radieux mais le présent manque encore d’une touche de magie.

10. Montréal

Les optimistes : Drogba est parti, mais ça ne change rien puisque Mancosu l’avait relégué sur le banc. Piatti est resté, et c’est ce qu’il fallait à l’équipe. Elle a fait ses preuves lors de la phase finale 2016 et tous les titulaires sont restés.
Les pessimistes : Pas assez de renforts pour terminer devant d’autres équipes qui se sont sérieusement renforcées. À prévoir : une saison complète autour de la ligne rouge, avec un dénouement décevant.

11. Colorado

Les optimistes : L’équipe n’a presque pas changé par rapport à 2016, ce qui lui vaut d’avoir le bénéfice du doute. Mais si la défense et Howard commencent à encaisser, elle risque de chuter au classement.
Les pessimistes : L’attaque qui marquait très peu l’an dernier ne s’est en rien améliorée, Jermaine Jones est parti ; pour confirmer l’excellente saison 2016, il faudra une défense toujours aussi solide et continuer de presque tout gagner 1-0, ce qui est improbable.

12. Atlanta

Les optimistes : Le club s’est donné de grands moyens, a engagé beaucoup de joueurs talentueux et Tata Martino, peut-être l’entraîneur le plus compétent de l’histoire de la MLS, qui a les outils pour rapidement faire oublier que l’équipe vient d’être créée.
Les pessimistes : Trop de joueurs importants sont trop jeunes pour arriver dans une équipe qui part de zéro, même si Martino est capable de trouver la bonne formule. Les joueurs d’expérience et ceux qui ont des choses à prouver ne suffiront pas à un bon classement.

13. Columbus

Les optimistes : L’équipe se créait tellement d’occasions dangereuses l’an dernier qu’elle va recommencer à marquer régulièrement, et l’arrivée de Mensah va solidifier la défense. Si les nouveaux s’intègrent vite, Columbus remontera en haut de tableau.
Les pessimistes : Difficile de savoir si Columbus offrira le beau visage d’il y a deux ans ou décevra comme l’an dernier. La vérité est entre les deux, mais rares sont ceux qui anticipent un redressement impressionnant.

14. Philadelphie

Les optimistes : Le groupe talentueux qui a montré ses qualités en 2016 est renforcé par le retour de blessure d’Edu, sans oublier les transferts qui apportent une plus-value. L’attaque pose néanmoins des questions.
Les pessimistes : L’équipe s’est effondrée l’an dernier après le départ de Nogueira, et si l’arrivée de Medunjanin devrait stabiliser l’entrejeu, l’attaque est source d’incertitudes, tout comme la santé des défenseurs.

15. New England

Les optimistes : Avec Kamara, Agudelo, Rowe, Nguyen et Fagundez, il y a des tonnes de solutions à l’attaque, reste à trouver la formule qui convient à toutes ces individualités. La misère des riches…
Les pessimistes : De très bons joueurs défensifs, mais il risque de manquer de cohésion entre les individualités. Et il faudra aussi trouver la bonne combinaison offensive, ce que l’entraîneur Jay Heaps ne semble pas capable de faire. Il joue peut-être sa tête.

16. Salt Lake

Les optimistes : Les vieux sont enfin presque tous partis, et l’opération rajeunissement est de plus en plus claire. Il y a du talent, mais aussi des automatismes à trouver. Si Rusnak reprend bien le rôle de Morales, alors Salt Lake sera compétitif.
Les pessimistes : La fin de saison difficile 2016 montrait davantage le vrai visage de l’équipe que les débuts enthousiastes. Rusnak sera un plus, mais l’effectif est encore trop court et tendre pour viser haut.

17. Chicago

Les optimistes : La sauce prend enfin et Vejlko Paunovic a trouvé la bonne recette. Chaque année, on parle de reconstruction : cette saison, celle-ci va amener des résultats attendus depuis longtemps par les supporters.
Les pessimistes : L’équipe a effectué énormément de changements, et sera dépendante du rendement de McCarty et Juninho au milieu. Ce qui ne lui permettra pas vraiment de remonter au classement.

18. Orlando

Les optimistes : Un nouveau stade, une nouvelle énergie, et la première saison complète sous Jason Kreis : Orlando ne jouera pas les premiers rôles, mais l’équipe sera à surveiller si la défense bâtie autour de Spector tient bon.
Les pessimistes : Beaucoup de changements dans cette équipe qui, sur le papier, semble renforcée mais risque de manquer de cohésion. Jason Kreis devra rallier ses troupes autour de lui, et le rôle de Will Johnson sera crucial.

19. Vancouver

Les optimistes : Le problème le plus sérieux a été résolu avec l’embauche de Montero. Vu que l’équipe était capable de se créer beaucoup d’occasions mais pas de les convertir, elle a désormais les moyens de bien se classer.
Les pessimistes : La deuxième moitié de saison 2016 fut tout bonnement catastrophique, avec du jeu ennuyeux et de piètres résultats. Montero devra être arriver à changer ça à lui seul. La commande est trop lourde, ce n’est pas Lodeiro.

20. Houston

Les optimistes : Encore une fois, les dirigeants ont changé la moitié de l’équipe. Sauf que cette fois, ils n’ont pas été chercher des bras cassés, mais des internationaux venus de la Concacaf que le nouvel entraîneur Wilmer Cabrera parviendra à rendre compétitifs.
Les pessimistes : Avec ce groupe de joueurs, la seule solution efficace sera de jouer à la montréalaise, compact derrière et vite devant. Pour le reste, il faudra attendre que les automatismes se mettent en place, ce qui prendra beaucoup de temps.

21. San José

Les optimistes : L’équipe s’est améliorée, Ureña et Hoesen vont revigorer l’attaque, la défense centrale Jungwirth - Cummings sera solide et San José sera un adversaire coriace.
Les pessimistes : Wondolowski a toujours répondu aux attentes, mais ces dernières années il fut bien seul et il ne rajeunit pas. Si les nouveaux attaquants ne produisent pas, la saison sera très longue…

22. Minnesota

Les optimistes : Beaucoup de joueurs talentueux venus d’autres pays de la Concacaf, ça promet une adaptation rapide. Une douzaine de joueurs ont été internationaux A ou chez les jeunes. L’équipe ne sera pas bien classée mais ne doit pas être sous-estimée.
Les pessimistes : Très, trop prudent dans sa stratégie de construction d’effectif, cela ne portera certainement pas ses fruits rapidement. Débuts difficiles à prévoir, mais peut-être qu’à long terme ça ira mieux.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Dallas
Samedi 22 juillet, 19h30

Dernier match

Montréal - Philadelphie2-1
Mercredi 19 juillet, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto2039
  2. Chicago1938
  3. New York City2034
  4. Kansas City2032
  5. Dallas1831
  6. Atlanta1930
  7. New York1929
  8. Houston2029
  9. Orlando2029
10. Columbus2028
11. Vancouver1827
12. Portland2127
13. Seattle2027
14. San José2026
15. MONTRÉAL1824
16. Salt Lake2123
17. Philadelphie1923
18. LA Galaxy1922
19. New England1920
20. Colorado1819
21. Minnesota2019
22. DC United2018
► Classements complets

En direct du forum

2h29 - Montréal - Dallas : samedi 22 juillet, 19h30 par Frankinho

0h43 - Gold Cup 2017 par Phil7777

22h51 - Blessures - 2017 par Campoozmstnz

21h58 - Liste des anciens de l'Impact par flying_dutchman

21h27 - Superdraft 2018 par Daniel

20h54 - École de jeunes par Daniel

20h02 - Montreal - Philadephie: Mercredi 19 juillet, 19h30 par Pouchkine

19h32 - Saison 2017: départs et besoins par DD681

17h42 - Nos defenseurs par Lagom

17h18 - Montréal - Philadelphie : l'homme de la saison par Lagom

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti10 
 Jackson-Hamel
 Dzemaili
 Mancosu
 Tabla
 Salazar
 Duvall
 Choinière
 Donadel
 Oduro
 Fisher
 Oyongo Bitolo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 21 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Fisher
4. Tabla
5. Ciman

► Détails

Quiz

Parmi ces joueurs américains, lequel n'a jamais joué à Montréal ?

  • Bill Sedgewick
  • Tom Kain
  • Steve Trittschuh
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com