Première victoire au Toronto FC. À dix, en plus !

Toronto FC - Impact Montréal 0-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 27/08/2016

TORONTO : Bono, Beitashour (76e Cheyrou), Zavaleta, Moor, Morrow, Bradley, Delgado (71e Ricketts), Johnson, Osorio, Altidore, Giovinco (67e Endoh)

MONTRÉAL : Bush, Toia, Camara, Ciman, Oyongo, Bernardello, Mallace, Oduro (77e Venegas), Bekker, Piatti (90e Salazar), Drogba (55e Mancosu)

ARBITRE : M. Gonzalez

AVERTISSEMENTS : Delgado, Zavaleta, Osorio, Mancosu, Bush, Bekker

EXCLUSION : 43e Mallace

LES BUTS : 73e Piatti (0-1)


Dès le coup d’envoi, Mauro Biello avait demandé à ses hommes de boucher l’axe : une recette gagnante appliquée avec encore plus d’intensité en deuxième mi-temps, suite à l’exclusion stupide de Mallace, qui a permis à Montréal de réduire au strict minimum les occasions torontoises. Il n’en eut guère non plus, mais il en a suffi d’une à Piatti pour inscrire le seul but de la rencontre et permettre à Montréal de s’imposer pour la première fois de son histoire sur le terrain du Toronto FC !

Après deux sorties décevantes à domicile, Montréal devait négocier un déplacement difficile à Toronto. La seule bonne nouvelle, c’est que le poids du match était davantage sur les épaules de l’adversaire. Reste qu’il fallait quand même bien négocier cette rencontre, et ce sans Donadel, indisponible. Venegas n’étant pas reconduit, Bernardello était cette fois soutenu par Mallace et Bekker dans l’axe de l’entrejeu. Récompensé de sa bonne montée au jeu contre DC United, Oduro était titularisé au détriment de Salazar. Pour le reste, l’équipe était la même que mercredi dernier, Camara étant donc confirmé aux côtés de Ciman.

Avec deux équipes guère productives en début de match, on ne devait pas s’attendre à un départ en fanfare. En effet, les adversaires se sont longtemps étudiés. Les mots concentration et application sont souvent revenus dans la bouche des Montréalais depuis une semaine, et ce scénario donnait l’occasion de les mettre en pratique. Il ne se passait rien ? Pas grave, les visiteurs étaient de plus en plus dans leur match, avec évidemment pour objectif de ne pas en sortir.

Pour une rare fois, Toronto a surpris son adversaire quand le ballon a rapidement traversé en diagonale la moitié de terrain de l’Impact, transitant par Altidore et Osorio avant d’arriver côté droit à Giovinco, dont le tir était un rien trop croisé. Suite à ce rare moment de la première période où Montréal n’avait pas réussi à réduire son adversaire au silence, il lui a répliqué immédiatement. Servi par Bekker, Drogba a servi en un temps Piatti sur le coin gauche du rectangle, une action qui s’est elle aussi terminée par un tir trop croisé.

Pour le reste, le rayon occasions était plutôt vide. Tout juste aura-t-on noté un corner direct tenté par Giovinco, dégagé par Drogba juste devant Bush, au cas où… Toronto avait beaucoup de mal à développer son jeu, et le collectif montréalais n’y était clairement pas étranger.

Comme souvent, Toronto tentait de percer l’axe en deux trois passes. Il n’y parvenait pas en raison de certains déchets techniques mais surtout du placement de son adversaire qui rendait les passes difficiles. De ce fait, les joueurs locaux tentaient des gestes difficiles, prenaient davantage de risques pour trouver un partenaire. Mais les ballons n’arrivaient pas : trop longs, imprécis ou repoussés par un Montréalais.

Dans ces circonstances, Toronto devait faire preuve de patience. Mais alors, il devait faire circuler le ballon plutôt longtemps et à un moment où l’autre, il le perdait toujours suite à une étourderie. Depuis quelques semaines, on a constaté la propension des Torontois à faire bouger le ballon rapidement… sans nécessairement beaucoup courir. Pas possible cette fois, les Montréalais les forçant à accomplir davantage d’efforts physiques s’ils voulaient accélérer le rythme des échanges. Mais ça ne se rendait jamais jusqu’à Bush. Et lors des rares moments de flottement permettant à Toronto d’aller plus loin dans ses actions, il y avait toujours un joueur de Montréal pour mettre fin au mouvement avant son terme.

Parmi les beaux gestes de la soirée, celui de Camara devant son rectangle qui a non seulement repoussé le danger mais aussi lancé Oduro en contre. Delgado ne l’a pas laissé aller bien loin, commettant une faute dans le rond central. L’arbitre ne l’a pas sifflée immédiatement, mais l’a ensuite sanctionnée, logiquement, d’un carton jaune. Profitant du léger flottement, Beitashour a fait semblant de ne rien avoir entendu et s’est mis à courir balle au pied. Totalement anti-sportif, il aurait dû, en toute logique, être sanctionné lui aussi d’un carton jaune. Mais Mallace a voulu faire justice avant, lui coupant la trajectoire. Inutile, vu que ça ne jouait pas. Il semble s’en être rendu compte en dernière minute, mais Beitashour a continué sa course et a foncé dans le mur. Finalement, ce n’est pas le Torontois qui a pris une jaune, mais bien le (très naïf) montréalais une rouge.

Dommage. D’autant plus qu’on voulait vraiment voir comment Montréal négocierait la deuxième mi-temps à onze. La suite de la rencontre a encore perdu de la saveur quand Drogba puis Giovinco ont dû sortir sur blessure. C’était un autre match, un tout autre match, dans des circonstances particulières. Sa supériorité numérique permettait à Toronto de dominer outrageusement. Ce qui ne se matérialisait pas pour autant en occasions, le tir dans les nuages de Bradley suite à un corner en étant une parfaite illustration.

Ainsi, longtemps, le seul danger réel en faveur de l’équipe locale fut consécutif à un corner de Giovinco que Moor, droit devant le milieu du but à l’entrée du petit rectangle, a repris d’une tête bien trop croisée. Johnson avait parfaitement suivi, mais sa tête plongeante a fini dans le filet latéral.

Il ne restait déjà qu’une vingtaine de minutes à jouer, et Montréal faisait mieux que tenir le coup. Tant et si bien qu’après un long dégagement de Bush, Oduro, bien qu’en déséquilibre, a réussi à dévier le ballon vers Piatti qui, d’un tir croisé, a trompé Bono (0-1) ! Stupeur générale dans le stade, scènes de liesse dans le camp montréalais, tant chez les joueurs, sur le banc, que dans les tribunes puisque pas mal de supporters avaient effectué le déplacement.

Bien entendu, mené à la marque, Toronto a encore poussé plus fort. Il ne fallut pas attendre longtemps pour avoir une situation chaude dans le rectangle, qui s’est terminée par une puissante frappe d’Endoh, repoussée par Oyongo, sur la trajectoire du ballon – une fois de plus pourrait-on dire tant le Camerounais a contré et dévié des ballons tout au long de la soirée. Deux minutes plus tard, un long ballon de Bradley était transformé en centre aérien par Endoh dont la remise en un temps arrivait à Osorio, qui a balancé sa volée dans les nuages.

Aussi paradoxal que ça puisse paraître, le carton rouge a peut-être été un tournant du match… en faveur de Montréal. En bord de terrain, tant près ou loin du micro, notre collègue Patrick Friolet (RDS) avait rapporté à plusieurs reprises que Mauro Biello avait souvent demandé à ses hommes de fermer l’axe en première mi-temps. C’était, en effet, un point primordial pour contrecarrer les plans de Toronto. À dix, l’Impact a reculé tant et plus, et complètement embouteillé cet axe, où il y avait encore moins de place.

Les centres, ce n’est pas la force de Toronto qui, voyant sa route préférée bouchée, tentait quand même de passer par les côtés. Morrow et Endoh ne sont pourtant pas mauvais dans cet exercice. C’est davantage collectivement que ça ne fonctionne pas. Soit pour mettre un joueur en position de centrer, soit, et surtout en fait, à la réception, où il n’y a tantôt personne, tantôt un joueur qui ne gagnait pas son duel, tantôt un joueur qui ratait complètement son geste.

Bien entendu, avec autant d’action dans la zone dangereuse, il y a quand même eu une exception. À ce moment-là… il ne restait déjà plus que trois minutes au temps réglementaire. Un centre de la gauche de Morrow arrivait au premier poteau à Ricketts qui, après avoir pris le dessus sur Camara, a envoyé une reprise de la tête dans le filet latéral, seulement à quelques centimètres du poteau droit de Bush.

Bush ? En effet… on n’a pas souvent cité son nom. Son action clef de la deuxième mi-temps ne fut même pas un arrêt, mais bien le dégagement qui a mené au but. Il dut attendre les arrêts de jeu pour effectuer sa parade la plus difficile - et encore, l’adjectif est fort. Un coup franc de Cheyrou a contourné le mur mais a fini droit dans les bras du portier montréalais, exactement à l’endroit où il l’attendait.

Seule la fatigue aurait pu venir à bout de l’Impact, qui a aussi tenu le coup physiquement. Jusqu’au coup de sifflet final, où les joueurs sur le terrain et tout le monde sur le banc a pu laisser exploser sa joie. Pour la première fois de son histoire, Montréal s’imposait sur le terrain du Toronto FC. À dix, en plus !

Calendrier

Prochain match

Montréal - Salt Lake
Samedi 19 août, 19h30

Dernier match

Montréal - Chicago3-0
Mercredi 16 août, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto2447
  2. New York City2443
  3. Chicago2441
  4. New York2338
  5. Houston2437
  6. Seattle2437
  7. Kansas City2437
  8. Columbus2535
  9. Atlanta2235
10. Dallas2235
11. Portland2534
12. MONTRÉAL2333
13. San José2432
14. Vancouver2231
15. Orlando2430
16. New England2329
17. Philadelphie2429
18. Salt Lake2529
19. LA Galaxy2323
20. Minnesota2322
21. Colorado2222
22. DC United2419
► Classements complets

En direct du forum

18h04 - Foot-business (le sujet économique) par penz

5h00 - Piatti par Citlec

4h25 - Montréal - Chicago : l'homme de la saison par Alqueb

1h43 - Liste des anciens de l'Impact par Mr.Stats

22h53 - Montréal - Chicago : mercredi 16 août, 19h30 par Napule

20h41 - MLS - saison 2017 par penz

17/8 - Déplacement 12 août Philadelphie par penz

16/8 - CDM 2026 : candidature canadienne? par condor

16/8 - US Open Cup 2017 par Taliah

16/8 - Philadelphie - Montréal : l'homme de la saison par imfc132

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti14 
 Jackson-Hamel
 Dzemaili
 Mancosu
 Tabla
 Salazar
 Duvall
 Choinière
 Donadel
 Oduro
 Fisher
 Oyongo Bitolo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 25 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Fisher
4. Ciman
5. Tabla

► Détails

Quiz

À quel moment du match l'Impact était-il le moins bon en 2014 - avec un total de 4 buts marqués pour 16 encaissés ?

  • Le début de rencontre
  • Le début de la deuxième mi-temps
  • La fin de rencontre
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com