Un nul qui rassure et inquiète à la fois

Impact Montréal - DC United 1-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 24/08/2016

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Oyongo, Camara, Ciman, Toia, Donadel, Bernardello, Salazar (66e Mancosu), Venegas (61e Oduro), Piatti, Drogba

DC UNITED : Hamid, Franklin (46e Kemp), Mishu, Birnbaum, Opare, Buscher, Vincent, DeLeon, Nyarko (62e Sarvas), Neagle, Igboananike (79e Mullins)

ARBITRE : M. Sibiga

AVERTISSEMENTS : Birnbaum, Bush, Sarvas, Igboananike

EXCLUSION : 90e Opare

LES BUTS : 39e Neagle (pen., 0-1), 77e Camara (1-1)


Après son humiliation contre Chicago, Montréal a pris un point contre DC United à l’issue d’un partage 1-1 qui laisse un drôle de goût. D’un côté, celui des deux points perdus et de la première heure, où l’Impact a encore éprouvé de nombreuses difficultés. De l’autre, celui de la dernière demi-heure, rassurante, coïncidant avec la montée d’Oduro, et lors de laquelle Hamid a dû sauver ses couleurs à plusieurs reprises.

Initialement, Mauro Biello avait prévu de faire tourner son effectif. Mais après le flop de Chicago, il a annoncé dans les médias qu’il avait décidé d’aligner son meilleur onze contre DC United. On était évidemment curieux de voir à quoi il ressemblait, après les derniers résultats décevants. Et il y eut quelques surprises ! Exit Lefèvre, pas de Cabrera non plus mais bien Camara dans l’axe de la défense. L’entrejeu retrouvait une animation plus habituelle dans le chef de l’Impact, et Mallace disparaissait au profit de… Venegas. Mancosu faisait également les frais de ce redéploiement, Salazar prenant place sur la droite.

Oduro se retrouvait une nouvelle fois sur le banc, ce qui confirmait sa glissade dans la hiérarchie. Mais la roue peut tourner très vite, puisque Venegas est passé en quelques semaines de joueur qui n’en montrait pas assez pour faire partie des 18 à membre du meilleur 11 ! Une promotion à laquelle il faut adjoindre le fait que le Costaricien donnait également les phases arrêtées. Sûrement un travail de longue haleine pour surprendre un adversaire plutôt faible défensivement dans ce compartiment. Ou pas…

Les discours tenus dans les médias ces derniers jours ont en tout cas teinté le début de rencontre. Deux points ressortaient particulièrement : les joueurs avaient promis de montrer de l’envie mais, par la voix d’Evan Bush, ils avaient aussi exprimé le fait qu’attaquer à outrance leur retombait souvent dessus. Restait donc à trouver le difficile équilibre entre les deux. Une équipe montréalaise appliquée laissait dans un premier temps le jeu se passer dans son camp et, quand elle avait le ballon, ce qui arrivait souvent, faisait preuve de patience au lieu de se ruer devant tête baissée.

Restait évidemment à se procurer des occasions, et à marquer. C’est quand même le but de l’opération. Premier signe encourageant après dix minutes quand un beau mouvement de passes en un temps plein axe a permis d’isoler Piatti dans le rectangle face à Hamid, auteur d’un superbe arrêt. Le genre d’action qui aurait donné le tournis à Chicago… mais bon, on n’y reviendra pas.

Si par moments, notamment durant le milieu de la première mi-temps, l’Impact laissait l’initiative à son adversaire, celui-ci ne parvenait pas à se montrer dangereux. Et quand il en avait l’occasion, il manquait de précision ou peinait à soulever le ballon pour le diriger vers la tête de ses joueurs, plutôt bons dans le trafic aérien.

La défense visiteuse jouait parfois avec le feu, notamment en n’évaluant pas bien certaines situations de hors-jeu. En s’y jetant tête baissée, Venegas, surtout, Drogba, aussi, Piatti, plus rarement, lui offraient un incitatif sous forme de piège. Dans lequel elle est tombée quand Piatti, à la limite du hors-jeu mais très conscient d’être en position licite au vu de tous, a été parfaitement lancé par Donadel. Buscher, qui s’était fait berner en le laissant partir on ne sait trop pourquoi, a voulu rattraper le coup en revenant dare-dare, tentant dans un premier temps de retenir l’Argentin par le bras. Il l’a lâché avant de commettre l’irréparable et lui a subtilisé le ballon d’un superbe tackle, malgré les protestations du public et de certains joueurs réclamant un penalty.

Pas à l’aise lorsque l’Impact s’installait en nombre entre le rond central et le rectangle visiteur en combinant rapidement pour mettre à profit les qualités techniques de ses joueurs, la défense de DC United a néanmoins rarement été mise à mal ni poussée à la faute durant la première mi-temps. Les phases arrêtées mal exécutées par l’Impact (ce n’était guère mieux en face) n’aidaient en rien à augmenter le compte des possibilités de but. On notera quand même un corner envoyé au deuxième poteau où Ciman l’a repris de la tête, hors-cadre.

Et c’est alors que l’appât du hors-jeu tendu par les Montréalais s’est transformé en piège… pour l’Impact ! Tout a commencé sur une action où Piatti, à 20 mètres du but, s’était ouvert de beaux espaces de passe pour lancer soit Drogba, soit Venegas. Mais les deux étaient hors-jeu de plusieurs lieues. Le ballon a été perdu et, une fraction de seconde plus tard, la contre-attaque est arrivée à Nyarko, isolé dans le rectangle avec le seul Toia pour tenter de le rejoindre. Naïvement, l’arrière latéral qui ne sait certainement plus lui-même de quel côté il joue a tendu la jambe. Il s’est rapidement rendu compte de son erreur, a retiré le membre superflu que son adversaire n’avait bien entendu pas essayé d’éviter. Avait-il trébuché dessus ? Dur à voir de loin. Toujours est-il que l’arbitre a accordé le penalty. Calmement, Neagle a pris Bush à contre-pied (0-1).

À 0-1 à la pause, on se disait que les évènements de vestiaire qui, jusque début juillet, permettaient à Montréal d’être très prolifique en début de deuxième mi-temps auraient été les bienvenus. Mais dans un premier temps, c’est le doute qui était le plus perceptible sur le terrain. En défense notamment. Des hésitations qui ont permis à Neagle, lancé sur la droite par Nyarko, de céder en retrait à Buscher, bien placé mais dont la reprise en un temps a été déviée en corner.

Deux minutes plus tard, Oyongo, serré de près, a été contré en dégageant ce qui a permis à DeLeon de se retrouver seul côté droit. Il a glissé en retrait à Igboananike qui s’est jeté pour prendre le dessus sur Camara et dévier le ballon du bout du pied. Bush a soupiré de soulagement en voyant le ballon passer juste à côté de son but.

Il a fallu une bonne dizaine de minutes à l’Impact pour trouver ses esprits. Le temps de se créer une occasion qui a remis une équipe fragile en confiance. Du monde devant, des options, un ballon qui bouge vite (même aidé par le hasard), et cela créait une situation confuse dans la défense de DC United, qui peinait alors à se dégager. La technique montréalaise pouvait faire le reste : celle de Drogba a provoqué une déviation vers Salazar à l’entrée du rectangle, avant que le Bélizien n’envoie une passe en cloche en un temps, reprise de la tête par Venegas qui a glissé le ballon entre le poteau et Hamid… auteur d’une nouvelle parade de grande classe.

Cette arrière-garde visiteuse, il y avait moyen de la mettre à mal, et les Montréalais semblaient enfin avoir compris comment. Un centre de Piatti vers le deuxième poteau a été mal jugé par la défense avant d’arriver à Drogba qui a enchaîné contrôle et frappe. Ce diable d’Hamid était néanmoins une fois de plus sur la trajectoire du ballon.

La montée d’Oduro à l’heure de jeu avait donné une nouvelle dynamique à l’équipe locale. Côté droit, après une de ses imitations d’Usain Bolt, le Ghanéen a conclu son mouvement par un centre tendu et puissant, au sol. La chose à faire dans ces situations, car le ballon est alors très difficile à maîtriser, avec le but devant soi. Une horreur pour les défenseurs. La preuve, avec le retour d’Opare qui a bien failli marquer contre son camp, sa tentative de dégagement terminant sur l’extérieur du montant gauche de son but !

Le fait que Montréal ait repris l’initiative avait une autre vertu : éloigner le ballon d’une défense toujours pas à l’aise dans ses baskets. Un nouveau ballon mal dégagé a profité à DeLeon, qui a immédiatement vu Vincent, seul à l’entrée du rectangle, réclamer une passe qu’il lui a envoyé exactement où il voulait, sur un plateau d’argent. Le médian a envoyé un tir surpuissant, très bien placé, et Bush a dû sortir ses réflexes pour empêcher l’écart de se creuser.

Mais l’essentiel de l’action se passait à l’autre bout du terrain, où la défense visiteuse étalait de plus en plus ses faiblesses. Sur un corner de Montréal, elle s’est dégagée avec beaucoup trop de nonchalance, Neagle envoyant le ballon droit dans les pieds de Donadel. L’Italien n’en demandait pas tant et, profitant du fait que ses coéquipiers étaient encore positionnés comme sur le corner, a envoyé un centre au deuxième poteau. La reprise de Camara a soulevé le stade, non seulement parce qu’elle était victorieuse, mais aussi car sa tête plongeante était superbe (1-1).

Une égalisation après laquelle il y eut un léger relâchement de l’Impact. Il a failli le payer cher, sur un ballon aérien traînant dans le rectangle : Neagle l’a repris de la tête, peu à côté. Mais ce flottement fut de courte durée et, rapidement, Montréal a repris sa course vers le but adverse, à la recherche des trois points.

Premier fait saillant de cette quête, une combinaison initiée par Oduro, qui a cédé le ballon dans l’axe vers Drogba qui, immédiatement, a trouvé Piatti en pleine course en train de s’infiltrer. Après avoir contrôlé pour mettre du même coup un défenseur dans le vent, le numéro dix a envoyé une frappe un rien trop croisée.

Les visiteurs pliaient. Vincent, pressé par Donadel décidément en verve en cette fin de match, a complètement raté un geste entre le contrôle et la passe en retrait, envoyant le ballon dans une zone vide où Mancosu s’est jeté jambe tendue, réussissant une reprise en un temps qui a manqué le cadre de peu. Tous les moyens étaient bons pour menacer le but adverse, même les tirs de loin, Piatti en envoyant un à côté.

On s’approchait de la dernière minute du temps réglementaire, heure d’un nouvel épisode de la série “Si tu offres un cadeau à Donadel, tu vas le payer”. Cette fois, voulant sortir de sa défense balle au pied, Opare a poussé son ballon trop loin, droit dans les pieds de l’Italien. Souhaitant réparer son erreur, il a tacklé jambe tendue, ramassant son adversaire dans un premier temps, un carton rouge dans un second.

Malgré son avantage numérique dans les arrêts de jeu, l’Impact n’est plus parvenu à menacer Hamid même s’il a provoqué quelques situations chaudes dans son rectangle. La défense a aussi annihilé l’une ou l’autre contre-attaque potentiellement dangereuse.

Si le point est insuffisant, ce match de la rédemption a néanmoins rangé certains doutes (pas tous) au placard. Il a quand même fallu attendre une heure pour que l’équipe prenne les choses en mains. La montée d’Oduro n’y est pas étrangère. Il faut aussi admettre que sans Hamid, le verdict eut certainement été différent. Malgré tout, à l’issue du coup de sifflet final, le sentiment est mitigé. Comme le bilan comptable en fait, où il y a d’un côté la satisfaction d’avoir gardé un adversaire direct à distance respectable, et de l’autre une équipe qui vient de prendre un point en trois rencontres dont deux à domicile largement à sa portée, et ce avant un difficile déplacement à Toronto.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Salt Lake
Samedi 19 août, 19h30

Dernier match

Montréal - Chicago3-0
Mercredi 16 août, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto2447
  2. New York City2443
  3. Chicago2441
  4. New York2338
  5. Houston2437
  6. Seattle2437
  7. Kansas City2437
  8. Columbus2535
  9. Atlanta2235
10. Dallas2235
11. Portland2534
12. MONTRÉAL2333
13. San José2432
14. Vancouver2231
15. Orlando2430
16. New England2329
17. Philadelphie2429
18. Salt Lake2529
19. LA Galaxy2323
20. Minnesota2322
21. Colorado2222
22. DC United2419
► Classements complets

En direct du forum

4h38 - Foot-business (le sujet économique) par Phil7777

4h01 - Montréal - Chicago : l'homme de la saison par Vicenç

3h48 - Montréal - Salt Lake : samedi 19 août, 19h30 par Vicenç

1h35 - Piatti par grandbleu

23h45 - questions par ATN_LR

18h35 - Billets à vendre pour demain par gbagrami

18h23 - Déplacement 12 août Philadelphie par gbagrami

18/8 - Liste des anciens de l'Impact par Mr.Stats

17/8 - Montréal - Chicago : mercredi 16 août, 19h30 par Napule

17/8 - MLS - saison 2017 par penz

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti14 
 Jackson-Hamel
 Dzemaili
 Mancosu
 Tabla
 Salazar
 Duvall
 Choinière
 Donadel
 Oduro
 Fisher
 Oyongo Bitolo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 25 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Fisher
4. Ciman
5. Tabla

► Détails

Quiz

Quel entraîneur a été l'auteur de cette phrase lors de sa présentation : “Quand on gagne, on va boire un verre ensemble. Quand on perd, je rentre à la maison tout seul.”

  • Frank Klopas
  • Jesse Marsch
  • Marco Schällibaum
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com