Oduro élimine Orlando

Orlando City SC - Impact Montréal 0-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 02/10/2016

ORLANDO : Bendik, Alston, Aja, Mateos (52e Hines), Boden, Nocerino, Carrasco (64e Rivas), Molino (46e Baptista), Kaka, Perez Garcia, Larin

MONTRÉAL : Bush, Fisher, Lefèvre, Ciman, Oyongo, Donadel, Bernardello, Oduro, Bernier (70e Mallace), Piatti (89e Shipp), Mancosu (78e Venegas)

ARBITRE : M. Villarreal

AVERTISSEMENTS : Fisher, Boden

LES BUTS : 56e Oduro (0-1)


Attendre l’adversaire et frapper au moment opportun : cette recette qui a si souvent marché pour Montréal depuis l’arrivée du club en MLS a été utilisée avec succès à Orlando. Même si l’adversaire fut souvent maladroit, la défense a bien tenu et disputé un bon match. Une combinaison au sol rapide ponctuée par Oduro a permis marquer le seul but du match pour ramener les trois points à la maison.

Après la victoire contre San José, Mauro Biello a effectué plusieurs changements dans l’équipe. Certains par choix, d’autres par obligation. Derrière, il devait composer avec les suspensions de Cabrera et de Camara. Lefèvre prenait place dans l’axe, alors qu’on retrouvait Fisher côté droit : pas de Dia, donc, qui ne figurait pas non plus sur le banc, où il n’y avait pas le moindre défenseur. En revanche, on y retrouvait à nouveau Didier Drogba, Mancosu étant confirmé comme titulaire en pointe. De retour de suspension, Bernardello revenait dans le onze, Shipp en faisant les frais.

La première mi-temps a été, comment dire…, ennuyeuse au possible. La faute aux deux équipes qui n’avaient pas non plus la même responsabilité au coup d’envoi. En déplacement et après une victoire très importante, Montréal devait gérer et être efficace : les points étaient bien plus importants que le spectacle. Une remarque qui vaut aussi pour Orlando, mais la position moins confortable des Floridiens les obligeait à chercher la victoire coûte que coûte… avec les craintes qu’impose une situation de défaite interdite.

Et donc, Orlando a tenté de pousser. L’équipe locale dominait, son adversaire attendait. Avec concentration, sans stress, et surtout avec raison puisque le pire qui arrivait à l’Impact était de concéder des corners. Orlando tentait beaucoup de passer par la droite. Ses joueurs étaient très mobiles, notamment Kaka que l’on retrouvait sur toute la largeur du terrain. On sentait qu’il cherchait une faille… en vain.

Il fallut patienter jusqu’à la moitié de la première période pour voir un peu de danger. Suite à une combinaison avec Molino, Kaka a pu lancer Larin seul vers le but. Mais la passe du Brésilien était un peu trop longue, permettant à Bush, sorti dans les pieds de l’attaquant, d’arriver largement avant son adversaire.

Restant fidèle à ses principes, Orlando a envoyé pas mal de ballons aériens dans le rectangle (c’est une des équipes ayant marqué le plus de buts de la tête en MLS cette saison). Sans tenir compte des passes mal ajustées, le premier joueur à surgir dans les airs était toujours montréalais. Orlando faisait face à un mur blanc et ne savait plus par où passer. Il avait beau essayer différentes parties du terrain, il butait toujours sur cette défense…

On a dû attendre les tout derniers instants de la première mi-temps pour que ça s’anime un petit peu. Après un débordement sur la gauche, Kaka a envoyé un centre qui a touché le bras de Lefèvre. Au grand mécontentement du public, l’arbitre a laissé jouer. Si le défenseur a certes dévié la trajectoire du ballon, c’est celui-ci qui est allé à la main et non l’inverse.

Trois minutes avant la pause, on a enfin assisté à la première frayeur du match. Servi plein axe par Kaka, Larin a tenté sa chance de loin. Un puissant tir à ras-de-terre qui n’est pas passé très loin du but de Bush. Lancer Larin derrière la défense était l’option qui avait le mieux marché du côté d’Orlando. Plus par défaut qu’autre chose…

Du côté de l’Impact, on n’avait encore rien vu offensivement jusque-là. La seule timide occasion des visiteurs avant le repos eut lieu dans les arrêts de jeu : un corner mal dégagé qu’Oduro, à l’affût à l’entrée du rectangle, reprit un en temps. Un tir qui est passé loin du cadre.

C’est encore Montréal qui a été le premier à menacer le but adverse après le retour des vestiaires. Bien plus sérieusement cette fois. Oduro a envoyé un long ballon en direction de Piatti. En retard, Alston a rattrapé son adversaire, le gênant suffisamment pour permettre à Bendik de sortir brillamment dans les pieds de l’Argentin.

Néanmoins, en ce début de deuxième mi-temps, Orlando avait haussé le rythme et commençait enfin à se montrer dangereux. Après un une-deux côté gauche avec Baptista, Kaka a envoyé un centre qui est passé un rien devant Larin qui s’était jeté. Une minute plus tard, une touche envoyée dans le paquet au cœur du rectangle a été dégagée par Ciman en direction de l’entrée du rectangle, d’où Boden a envoyé un tir au-dessus.

Il ne fallut attendre que quelques instants pour voir Larin partir légèrement décalé côté droit, en duel avec Oyongo qui l’a retenu sans que l’arbitre ne sanctionne la faute. Et la déferlante continuait. Kaka, dans le rectangle, a vu un espace pour tenter sa chance : s’il est passé entre les jambes de Fisher, son tir ne fut guère dangereux pour Bush, à la bonne place.

Au plus fort de la tempête, le vent a tourné tout en continuant de souffler tout aussi fort. Une rapide combinaison au sol est partie de Bernier, a transité par Mancosu avant d’arriver à Orlando qui a placé le ballon hors de portée de Bendik (0-1).

Mené à la marque, Orlando a accusé le coup. Sa pression a diminué dans un premier temps, mais il a continué d’investir le camp montréalais. Cela ressemblait à la première mi-temps… les occasions en plus. Des occasions quasiment toutes synonymes de ratés tant les Floridiens ont fait preuve de maladresse devant le but. Il a fallu quand même que Bush sorte l’un ou l’autre réflexe de derrière les fagots pour empêcher l’égalisation.

Le premier, juste après l’heure de jeu. Suite à une action amorcée côté droit par Perez Garcia, le ballon a transité vers l’autre côté du terrain où Boden a centré vers Larin. Ayant pris le dessus sur tout le monde, l’attaquant a pu frapper à bout portant, mais le portier montréalais a eu la main solide !

Le festival de ratés, lui, s’est matérialisé de différentes manières. Par exemple, un centre de Rivas vers Baptista qui a devancé tous les défenseurs mais complètement manqué sa reprise de la tête. Ou encore un centre d’Alston malencontreusement dévié par Ciman dévié dans les pieds de Baptista, en pleine course, qui a canonné au-dessus. Rajoutez, entre autres, un tir de loin de Rivas, loin à côté.

L’Impact reculait, l’Impact tremblait, mais tenait surtout bon. Face à un adversaire qui semblait de plus en plus menaçant mais ne parvenait pas à cadrer ses tirs. Belle illustration avec ce coup franc plein axe de 30 mètres, sur lequel Rivas a tenté une puissante frappe du gauche qui a léché la transversale.

Les minutes passaient et Montréal offrait une excellente résistance à des joueurs certes maladroits mais qui jouaient leur va-tout. Un ballon dans le rectangle était prolongé par Hines en direction du deuxième poteau où Bush a devancé Larin à l’affût.

Malgré ce forcing, Orlando n’arrivait quasiment jamais à se montrer dangereux dans le cours du jeu. Le chronomètre tournait inexorablement, en faveur des bleu-blanc-noir qui défendaient leur courte avance bec et ongles. Il fallut un corner pour voir la dernière occasion : une reprise de la tête de Larin qui filait sous la transversale avant que Bush ne l’écarte d’un beau réflexe.

Pour le reste, le vent mauve avait beau tenter de souffler de toutes ses forces, il ne faisait pas le moins du monde chuter les briques de la maison montréalaise. Même les six minutes d’arrêts de jeu n’ont pas semblé interminables. Ce qui n’a pas empêché l’explosion de joie au coup de sifflet final !

Et pour cause : Montréal remporte deux victoires consécutives pour la première fois depuis près de six mois. Il laisse aussi désormais deux équipes entre lui et une ligne rouge avec laquelle il prend de plus en plus de distance. Derrière celle-ci, Orlando rejoint Chicago dans la liste des équipes officiellement éliminées, alors que New England et Columbus sont quasiment contraints au sans-faute. Une victoire lors du prochain match, à domicile contre Toronto, officialiserait la qualification montréalaise – celle-ci pourrait même devenir réalité suite à une défaite combinée à des résultats favorables dans d’autres stades.

Calendrier

Prochain match

Las Vegas - Montréal
Samedi 10 février, 23h00

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

6h10 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par imfc132

3h56 - L'Impact échange Laurent Ciman au Los Angeles FC par flying_dutchman

1h07 - Ailleurs en MLS - transferts hiver 2018 par trokoshea

15h03 - Mancosu 2018 par Taliah

14h57 - École de jeunes par Taliah

15/12 - La situation des gardiens par Taliah

14/12 - POTINAGES SOCCER par jacarc

13/12 - Laurent Ciman sur le depart? par Polio

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Avant de se joindre à l’Impact en 2002, Eduardo Sebrango a joué pour trois formations différentes. Lesquelles ?

  • Rochester, Minnesota, Hershey
  • Rochester, Richmond, Charleston
  • Vancouver, Rochester, Hershey
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com