Pas les débuts rêvés

Vancouver Whitecaps FC - Impact Montréal 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 04/03/2018

VANCOUVER : Marinovic, Nerwinski, Waston, Maund, De Jong, Teibert, Techera, Reyna (75e Felipe), Juarez, Davies (81e Shea), Kamara (89e Blondell)

MONTRÉAL : Bush, Petrasso, Cabrera, Raitala (78e Choinière), Lovitz, Piette, Krolicki, Taïder, Edwards (70e Vargas), Piatti, Mancosu

ARBITRE : M. Fischer

AVERTISSEMENTS : Juarez, Cabrera, Waston, Mancosu

LES BUTS : 63e Kamara (1-0), 70e Davies (2-0), 81e Mancosu (2-1)


Montréal a perdu son premier match de l’ère Rémi Garde. Après avoir dominé la première mi-temps sans pouvoir marquer, Vancouver a endormi tout le monde au retour des vestiaires puis a marqué deux fois coup sur coup quand il semblait le plus effacé. Montréal a eu le mérite d’y croire jusqu’au bout et de réduire l’écart, mais ce fut insuffisant pour ne pas redevenir bredouille.

Aucune grosse surprise dans la composition de Rémi Garde pour son premier match officiel à la direction de l’équipe : Petrasso était préféré à Duvall au back droit, Raitala jouait les dépanneurs en défense centrale et Krolikci était titularisé dans l’axe de l’entrejeu, ce qui laisse présager que Vargas n’était pas encore prêt à être titulaire. Plus étonnant, Oduro était sur le banc… même si c’était en fait la seule façon d’avoir 18 joueurs sur la feuille de match.

On connaît la situation actuelle de l’Impact, avec un effectif largement incomplet, des blessés de dernière minute et une équipe encore en rodage qui a besoin du temps nécessaire à assimiler les préceptes de son nouvel entraîneur. Les amateurs de spectacle avaient des raisons de s’inquiéter car en face, Vancouver est depuis plusieurs saisons une des équipes produisant le jeu le plus faible de MLS, malgré des résultats parfois surprenants.

Il y avait de quoi imaginer qu’on ne se régalerait pas d’un jeu léché, et cette crainte s’est vérifiée. La première mi-temps s’est essentiellement passée dans le camp de l’Impact, mais Vancouver était très faible en matière de prise de décision tant avec que sans ballon. De quoi permettre aux Montréalais d’appliquer avec efficacité de nombreux principes défensifs travaillés depuis l’arrivée de Garde. Une fois le ballon récupéré, en revanche, l’Impact ne faisait absolument rien si la tentative de reconversion rapide avortait.

Vancouver tentait beaucoup de passer par la gauche, où Davies a brillé durant la préparation. Petrasso a passé une soirée particulièrement difficile, Edwards ne lui étant en outre d’aucun secours. C’est d’ailleurs de ce côté qu’a été initiée la première occasion de la rencontre (on a quand même dû patienter 25 minutes avant de la voir), une tentative de loin de Reyna qui n’est pas passée loin de la cible.

Kei Kamara était l’un des joueurs les plus en vue, pas forcément à la conclusion des actions – pour ça il aurait fallu moins de ratés à la construction – mais car il décrochait et se montrait actif sur toute la largeur du terrain pour prêter main forte à ses coéquipiers. Un travail incessant qui faillit être récompensé quand il profita d’un mauvais contrôle de Piette plein axe à 25 mètres du but, mais il rata ensuite sa frappe dont Bush put s’emparer facilement.

Souvent débordé, Cabrera a multiplié les fautes en zone dangereuse durant la première mi-temps et a tôt fait de recevoir un carton jaune. Le coup franc le mieux exploité de ceux qu’il a provoqués a été envoyé non loin du cadre par Techera. Montréal a quand même tenté sa chance au but avant la pause, mais le tir à distance de Piatti à deux minutes du repos fut sans danger.

Au retour des vestiaires, la physionomie a quelque peu changé : Montréal a davantage pris l’initiative et Vancouver s’est montré plus attentiste. Du coup, on jouait toujours, physiquement, dans la même moitié de terrain, mais cette fois c’était celle du but défendu par Marinovic. Avec, entre autres, un tir dévié de Piatti qui a fini sur le toit du but et un centre dangereux de Taïder qui est passé devant tout le monde.

Oui mais voilà, Vancouver qui ne montre rien, c’est tout sauf inhabituel. Tel un charmeur de serpents, Carl Robinson endort tout le monde avec son équipe, qui semble hors du match et c’est alors qu’elle vous crache son venin en pleine figure sous forme d’un but sorti d’on ne sait où. Et ce qui devait arriver… Enfin, non, pas tout à fait, car là, on pouvait deviner d’où aller tomber le but tant le flanc droit de l’Impact défendait mal. Et c’est depuis ce côté que Davies a envoyé un centre au premier poteau que Kamara a repris victorieusement de la tête (1-0).

Un but qui a véritablement assommé l’Impact, qui n’a pas su comment réagir et a semblé groggy durant quelques minutes. Il l’a payé cher… Le premier avertissement fut sans frais, quand Bush sortit de manière peu orthodoxe pour barrer la route à Techera qui n’a pas pu tirer après un une-deux avec Kamara.

Mais sept minutes après l’ouverture du score, Juarez a envoyé un long ballon sur la droite pour lancer Techera : la défense était débordée et l’ailier a centré pour Davies dont la reprise en un temps fut touchée par le milieu du corps de Bush, ce qui fut toutefois insuffisant pour empêcher le ballon de franchir la ligne (2-0).

Vancouver semblait penser avoir fait le plus difficile, et se satisfaire de faire tourner le chrono pour attendre les trois coups de sifflet confirmant sa première victoire. Mais Montréal voulait bel et bien jouer jusqu’au bout, ne s’avouant pas vaincu. Et le suspense fut relancé à 10 minutes du terme quand Mancosu surgit de manière ô combien opportune au deuxième poteau pour reprendre d’une tête piquée un centre de Lovitz (2-1).

Les deux mêmes hommes faillirent remettre le couvert quatre minutes plus tard. Cette fois, le centre arrivait en plein cœur du rectangle : bondissant, il était infernal à négocier. Le gardien ne savait pas comment réagir, ses défenseurs ont été incapables d’y toucher, au contraire de l’attaquant italien dont la reprise, difficile à effectuer, a fini à côté. Ce fut toutefois le seul danger réel avant le coup de sifflet final, malgré les volontés offensives montréalaises.

L’ère Rémi Garde commence donc par une défaite. Si on compare froidement les deux équipes, Vancouver fut meilleur sur l’ensemble des 90 minutes, mais pas tant que ça. Si on relativise, on se dit toutefois que les moyens étaient différents de part et d’autre, Montréal devant se débrouiller avec ceux du bord, Vancouver devant normalement être dans la continuité d’un jeu déjà abouti.

Alors, la marge de progression de l’équipe locale, on se permet d’en douter. Et, en fait, on ne s’en préoccupe pas vraiment... Celle de Montréal, elle, est bien plus grande. Une fois de plus aujourd’hui, on a vu beaucoup de carences à combler, dans tous les compartiments du jeu. Mais on a aussi vu des bribes de travail collectif déjà développé, et qui ne pourra aller qu’en s’améliorant une fois que le onze de base sera plus solide.

Calendrier

Prochain match

Montréal - New England
Samedi 29 février, 15h00

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

6h26 - Arrivée de Nacho Piatti par imfc132

5h47 - Stephen Eustaquio par Lagom

4h55 - Concours XI partant de la décennie de l'Impact par Y

21h04 - Ligue des champions 2020 par Pouchkine

13/12 - Préparation de la saison 2020 par Citlec

12/12 - Qui reste, qui part ? par Kleinjj

10/12 - ligue des champions CONCACAF 2020 par Campoozmstnz

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Quelle fut la raison officielle du divorce entre l'Impact et son entraîneur Jesse Marsch fin 2012 ?

  • Des résultats moins bons que ceux exigés publiquement par les dirigeants en début de saison
  • Une divergence de philosophie entre le coach et ses patrons
  • Une proposition d'un autre club tellement énorme que l'entraîneur ne pouvait pas la refuser
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com