Qui avait fait tourner son effectif ?

DC United - Impact Montréal 0-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 09/04/2019

DC UNITED : Hamid, Jara (90e Robinson), Brillant, Birnbaum, McCann (56e Rodriguez), Canouse, Moreno, Arriola, Acosta, Stieber (64e Amarikwa), Segura

MONTRÉAL : Bush, Brault-Guillard, Cabrera, Diallo, Lovitz, Piette, Shome, Taïder (80e Azira), Bayiha, Choinière (84e Novillo), Jackson-Hamel (80e Okwonkwo)

ARBITRE : M. Penso

AVERTISSEMENTS : Arriola, Jara, Shome, Taïder


DC United était privé de Rooney, Montréal de Piatti, d’Urruti… et de nombreux titulaires laissés au repos. Pourtant, ce sont les hommes de Rémi Garde qui ont fait la meilleure impression collective face à un adversaire qui semblait davantage miser sur des coups d’éclats individuels. De quoi ramener un point d’un second 0-0 consécutif pauvre en occasions, mais cette fois beaucoup plus riche en satisfactions.

Pour ce match de championnat un mardi, jour ô combien inhabituel, Rémi Garde a décidé de faire tourner son effectif, titularisant Brault-Guillard, Shome, Bayiha, Choinière et Jackson-Hamel. Ben Olsen n’avait pas effectué le même choix, mais Rooney était au repos forcé, suspendu, comme Urruti, alors que Piatti, blessé, n’entrait pas non plus en considération.

Sans surprise, les visiteurs ne sont pas entrés dans le match tête baissée en prenant des risques excessifs. L’application technique et tactique était de mise avant tout. C’était d’autant plus important que DC United a les moyens de punir un bloc mal positionné : s’il est trop bas, il a quelques artificiers dotés d’une lourde frappe, s’il est trop haut, il peut profiter des espaces dans son dos. Mais là, point de salut. Alors, l’équipe locale tentait de passer par les côtés, avec un succès mitigé : si les ailiers parvenaient à déborder les arrières latéraux de l’Impact, leurs centres étaient trop imprécis.

L’action se passait beaucoup dans la moitié de terrain montréalaise. Sauf qu’à la différence de plusieurs rencontres jouées plus tôt cette saison, l’IMFC faisait bien davantage tourner le ballon. D’abord dans son camp. Ensuite, un peu plus haut. Et bien souvent, le pressing était quasi-inexistant à moins de 30 mètres du but d’Hamid. Dès lors, les joueurs semblaient pouvoir se passer le ballon comme à l’entraînement, et ils ne s’en privaient pas. Certes, ça ne faisait pas vraiment avancer le jeu, mais ça permettait de développer certaines habitudes, et avec un tel onze, c’était plus que le bienvenu. Au fil des minutes, on vit d’ailleurs de plus en plus de ballons dans les parages d’Hamid.

Toujours est-il qu’à la pause, les deux gardiens n’avaient eu aucune parade à effectuer, un seul tir avait (très généreusement) été noté aux statistiques pour l’équipe locale (si vous le trouvez, ah puis non, ne cherchez pas), et il n’y avait pas eu la moindre occasion à signaler. 0-0 sur quasiment toute la ligne… mais à Montréal, on pouvait être ravi du respect de nombreuses consignes et du point virtuellement acquis. Restait évidemment à la consolider, voire à en ravir deux de plus, après le repos.

Et ça s’annonçait bien puisque la première occasion de la rencontre, qu’il a quand même fallu attendre pendant une mi-temps et sept minutes, vint des pieds de Piette qui a envoyé un tir de loin au-dessus. Une situation qui, à l’origine, avait été permise par une bonne intervention de Brault-Guillard. Le jeune arrière droit s’est encore mis davantage en valeur 120 secondes plus tard, en déboulant sur son flanc droit avant de rentrer dans le jeu et d’envoyer un bon tir croisé qui a obligé Hamid à détourner le ballon en corner. C’était conforme à la physionomie des débats, puisqu’à ce moment du match, le gardien local était celui qui voyait le plus d’animation dans ses parages.

Les supporters locaux, eux, ont dû patienter plus d’une heure avant de voir leurs favoris se créer leur première… demi-occasion, sur laquelle il n’a pas manqué grand-chose à Segura pour prolonger de la tête un coup franc d’Acosta, qui n’est pas passé hyper loin du but mais n’a pas vraiment donné de travail à Bush dont la soirée relativement calme se poursuivait.

DC United se décidait quand même à prendre un peu plus d’initiatives. Ce n’était pas hyper convaincant, mais ça lui permettait d’aller plus souvent au but. Sur un centre de Stieber, Cabrera a pris dans un premier temps le dessus sur Amarikwa mais à la retombée du ballon, qui était monté à la verticale, c’est l’attaquant qui a émergé pour envoyer une reprise de la tête qui n’a toutefois pas mis Bush en péril.

Orphelin de Rooney, Acosta s’est rarement mis en valeur. Parmi ces exceptions, une action lors de laquelle il a pris le ballon à Jackson-Hamel avant de rentrer dans le jeu : plein axe à 25 mètres de son but, l’Impact a éprouvé des difficultés à se donner de l’air et le ballon est revenu à Acosta qui a tenté un tir de loin, bondissant mais ni puissant ni cadré.

DC United prenait un peu plus de risques. Peu, mais suffisamment pour laisser quelques espaces supplémentaires pour des attaques montréalaises. Hamid a ainsi dû sortir hors de son rectangle pour devancer Novillo, que Shome avait tenté de lancer d’une passe judicieuse. Le jeune médian s’était mis en valeur à de nombreuses reprises durant la rencontre, reléguant aux oubliettes son match fantomatique à Kansas City.

Il restait cinq minutes à jouer et quand DC United tentait (toujours aussi maladroitement) de poser son jeu, ce qui faisait certainement la plus forte impression, c’était de voir le bloc composé par les lignes défensives montréalaises toujours bien en place comme si tout le monde y était encore parfaitement frais et concentré. Les Américains étaient tenus loin du but de Bush, les espaces introuvables et les tentatives de passes avec un potentiel de danger, aussi bien courtes qu’en profondeur, ne trouvaient jamais preneur - ou plutôt, trouvaient toujours un Montréalais sur leur chemin.

La défense n’a flanché qu’une fois, dans les arrêts de jeu : sur un coup franc, Brillant a remis le ballon de la tête au poteau opposé, prenant tous les joueurs de l’Impact à défaut. Le cuir est arrivé entre Segura, face au but, et Amarikwa, dons au but. C’est l’ancien montréalais qui s’est emparé du ballon : il l’a contrôlé et a tenté un retourné acrobatique difficile, qu’il a envoyé hors-cadre.

Cette occasion était à l’image de DC United, qui a beaucoup joué à l’instinct. En face, Montréal a offert un beaucoup plus beau visage collectif, et pourtant, c’est lui dont le onze était le plus inhabituel. De quoi satisfaire les jeunes sur le terrain et Rémi Garde, qui a certainement dû y voir leur capacité à respecter ses consignes et à se montrer à la hauteur dans un match important face à un adversaire sérieux. De quoi être rassuré quant aux solutions de rechange lors de l’absence de certains titulaires.

On retrouvera certainement plusieurs de ces derniers sur le terrain dès samedi, pour (enfin !) le premier match de Montréal à domicile cette saison, face à Columbus. Tous au stade !

Calendrier

Prochain match

Montréal - Chicago
Dimanche 28 avril, 12h30

Dernier match

New England - Montréal0-3
Mercredi 24 avril, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC922
  2. LA Galaxy718
  3. Seattle716
  4. Dallas816
  5. DC United814
  6. Toronto613
  7. Houston613
  8. Philadelphie813
  9. Columbus813
10. Orlando811
11. MONTRÉAL811
12. Minnesota710
13. Salt Lake810
14. Kansas City79
15. Chicago79
16. FC Cincinnati88
17. New York City78
18. New England87
19. San José76
20. New York75
21. Vancouver85
22. Atlanta65
23. Portland74
24. Colorado82
► Classements complets

En direct du forum

8h24 - New England - Montréal : mercredi 24 avril, 19h30 par gbagrami

6h27 - Effectif 2019 par Pascal

5h13 - New England - Montréal : l'Homme de la saison par Retraité au Soleil

4h26 - 2013 ou 2019 ? par Walt

0h47 - Ligue canadienne: objectif 2019 par Citlec

17h42 - Blessures 2019 par Bxl Boy

17h26 - Philadelphie - Montréal : l’homme de la saison par gbagrami

24/4 - Philadelphie - Montréal : samedi 20 avril, 13h00 par Polio

23/4 - CanPL: Saison 2019 par Pouchkine

23/4 - Émission Coup Franc... la revoilà ! par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Piatti
 Taïder
 Jackson-Hamel
 Shome
 Okwonkwo
 Novillo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 7 matches

1. Piette
2. Diallo
3. Taïder
4. Bush
5. Okwonkwo

► Détails

Quiz

Helder Filipe da Costa Soares, meneur de jeu du club en 2010, se faisait appeler Filipe Pastel : pourquoi ?

  • Parce qu'il abusait des pâtisseries et avait un certain embonpoint
  • Parce que ses parents sont boulangers
  • À cause d'un ancien grand joueur portugais à qui il ressemble et qui porte le nom de Pastel
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com