Calendrier 2020 : changements d’habitudes

Publié le 19 décembre 2019

La Major League Soccer a publié ce jeudi le calendrier de sa saison régulière 2020 (voyez ici le programme de Montréal). Malgré les arrivées de Miami et Nashville, chaque équipe disputera toujours 34 rencontres… mais n’affrontera pas trois de ses adversaires. Un changement parmi pas mal d’autres au calendrier de Montréal, qui a choisi de privilégier les samedis après-midi et qui jouera au moins un match de championnat par semaine du 4 avril au 4 octobre !

Les dates du début et de la fin de la saison régulière ne changent pas. Certes, on jouera cette année en février, mais le 29, ce qui, en pratique, est la même fin de semaine que celle du 2 mars l’an dernier. Comme annoncé précédemment, Montréal recevra ce jour-là New England au Stade olympique. Même date aussi pour l’ultime journée, qui aura lieu la dernière fin de semaine d’octobre : à l’occasion de ce que la MLS a baptisé “Jour décisif”, Montréal jouera, comme l’an dernier, à domicile, cette fois face à Cincinnati.

On s’en doutait, c’est désormais officiel : Montréal ne disputera qu’un match de saison régulière au Stade olympique, avant de reprendre au stade Saputo. Ce sera contre Houston le 18 avril, une semaine plus tard que l’année passée. Et ce sera à 13 heures (!), un nouvel horaire auquel on devra s’habituer (dans “on”, il y a aussi le système digestif des joueurs). En effet, ce sera la deuxième de six rencontres consécutives (dont trois à domicile) à cet horaire peu conventionnel, auxquelles il faudra ajouter la visite de Colorado fin mai (encore plus sympa pour les équipes qui ont un décalage horaire).

Trois de ces “duels à l’heure du dîner” auront lieu un samedi, l’autre un dimanche… deux des neuf (!) moments différents pour les rendez-vous à domicile. Ajoutez-y le samedi à 19h00 (plutôt que 19h30 comme la plupart des années depuis l’arrivée en MLS), seulement en été (on se croirait revenu à l’époque où le club n’osait pas jouer le samedi soir en dehors de juillet et août), un samedi à 20h00, deux samedis à 15h00, un dimanche à 16h30 (Jour décisif oblige), et quatre soirs de semaine - deux mercredis et deux vendredis - à 19h00 (espérons que le monde arrive à temps lors de ceux-ci car par le passé, quand le coup d’envoi était prévu à 19h30, les gens arrivaient en retard ou ne venaient pas du tout, problème qui se posait moins pour les rencontres un jour de semaine à 20h00).

Si la question la plus difficile la saison dernière était “Quel est le buteur attitré de l’équipe ?”, espérons que l’an prochain ça change car “Quand joue l’Impact le week-end prochain ?” relèvera de l’exercice tortueux. Finies les bonnes habitudes de jouer toutes les semaines le même jour à la même heure. Même en déplacement, les horaires seront très diversifiés : là aussi, huit moments de rendez-vous différents, y compris quatre “nouveaux”, 17h00 et 19h30 le samedi, ainsi que 22h00 le samedi et 22h30 un mercredi, visites dans l’Ouest obligent.

Les groupes de supporters ont déjà certainement entouré certains d’entre eux, pour lesquels un déplacement organisé est tout à fait possible : le samedi 25 avril à New England (même si avec un coup d’envoi à 13h00, il faudra partir en pleine nuit), le samedi 13 juin à Toronto, 14 jours plus tard à New York (ou plutôt, dans le New Jersey), et le 25 juillet à New York City - les deux premiers seront joués en soirée, le dernier commencera en fin d’après-midi. Le grand rival torontois viendra à Montréal le 22 août, alors que le champion en titre, Seattle, ne jouera pas au Québec (ça vaut pas un rabais sur les abonnements ça ?) durant la saison régulière.

Il y aura en revanche une question à laquelle la réponse sera très simple : “On joue en championnat cette semaine ?” Dès les jours qui précèdent le 4 avril et jusqu’au 4 octobre, la réponse sera systématiquement “Oui !” En effet, la MLS ne fait aucune trêve estivale cette saison pour les compétitions internationales (une première depuis quelques années) et Montréal a décidé de jouer toutes les semaines, sans exception, sauf en mars avec des pauses les week-ends du 14 et du 28. Heureusement, hormis les compétitions internationales en juin, le calendrier des équipes nationales sera très léger cette année, et aux autres moments, l’équipe ne risque d’être privée de ses internationaux que le 4 septembre face à DC United. En espérant quand même ne pas le payer au prix fort comme ce fut déjà le cas par le passé.

Maintenant qu’on a évoqué le casse-tête des horaires, revenons au début de la saison où les deux pauses de mars permettront à la fois de ne pas jouer lors d’une trêve internationale mais aussi d’éviter un trop grand déséquilibre domicile / extérieur avant les débuts au stade Saputo. En effet, Montréal y jouera son sixième match de championnat de la saison, le deuxième à domicile, pour quatre à l’extérieur avant cela. Il n’y aura donc pas d’important retard à combler comme lors de certaines saisons précédentes. Il va en fait… se recreuser par la suite (avec 6 duels à domicile et 9 à l’extérieur au soir du 13 juin) avant une alternance quasi-systématique de deux rencontres à la maison et deux en déplacement (parfois une pour rééquilibrer) jusqu’au Jour décisif.

Il y aura tout de même deux “rushes” de rencontres au stade Saputo (entrecoupées de déplacements) : quatre du 2 au 31 mai et six entre 1er août et le 11 septembre. Si vous voulez partir en vacances et ne pas manquer de match à domicile, il y a peu de choix : en mars, il n’y a pour le moment rien au programme mais la Ligue des champions pourrait complètement changer la donne, sinon il y a du 11 juillet au 1er août, un départ à retarder de quelques jours pour voir le quart de finale retour de Coupe du Canada qui se jouera certainement entre le 14 et le 16 juillet à l’ombre de la tour olympique.

Si jouer chaque semaine dès le 4 avril a le désavantage de priver les joueurs de trêve (heureusement que Thierry Henry a connu ça tant en Angleterre qu’en MLS, espérons que le préparateur physique puisse aussi gérer cette réalité), cela permet aussi d’éviter les semaines ultra chargées dues au raccourcissement de la saison de MLS : il y en avait eu 6 la saison dernière, cette fois il y aura quatre rencontres de championnat le mercredi, en outre relativement bien réparties puisqu’il y en aura une en mai, une en juin, une en juillet et une en août (alors que l’an passé, il y en avait quelques-unes en début de saison, ce qui était pour le moins dur à comprendre). Les dix rencontres du 23 mai au 4 juillet représentent toutefois la portion la plus chargée du calendrier, si on ne prend en compte que le championnat. Aucun supporter ne se plaindra d’en voir apparaître d’autres en cas de parcours concluant en Ligue des champions ou en Coupe du Canada.

Avec le passage à 26 équipes, la MLS a décidé de mettre fin à l’habitude de voir toutes les équipes affronter tous ses adversaires. Cette année, trois d’entre eux, tous versés dans l’autre conférence, ne pourront être sur la route d’une équipe qu’en cas de qualification des deux pour la Coupe MLS. Ainsi, Montréal ne se mesurera ni au LA Galaxy (qui n’était déjà pas venu au stade Saputo l’an dernier - ça commence à faire beaucoup), ni à Nashville, ni à Portland. Imaginons qu’une place au-dessus ou en dessous de la ligne rouge se joue entre une équipe qui a évité trois ténors et une autre qui a évité trois cancres…

Si l’IMFC ne jouera pas du tout contre trois équipes, cinq autres ne se déplaceront pas non plus à Montréal, ce qui est évidemment toujours regrettable. Cette année, il s’agira de Dallas, Minnesota, Seattle, Vancouver et Salt Lake. A contrario, les supporters de Kansas City, Houston, San José, Colorado et du LAFC n’auront pas la chance de voir l’IMFC se produire dans leur stade.

Il y aura peut-être une exception au paragraphe précédent, si une de ces équipes se qualifie pour la Coupe MLS et y affronte Montréal. Mais avant cela, il faudra évidemment terminer la saison régulière en ordre utile pour se qualifier pour la phase finale pour la première fois depuis 2016. D’ici-là, on espère vivre bien des émotions positives, en championnat mais aussi en coupe et, tout d’abord, en Ligue des champions ! Vivement la fin de cette interminable trêve et que tout ça commence !

Calendrier

Prochain match

DC United - Montréal
Mardi 28 janvier, 15h00

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus00
  2. Chicago00
  3. Dallas00
  4. New York00
  5. New England00
  6. DC United00
  7. San José00
  8. Kansas City00
  9. Salt Lake00
10. LA Galaxy00
11. Houston00
12. Colorado00
13. Toronto00
14. Seattle00
15. MONTRÉAL00
16. Philadelphie00
17. Minnesota00
18. Orlando00
19. Portland00
20. Vancouver00
21. New York City00
22. FC Cincinnati00
23. Atlanta00
24. Los Angeles FC00
25. Nashville SC00
26. Inter Miami CF00
► Classements complets

En direct du forum

19h46 - Ligue des champions 2020 par Matheo

17h25 - Jean-Yves Ballou Tabla par penz

16h35 - CanPL : saison 2020 par Daniel

18/1 - Steeven Saba par Maxpac

18/1 - Quel onze pour 2020? par penz

16/1 - Olivier Renard nouveau directeur sportif par costarg

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2019

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Waterman (Cavalry FC), Quioto (Houston)

DÉPARTS

Cabrera (Houston), Lovitz (Nashville), Sagna (Fin de contrat), Krolicki (Fin de contrat), Kinumbe (Fin de contrat)

► Détails

Quiz

Qui fut le premier buteur de Montréal en MLS ?

  • Patrice Bernier
  • Davy Arnaud
  • Sanna Nyassi
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com