Un génie déménage onze maladroits

Impact Montréal - DC United 2-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 01/07/2017

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Camara, Fisher, Ciman, Duvall, Donadel, Bernardello, Dzemaili (88e Mallace), Oduro, Tabla (59e Salazar), Mancosu (70e Depuy)

DC UNITED : Worra, Korb (69e Odoi-Atsem), Birnbaum, Opare, Kemp, Sarvas, Harkes, Sam (72e Ortiz), Acosta, Nyarko, Brown (54e Neagle)

ARBITRE : M. Gonzalez

AVERTISSEMENTS : Tabla, Mancosu, Sam, Camara, Bush

LES BUTS : 21e Dzemaili (1-0), 23e Duvall (2-0)


Montréal a pris trois points nécessaires en battant DC United 2-0 à l’issue d’un match qui n’a pas atteint des sommets de qualité, mais a été marqué par des coups de génie de Dzemaili qui a fait la différence à lui seul tout en montrant une fois de plus l’importance de son apport.

Entre les internationaux et les blessés, Mauro Biello devait composer avec les moyens du bord pour désigner onze titulaires. Il a délaissé sa défense à cinq et choisi une équipe qui, en fin de compte, n’avait pas de quoi surprendre (il suffit de regarder le banc pour s’en convaincre). S’il y avait moins d’indisponibilités en face, la seule absence d’Hamid pesait peut-être encore plus lourd tant le gardien à souvent sauvé les meubles pour son équipe qui semble davantage à sa place en bas de tableau que Montréal.

Reste que le début de rencontre n’allait pas vraiment dans le sens de cette dernière affirmation, tant l’Impact était passif et attentiste face à un adversaire qui n’a rien d’un foudre de guerre. Au contraire, depuis le début de la saison, DC United a souvent été dominé, enfoncé, finissant par s’écrouler. Les discours de début de saison de Biello sur le contrôle du ballon semblent donc définitivement rangés au placard (ce qui dans de nombreuses circonstances sera bénéfique) – soit parce qu’on n’en veut plus, soit parce qu’on ne le peut pas.

Reste que face à un tel adversaire, passer autant de temps dans son camp, ça faisait tache. D’autant qu’il y avait régulièrement du danger. Trois occasions en moins de 20 minutes, pour être précis. Un corner a provoqué une grosse confusion dans le rectangle de l’Impact, avec plusieurs tirs consécutifs, le plus dangereux étant signé Opare, tous contrés, notamment par Camara.

Au quart d’heure, Sam, qui était rentré dans le jeu, a gagné son duel avec Ciman avant de lancer Brown : il fallut un excellent tackle de Fisher pour empêcher l’attaquant de se présenter seul face à Bush. Le gardien voyait alors beaucoup d’actions dans ses parages. Sur une autre d’entre elles, ce fut au tour d’Acosta de rentrer dans le rectangle avant de servir Brown sur sa gauche, mais ce dernier n’a pas assez croisé son tir.

Entre temps, Donadel avait eu le pied solide pour gagner son duel avec Acosta, avant de donner le ballon à Dzemaili qui a tenté sa chance à distance mais a envoyé une frappe très loin du cadre. Reste qu’à chaque touche de balle du Suisse, on sentait qu’il pouvait déséquilibrer la défense adverse, pour utiliser un vocabulaire cher à Biello.

Pour l’ouverture du score, il n’en eut même pas besoin. De façon ahurissante, les adversaires se sont fait ushimata tout seuls : en possession de balle en plein milieu du camp adverse, le Suisse a pu avancer sans que personne ne s’en préoccupe. Alors, il s’est dit que tirer des 25 mètres serait bien inspiré. On connaît la puissance et la précision de sa frappe… qui a fait mouche, d’autant qu’en face, il n’y avait pas d’Hamid pour réaliser de miracle (1-0).

Oui, le but était spectaculaire, admirable pour certains, mais bon, c’était bien trop facile. Il fallait que le renfort venu de Bologne nous montre son génie autrement. Le début de la scène ressemblait à la précédente : encore une fois, seul au cœur du camp adverse, il eut tout le temps d’agir à sa guise. Mais cette fois, tirer était trop compliqué. Il nous gratifia donc d’une passe au-dessus de la défense, parfaitement dosée. Pour en profiter, fallait-il encore que quelqu’un suive, ce que Duvall a très bien fait, alors que les joueurs de la capitale américaine étaient, une fois de plus, spectateurs. D’une petite touche, le défenseur le plus actif sur cette action a placé le ballon dans le coin opposé du but de Worra (2-0).

Ces deux buts coup sur coup ont évidemment assommé les visiteurs, qui ont encore fait mine d’y croire quelques minutes, sans être réellement convaincants, le temps d’envoyer un centre de la gauche qui est passé devant tout le monde, dont Brown au deuxième poteau à qui il ne manquait pas grand-chose pour prolonger le ballon.

Mais même s’il l’avait touché, rien ne dit que ça aurait été cadré. Si conserver le ballon et le faire circuler jusqu’à 20-25 mètres du Bush, ça allait encore, dès qu’il fallait accélérer ou être plus inspiré, les visiteurs faisaient preuve d’un flagrant manque de précision. On avait donc d’un côté une équipe aussi volontaire que maladroite, et de l’autre un Impact qui misait sur des coups de génie. Ce fut réellement l’histoire de ce match.

Si Tabla avait marqué sur l’action suivante, beaucoup auraient d’ailleurs crié au génie, même si des tribunes, il était bien difficile de dire si son geste était volontaire ou un centre raté, qui a quoi qu’il en soit obligé Worra à détourner le ballon d’une claquette pour empêcher un troisième but.

L’occasion montréalaise suivante… vous l’aurez deviné, un autre ballon génial, de Dzemaili, l’homme-clef de la soirée, a permis de lancer un contre vers Oduro. Mais la passe du Ghanéen à Tabla fut trop longue : si le jeune prodige ne put pas tenter sa chance, il est parvenu à garder le ballon et à le donner en retrait au Suisse, qui a tiré loin à côté.

Juste avant la pause, on a, sans surprise, retrouvé les deux meilleurs techniciens montréalais : Dzemaili a envoyé le ballon sur la gauche vers Tabla qui y est allé d’un beau crochet pour effacer en adversaire et se retrouver dans une position, même si elle n’était pas la plus simple, d’où il aurait pu tirer : il n’a pas osé, préférant envoyer un centre, mal ajusté.

La dernière occasion de la première mi-temps fut néanmoins pour les visiteurs : un coup franc tendu de Korb repris au premier poteau par Harkes, d’une puissante tête qui a fini au-dessus.

La deuxième mi-temps fut une longue chasse molle entre des braconniers américains tentant d’attraper une girafe avec une canne à pêche et un Impact qui regardait son adversaire ne rien faire avec le ballon, tentant de placer un but en contre quand il en avait l’occasion, sans prendre par ailleurs le moindre risque. On vit ainsi Dzemaili lancer Oduro seul face à Worra, mais le tir de l’ancien pensionnaire de Columbus a filé au-dessus. Celui de Mancosu, servi par Salazar sur un autre contre, a pour sa part échoué à côté.

La défense de Montréal était dans un fauteuil. Entre les tirs hors-cadre (17 au total) et les gestes téléphonés des adversaires, le quatuor pouvait se contenter de bien défendre, et cela suffisait. Il a parfois fait mieux que ça. Les supporters de Ciman auront entre autres retrouvé l’international belge prenant beaucoup d’initiatives et allant chiper le ballon dans les pieds des adversaires, comme il l’aime, effectuant plusieurs interventions spectaculaires. Ce match a peut-être aussi définitivement établi son duo avec Fisher… si cela était encore nécessaire d’émettre un léger doute, désormais complètement effacé.

Sur le terrain, il n’y avait guère plus d’action. Quelques contres montréalais avortés avant de devenir une possibilité de but, et une dernière occasion pour l’équipe locale à 20 minutes de la fin quand Mancosu ne put conclure l’un de ces contres mais bien donner le ballon sur la droite à Dzemaili : son centre a trouvé Salazar, juste devant le but… mais dos à celui-ci. Il a donc remis le ballon à Mancosu, qui a semblé rater le plus facile.

Il y eut un timide réveil de DC United dans le dernier quart d’heure. Avec tout d’abord son premier tir cadré digne de ce nom, envoyé de l’entrée du rectangle par Acosta mais sans danger pour Bush. Le format de poche impressionna bien davantage deux minutes plus tard lors d’une magnifique chevauchée individuelle entrecoupée d’un relais avec Ortiz et ponctuée d’un tir repoussé par le poteau.

Ce fut la dernière chance des visiteurs de raviver un semble de suspense, qu’il n’y eut finalement jamais après l’ouverture du score. Ce ne fut pas pour autant leur dernière occasion, puisque juste avant le coup de sifflet final, un centre d’Acosta a trouvé la tête d’Ortiz (dont on se demande ce qu’il faisait sur le banc), obligeant Bush à effectuer sa seule intervention un peu difficile de la soirée.

Avec deux tirs cadrés de chaque côté, on ne peut pas dire qu’on a atteint des sommets de qualité et de précision. Mais dans un des deux camps, il y avait Dzemaili, largement au-dessus du lot et qui a fait la différence à lui tout seul. Ce match a quand même confirmé que Montréal était supérieur à son adversaire du jour, qu’il a battu pour la deuxième fois de la saison, et permet d’entamer juillet du bon pied avant de se rendre à Houston mercredi, dernière tâche avant la trêve.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Salt Lake
Samedi 19 août, 19h30

Dernier match

Montréal - Chicago3-0
Mercredi 16 août, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Toronto2447
  2. New York City2443
  3. Chicago2341
  4. New York2338
  5. Houston2437
  6. Seattle2437
  7. Kansas City2437
  8. Columbus2535
  9. Atlanta2235
10. Dallas2235
11. Portland2534
12. San José2432
13. Vancouver2231
14. MONTRÉAL2230
15. Orlando2430
16. New England2329
17. Philadelphie2429
18. Salt Lake2529
19. LA Galaxy2323
20. Minnesota2322
21. Colorado2222
22. DC United2419
► Classements complets

En direct du forum

6h33 - Piatti par Gabegeh

6h11 - Montréal - Chicago : l'homme de la saison par gbagrami

6h06 - Montréal - Chicago : mercredi 16 août, 19h30 par gbagrami

6h00 - Déplacement 12 août Philadelphie par gbagrami

5h19 - Foot-business (le sujet économique) par Bxl Boy

4h09 - MLS - saison 2017 par Pouchkine

18h58 - CDM 2026 : candidature canadienne? par condor

18h52 - US Open Cup 2017 par Taliah

16/8 - Philadelphie - Montréal : l'homme de la saison par imfc132

15/8 - Saison 2017: départs et besoins par penz

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Nouvelles de la MLS

Buteurs

 Piatti14 
 Jackson-Hamel
 Dzemaili
 Mancosu
 Tabla
 Salazar
 Duvall
 Choinière
 Donadel
 Oduro
 Fisher
 Oyongo Bitolo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 25 matches

1. Piatti
2. Bernier
3. Fisher
4. Ciman
5. Tabla

► Détails

Quiz

Lors de la première saison de l’Impact, en 1993, Grant Needham fut le meilleur buteur de l’équipe. Combien avait-il marqué de buts ?

  • 6
  • 8
  • 10
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com