Première ratée, à oublier...

Impact Montréal - Toronto FC 0-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 23/04/2016

MONTRÉAL : Bush, Camara (20e Tissot), Cabrera, Ciman, Oyongo, Donadel, Alexander (57e Bernier), Oduro, Piatti, Shipp (69e Venegas), Drogba

TORONTO : Irwin, Beitashour, Perquis, Moor, Morrow, W. Johnson, Bradley, Delgado (90e J. Williams), Osorio, Giovinco (90e Babouli), Altidore

ARBITRE : M. Unkel

AVERTISSEMENTS : Morrow

LES BUTS : 40e Giovinco (pen., 0-1), 81e Giovinco (0-2)


Montréal a complètement raté ses débuts au stade Saputo, s’inclinant 0-2 contre Toronto suite à deux buts de Giovinco. Dans un match plutôt fermé, l’Impact n’est jamais parvenu à créer d’occasions réelles et ne s’est réellement montré menaçant que lors de cinq minutes d’orage. Les visiteurs sont montés en régime au fil des minutes et ont su frapper aux moments opportuns pour repartir avec trois points qu’ils n’ont, en fin de compte, pas volés.

Hormis son dernier déplacement à DC United, Toronto a toujours commencé ses rencontres au ralenti cette saison. Montréal ne s’est pas pour autant dit qu’il devait démarrer pied au plancher, ce qui a donné un début de match très prudent des deux côtés.

Le premier semblant d’occasion est tombé sur un contre amorcé par une belle récupération plein axe au milieu de son camp d’Oduro, qui a profité de sa vitesse et enchaîné quelques dribbles pour traverser un demi-terrain avant de se retrouver cerné par trois hommes. Il a quand même réussi à glisser le ballon à sa gauche, où Drogba a pu s’en emparer avant ses adversaires et tenter sa chance en un temps : ça ne semblait pas très menaçant même si, en fin de compte, ce n’est pas passé très loin. Il a ensuite fallu attendre la 20e minute et un tir de Shipp hors-cadre bien que joli pour voir une seconde simili-menace. Les gardiens ont pu dormir tranquille pendant tout ce temps.

Ça n’empêchait pas les deux formations de tenter de construire patiemment, mais elles cherchaient avant tout à éviter les risques. Cela se constatait avec leurs arrières latéraux, qui ne s’aventuraient pas outre mesure loin dans le camp adverse. Et pourtant, les deux équipes ont passé beaucoup de temps à se faire des passes dans leur camp, moment où… les arrières latéraux étaient assez hauts, demandant à Donadel d’un côté et Bradley de l’autre de redescendre très bas pour participer au jeu. Sauf que dès que ça avançait, les backs, eux, restaient sur leur position et ne montaient plus d’un iota.

C’est à ces postes que s’est peut-être produit un des tournants de la rencontre. On n’avait pas encore atteint la moitié de la première mi-temps que Camara devait sortir sur blessure. Tissot l’a remplacé, se positionnant sur son côté gauche, pendant qu’Oyongo se dirigeait côté droit.

Autre point remarquable de ce début de rencontre : Drogba ne se contentait pas d’attendre le ballon devant. Au contraire, il était très impliqué, décrochait régulièrement et participait beaucoup à la (tentative de) construction du jeu. Sauf que ses coéquipiers prenaient beaucoup appui sur lui et sur Piatti, tous deux plein axe, et l’Impact était étouffé dans un entonnoir.

Il a fallu un coup franc pour voir la seule occasion montréalaise digne de ce nom de la première période. Donadel a envoyé le ballon au deuxième poteau sur la tête de Drogba dont la reprise, un rien trop croisée, a fini à côté. Comme lors du tir de l’Ivoirien plus tôt dans la rencontre, Irwin n’a quasiment pas initié le moindre mouvement.

On arrivait à la demi-heure, et le moteur diesel de Toronto avait trouvé sa vitesse de croisière. Plus les minutes ont passé, plus les visiteurs ont ensuite pris le dessus. Ça s’est matérialisé une première fois quand Giovinco a envoyé un ballon au point de penalty où Altidore l’a remis vers Osorio qui, profitant de l’intervention complètement ratée d’Oyongo, a pu contrôler et se retrouver seul face à Bush qui a plongé à sa droite pour dévier le tir en corner.

À cinq minutes de la pause, une rare action développée sur le côté a permis à Altidore, sur la gauche, d’effacer Oyongo pour rentrer dans le jeu et dans le rectangle, où Cabrera s’est jeté, commettant une faute immédiatement sanctionnée. Giovinco a, comme il le fait régulièrement, tiré le penalty à la droite du gardien, mais si Bush le savait et avait choisi le bon côté, ce qui ne l’a pas empêché d’être battu (0-1).

Juste avant la pause, l’Impact est passé à deux doigts de la catastrophe. Beitashour avait débordé sur la droite et a envoyé un centre sur lequel Delgado, Altidore et Osorio se sont jetés, ratant tour à tour le ballon, et le 0-2, de peu.

Même si dès la reprise, Montréal a immédiatement tenté de recoller au score, le premier vrai danger fut torontois, quand Altidore a envoyé un ballon dans le dos de la défense, obligeant Bush à sortir devant Giovinco.

Malgré cela, on passait la plupart du temps dans le camp d’Irwin, qui voyait de nombreuses situations chaudes, mais dont la défense veillait pour éviter qu’elles ne se matérialisent en possibilités de but. Il eut toutefois de nombreuses frayeurs lors des cinq minutes qui ont suivi l’heure de jeu, le temps d’un violent orage montréalais (au sens figuré s’entend, la rencontre s’étant déroulée d’un bout à l’autre sous un beau ciel bleu).

Légèrement décalé sur la gauche, Piatti nous a tout d’abord gratifiés d’un bel effort, effaçant plusieurs hommes avant de trouver Drogba au deuxième poteau. Bien que très entouré, l’Ivoirien a été le premier sur le ballon, envoyant une reprise de la tête directement dans les bras d’Irwin.

Quelques instants plus tard, l’action est partie de la droite, où Oduro a créé des espaces, s’y est engouffré avant de tenter un centre au cordeau que Moor a dévié comme il pouvait, sur le toit de son but, non sans que presque tout le stade ne rêve quelques instants qu’il marque contre son camp.

L’orage était passé… et un quart d’heure plus tard, on se disait justement que Montréal ne s’était créé aucune occasion réelle sur un action bien construite et que Toronto développait un meilleur jeu quand il était à 30 mètres du but adverse, qu’après un échange de passes entre visiteurs à cette distance du but de Bush, Oyongo a raté son tackle, permettant à Johnson de donner un ballon dans le dos de Giovinco, qui a profité du fait qu’aucun défenseur central n’assurait la couverture pour partir seul et immédiatement glisser le ballon dans le petit filet pour doubler l’avance des siens (0-2).

L’addition aurait pu être encore plus salée quand Cabrera a perdu le ballon de manière ridicule côté droit, laissant Giovinco déborder et rentrer dans le jeu. Alors qu’il aurait pu tenter sa chance, l’Italien, altruiste, a donné à Altidore qui a tergiversé et dont le tir a été dévié en corner.

Le suspense a failli être relancé dans les derniers instants quand un superbe long ballon de Ciman est arrivé à Oyongo dans le rectangle. Alors que deux défenseurs étaient repliés devant leur ligne, le défenseur a envoyé un tir un rien trop croisé.

C’était trop peu, trop tard… et aussi inquiétant de voir que cette possibilité, qui peut être considérée comme la plus dangereuse de la rencontre pour l’Impact, est arrivée des pieds de deux défenseurs. La copie est à revoir, ça ne fait aucun doute. Le plus frustrant n’est pas la prestation en soi, bien le fait qu’elle ait lieu contre Toronto. Ça ressemblait à un match comme les autres, et celui qui dira ce soir que la rivalité s’est vue sur le terrain aura l’air ridicule.

Après une première titularisation de rêve en 2015, Drogba n’a pas connu autant de succès dans les mêmes circonstances cette saison. Néanmoins, ce n’est pas à lui qu’il faut jeter la pierre. Le manque d’inspiration était généralisé, mais il convient aussi de souligner les mérites de l’adversaire, qui peut tirer davantage de conclusions de sa victoire que Montréal ne doit paniquer après cette défaite. Avec deux rencontres cette semaine, à New York City et contre Colorado, il aura plutôt deux fois qu’une l’occasion de l’oublier rapidement.

Calendrier

Prochain match

Las Vegas - Montréal
Samedi 10 février, 23h00

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

6h10 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par imfc132

3h56 - L'Impact échange Laurent Ciman au Los Angeles FC par flying_dutchman

1h07 - Ailleurs en MLS - transferts hiver 2018 par trokoshea

15h03 - Mancosu 2018 par Taliah

14h57 - École de jeunes par Taliah

15/12 - La situation des gardiens par Taliah

14/12 - POTINAGES SOCCER par jacarc

13/12 - Laurent Ciman sur le depart? par Polio

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Lors de la saison 2016, il y eut...

  • Beaucoup de spectacle, puisque Montréal a beaucoup marqué et beaucoup encaissé
  • Peu de discipline, avec un record de cartons jaunes et rouges dans l'histoire du club
  • Beaucoup d'irrégularité, avec plusieurs longues séries de victoires et d'autres longues séries de défaites
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com