Pas de miracle mais une belle soirée

Impact Montréal - CD Heredia 2-0 – Match de Ligue des champions joué le 24/09/2013

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Ouimette, Camara, Lefèvre, Tissot, Warner, Pisanu (66e Mapp), Felipe (80e Smith), Nyassi (57e Di Vaio), Paponi, Wenger

HEREDIA : Calderon, Garcia, Medina, Gonzalez (90e Pereira), Arias, Velasquez (73e Guzman), De Matta, Espinoza, Miranda, O. Lopez (61e Andrade), Cordoba

ARBITRE : M. Campbell (Jam)

AVERTISSEMENTS : Felipe, Tissot, Paponi

LES BUTS : 4e Paponi (1-0), 54e Wenger (2-0)


La mission était extrêmement difficile et il n’y a pas eu de miracle : Montréal est éliminé de la Ligue des champions mais a fini son parcours avec les honneurs en battant Heredia 2-0 dans une ambiance des grands soirs.

Marco Schällibaum avait déclaré que son équipe donnerait tout pour se qualifier et qu’on verrait des lions sur le terrain. Au coup d’envoi, on a en effet vu des joueurs affamés, poussés par un kop en furie, qui avait sorti le grand arsenal pyrotechnique. Il fallait bien cela pour impressionner rapidement l’adversaire, et le concrétiser au marquoir. On jouait depuis à peine plus de trois minutes qu’un corner se transformait en plusieurs tirs repoussés avant que, sur sa deuxième chance, Paponi n’envoie de manière acrobatique le ballon au fond des filets (1-0).

Deux minutes plus tard, Pisanu profitait d’une sortie approximative de Calderon sur un centre de Nyassi pour se retrouver en bonne position mais croquait sa reprise. Juste avant le quart d’heure, l’Italien envoyait un ballon entre les défenseurs vers Wenger qui a pris tout le monde de vitesse pour se retrouver seul face au gardien visiteur mais l’Américain a envoyé un tir trop croisé. À ce moment-là, on ne jouait quasiment que dans un camp et la mission du but par quart d’heure était respectée.

Par la suite, Heredia a quand même pris du mieux. Il faut dire que la tempête pouvait difficilement se prolonger éternellement… Malgré tout, les Guatémaltèques éprouvaient d’énormes difficultés à mener leurs actions à terme et devaient se contenter de tirs à distance désespérés : Miranda et Espinoza ne purent viser mieux que droit dans les bras de Bush.

Il a fallu attendre plus de 25 minutes pour voir une occasion digne de ce nom pour les visiteurs. Lopez a effectué un beau travail sur la droite, effaçant plusieurs hommes avant de tenter de trouver ses attaquants : tout le monde s’est jeté sur le ballon, Cordoba a eu le but au bout du pied mais finalement, le cuir a été repoussé (de la main ?) par un défenseur avant que Bush ne s’en empare.

Le gardien montréalais a toutefois beaucoup moins dû s’illustrer que son vis-à-vis. Ce dernier a entre autres dû se jeter sur un centre menaçant de Nyassi qui avait profité d’une glissade d’Arias, ou repousser un envoi de Paponi mis en bonne position dans le petit rectangle suite à une action rapidement menée par Pisanu et Wenger.

Après la demi-heure, Heredia n’a à nouveau presque plus eu droit au chapitre et a été complètement enfoncé. Si les ballons chauds se sont multipliés dans le rectangle de Calderon, il y avait toujours un défenseur pour le repousser et les occasions réelles se sont raréfiées. L’Impact a alors, comme son adversaire, tenté quelques tirs de loin désespérés : Wenger en a envoyé un au-dessus, Pisanu un autre, bondissant, dans le filet latéral. Dans les arrêts de jeu, une faute non sifflée de Wenger a permis à Paponi de partir seul mais Calderon est bien sorti à ses devants.

Maxim Tissot a été un des principaux animateurs du début de la deuxième mi-temps. Il a d’abord envoyé un beau ballon dans l’axe entre les défenseurs : Wenger a eu du mal à le maîtriser et, malgré un contre favorable, il a filé sur Calderon. L’arrière gauche a ensuite centré sur la tête de Nyassi, dont la reprise trouvait le gardien visiteur. Ce dernier a effectué une nouvelle belle intervention dans les pieds de Wenger mais ne put rien une minute plus tard face à l’Américain qui avait pris les défenseurs de vitesse suite à une nouvelle passe de Tissot (2-0).

Il restait plus d’une demi-heure pour inscrire quatre buts : une mission difficile mais à laquelle tout le monde croyait, à commencer par l’entraîneur comme en témoignent les montées au jeu de Di Vaio puis de Mapp.

On ne peut plus fébrile sur les centres aériens (dommage que ce ne soit pas une spécialité montréalaise), Heredia passait proche d’encaisser un troisième but. Il n’a pas manqué grand-chose à Paponi, fin seul, pour reprendre une passe bien brossée de Pisanu. 60 secondes plus tard, sur un centre de la droite, Di Vaio y est allé d’une belle tête plongeante mais Calderon s’est étendu de tout son long pour dévier en corner.

Malgré son retard de deux buts, et le fait qu’il s’approchait difficilement de Bush, Heredia jouait crânement sa chance et ne manquait pas une occasion de tirer… péchant quand même souvent par excès de précipitation. On notera entre autres un centre-tir de Miranda au-dessus ou une frappe dangereuse de De Matta obligeant le gardien local à sortir une belle parade.

Il restait 20 minutes et tout le monde croyait encore l’exploit possible. On sentait une ambiance électrique dans le public, bien en voix durant les 90 minutes. Après un tir de Mapp qui a heurté le visage d’un adversaire, Di Vaio a envoyé le ballon sur le poteau. Wenger, sur la gauche, était au rebond et a centré vers Paponi, plus prompt que son défenseur. Tout le stade croyait au 3-0 mais M. Campbell avait sifflé au préalable…

Ce fut une des nombreuses contestations de la soirée (aussi très riche en déchets techniques), marquée surtout par un nombre incalculable de chutes dans les deux rectangles, avec les traditionnels bras levés d’incompréhension par la suite. Si l’arbitre avait écouté les deux entraîneurs, il aurait certainement sifflé penalty une douzaine de fois. Jamais il n’a désigné le point de réparation, mais Felipe et Pisanu ont été jaunis pour simulation (sur le dernier cité, il y avait une faute évidente, mais juste en dehors du rectangle).

Le ressort était quand même cassé chez les montréalais, qui ont par la suite encore essayé d’alourdir la marque, mais si on sentait toujours autant de bonne volonté, les lions étaient moins rugissants. Cela n’empêcha pas Mapp de tenter plusieurs fois sa chance à distance : une frappe travaillée termina au-dessus, un autre tir fut repoussé par le poteau.

Toujours dominé, Heredia, qui avait besoin d’un point, s’est quand même créé le plus grand nombre d’occasions dans le dernier quart d’heure. Après un beau une-deux avec De Matta, Miranda, serré de près par plusieurs défenseurs, ne put que tirer sur Bush. Quelques minutes plus tard, De Matta contourna le gardien de l’Impact mais ne parvint pas à redresser sa frappe. Bush s’interposa une dernière fois sur un envoi à distance bien placé signé Cordoba.

Ces possibilités de but ne doivent pas laisser croire que Ouimette (qui a fait forte impression au cours de la soirée) et consorts ne jouaient plus. En fait, le ballon allait dans tous les sens et plusieurs joueurs visiteurs tombaient d’épuisement, ce qui multipliait en outre les arrêts de jeu. Il fallait donc que la dernière occasion soit montréalaise, pour traduire le cours du jeu : ce fut un tir à distance de Warner (lui aussi très actif), hors-cadre.

Bien entendu, certains doivent être déçus que le match ne se soit pas terminé sur un score laissant espérer la qualification. Mais comme l’avaient dit l’entraîneur et quelques joueurs, Montréal a joué le jeu et a fait son devoir. S’il y a quelque chose à reprocher, ce sont évidemment les choix lors du déplacement au Guatemala, qui nourrissent d’énormes regrets : avec ne serait-ce qu’un point là-bas, la qualification serait acquise ce soir.

Malgré cela, les spectateurs se sont vraiment bien amusés lors d’une nouvelle très belle soirée de Ligue des champions, à l’ambiance toujours aussi particulière et agréable. Quant aux joueurs peu utilisés en championnat, ils sont nombreux à avoir montré qu’on pouvait compter sur eux… Ils ont gagné une grosse dose de confiance… en eux à tout le moins. On verra dans les prochaines semaines si c’est aussi le cas de celle du staff technique.

Calendrier

Prochain match

Las Vegas - Montréal
Samedi 10 février, 23h00

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

15h03 - Mancosu 2018 par Taliah

14h57 - École de jeunes par Taliah

13h57 - L'Impact échange Laurent Ciman au Los Angeles FC par Citlec

1h44 - Ailleurs en MLS - transferts hiver 2018 par santorro

18h56 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par gbagrami

15/12 - La situation des gardiens par Taliah

14/12 - POTINAGES SOCCER par jacarc

13/12 - Laurent Ciman sur le depart? par Polio

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Avec les nombreux transferts effectués en 2007, on avait demandé d'être patient et de laisser le temps aux nouveaux de s'adapter. Pourtant...

  • La sauce a pris tout de suite et l'équipe a été performante du début à la fin de la saison
  • Portant rien : les premiers matches ont en effet été difficiles et après quelques semaines, l'équipe tournait à plein régime
  • L'équipe a très bien commencé la saison, c'est ensuite que la machine s'est enrayée
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com