Les pyromanes-pompiers ont fini étouffés

Impact Montréal - Atlanta United 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 15/04/2017

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Camara, Cabrera (20e Duvall), Ciman, Oyongo, Mallace (62e Tabla), Bernardello, Bernier, Oduro (82e Jackson-Hamel), Piatti, Mancosu

ATLANTA : Kann, Bloom, Parkhurst, Gonzalez Pirez, Garza, Larentowicz, Carmona, Gressel (46e Walkes), Villalba (80e McCann), Almiron, Jones (73e Kratz)

ARBITRE : M. Kelly

AVERTISSEMENTS : Cabrera, Piatti, Kann

EXCLUSION : 45e Gonzalez Pirez

LES BUTS : 40e Jones (0-1), 45e Piatti (pen., 1-1), 90e Jackson-Hamel (2-1)


Bénéficiant d’un penalty généreux et d’une exclusion-cadeau en première mi-temps, Montréal a remporté sa première victoire de la saison en battant Altanta 2-1 à l’issue d’un match où on ne s’est pas ennuyé, avec un adversaire qui, à 11, a tenté de mettre le feu à la défense de l’Impact mais se retrouvait le plus souvent à éteindre les incendies dans son camp, qu’il allumait lui-même avant que Piatti ne les attise. Solide derrière, l’Impact fut peu convaincant offensivement avec un homme de plus, et il a fallu un peu de chance pour que Jackson-Hamel ne marque le but de la victoire dans les arrêts de jeu.

Pour ce premier match au stade Saputo, Mauro Biello disposait quasiment de toutes ses forces vives, à l’exception de Donadel suspendu, et remplacé par Mallace. Devant cet embarras du choix, l’entraîneur était revenu à l’équipe de fin 2016, avec une défense Camara-Cabrera-Ciman-Oyongo, Duvall reprenant donc place sur le banc. Pas pour longtemps, puisqu’après 20 minutes, il a remplacé Cabrera, sorti sur blessure.

La physionomie de la première mi-temps a été très particulière. Atlanta semblait en contrôle, mais n’allait jamais jusqu’au bout de ses actions – la faute aussi à une bonne mise en place montréalaise. Par contre, les visiteurs jouaient à un rythme élevé, n’hésitant pas à prendre des risques dans leurs combinaisons. De vrais pyromanes en herbe, dans tous les sens du terme, car s’ils tentaient de mettre le feu à la défense de l’Impact, ils n’avaient pas peur d’allumer des incendies dans leur propre camp.

Si on parle beaucoup du travail offensif effectué par Tata Martino en quelques mois, on a pu clairement remarquer qu’il avait aussi mis en place un système de repli défensif très efficace. Ou pour le dire autrement, il y avait des pompiers dans la caserne pour éteindre tous ces incendies allumés dans leur propre maison. Quand on connaît les facultés de Montréal en reconversion rapide, ça donne encore davantage la mesure du bon travail accompli. Car des occasions, l’équipe locale en a eu.

La première après moins de cinq minutes, amorcée par Piatti dont le retour n’est pas passé aperçu. Après s’être enfoncé sur la gauche, il a, en bout de course, glissé un ballon qui est arrivé à Oduro, bien placé. Mais le Ghanéen a tenté sa chance du pied gauche et envoyé le ballon loin à côté. Cinq minutes plus tard, Piatti s’est encore fait remarquer dans sa zone de prédilection, terminant cette fois son action par un tir dévié du bout des doigts par Kann. Le ballon n’est pas sorti et est arrivé sur la droite à Oduro qui s’y est repris à deux fois pour servir Mancosu, dont la volée a été contrée.

Troisième occasion montréalaise… et troisième fois Piatti à la baguette. Cette fois, l’Argentin a envoyé un petit ballon au-dessus des défenseurs vers Oduro qui était passé derrière eux. Kann aurait dû lui fermer la porte, mais le gardien a hésité, au contraire du Montréalais, premier sur le ballon mais dont le tir n’était pas cadré.

Il a fallu attendre plus de 25 minutes pour voir Atlanta se créer sa première possibilité de but. Ou plutôt, se la voir offrir : lors d’un coup franc, Larentowicz a été complètement oublié. Il a été incapable de cadrer sa reprise de la tête, alors qu’il avait tout le temps de s’appliquer.

Un bref intermède avant la reprise du lancer d’étincelles par les visiteurs, n’arrivant pas à créer des brèches mais allumant plutôt des braises avec lesquelles ils risquaient de se brûler eux-mêmes. Avant, comme de coutume, de les éteindre. Même si Piatti jouait les cracheurs de feu. À la demi-heure, il a placé Mancosu en bonne position sur la gauche du rectangle, mais son tir a été contré par Gonzalez Pirez, auteur d’un bon repli.

L’action suivante est peut-être celle qui illustre le mieux ce qu’on a vu pendant près de 45 minutes. Une pression d’Atlanta jouant très haut, un énième ballon perdu (on ne les comptait déjà plus), et une reconversion permettant à Montréal de repartir à 5 contre 3 ! Mais au bout du compte, Atlanta a une nouvelle fois réussi à s’en sortir, grâce à un geste salvateur de Carmona qui a dégagé son camp.

À force de réparer leurs propres erreurs, les visiteurs risquaient de s’essouffler. Et en effet, on n’a pas tardé à enfin voir une contre-attaque aller jusqu’au bout… ou presque. Jusqu’au tir dangereux en tout cas : une superbe frappe à distance de Mallace sauvée par une très belle détente de Kann.

Les occasions laissent penser que le match était à sens unique. Ce n’était toutefois en rien le cas. En réalité, on sentait que le but pouvait tomber d’un côté comme de l’autre. Appliquée, la défense de l’Impact a péché par inattention à de rares reprises. Mais une fois a suffi… Une relance maladroite de Bush, un contrôle approximatif d’Oyongo alors que la défense n’était pas en place, partant déjà vers l’avant, et Villalba a pu envoyer Jones seul face au gardien : l’attaquant, qui n’a pas connu un match facile, ne s’est pas fait prier pour faire 0-1. Quelques minutes plus tard, il a envoyé un tir de loin intéressant mais à côté.

Alors qu’on s’approchait de la mi-temps eut lieu un plus que probable tournant du match (facile à dire, on ne sait pas ce qu’il se serait passé sans ça). Mais c’est sans le moindre doute l’action controversée du jour. Un ballon arrivé à l’entrée du rectangle, où entraient Mancosu et Gonzalez Pirez, se livrant un beau duel physique, tout ce qu’il y a de plus réglementaire. Il tournait à l’avantage du défenseur et, au moment où il perdait l’équilibre, l’attaquant s’est jeté au sol : l’arbitre et, surtout, le juge de touche se sont fait prendre. Penalty ! Pire encore, carton rouge pour le joueur d’Atlanta. Autant siffler la faute était une erreur qui pouvait passer, autant l’exclusion, elle, n’a rien à envier à celles provoquées par Jones et Bernardello au cours des dernières semaines.

Pour la troisième fois en trois rencontres donc, l’Impact était impliqué dans un carton rouge plus que discutable. Une fois il en fut la victime, deux fois le bénéficiaire. Disons que les théoriciens du complot anti-Montréal feraient bien de revoir leurs idées. Bien entendu, sur le terrain, le moment n’était pas à ce genre de préoccupations : Piatti a pris ses responsabilités et converti le penalty de belle manière pour égaliser (1-1).

À onze contre dix pendant une mi-temps, les hommes de Mauro Biello avaient tout intérêt à s’imposer, eux qui laissaient entendre la semaine dernière que la supériorité numérique du LA Galaxy lui avait servi la victoire sur un plateau. On était aussi curieux de voir les intentions d’Atlanta dans de telles circonstances. Ils ont choisi de se regrouper derrière – sans surprise – et ont montré que dans un tel contexte, ils étaient également capables de défendre. Ils n’ont en revanche plus eu le souffle pour se montrer dangereux – la défense de Montréal continuant aussi sur sa lancée de la première mi-temps.

La première occasion après le repos fut pour Mancosu, en bonne position mais faisant face à une porte fermée, avec deux défenseurs devant lui, et dont le tir a été contré. Place ensuite à de nouveaux dribbles de Piatti sur la gauche (la grande tendance du jour dans les occasions montréalaises) qui malgré une chute suite à une “faute du ballon” a réussi à se relever et à centrer vers Duvall, dont la reprise de la tête a été arrêtée par Kann à la bonne place.

Les idées collectives manquaient, Mauro Biello misait sur les exploits individuels de ses dribbleurs. On ne fut donc pas surpris de voir monter Tabla, qui a donné une autre allure au match. Par son jeu, d’abord. Pour sa première action, il a effacé trois adversaires en plein milieu du terrain, avant de lancer Piatti qui a trop croisé son tir. Par son influence ensuite : à partir de sa montée au jeu, les relances d’Atlanta devinrent beaucoup moins propres. Si la fatigue a clairement un rôle à jouer là-dedans, la coïncidence entre l’arrivée de Tabla et ces dégagements précipités ne doit non plus rien au hasard.

L’occasion suivante – un coup franc idéalement placé que Camara a envoyé au-dessus – était encore le fruit du jeune prodige, qui l’avait gagné suite à une belle récupération suivie de dribbles déroutants. Mais il ne pouvait pas tout faire seul – ou, dit autrement, lui et Piatti ne pouvaient pas agir seuls dans leur coin et déstabiliser suffisamment leurs adversaires pour que finalement un coéquipier en profite. Car c’est une tactique trop naïve et aussi car Atlanta défendait quand même bien avec pourtant un homme de moins.

Il restait encore 25 minutes à jouer et collectivement, l’Impact n’a plus rien montré, n’a plus rien créé. C’était désespérant et désespéré. Comme par hasard, Bernier semblait fatigué (c’est fou l’influence qu’il a cette saison). Mais à Atlanta, beaucoup de monde était cuit. Tata Martino a même remplacé quelques-unes de ses perles, qui n’en pouvaient plus. Et pourtant, les joueurs locaux n’étaient (faussement) menaçants que sur des tirs de loin. Un corner mal dégagé qui est arrivé à Piatti, dont la frappe a terminé au-dessus. Une autre tentative à distance, cette fois de Ciman, elle aussi au-dessus, après avoir été déviée.

Mais bon, sur un malentendu, on peut toujours conclure. Bernardello n’a probablement jamais vu Les Bronzés, mais c’était sans doute son état d’esprit lors d’un tir, guère convaincant, dans les arrêts de jeu. Sauf que Jackson-Hamel était sur la trajectoire du ballon : sa déviation a trompé Kann, déjà parti et dans l’incapacité de revenir sur ses pas. 2-1, on n’y croyait plus, mais le stade n’en a pas moins jubilé, que du contraire !

Malgré la victoire, le bilan de cette rencontre est en dents de scie… comme chaque semaine depuis le début de la saison. Commençons par le (gros) point positif de la soirée : la défense. Il ne faut pas oublier qu’en face, il y avait un adversaire qui fut impressionnant par moments cette saison et, même s’il faut mettre fin aux moments où tout le monde est distrait en même temps, l’arrière-garde montréalaise a peut-être disputé son meilleur match de l’année, et sa tenue est encourageante pour la suite.

Offensivement en revanche, ce fut une fois de plus des buts avec 100% d’opportunisme. Côté créativité, les occasions viennent quasiment toutes soit de risques exagérés pris par l’adversaire (ce qui n’arrivera pas chaque semaine) soit d’exploits individuels de Piatti ou Tabla à un moment où l’autre de l’action. Collectivement, on est encore très loin du compte, avec pourtant la même équipe que la saison dernière.

Reste que cette victoire est plus que la bienvenue car elle permet de boucher le trou qui commençait déjà à se creuser au classement. Elle est aussi bonne pour le moral. Seule une équipe n’a pas encore gagné cette saison : Philadelphie, où Montréal se déplacera la semaine prochaine, avant de recevoir Vancouver. Deux adversaires on ne peut plus abordables, autant d’occasions de faire le plein de points et de confiance.

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

21h58 - Équipe réserve ou pas? par PC_Pal68

21h46 - Selection canadienne par PC_Pal68

19h35 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par Bxl Boy

17h35 - Rhinos de Rochester par Daniel

17h34 - Salut Hassoun! par Daniel

17h13 - Bilans de saison 2017 par Bxl Boy

6h53 - MLS - saison 2017 par Bxl Boy

3h20 - Gardien pour 2018 : Bush va rester par gbagrami

16/11 - Bush de retour en 2018 par penz

16/11 - Rémi Garde, nouvel entraineur pour 2018 par gbagrami

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Les gardiens Greg Sutton et Andrew Weber ont disputé le même nombre de matches (14) et le même nombre de minutes (1260) lors de la phase régulière en 2006. Avec lequel des deux dans le but l'Impact a-t-il récolté le plus de points ?

  • Weber
  • Sutton
  • Les deux en ont récolté autant
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com