Excellent jeu défensif malgré une bourde de chaque côté

Impact Montréal - Philadelphia Union 1-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 14/05/2016

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Oyongo, Cabrera, Ciman, Tissot, Donadel, Bernier (73e Ontivero), Oduro, Piatti, Shipp (56e Bekker), Drogba (70e Venegas)

PHILADELPHIE : Blake, Rosenberry, Yaro, Marquez, Gaddis, Creavalle, Nogueira (74e Nogueira), Le Toux, Barnetta (85e Alberg), Pontius (66e Herbers), Sapong

ARBITRE : M. Fischer

AVERTISSEMENTS : Piatti, Donadel, Oyongo, Gaddis

LES BUTS : 3e Drogba, 24e Sapong (1-1)


Le duel entre Montréal et Philadelphie s’est conclu sur un nul 1-1, et même si les deux buts ont été consécutifs à de grosses erreurs défensives, les deux défenses ont été excellentes le reste du temps et offert au public un match de haut calibre malgré le petit nombre d’occasions.

Mauro Biello ne nous avait réservé aucune surprise, compte-tenu des joueurs disponibles, et les Tissot, Bernier, Shipp et Drogba étaient tous titulaires. En face, Jim Curtin avait préféré Gaddis à Fabinho sur le flanc gauche, un choix défensif pour contrer la vitesse d’Oduro, et Creavalle avait reçu la préséance sur Carroll aux côtés de Nogueira. Même si ses hommes avaient joué mercredi un gros match contre le LA Galaxy, pas question de mettre une équipe affaiblie sur le terrain.

Avide de montrer à son public que ses quatre rencontres sans victoire ne sont qu’un ralentissement temporaire, Montréal a commencé tambour battant. On jouait depuis à peine plus de deux minutes qu’un corner était dégagé de manière catastrophique droit sur Drogba, qui n’en demandait évidemment pas tant. Il a contrôlé le ballon avant de l’envoyer hors de portée de Blake d’une demi-volée (1-0).

Ce but, combinant maladresse défensive, un brin de réussite et une superbe conclusion, traduisait les intentions des joueurs locaux, qui n’ont pas levé le pied. Recevant un long ballon dans l’axe, Piatti a gratifié le stade d’un excellent contrôle avant d’effacer un homme, un deuxième et, juste avant de passer le troisième, de placer un tir, repoussé par le poteau.

Montréal jouait haut, ce qui compliquait terriblement la tâche d’un adversaire qui aime combiner dans le camp opposé, monter le ballon très haut et centrer. La défense de Philadelphie jouait haut aussi pour tenter de faire reculer le bloc montréalais, sans trop de succès. Au contraire, elle s’exposait et a failli le payer sur un conter lors duquel Oduro, à droite, a trouvé Piatti de l’autre côté : l’Argentin a pris le dessus sur un défenseur avant de tirer sur Blake.

Tactiquement, c’était très bon. L’autre clef pour empêcher l’Union de se montrer menaçante résidait dans la discipline de la défense. Mais là, tout a volé en éclats l’espace d’un instant. Si Ciman fut à l’origine de l’action en marchant sur le ballon, ses partenaires sont tous passés à côté de leur sujet. Tant et si bien que Barnetta a pu servir Pontius sur la gauche dont le centre a été remis par Le Toux en direction de Sapong, seul au petit rectangle devant le but vide. Oyongo, Cabrera, Tissot, Bush ? Tous effacés ! Le plus fou là-dedans, c’est que face à une arrière-garde dépassée, Philadelphie a construit son mouvement comme si la défense adverse était en place ! Ceux qui jouent au foot connaissent le terme de Shadow Game : on joue sans adversaire en face, mais comme s’il était là et non en se précipitant comme sur un contre rapide. Eh bien, ce but, c’était tout à fait ça !

Si on peut qualifier la source de cette égalisation de « bête erreur », sur la suite, toutefois, il y a non seulement eu des occasions de la réparer, mais il faut aussi donner du crédit aux visiteurs. Néanmoins, on peut comprendre le sentiment d’injustice ressenti par les supporters locaux, dont l’équipe avait bien maîtrisé son sujet jusque-là. Et elle allait immédiatement tenter de reprendre l’avance.

Oyongo a été le premier à créer une occasion, ponctuant quelques dribbles sur la droite d’un centre au point de penalty où Piatti a repris le ballon d’une tête un rien trop croisée. Trois minutes plus tard, Drogba a tenté sa chance directement sur un coup franc à droite du rectangle : le tir, sortant, était aussi puissant que bien placé au premier poteau, mais Blake était à la parade.

Compte-tenu de sa jeunesse, la défense de Philadelphie fait bonne impression depuis le début du championnat. On ne peut pas dire que le trio Oduro – Drogba – Piatti ne s’est pas démené, mais elle a rarement cafouillé. Sur une des rares actions où elle ne savait pas comment se dégager, Oduro a récupéré le ballon à l’entrée du rectangle, avant de le glisser sur la gauche vers Piatti qui l’a prolongé en direction de Drogba, le tout dans des espaces très réduits. Malgré cela, l’Ivoirien est quand même parvenu à tirer, mais son envoi était trop croisé.

Bush, lui, regardait tout cela de loin. Tout juste vit-il une puissante reprise de la tête de Rosenberry filer à côté suite à un coup franc à 40 mètres de son but, côté droit. Il dut quand même intervenir avant la pause, sur un centre-tir à mi-hauteur de Nogueira.

L’essentiel de l’action était de l’autre côté. Avec une action litigieuse, entamée par un ballon aérien très difficile qu’Oduro a contrôlé de la poitrine et glissé à Bernier, qui a chuté après un retour de Rosenberry, emporté par son élan, mais, après revisionnement des images, pas fautif. Ce fut beaucoup plus intéressant trois minutes plus tard, quand un centre de Tissot a été repris d’une tête surpuissante par Drogba avant que Blake ne sauve la mise d’un réflexe étourdissant.

Après une première période riche en occasions, la deuxième fut d’un tout autre ordre, mais extrêmement agréable à regarder elle aussi. Montréal avait repris sa course vers le but adverse, sans toutefois parvenir à se créer d’occasions. La faute, avant tout, à la défense de Philadelphie, qui multipliait les interceptions. Non, pas des mauvaises passes arrivant directement dans leurs pieds, même si certains commentateurs appellent ça faussement une interception, mais des bonnes passes dont ils coupaient les trajectoires, parfois in extremis. Et cela nous offrait un excellent spectacle, tant d’un côté que de l’autre, même sans grosses possibilités de but.

Il y en a quand même eu, ne vous en faites pas, mais le premier danger réel ne s’est vraiment pas terminé comme espéré, même s’il fut pour l’Impact. Un sautant et prolongeant un ballon très aérien venu de la gauche, Drogba n’a non seulement pas cadré sa reprise, mais il s’est en outre fait mal en retombant. Déjà soigné en bord de terrain quelques minutes plus tôt, il a immédiatement demandé son changement.

Dès lors, Philadelphie a encore davantage cru en ses chances. Il s’en est d’ailleurs fallu de très peu pour que Le Toux, au premier poteau, ou Sapong, au deuxième, ne prolonge un centre de Rosenberry qui a traversé le petit rectangle et est finalement passé devant tout le monde alors que Bush semblait battu.

Ceux qui n’ont pas vu la rencontre et lisent des comptes-rendus, ici ou ailleurs, peuvent croire que les visiteurs ont joué le contre. Loin, très loin de là ! À chaque fois qu’ils récupéraient un ballon dans leur camp et voyaient de l’espace dans le dos de la défense montréalaise, au lieu de donner un long coup de botte pour un sprinter, ils procédaient par combinaisons de courtes passes : ça prenait plus de temps, mais ils arrivaient quand même à moins de 25 mètres du but de Bush ! Et cette fois, c’était au tour de la défense de l’Impact de faire preuve de solidité.

Bon, l’Union a quand même été dangereuse une fois en contre… À moins d’un quart d’heure de la fin ! Herbers a pris le dessus sur Ciman, mais pas sur Bush, essayant naïvement de lui tirer entre les jambes lors de leur face à face. Encore une action trompeuse : Philadelphie n’était pas recroquevillé dans son camp, au contraire ! Il avait passé beaucoup de temps dans les parages de Bush, et les deux équipes affichaient une admirable envie de gagner.

Alors, encore une fois, ce sont les défenses qu’il convient de féliciter pour avoir eu le dessus. Dans les dernières minutes, Montréal a tenté un baroud d’honneur. Sans plus de succès. Même si Ontivero a tenté un puissant tir de loin, cadré mais capté sans problème par Blake. L’idée était quand même judicieuse, des trombes d’eau ayant rendu le ballon très glissant. On ne sait jamais… Ce fut le dernier danger digne de ce nom, malgré une autre tentative à distance, cette fois de Piatti, loin du cadre.

Montréal en est à sa cinquième rencontre consécutive sans victoire et, bien entendu, cela n’a rien de rassurant. C’est certainement cela que bien du monde retiendra. Néanmoins, ce fut la meilleure prestation collective des cinq, et ça c’est plus encourageant. D’autant qu’en face, Philadelphie a eu beaucoup de répondant et prouvé que son bon début de saison n’était pas une imposture. Reste qu’il faut recommencer à prendre des points. Prochain rendez-vous, la semaine prochaine à Orlando.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Vancouver
Samedi 29 avril, 15h00

Dernier match

Philadelphie - Montréal3-3
Samedi 22 avril, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Portland816
  2. Orlando615
  3. Dallas614
  4. Houston713
  5. Columbus813
  6. New York813
  7. Kansas City712
  8. Atlanta711
  9. Chicago711
10. New York City710
11. Toronto710
12. Seattle79
13. New England89
14. San José89
15. Minnesota88
16. Salt Lake88
17. DC United78
18. Vancouver77
19. MONTRÉAL77
20. LA Galaxy76
21. Colorado64
22. Philadelphie73
► Classements complets

En direct du forum

20h07 - Montréal - Vancouver, Samedi 29 avril 15h par Lagom

21h40 - Classement de l'ambition des clubs MLS par Phil7777

28/4 - Stade Saputo et ambiance 2017 par Lagom

28/4 - Salaires 2017 par flying_dutchman

27/4 - Revue de presse 2017 par flying_dutchman

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Jackson-Hamel
 Piatti
 Mancosu
 Oduro
 Tabla
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 6 matches

1. Bernier
2. Piatti
3. Tabla
4. Bush
5. Ciman

► Détails

Quiz

L’Impact n’a pas disputé la saison...

  • 1999
  • 2000
  • 2001
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com