L’écart avec le haut niveau

Los Angeles FC - Impact Montréal 4-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 24/05/2019

LOS ANGELES : Miller, Blackmon, Zimmerman, Segura, Harvey, Atuesta (72e Horta), Kaye, Blessing, Vela, Rossi (90e Perez), Ramirez (64e Diomande)

MONTRÉAL : Bush, Sagna, Diallo, Raitala, Lovitz, Azira, Shome, Taïder, Okwonkwo (41e Choinière), Piatti (64e Krolicki), Urruti (77e Jackson-Hamel)

ARBITRE : M. Villarreal

AVERTISSEMENTS : Zimmerman

LES BUTS : 7e Ramirez (1-0), 28e Vela (2-0), 31e Blessing (3-0), 55e Blackmon (4-0), 70e Segura (csc, 4-1), 84e Taïder (pen., 4-2)


Largement dominé jusqu’à ce qu’il y ait quatre buts d’écart, Montréal s’est finalement incliné 4-2 sur le terrain du Los Angeles FC qui, plus que la défaite, a montré à l’IMFC et à son président à quoi il fallait aspirer pour devenir un club de haut niveau en MLS.

La suspension de Piette n’a pas poussé Rémi Garde a effectué des essais sur un terrain où il est difficile de s’imposer, comme il l’avait fait récemment à New York. Il a plutôt effectué un remplacement poste pour poste, Azira retrouvant la place de médian défensif qu’il occupait avec succès à Colorado. Autres retrouvailles, celles de Piatti et de Sagna avec le poste de titulaire.

On jouait depuis à peine 7 minutes que les filets tremblaient déjà. La faute à Bush, auteur d’un contrôle lamentable alors que Ramirez était en embuscade. Le gardien lui a envoyé le ballon dessus, l’attaquant a envoyé le ballon de but (1-0). C’était le sixième match différent lors duquel l’Impact encaissait dans le premier quart d’heure : aucune équipe ne fait pire en MLS pour le moment, et c’est évidemment un des problèmes à régler au plus vite.

La réaction a été rapide. Lovitz a lancé la charge d’une bonne interception, suivie d’une succession de passes permettant de servir Urruti, qui a pivoté et envoyé une frappe pas trop mal placée mais manquant de puissance pour inquiéter Miller.

Meilleur attaquant des siens avant sa sortie sur blessure en fin de première mi-temps, Okwonkwo s’est aussi mué en arrière pour récupérer le ballon d’un magnifique geste défensif avant de mener le contre et de traverser un demi-terrain d’une course puissante et décidée. Il a conservé sa lucidité, bien vu Piatti à l’entrée du rectangle, de l’autre côté du terrain, et parfaitement réussi sa passe. Après un contrôle lui permettant de se placer en position idéale, l’Argentin a toutefois complètement vendangé sa frappe.

Dominé, Montréal se créait donc quand même des occasions intéressantes. Mais Los Angeles a été de plus en plus rapide et de plus en plus précis, pour finalement parvenir à étouffer complètement son adversaire. Les occasions se sont dès lors multipliées, et on vous épargne les situations confuses et stressantes dans le rectangle de Bush.

Et c’est en en développant simplement son jeu habituel que l’équipe locale y est parvenu. Premier exemple, une passe dans l’axe vers Blessing qui a surpris la défense et glissé le ballon sur la gauche à Ramirez, seul face à Bush qui a fermé la porte.

Même si avant le match, le LAFC était une des équipes à ne pas encore avoir marqué sur corner, il s’est montré dangereux à quelques reprises sur ce genre de phase. Notamment sur un coup de coin qu’Atuesta a envoyé au premier poteau où Kaye a émergé de la tête : légèrement dévié par Taïder, le ballon a traversé le petit rectangle et donné des sueurs froides à l’Impact.

Montréal arrivait quand même de temps en temps loin dans le camp adverse, mais manquait cependant, comme d’habitude, de poids dans le rectangle. Il a failli recevoir un coup de main du gardien local, qui a complètement raté sa sortie sur un centre de la gauche : Kaye a tenté de le protéger pour l’aider à récupérer le ballon, mais le gardien restait hésitant. Le positionnement de l’international canadien a quand même servi à empêcher Shome de profiter des errements de son portier.

Cet intermède fut de courte durée, on s’est bien vite retrouvé dans le rectangle de l’IMFC où après une nouvelle situation confuse, le ballon est arrivé sur la gauche à Ramirez, en train de se retourner avant d’envoyer une frappe un peu écrasée et trop sur Bush pour le battre.

Ces ballons sur les côtés, ce jeu haut, c’est tout sauf le style de Los Angeles, habitué à bâtir ses actions de plus bas en passant par l’axe. Et il l’a illustré de la plus belle des manières quand Atuesta, en possession du ballon en plein milieu du camp adverse, y est allé d’une accélération soudaine pour lancer Vela seul face à Bush : le Mexicain n’a pas laissé passer la chance de faire 2-0.

Ce but était typique du LAFC, non seulement pour les habitudes précitées, mais aussi les combinaisons de passes, le jeu au sol, le fait que ça se termine en isolant un joueur face au gardien adverse, le jeu dans la vitesse. Dans ce genre de situation, on a coutume de dire que l’Impact devait être prévenu, et que ça n’aurait pas dû arriver. Mais cette fois, l’adversaire n’était-il pas tout simplement trop fort ? Il faut rajouter à cela son bon jeu en perte de balle, qui lui permettait de récupérer le cuir rapidement.

Il a remis le couvert 3 minutes plus tard. Plein axe à 25 mètres du but, Vela a lancé Rossi qui a poursuivi le mouvement en glissant le ballon dans le petit rectangle vers Blessing qui l’a poussé au fond des filets (3-0).

Le temps que l’équipe locale reprenne son souffle, Okwonkwo, seul joueur offensif à essayer de mettre le nez à la fenêtre, a une fois de plus tenté quelque chose. En possession de balle côté droit et en l’absence de solutions, il a décidé d’y aller seul : son tir n’est pas passé très loin du but mais n’était quand même pas si dangereux que cela.

La dernière occasion de la première mi-temps fut pour les Californiens : après avoir fixé la défense, Vela a décalé vers Rossi qui est parti seul face à Bush… avant de lui envoyer le ballon droit dessus.

Repus, les joueurs locaux sont revenus sur le terrain concentrés, appliqués, mais calmes. De quoi ne pas laisser revenir leur adversaire dans le match, mais arrêter de lui infliger le supplice d’avant le repos. Ce sont quand même eux qui se sont créé la première occasion, dix minutes après la reprise : Ramirez a tenté une puissante frappe des 30 mètres obligeant Bush à se détendre pour dévier en corner. Sur celui-ci, donné par Vela, Blackmon a émergé dans les airs et fait passer le marquoir à 4-0…

Après l’heure de jeu, Urruti, qui pour une rare fois a montré à plusieurs reprises des signes de découragement tant ses adversaires l’avaient fait courir (cela sentait les instructions claires d’avant-match…), a tenté sa chance de loin : difficile de savoir si c’était cadré ou non, et Miller n’a pris aucun risque en déviant le ballon du bout des doigts.

Revigoré par cette occasion, l’Argentin a été à l’origine de la réduction de l’écart : quasiment sur la ligne de fond côté droit, pas très loin du but, il a tenté sa chance d’un angle fermé : le ballon a été dévié par Miller avant de rebondir sur Segura qui l’a envoyé dans l’autre sens… celui du but, contre son camp (4-1).

Cela a réveillé les joueurs locaux, chez qui deux remplaçants venaient de monter et avaient à cœur de se mettre en valeur. Parmi eux Diomande, lancé seul entre Raitala et Diallo, mais il a complètement raté sa frappe. Quelques secondes plus tard, Harvey a reçu une magnifique balle en cloche qu’il a remise de la tête à Rossi qui a croqué sa reprise en un temps.

Monté au jeu après ces occasions, Jackson-Hamel a lui aussi montré son désir de s’illustrer. Et il n’a pas tardé à le faire d’un bon appel qui a permis à Taïder de lui envoyer un long ballon et de le lancer seul vers le but. Lancé à sa poursuite, Zimmerman a réussi à revenir à sa hauteur, mais pas à le rattraper, et a fini par le bousculer. Un penalty indiscutable, très bien placé par Taïder qui a battu Miller alors que le gardien avait bien plongé et choisi le bon côté (4-2).

Autre remplaçant local, Horta a été à la source d’une nouvelle accélération entamée plein axe, ouvrant légèrement sur la droite vers Diomande qui a servi Rossi complètement seul face à Bush. Mais ce n’était pas la soirée de l’Uruguayen, qui n’a pas cadré une reprise pourtant promise à aller au fond des filets.

La dernière occasion sera à l’actif de Jackson-Hamel, qui peut être satisfait de sa montée au jeu : servi par une belle balle en cloche de Choinière, il s’est retourné alors qu’il était en pleine course et a placé une volée obligeant Miller à intervenir.

Au coup de sifflet final, personne ne discutait la victoire de Los Angeles. En fait, tout le monde louait le niveau du club californien. On a en effet pu voir ce qu’était le haut niveau en MLS, sur le terrain… mais aussi en tribune, avec une superbe ambiance derrière un des buts où 3252 supporters debout s’époumonaient en cadence et en permanence sans besoin d’instructions sur un écran géant. Finalement, le résultat de la rencontre, prévisible, est anecdotique. Kevin Gilmore avait fait le déplacement : dans le Québec Soccer d’avril, il avait déclaré que le LAFC était l’exemple à suivre pour Montréal afin d’aspirer à ses ambitions de club de grand marché. Il a pu voir de ses yeux l’écart séparant les deux clubs. Le potentiel de progrès à l’ombre de la tour olympique est énorme, et réel. Maintenant, reste à prendre les bonnes décisions pour le réaliser.

Calendrier

Prochain match

Montréal - Portland
Mercredi 26 juin, 19h30

Dernier match

Montréal - Seattle2-1
Mercredi 5 juin, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC1637
  2. LA Galaxy1731
  3. Philadelphie1731
  4. MONTRÉAL1827
  5. DC United1727
  6. Atlanta1526
  7. Seattle1626
  8. Dallas1725
  9. New York1624
10. Houston1424
11. New York City1423
12. Minnesota1621
13. Salt Lake1620
14. Toronto1619
15. San José1519
16. Kansas City1619
17. Chicago1719
18. Vancouver1719
19. Orlando1518
20. Portland1417
21. Columbus1717
22. Colorado1716
23. New England1616
24. FC Cincinnati1711
► Classements complets

En direct du forum

10h08 - Gold Cup 2019 par Pouchkine

22/6 - Copa America 2019 par imfc132

21/6 - Le futur directeur sportif par imfc132

21/6 - TSN ou RDS pour regarder la Gold Cup? par Pouchkine

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder
 Piatti
 Browne
 Okwonkwo
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Shome
 Novillo
 Diallo
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 17 matches

1. Piette
2. Diallo
3. Urruti
4. Okwonkwo
5. Bush

► Détails

Quiz

Pendant longtemps, comment était déterminé le lieu de la finale du championnat en USL ?

  • Elle se jouait sur le terrain de l'équipe finaliste la mieux classée à l'issue de la saison régulière
  • Ce sont les United Soccer Leagues qui en décidaient
  • Elle se jouait sur le terrain du champion de l'année précédente
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com