Merci du cadeau !

Sporting Kansas City - Impact Montréal 1-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 10/06/2017

KANSAS CITY : Melia, Abdul-Salaam, Opara, Ellis, Sinovic, Ilie Sanchez, Espinoza, Feilhaber, Gerso Fernandes, Medranda (80e Mustivar), Dwyer

MONTRÉAL : Bush, Fisher, Duvall, Camara, Cabrera, Lovitz, Donadel, Mallace, Oduro (77e Mancosu), Piatti (90e Salazar), Depuy (70e Romero)

ARBITRE : M. Sibiga

AVERTISSEMENTS : Piatti, Mancosu

EXCLUSION : 86e Duvall

LES BUTS : 24e Gerso (1-0), 82e Mancosu (1-1)


Largement dominé, Montréal a ramené un point inespéré de Kansas City qui, après avoir ouvert la marque en première mi-temps, a cru à tort que le plus difficile était fait, avant d’offrir l’égalisation à son adversaire de façon incompréhensible. Ce point est d’autant plus réjouissant que l’Impact déplorait de nombreuses absences et a célébré les retours sur le terrain de Romero et Mancosu.

Les absences, pour diverses raisons, étaient d’ailleurs l’un des fils conducteurs avant le match… et ce, dans les deux camps. Sauf qu’à l’annonce des compositions d’équipe, on a pu constater que finalement, elles n’étaient réellement lourdes que d’un côté. Bien entendu, Kansas City n’a pas récupéré ses internationaux américains. Mais tous les cas incertains étaient disponibles. Et même Espinoza, que l’on n’attendait pas vraiment, était au rendez-vous ! En face, on se consolait en se disant que Tabla était finalement rétabli… jusqu’à ce qu’il quitte l’échauffement prématurément et ne déclare forfait. Tout cela après avoir appris plus tôt dans la journée la grave blessure d’Ambroise Oyongo, qui sera écarté des terrains jusqu’à la fin de l’année.

Comme annoncé dans les médias cette semaine, Mauro Biello avait choisi de se lancer avec trois défenseurs centraux. Le débat entre 3-6-1 et 5-4-1 ou autre ne dura toutefois pas très longtemps, car très rapidement, on vit 10 montréalais se regrouper derrière le ballon pour défendre. Kansas City, qui n’est jamais aussi efficace que quand il peut poser son jeu, ne demandait pas mieux.

L’Impact, lui, devait se faire à ses nouvelles habitudes. Ajoutez les habituels débuts de match hésitants, et vous aurez le portrait des premières minutes, tout sauf rassurantes. On en eut une belle illustration très tôt dans la rencontre : alors que l’arbitre avait pris une décision contestée par l’équipe locale, Fisher a pu récupérer le ballon… ce qui l’a surpris et il l’a immédiatement perdu. Feilhaber en a profité pour s’en emparer et envoyer un beau tir de loin, détourné par une parade tout aussi belle de Bush.

Il n’y avait clairement qu’une seule équipe sur le terrain, et seule une moitié de celui-ci était trouée par des marques de crampons. Melia regardait le tout de loin. Au quart d’heure, il a espéré faire son geste le plus difficile du début de match : lever les bras, alors que Gerso Fernandez avait débordé et centré en retrait en direction de Dwyer, dont la reprise a été repoussée par la transversale.

Après 20 minutes, l’Impact a enfin cessé de jouer les faire-valoir et est rentré dans son match. Bon, les échanges étaient toujours tout sauf équilibrés mais au moins, Montréal mettait de temps en temps le nez à la fenêtre. Comme lors d’un mouvement sur la gauche entre Piatti et Mallace, qui a cédé le ballon à Oduro dont le tir de loin a obligé Melia à se coucher.

Mince espoir aussi lors d’un contre où Piatti, dans l’axe, a tenté d’y aller tout seul avant d’envoyer un tir de loin qui n’a pas causé le moindre problème à Melia. Au contraire, il fut à la base de désespoir puisque le portier local a immédiatement relancé vers Ilie Sanchez qui a vu, au loin, la course vers l’intérieur de Gerso Fernandez : il lui a envoyé un superbe long ballon, que l’ailier a contrôlé avant de battre Fisher et d’envoyer un beau tir croisé que Bush a pu aller chercher au fond de ses filets (1-0).

Cela semblait trop facile pour Kansas City qui a eu le tort de commencer à se reposer sur ses lauriers. Montréal aurait déjà pu en profiter. Comme quand Duvall, sur la droite, a eu tout le temps et l’espace nécessaire d’envoyer un bon ballon vers Depuy qui s’est jeté mais ne semblait pas s’attendre à une passe dans les pieds, et a complètement raté sa reprise.

Il y eut aussi un autre effort individuel de Piatti, dans l’axe cette fois : après avoir cherché une solution, il a donné le ballon derrière lui à Donadel dont la reprise en un temps a fini dans les nuages. On vit aussi les arrières latéraux monter haut de concert. Sur un service de Piatti, Duvall a envoyé un autre centre vers Depuy, cette fois battu par Opara dans le duel aérien.

Mais ces actions ne traduisaient en rien la physionomie d’un match plus que largement dominé par l’équipe locale. Sauf que celle-ci a des problèmes de finition depuis le début de la saison – ce dont on parle abondamment à Kansas City – et ça se voyait. Il fallut donc attendre la fin de la première mi-temps pour revoir des occasions en faveur de l’équipe locale.

La première initiée par Gerso Fernandez, qui s’est enfoncé dans l’axe avant de glisser le ballon vers la gauche du rectangle en direction de Dwyer qui, bien qu’ayant peu d’angle, est parvenu à envoyer un tir, que Bush a dévié en corner. La seconde lorsqu’Ilie Sanchez, au milieu, a eu tout le temps de donner à Dwyer qui a enchaîné contrôle et frappe en direction du premier poteau, où s’est couché Bush.

Comme toujours ou presque, Montréal est revenu des vestiaires avec une organisation défensive au point (l’équipe n’a encaissé qu’un seul but entre la 46e et la 80e minute cette saison !) Alors, oui, le ballon était presque toujours dans les pieds des joueurs de Kansas City, mais les trajectoires des passes étaient coupées bien avant que les actions n’aient un potentiel menaçant. L’embouteillage sans doute souhaité par Mauro Biello dans son plan de match était enfin bien en place, et l’axe était complètement bouché, empêchant Kansas City de combiner et de poser son jeu comme il l’aime.

Et puis, Montréal était aussi plus actif dans le camp adverse. Parfois de belle manière. Comme quand, légèrement décalé sur la gauche, Piatti y est allé d’un superbe travail qui lui a permis d’effacer plusieurs adversaires, d’entrer dans le rectangle et d’envoyer un tir que Melia a dévié sur le cadre de son but. À l’heure de jeu, on vit aussi Piatti et Oduro enchaîner deux tirs de l’entrée du rectangle en l’espace de peu de temps, mais ce ne fut pas vraiment dangereux pour Melia.

Le match commençait à tirer en longueur et Kansas City commettait une grave erreur, celle de ne pas chercher à la plier : le Sporting a la vertu de la patience, mais là il tombait dans l’excès. Cela combiné à une bonne prestation défensive montréalaise, et les supporters locaux ont dû attendre une demi-heure (!) en deuxième mi-temps avant de voir leurs favoris se montrer dangereux. Après une combinaison de courtes passes à vitesse variable dans l’axe de l’entrejeu, Abdul-Salaam a été décalé sur la droite d’où il a remis immédiatement le ballon en direction de Dwyer, qui s’est jeté, seul devant Bush, mais fut un rien trop court.

Il restait moins de dix minutes à jouer qu’est arrivé le moment inattendu qui, dans un championnat obscur avec des paris bizarres aurait eu l’air on ne peut plus louche : Mustivar y est allé d’une passe en retrait on ne sait où, loin de n’importe lequel de ses coéquipiers mais droit dans la course de Mancosu qui traînait seul dans les parages et ne s’est pas fait prier pour filer face à Melia pour le battre d’une belle balle en cloche (1-1).

L’arbitre fut au centre de l’attention au cours des minutes suivantes. D’abord quand, après une chute de Feilhaber dans le rectangle, il ne siffla pas de penalty, malgré les protestations du public local : certes le joueur avait été poussé par Romero, mais il avait déjà commencé à perdre l’équilibre avant cela. Ensuite, lorsqu’il exclut Duvall qui s’était mis de manière musclée sur la route d’Espinoza lancé : honnêtement, il est impossible de juger cela sur base d’images, il fallait vraiment avoir l’action sous les yeux pour être capable de se prononcer avec justesse. Ce qui ne veut pas dire que le carton rouge était justifié…

Tout cela hachait une rencontre déjà peu rythmée, et ne permettait pas à Kansas City de presser comme il aurait aimé le faire (mais en aurait-il été capable ?) Les arrêts de jeu furent quand même source de plusieurs frayeurs pour les supporters montréalais. La plus grosse, quand Bush dut écarter une frappe de loin bondissante de Feilhaber, avant que le danger ne revienne immédiatement sur à un centre d’Espinoza, vers Gerso qui s’y est repris à deux fois pour tirer : une contrée, une hors-cadre.

Dans les tout derniers instants, un autre centre d’Espinoza a vu tout le monde se jeter sur le ballon mais personne le toucher, même si une fois de plus il ne manquait quasiment rien à Dwyer pour le prolonger.

On ne crachera évidemment pas sur ce point, même s’il faut reconnaître que c’est surtout Kansas City qui en a fait cadeau, tant en raison de l’action qui a mené au but égalisateur que de sa façon de jouer après avoir ouvert la marque. En deuxième mi-temps, Montréal a toutefois rempli les tâches qui lui étaient assignées, en défendant bien et en se montrant opportuniste. Une deuxième mi-temps dont les réjouissances ne se sont pas limitées au seul but, puisqu’on y vit aussi les retours sur le terrain de Mancosu et, surtout, de Romero, dont la dernière apparition en match officiel remontait à octobre 2015.

Calendrier

Prochain match

Las Vegas - Montréal
Samedi 10 février, 23h00

Dernier match

Montréal - New England2-3
Dimanche 22 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto3469
  2. New York City3457
  3. Chicago3455
  4. Atlanta3455
  5. Columbus3454
  6. Portland3453
  7. Seattle3453
  8. Vancouver3452
  9. New York3450
10. Houston3450
11. Kansas City3449
12. San José3446
13. Dallas3446
14. New England3445
15. Salt Lake3445
16. Philadelphie3442
17. MONTRÉAL3439
18. Orlando3439
19. Minnesota3436
20. Colorado3433
21. DC United3432
22. LA Galaxy3432
► Classements complets

En direct du forum

15h03 - Mancosu 2018 par Taliah

14h57 - École de jeunes par Taliah

13h57 - L'Impact échange Laurent Ciman au Los Angeles FC par Citlec

1h44 - Ailleurs en MLS - transferts hiver 2018 par santorro

18h56 - Transferts 2018 : besoins, rumeurs, arrivées et départs par gbagrami

15/12 - La situation des gardiens par Taliah

14/12 - POTINAGES SOCCER par jacarc

13/12 - Laurent Ciman sur le depart? par Polio

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti19 
 Jackson-Hamel10 
 Dzemaili
 Mancosu
 Salazar
 Tabla
 Donadel
 Bernier
 Duvall
 Fisher
 Oduro
 Oyongo Bitolo
 Choinière
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 38 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Ciman
4. Bush
5. Duvall

► Détails

Quiz

Avant de jouer à Montréal, Laurent Ciman avait déjà porté les couleurs d'un club jouant en maillot rayé bleu et noir. Lequel ?

  • Anderlecht
  • FC Bruges
  • Standanrd
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com