Pire série en 13 ans

Impact Montréal - Portland Timbers 2-3 – Match de championnat (phase classique) joué le 27/07/2014

 Impact de Montréal / Rogerio Barbosa


MONTRÉAL : Bush, Camara, Danso, Pearce, Krol, Bernier, Felipe (86e Gonzalez), Mapp, Romero, Tissot (86e Mallace), McInerney (63e Di Vaio)

PORTLAND : Ricketts, Jewsbury, O'Rourke, Ridgewell, Harrington, Chara (79e Wallace), Fernández (86e Zemanski), Johnson, Valeri, Urruti (72e Adi), Nagbe

ARBITRE : M. Petrescu

AVERTISSEMENTS : Camara, Bernier, Krol

LES BUTS : 13e Romero (1-0), 34e Urruti (1-1), 40e Johnson (pen., 1-2), 44e Tissot (2-2), 82e Valeri (2-3)


Des buts et des occasions en rafale de part et d’autre, mais une nouvelle défaite pour l’Impact concédée suite à un tir de loin : Montréal a perdu 2-3 contre Portland, concédant son cinquième revers consécutif, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 13 ans.

Le spectacle était au rendez-vous lors de ce Montréal - Portland, à l’entame duquel Frank Klopas (suspendu) avait confirmé Bush dans le but, titularisé Danso pour la première fois, et à nouveau choisi d’aligner trois hommes dans l’entrejeu : Bernier dans le rôle le plus défensif, Romero dans le rôle le plus offensif et Felipe entre les deux. Notons aussi la présence de Tissot au coup d’envoi, ce qui était un choix judicieux face à un tel adversaire.

Dès les premiers instants, le plan était clair : attendre et contrer. On a joué dans un camp, une seule équipe avait le ballon, qu’elle faisait bien circuler et même si elle butait souvent sur la défense montréalaise, elle n’hésitait pas à tirer, de loin, et se créait des phases arrêtées dangereuses. On avait à peine commencé depuis trois minutes qu’un coup franc bien placé de Valeri était dévié par le mur, prenant Bush à contrepied mais échouant hors-cadre.

Et après avoir vu 12 minutes à sens unique, on a assisté à la première incursion montréalaise dans le camp adverse, et elle a directement fait mouche ! Lancé en contre sur la droite, Mapp a centré un peu derrière les quelques joueurs des deux camps qui avaient suivi : Romero a réagi le plus rapidement pour arriver au ballon, il s’est mis en position de frappe et a envoyé le cuir au fond des filets : 1-1, quelle efficacité !

Mais Portland n’est pas du genre à se laisser démobiliser : il encaisse le premier presque à chaque match, mais ne perd environ qu’une fois sur trois dans ces circonstances. Il a donc continué de procéder comme depuis le coup d’envoi, se montrant patient à la construction face à un adversaire qui, évidemment, n’allait pas prendre de risques supplémentaires.

Prudent mais pas toujours attentif l’Impact. Comme quand un coup franc sur la droite a pu être donné en retrait à Chara complètement oublié devant le rectangle. Mais son tir était bien mou et Bush a pu s’en emparer facilement. Quelques secondes plus tard, Nagbe a ponctué un effort individuel d’une frappe à distance plus puissante, mais qui a encore terminé dans les bras d’un Bush attentif.

Les coups francs en zone dangereuse étaient souvent source de danger pour Portland, et les visiteurs n’en manquaient pas. Sur l’un d’entre eux, Johnson a tenté sa chance d’un tir à ras-de-terre dévié, ce qui a ralenti le ballon mais lui a donné une trajectoire vicieuse qui a failli surprendre Bush. Le portier local a néanmoins pu intervenir in extremis. Il a eu bien plus chaud quand en centre de la droite de Valeri qui était monté jusqu’à la ligne de fond l’a mis en position très difficile, et il a dû espérer fort qu’un de ses équipiers soit le premier à toucher un ballon vers lequel se précipitait une grappe de joueurs des deux camps : son souhait a été exaucé.

Les occasions montréalaises étaient rares mais il convient de dire que la qualité était au rendez-vous. Sur la gauche, McInerney a servi Romero qui a donné à son tour à Felipe plein axe. Une combinaison en toute quiétude qui s’est terminée par une tentative du Brésilien captée par Ricketts.

Cependant, les occasions continuaient d’être pour les visiteurs, qui ont finalement réussi à en concrétiser une. Nagbe s’est enfoncé dans l’axe, a fixé quelques adversaires grâce à sa technique avant d’effectuer une passe entre les défenseurs à Urruti dont le tir croisé à fait mouche (1-1).

Si l’égalisation n’était évidemment pas la meilleure nouvelle pour l’Impact, c’était surtout ses fautes à répétition qui devenaient inquiétantes. Parce que ça pouvait offrir des coups francs dangereux à Portland, mais pas seulement. Ainsi, Camara, qui avait déjà pris un carton jaune, peut s’estimer très heureux de ne pas en avoir reçu un deuxième après avoir fauché Johnson avec, disons, beaucoup d’entrain.

Mais cette combativité parfois excessive allait finir par être pénalisée. Fernandez s’est retrouvé dans une situation similaire à celle dont a bénéficié Urruti sur le but, avec toutefois un angle davantage bouché devant lui, ce qui fait que le ballon a été repoussé en direction de Valeri sur la gauche du rectangle où Camara l’a très visiblement fauché. Un penalty indiscutable que Johnson a parfaitement placé au ras du poteau gauche de Bush qui avait pourtant bien plongé du bon côté (1-2).

Il ne restait que cinq minutes à jouer dans cette première mi-temps spectaculaire, et alors que des trombes d’eau commençaient à tomber du ciel, la pluie d’occasions se poursuivait. Une belle combinaison en triangle a permis à Felipe de lancer Bernier sur la gauche. En position de tir, le capitaine a préféré centrer vers Tissot dont la conclusion était aussi belle que l’action complète (2-2).

Et un autre but a encore failli tomber dans les arrêts de jeu. D’abord quand Urruti a décoché un tir de loin, trop croisé. Mais surtout après un coup franc tendu des 30 mètres de Valeri qui prenait la direction de la lucarne et que Bush a dû détourner en corner du poing.

Le scénario a changé après la pause, Montréal se montrant plus entreprenant dès la reprise et, dans un premier temps, équilibrant les échanges. Ça s’est matérialisé après un quart d’heure avec un tir enroulé de Romero un peu trop croisé, puis un ballon mal dégagé qui est arrivé à l’Argentin dont la frappe a terminé hors-cadre. Ces occasions ont donné des élans offensifs à l’Impact qui dès lors, s’est installé dans le camp adverse… mais ne s’est plus créé la moindre occasion.

Portland, qui avait déjà reculé depuis la reprise, restait concentré dans son match : on voit que c’est une équipe qui est à l’aise avec plusieurs scénarios de jeu mais a quelques grosses carences défensives. Cependant, elle a bien tenu le coup face à un Impact dont certains joueurs devaient sûrement aussi ressentir les efforts du match à Salt Lake, alors que les visiteurs du jour, eux, n’avaient pas joué en milieu de semaine.

Toujours est-il qu’ils ont recommencé à se créer des occasions. Johnson a causé la première frayeur en tentant un corner direct, mais le ballon est finalement sorti en coup de pied de but. Urruti a ensuite réussi un joli geste pour faire passer le ballon au-dessus de Pearce avant de tenter une reprise qui a échoué hors-cadre tout en étant quelque peu gêné par la main du défenseur de l’Impact, mais pas suffisamment pour que ce soit fautif aux yeux de M. Petrescu. Johnson a ensuite tenté sa chance de loin, envoyant le ballon dans les bras de Bush.

Il restait moins de 10 minutes à jouer quand Wallace a débordé sur la gauche avant d’envoyer un centre que Danso a eu du mal à négocier. Mais c’est ensuite toute la défense qui a laissé traîné le ballon devant le rectangle. Tel un renard sautant sur un fromage, Valeri s’en est emparé ni une ni deux et a envoyé un tir imparable pour Bush. L’équipe qui a marqué le plus de buts cette saison sur des tirs hors du rectangle obtenait ainsi la victoire contre celle qui en a encaissé le plus sur des frappes à distance (stat fournie par Vision du Jeu).

Bien entendu, la pression montréalaise s’est intensifiée par la suite, mais Ricketts n’a guère été mis en danger. La meilleure occasion est arrivée dans les arrêts de jeu, suite à un joli ballon piqué de Mapp qui a surmonté la défense pour arriver à Danso dont l’enchaînement contrôle de la poitrine - volée a terminé dans les nuages.

On lit de temps à autre que l’Impact trouve régulièrement une nouvelle façon de perdre. Finalement, ce n’est pas tout à fait vrai car ses défaites viennent généralement d’erreurs sur ses points faibles défensifs... qui sont nombreux. Notamment les phases arrêtées et les tirs de loin. Une frappe en dehors du rectangle a été fatale ce soir, comme ce fut le cas à Columbus, à Chivas USA, contre Kansas City. Et malgré certains progrès tant derrière que devant dans l’organisation générale et le collectif, on dirait que rien n’est fait pour compenser des carences criantes qui, semaine après semaine, coûtent des points.

L’Impact a concédé sa cinquième défaite consécutive : ça ne lui était plus arrivé depuis le funeste été 2001.

Calendrier

Prochain match

Pachuca - Montréal
Mardi 24 février, 22h00

Dernier match

Montréal - DC United1-1
Samedi 25 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Seattle3464
  2. LA Galaxy3461
  3. DC United 3459
  4. Salt Lake 3456
  5. New England 3455
  6. Dallas 3454
  7. Columbus3452
  8. New York3450
  9. Vancouver3450
10. Kansas City 3449
11. Portland3449
12. Philadelphie3442
13. Toronto 3441
14. Houston3439
15. Chicago3436
16. Chivas USA 3433
17. Colorado3432
18. San José 3430
19. MONTRÉAL3428
► Classements complets

En direct du forum

21h13 - Transferts 2015 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par Bobyboy

19h51 - École de jeunes par arsenes_army

19h20 - Ligue des champions européenne 14-15 par JohnnyFrancis

15h23 - Citation de l'année 2014 par xdukex

5h23 - Renouvellement des abonnements (Saison 2015) par Van Basten

19/12 - PLSQ 2014 par Frankinho

19/12 - Podcast officiel de la MLS en français - saison 2014 par Bxl Boy

19/12 - Liste des anciens de l'Impact par Frankinho

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Di Vaio13 
 McInerney11 
 Romero
 Piatti
 Felipe Martins
 Duka
 Tissot
 Mallace
 Camara
 Brovsky
 Wenger
 Nyassi
 Bernier
 Mapp
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Romero
2. Di Vaio
3. Bernier
4. Camara
5. Ferrari

► Détails

Quiz

En dix-huit saisons, de 1993 à 2011, combien de victoires l’Impact a enregistrées en 519 matches de phase classique (APSL, USL, D2, NASL) ?

  • 244 (47%)
  • 274 (53%)
  • 306 (59%)
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com