2-2 à Pachuca : 2015 commence très bien

CF Pachuca - Impact Montréal 2-2 – Match de Ligue des champions joué le 24/02/2015

 
PACHUCA : Perez, Pizarro, Mosquera, Herrera, Olvera, De Buen (88e Salinas), Sornoza (57e Nahuelpan), Guiterrez, Damm (77e Mascorro), Lozano, Cano

MONTRÉAL : Bush, Cabrera (70e Camara), Soumare, Ciman, Toia, Reo-Coker, Donadel (73e Mallace), Mapp, Piatti, Duka, Oduro (81e Porter)

ARBITRE : M. Pitti (Pan)

AVERTISSEMENTS : Mapp, Camara, Lozano, Piatti, Mosquera

LES BUTS : 25e Duka (0-1), 53e Duka (0-2), 57e Olvera (1-2), 68e Nahuelpan (2-2)


Montréal a réussi un excellent partage 2-2 à Pachuca. Si la fin fut difficile et que l’équipe a perdu l’avance de deux buts (œuvres de Duka) qu’elle s’était forgée, tant le résultat que la manière ont donné la plus grande satisfaction. Tout se jouera lors du match retour la semaine prochaine.

On l’attendait avec impatience ce match, tout comme cette équipe métamorphosée par rapport à l’an dernier. Seuls quatre joueurs présents en 2014 étaient titulaires, et parmi eux, seul Mapp était dans le onze de base il y a un an (et Bush était le seul autre au club) ! Si le portier ici depuis la D2 était titularisé sans surprise, tout comme Ciman et Soumare devant lui, Cabrera avait pris place sur le flanc droit de la défense en l’absence de Camara. Au back gauche, Toia faisait ses débuts avec Montréal, et en Ligue des champions.

La maladie de Donadel n’étant plus qu’un mauvais souvenir, il évoluait devant la défense avec Reo-Coker, nouveau capitaine puisque ce duo a relégué Bernier sur le banc. Devant eux, une ligne de rescapés de 2014 avec, de droite à gauche, Mapp, Piatti et Duka. En pointe, Oduro était préféré à McInerney, notamment en raison de sa vitesse.

Pachuca alignait quasiment son onze de base. Blessé, Hernandez était remplacé par De Buen, qui serait titulaire dans plusieurs autres clubs de D1 mexicaine. Cano était confirmé en pointe, les premiers choix n’étant toujours pas aptes à commencer un match. Seule surprise, l’absence de l’international équatorien Ayovi, relayé par Olvera. Mais celui-ci a joué quelques fois au poste d’arrière gauche, notamment quand Ayovi évoluait un cran plus haut lorsque Lozano était en équipe nationale des -20 ans.

L’objectif des Mexicains était clair : faire la différence le plus vite possible, et transformer le match retour en simple formalité. Dès le coup d’envoi, ils ont tenté de passer à la vitesse supérieure. On jouait depuis moins de cinq minutes quand Lozano a débordé sur la gauche et centré vers Sornoza qui a pris Reo-Coker de vitesse avant d’effectuer une reprise que Ciman a déviée en corner. Sur celui-ci, Sornoza s’est retrouvé seul au petit rectangle mais a raté son intervention et est rentré en force dans Bush plutôt que dans le ballon.

La réplique n’a pas tardé : sur un corner de Mapp, Cabrera nous faisait découvrir sa belle détente, qu’il a ponctuée d’une reprise de la tête bien appuyée, mais Perez était bien placé. Les corners se multipliaient, mais surtout dans le même camp. Les accélérations de Pachuca sur les côtés faisaient très mal, les débordements et les centres se succédaient, mais Bush n’avait pas pour autant un travail monstre car devant lui, Ciman et Soumare veillaient au grain.

Et l’occasion suivante est venue des pieds de Piatti. Plein axe à 20 mètres du but, il a effectué deux passements de jambe pour se placer en position de tir, alors qu’il avait pourtant deux adversaires juste devant lui. Sa frappe a fini un peu au-dessus. Ceux qui ont vu Pachuca ces dernières semaines ont remarqué qu’ils laissaient des espaces dans l’axe et que ses adversaires tiraient souvent à distance.

On a eu un bel aperçu à la 25e minute, après un dégagement approximatif qui a lancé une reconversion rapide montréalaise. Elle aurait pu avorter rapidement si Toia ne s’était pas jeté pour empêcher, du bout du pied, le ballon de sortir. Le cuir est arrivé à Duka qui nous a gratifiés d’un effort individuel dont il a le secret. Encore hors du rectangle, il a trouvé les ressources pour placer une petite accélération qui a mis Herrera (un des maillons faibles locaux) dans le vent avant de tenter sa chance. Lentement, le ballon est allé se loger au ras du poteau droit de Perez (0-1).

On craignait que Pachuca ne se fâche rapidement. Et la première frayeur est venue après que Toia ne dégage sur Duka. Le ballon est arrivé vers Cano, très entouré et guère inspiré, mais il a pu le glisser derrière lui et Sornoza, à l’affût à l’entrée du rectangle, a pu envoyer un puissant tir qui est passé juste à l’extérieur de la cage de Bush.

Malgré tout, après l’ouverture du score, Montréal s’est encore davantage replié. Quand il attaquait, il se montrait moins téméraire et conservait avant tout son organisation derrière. Pachuca avait sur ses épaules tout le poids du jeu. Lors de ses trois derniers matches, on a pu constater que les attaques posées n’étaient vraiment pas son fort. Cela s’est encore confirmé. Les Mexicains éprouvaient des difficultés à se montrer menaçants et quand ils arrivaient en zone dangereuse, leur maladresse face au but était flagrante. On n’a cependant pas eu souvent l’occasion de la voir car Soumare mais surtout Ciman étaient impériaux.

Leur prudence n’empêchait pas les Montréalais de mettre le nez à la fenêtre quand l’occasion se présentait. Un coup franc mal dégagé est arrivé à Mapp qui a centré au deuxième poteau où Duka, d’un angle fermé, nous a gratifiés d’une belle volée, repoussée par Perez. La dernière occasion avant la pause fut pour l’équipe locale, un puissant tir de Cano sur lequel Bush a eu la main solide. Mais à la pause, c’était bel et bien 0-1 !

Et la reprise ne laissait pas augurer grand changement de scénario. Un nouveau corner pour Pachuca était… moyennement donné, permettant à Montréal de partir en contre. Piatti a mené la charge, a été relayé par Reo-Coker qui a cédé à Mapp dont la frappe a été déviée en corner par un retour in extremis de Gutierrez.

Deux minutes plus tard, sur son flanc droit, Mapp rentrait dans le jeu et s’enfonçait comme dans du beurre avant d’envoyer un tir que Perez ne pouvait que repousser dans les pieds de Duka, à l’affût tel un renard des surfaces, qui n’a pas laissé passer la chance de porter les chiffres à 0-2 !

La joie a cependant été de courte durée. Pachuca a hérité d’un coup franc en très bonne position et, pour une fois, De Buen a laissé un coéquipier tirer. Olvera s’est chargé de le placer de très belle manière (après une légère déviation du mur) hors de portée de Bush. 1-2, le match était relancé.

Bien entendu, Pachuca s’est rapidement rué vers l’avant, mais a failli s’en mordre les doigts assez vite. Presque sur la ligne de fond, Duka a donné en retrait vers Piatti dont la reprise a été bien captée par Perez : encore un bel arrêt pas si simple pour le portier mexicain, finalement très occupé.

Il n’a cependant plus eu énormément de travail par la suite. À l’heure de jeu, Nahuelpan, monté quelques minutes auparavant, se retrouvait fin seul au deuxième poteau sur un corner, mais sa reprise en un temps échouait hors cadre.

Les jambes montréalaises se faisaient de plus en plus lourde. Cabrera, entre autres, n’avançait plus. Lozano ne se privait pas de le prendre de vitesse et, après être rentré dans le rectangle, l’ailier gauche de 19 ans a envoyé un centré au cordeau que Bush n’a pas pu maîtriser. Le ballon a rebondi sur les cuisses de Nahuelpan avant de finir au fond des filets (2-2).

La crainte de la déferlante se faisait de plus en plus grande. Surtout chez ceux qui avaient en mémoire le douloureux souvenir de Santos Laguna. Bush a dû sortir un beau plongeon pour sauver une puissante frappe de loin signée De Buen. Malgré la domination et la pression locale, toutefois, c’était une de ses rares interventions. Perez a lui aussi dû s’employer, arrêtant sans trop de problème un coup franc pourtant cadré et bien appuyé de Mapp.

Le dernier quart d’heure s’est quasiment passé dans un seul camp. Mais les difficultés dans la construction et la précipitation de Pachuca ont encore été étalées au grand jour. Les remplaçants montréalais ont permis à l’équipe de reprendre son souffle. Le fort a tenu bon derrière, notamment grâce à Ciman, dont les interventions dans le jeu mais aussi loin du ballon étaient très à propos. Toute l’équipe était soudée et si parfois, elle semblait débordée, jamais elle n’a perdu pied. Au contraire, une perte de lucidité était rapidement suivie d’un moment d’accalmie. Et si certains ont fait croire que les esprits s’échauffaient… cela semblait davantage calculé afin de permettre à leurs équipiers de respirer et au chrono de tourner.

Après quatre minutes d’arrêts de jeu, la délivrance tombait. 2-2, un résultat pour lequel tout Montréal aurait signé avant le coup d’envoi. Certes, il y a la déception de s’être fait remonter deux buts. Néanmoins, l’équipe est en très bonne position avant le match retour. D’ailleurs, quand celui-ci commencera, c’est elle qui sera virtuellement qualifiée. Pour cela, elle devra encore tenir 90 minutes, et aura besoin de tous ses supporters pour y arriver. Alors, le mot d’ordre est clair : mardi, tous au stade !

Calendrier

Prochain match

Portland - Montréal
Samedi 21 juillet, 23h00

Dernier match

Montréal - Vancouver1-0
Mercredi 18 juillet, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Atlanta2141
  2. New York City2040
  3. Dallas1938
  4. New York1835
  5. Los Angeles FC1935
  6. Kansas City2033
  7. Portland1730
  8. Columbus2130
  9. Salt Lake2029
10. LA Galaxy1928
11. New England1928
12. MONTRÉAL2127
13. Houston1826
14. Vancouver2026
15. Philadelphie1924
16. Chicago2123
17. Orlando1922
18. Minnesota1922
19. Seattle1817
20. Toronto1916
21. Colorado1916
22. DC United1514
23. San José1912
► Classements complets

En direct du forum

8h01 - Championnat Canadien 2018 par Gabegeh

6h53 - Montréal - Vancouver : mercredi 18 juillet, 19h30 par Numero10

5h04 - Montréal - Vancouver : l'homme de la saison par Bxl Boy

14h38 - Mercato été 2018 par Pouchkine

17/7 - Effectif et schéma tactique par costarg

17/7 - Championnat canadien 2018 par gbagrami

17/7 - Ligue canadienne: objectif 2019 par Daniel

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti10 
 Taïder
 Vargas
 Silva
 Jackson-Hamel
 Edwards
 Mancosu
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 20 matches

1. Fanni
2. Piatti
3. Piette
4. Taïder
5. Bush

► Détails

Quiz

Lors de la demi-finale 2006, Eduardo Sebrango marque le but qui élimine Montréal et qualifie Vancouver. Pourtant, il est en larmes. Pourquoi ?

  • C'est l'émotion : il disputera la première finale de sa carrière
  • Il s'est gravement blessé en marquant et ne sera pas rétabli pour la finale
  • Il a enlevé son maillot et l'arbitre lui montre un carton jaune : conséquence, il sera suspendu pour la finale
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com