Sabordage californien, soulagement montréalais

Impact Montréal - San Jose Earthquakes 3-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 28/09/2016

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Camara, Cabrera, Ciman, Oyongo, Donadel, Bernier (81e Venegas), Oduro, Shipp (62e Mallace), Piatti, Mancosu (70e Drogba)

SAN JOSÉ : Bingham, Wynne (68e Cato), Imperiale (78e Salinas), Bernardez, Francis, Ceren, Godoy (68e Alashe), Thompson, Quintero, Goitom, Wondolowski

ARBITRE : M. Stoica

AVERTISSEMENTS : Francis, Camara, Cabrera, Piatti, Venegas, Drogba

LES BUTS : 22e Oduro (1-0), 32e Piatti (2-0), 62e Wondolowski (2-1), 90e Venegas (3-1)


Menant 2-0 à la mi-temps, Montréal a pris trois points très importants face à San José en s’imposant 3-1, non sans s’être fait peur puisque Bush a dû arrêter un penalty à cinq minutes de la fin alors que l’Impact n’avait qu’un but d’avance.

En l’absence de Bernardello, suspendu, Mauro Biello rappelait Shipp dans son onze de base, et maintenait sa confiance en Bernier, dans un rôle qui lui convient cependant mieux. Face à un adversaire vieillissant et lent, la présence d’Oduro sur le flanc droit avait le potentiel de faire mal. Devant, pas de Drogba, sur le banc, mais bel et bien Mancosu.

Le match a mis énormément de temps à démarrer. Pendant 20 minutes, on a assisté à un mièvre spectacle entre deux équipes malades. Tout juste a-t-on vu un peu d’animation quand Wondolowski reprenait de la tête une remise en touche prolongée pour l’envoyer droit sur Bush, ou quand Oyongo envoyait une tentative à distance sur Ciman, dont la déviation surprenait Bingham mais échouait hors-cadre.

Mais alors qu’on se disait que les ingrédients du 0-0 étaient (déjà) réunis, Mancosu a secoué le cocotier : dans l’axe à 20 mètres du but, il s’est ouvert tout seul un espace de tir et a placé une frappe, bien repoussée par Bingham. Malheureusement pour le portier visiteur, aucun de ses défenseurs n’était attentif. Au contraire d’Oduro, qui avait parfaitement suivi et dont la vitesse a pris de cours la moitié gauche de l’arrière-garde californienne pour lui permettre d’aller ouvrir la marque (1-0).

Bien en place, la défense de San José fait partie des moins perméables de la compétition. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir quelques moments d’étourdissement lors de chaque match. Dont il faut évidemment profiter. On en est passé bien près lors d’une montée parfait d’Oyongo, ce qui Wynne n’avait pas vu, au contraire de Shipp qui a parfaitement lancé l’arrière gauche seul vers Bingham. Cependant, on a vu que c’était un défenseur : il a tiré droit sur le gardien, qui n’a guère eu trop de mal à remporter le face à face.

L’attaque des visiteurs, pour sa part, est l’une des moins prolifiques de la compétition. Et ça s’est vu ! Difficile de parler de problèmes de finition, tant les occasions sont rares. C’est à la dernière passe que le bât blesse, avec un mélange d’imprécision et de mauvais choix. Bush a longtemps passé une soirée tranquille, même si avant la demi-heure, il fut certainement heureux de voir Camara intervenir devant Goitom, qui convoitait un long ballon après avoir plus le dessus sur Cabrera.

Si le niveau d’ensemble n’avait guère monté, on sentait quelques joueurs montréalais plus libérés dans leurs gestes. Le fait que dès le coup d’envoi, Mancosu et Oduro (comme par hasard, les deux hommes impliqués dans la finition du premier but) aient laissé les doutes aux vestiaires a aussi certainement aidé. Piatti, lui, avait évidemment pris sa boîte à dribbles. Mais les outils qu’il y trouvait ne permettaient pas d’effacer un regroupement d’armoires à glace quand plusieurs défenseurs se plaçaient face à lui.

Ces armoires, il fallait les obliger à bouger… puis à se replacer. Quand l’Argentin a tenté cette méthode, ça a porté fruit. Il a lancé Mancosu, qui avait démarré une course parfaite et a remis le ballon à son coéquipier. Entre temps, l’organisation défensive avait volé en éclats : le mouvement avait déstabilisé un adversaire qui avait ouvert les portes du 2-0 à Piatti, qui ne s’est pas fait prier pour augmenter son compteur-buts.

La meilleure occasion de San José en première mi-temps a été consécutive à un coup franc de Wondolowski, légèrement dévié et qui a léché l’extérieur du poteau droit de Bush. Un autre coup franc – décidément une rare arme pour les timides menaces visiteuses – a causé de la confusion dans la défense de l’Impact, permettant à Thompson de tirer, mais Oyongo était sur la trajectoire de la frappe. Montréal laissait clairement venir son adversaire et misait sur le contre : sur l’un d’entre eux, Bingham a dû effectuer une très belle sortie à 30 mètres de son but pour subtiliser le ballon au nez et à la barbe de Shipp.

Dès le retour des vestiaires, on a vu Montréal appliquer un plan dont il a souvent été victime : regarder l’adversaire ne rien faire avec le ballon. La possession de San José était aussi énorme que stérile. Pour aboutir trop souvent à une passe envoyée à un endroit où il n’y avait même pas le moindre joueur californien à dix mètres à la ronde…

Mais bon, parfois, il en suffit d’une bonne. Enfin, pour un but, et Montréal en avait heureusement deux d’avance. Première frayeur quand Cabrera a tacklé devant Goitom qui s’apprêtait à reprendre un centre de Thompson. Quelques instants plus tard à peine, un tir de loin de Ceren était très mal repoussé par Bush, et Cabrera fut tout aussi peu convaincant sur son dégagement de la tête. On veut bien que San José soit inefficace, mais il ne faut quand même pas être trop généreux avec Wondolowski, qui a relancé le suspense (2-1).

Et du suspense, il y en a eu en fin de rencontre ! Sans pour autant paniquer, la défense de Montréal a tremblé par moments. Offrant par exemple à Alashe, servi par Thompson, tout le loisir de tirer de loin, obligeant Bush à effectuer un arrêt plus spectaculaire que difficile, mais avec un mérite plus important, celui de ne pas relâcher le ballon devant des adversaires à l’affût.

On se doutait que Montréal continuerait de faire le gros dos et qu’il y aurait certaines frayeurs. En espérant, bien entendu, que cette situation dure le moins possible, avec un écart remontant rapidement à deux buts. Mais Bingham a retardé l’échéance, en repoussant bien un tir de Drogba à la conclusion d’un beau mouvement.

C’est plutôt l’aspect frayeurs qui a pris le dessus. Après un une-deux avec Goitom, Salinas a été légèrement retenu par Ciman dans le rectangle. L’arbitre n’a rien vu, mais le juge de ligne a immédiatement agité son drapeau pour signaler la faute. M. Stoica l’a consulté et, malgré les protestations de joueurs de l’Impact, a désigné le point de penalty. Wondolowski a choisi de tirer en force, Bush a choisi le bon côté et repoussé son tir : le stade explosait de joie !

Ce n’était toutefois pas fini, et San José y croyait tant et plus. À un point tel qu’il jetait encore plus de forces dans la bagarre, s’exposant à des contres. Sur l’un d’entre eux, Drogba a traversé un demi-terrain : après avoir pris le dessus sur Francis, il a toutefois perdu son face-à-face avec Bingham.

Mettant tout à l’attaque, San José n’avait quasiment plus personne derrière. Dans les arrêts de jeu, Drogba, Piatti et Venegas ont profité de ces espaces pour sceller le score du match, le but du 3-1 étant inscrit par le Costaricien.

Il va sans dire que cette victoire est tout aussi importante au classement que pour le moral. Certes, l’adversaire était très faible, mais les précédents aussi et cela n’a pas empêché des déconvenues au stade Saputo récemment. Le soulagement était on ne peut plus perceptible au coup de sifflet final. Et le classement donne des raisons de retrouver le sourire : alors qu’il reste trois rencontres à la plupart des prétendants, Montréal a désormais cinq points d’avance sur le premier éliminé et peut entrevoir la fin de la saison régulière avec davantage de sérénité.

Calendrier

Prochain match

New York - Montréal
Samedi 29 juillet, 19h30

Dernier match

Montréal - Dallas1-2
Samedi 22 juillet, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto2140
  2. Chicago2038
  3. New York City2137
  4. Dallas1934
  5. Atlanta2033
  6. Kansas City2133
  7. New York2032
  8. Houston2132
  9. Columbus2131
10. Orlando2129
11. Vancouver1827
12. Portland2127
13. Seattle2027
14. San José2026
15. Salt Lake2224
16. MONTRÉAL1924
17. New England2023
18. Philadelphie2023
19. LA Galaxy2022
20. Colorado1920
21. Minnesota2119
22. DC United2118
► Classements complets

En direct du forum

22h56 - MLS - saison 2017 par alext30

18h23 - Montréal - Dallas : samedi 22 juillet, 19h30 par Chucky Chuck

17h41 - Gold Cup 2017 par penz

17h23 - Montréal - Dallas : l'Homme de la saison par ATN_LR

17h07 - La concurrence par Pouchkine

23/7 - Webb et les reprises vidéo par imfc132

22/7 - Saison 2017: départs et besoins par DD681

22/7 - Deian Boldor par xdukex

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti10 
 Jackson-Hamel
 Dzemaili
 Mancosu
 Tabla
 Salazar
 Duvall
 Choinière
 Donadel
 Oduro
 Fisher
 Oyongo Bitolo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 21 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Fisher
4. Tabla
5. Ciman

► Détails

Quiz

Au cours de la saison 2011, Eduardo Sebrango rejoue pour l'équipe, à la surprise générale. Pourquoi cet étonnement ?

  • Il avait quitté le club à la fin de la saison précédente en de très mauvais termes
  • Il avait annoncé sa retraite quelques mois plus tôt
  • Il s'était grièvement blessé lors de la préparation et personne ne s'attendait à le voir rejouer un jour
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com