Coulés par un quart d’heure d’indiscipline

Seattle Sounders FC - Impact Montréal 1-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 02/04/2016

SEATTLE : Frei, Mears, Evans, Marshall, Remick (74e Jones), Alonso, Roldan, Dempsey, Kovar (57e Morris), Ivanschitz, Valdez (68e Anderson)

MONTRÉAL : Bush, Camara, Cabrera, Ciman, Toia, Bekker, Alexander, Ontivero (78e Venegas), Piatti, Shipp (72e Bernier), Oduro (69e Jackson-Hamel)

ARBITRE : M. Toledo

AVERTISSEMENTS : Camara, Ivanschitz, Ontivero, Toia

LES BUTS : 79e Dempsey (1-0)


Seattle a battu Montréal 1-0 à l’issue d’un match lors desquelles les deux équipes ont été très peu inspirées offensivement. L’Impact a payé très cher son quart d’heure d’indiscipline défensive, conclu par un but de Dempsey sur corner.

Malgré les deux semaines de pause, aucun des joueurs absents à Dallas n’était en mesure de commencer le match, même si on notait avec satisfaction le retour de Bernier dans le groupe. L’équipe pouvait donc ne pas changer d’un iota, mais Bekker a reçu sa chance au détriment de Mallace. Seattle, qui avait perdu ses trois premières rencontres, a effectué davantage de modifications, avec notamment le passage de Morris sur le banc et le recul de Dempsey dans l’entrejeu.

Quand, après 25 secondes, Dempsey a débordé sur la gauche et envoyé un centre vers Kovar et Valdez qui ont battu la défense, on craignait un départ canon de l’équipe locale. Mais le premier nommé n’a pas été capable de reprendre le ballon et le second a visé un endroit vide du but mais tiré… sur le talon de son coéquipier.

La tornade allait-elle se poursuivre ? La défense de l’Impact devait en tout cas s’ajuster. On jouait depuis trois minutes à peine que sur son flanc gauche, loin de ses coéquipiers, Toia s’est retrouvé avec deux adversaires et des tonnes d’espace autour de lui. Kovar s’est emparé du ballon, est rentré dans le jeu et a tenté sa chance de loin, au-dessus.

Lors du reste de la première mi-temps, l’équipe locale allait toujours être très active, mais se montrerait beaucoup moins menaçante. Tentant généralement de passer par les flancs, elle allait multiplier les centres et même si l’arrière-garde montréalaise n’était pas toujours à son aise, Seattle ne parvenait pas à placer un joueur en position de marquer. Et ce, même lorsque Bush a pris en mains une passe en retrait, offrant à ses adversaires un coup franc indirect dangereux dans son rectangle. Kovar, particulièrement mobile mais inefficace, illustrait bien le jeu d’une formation péchant par imprécision et précipitation.

Frei voyait peu de ballons dans ses parages. Oduro avait quelques bonnes idées, mais ses coéquipiers étaient beaucoup moins inspirés. Mauvais choix, contrôles ratés, manque de solutions et, surtout, jamais assez de joueurs effectuant un bon travail en même temps. Il a fallu attendre près d’une demi-heure pour voir le seul tir digne de ce nom de la première mi-temps pour l’Impact, une frappe plutôt faible de Piatti qui n’a pas posé le moindre problème à Frei.

Durant la pause, Montréal a semble-t-il trouvé l’imagination dans le vestiaire, et est remonté sur le terrain avec cette dose de créativité supplémentaire. Cela s’est notamment remarqué quand Piatti, sur la gauche, a envoyé un subtil ballon piqué vers Toia qui s’était créé un espace dans le rectangle. L’arrière gauche a ensuite montré pourquoi il ne jouait pas à l’attaque, en ne parvenant pas à réussir l’enchaînement contrôle-frappe qu’il avait l’intention de réaliser et aurait mené à l’ouverture du score.

C’était la possibilité la plus dangereuse, mais on a aussi remarqué des tirs de loin de Bekker et Piatti, ou encore un tir assez mou d’Ontivero, droit sur Marshall (sinon ça aurait été sur Frei), alors qu’il avait été bien lancé sur la droite par Shipp.

Montréal n’était pas archi-dominateur, mais Seattle peinait toujours autant à se créer des occasions. Les centres ne passaient pas, et quand les joueurs locaux tentaient de passer par l’axe, ils butaient sur le duo Ciman - Cabrera. Il faut dire que jusque-là, les deux défenses avaient fait preuve de la discipline nécessaire, évitant les phases arrêtées qui, des deux côtés, leur avaient souvent fait mal en ce début de saison.

Mais Seattle a ensuite haussé le rythme, et la belle discipline défensive montréalaise a volé en éclats. Fautes, cartons, et donc coups francs dangereux ont commencé à s’accumuler. Sur un de ces derniers, Dempsey a envoyé une très belle frappe. Dur de dire si elle était cadrée ou non, mais Bush n’a pris aucun risque et l’a sortie d’une claquette.

À un peu plus de 10 minutes du terme, Seattle a obtenu un corner concédé suite à un coup franc qui avait valu un carton jaune à Toia. Cela sentait le but depuis quelques minutes. Le ballon est allé au deuxième poteau, Bush a complètement raté sa sortie, Dempsey s’est élevé plus haut que tout le monde et sa reprise croisée de la tête a fini au fond des filets (1-0).

Cinq minutes après l’ouverture du score, le suspense aurait dû prendre fin. Sur un contre, quatre joueurs de Seattle sont partis face à Bush et le seul Cabrera. Mais, balle au pied, Anderson a été d’une lenteur affligeante, permettant à Toia de revenir lui subtiliser le ballon. Que le score ne soit pas passé à 2-0 est totalement inconcevable. Anderson a encore eu la possibilité de faire le break dans les arrêts de jeu en prenant la défense de vitesse avant de trop croiser son tir.

Venegas, monté en jeu en fin de rencontre, a été le montréalais le plus menaçant. Un tir de loin à côté, un autre dévié dans les mains de Frei, quelques centres menaçants, une séance de dribbles qui a dérouté une bonne partie de sa défense : l’international costaricien a eu beau se démener, ni lui ni aucun de ses coéquipiers n’a réussi à trouver la faille qui aurait rapporté un but et un point.

Il était écrit que la discipline défensive, qui avait été une des faiblesses des deux équipes depuis le début de la saison, serait la clef de la rencontre. Il a fallu que l’Impact se laisse aller pendant un quart d’heure pour en encaisser le seul but. On déplorera quand même aussi un flagrant manque d’inspiration et de créativité durant de trop longues minutes pour un deuxième match de suite. Rien de tel qu’un match devant ses supporters pour repartir du bon pied : c’est ce qui est au programme avec la venue de Columbus au Stade Olympique samedi prochain.

Calendrier

Prochain match

Toronto - Montréal
Mardi 27 juin, 19h30

Dernier match

Columbus - Montréal4-1
Samedi 24 juin, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto1735
  2. Chicago1734
  3. New York City1730
  4. Kansas City1830
  5. Orlando1826
  6. Columbus1825
  7. Houston1725
  8. Dallas1625
  9. Atlanta1724
10. Portland1724
11. New York1723
12. San José1723
13. LA Galaxy1622
14. Vancouver1521
15. New England1720
16. Seattle1720
17. Philadelphie1619
18. Minnesota1718
19. DC United1718
20. MONTRÉAL1518
21. Salt Lake1817
22. Colorado1616
► Classements complets

En direct du forum

18h02 - Columbus - Montréal : samedi 24 juin, 19h30 par Pouchkine

17h55 - Columbus - Montréal : l'homme de la saison par Pouchkine

5h35 - MLS - saison 2017 par trokoshea

3h50 - Le jeu du "où que c'est ti qu'ça se trouve?!" par flying_dutchman

22h27 - Ottawa Fury (NASL) par Frankinho

24/6 - Saison 2017: départs et besoins par Lagom

24/6 - Bush par gbagrami

24/6 - Gold Cup 2017 par gold

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti10 
 Jackson-Hamel
 Mancosu
 Dzemaili
 Tabla
 Choinière
 Oyongo Bitolo
 Donadel
 Oduro
 Fisher
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 15 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Tabla
4. Bush
5. Ciman

► Détails

Quiz

Lors de la demi-finale 2006, Eduardo Sebrango marque le but qui élimine Montréal et qualifie Vancouver. Pourtant, il est en larmes. Pourquoi ?

  • C'est l'émotion : il disputera la première finale de sa carrière
  • Il s'est gravement blessé en marquant et ne sera pas rétabli pour la finale
  • Il a enlevé son maillot et l'arbitre lui montre un carton jaune : conséquence, il sera suspendu pour la finale
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com