Défaite logique malgré l'espoir donné par Bojan

Toronto FC - Impact Montréal 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 24/08/2019

TORONTO : Westberg, Auro, Gonzalez, Mavinga, Morrow, DeLeon (46e Pozuelo), Bradley, Delgado, Gallardo (60e Laryea), Benezet (80e Osorio), Altidore

MONTRÉAL : Bush, Brault-Guillard, Sagna, Raitala, Lovitz, Krolicki (90e Shome), Taïder, Tabla (69e Jackson-Hamel, 81e Corrales), Lappalainen, Bojan, Urruti

ARBITRE : M. Toledo

AVERTISSEMENTS : Sagna, Benezet, Altidore, Laryea, Morrow

LES BUTS : 49e Bojan (0-1), 63e Delgado (1-1), 81e Morrow (2-1)


Dominé en première mi-temps, archi-dominé après la pause, Montréal a pourtant cru réaliser le hold-up parfait à Toronto grâce à un magnifique but de Bojan en début de deuxième période. Mais l’Impact a craqué en fin de match, encaissant deux buts sur lesquels Bush n’est pas exempt de tout reproche, pour finalement s’incliner 2-1.

Pour ce premier match de l’ère Cabrera, Montréal a commencé avec un onze qui, à peu de choses près, aurait pu être aligné par son prédécesseur. Blessé, Camacho était relayé par Sagna en défense centrale alors que Brault-Guillard était titularisé à l’arrière droit. Shome, qui n’est pas à son meilleur, a cédé sa place à Krolicki. Le 4-4-2 était reconduit. Le seul changement marquant dans la compo était la titularisation de Ballou sur la droite de l’entrejeu. On notait aussi que Taïder, d’habitude capitaine dans ces circonstances, cédait le brassard à Sagna.

Dans le camp d’en face, il manquait un gros morceau au coup d’envoi puisque Pozuelo était sur le banc. Il est toutefois monté à la pause, contribuant à la montée en puissance de son équipe. En revanche, on découvrait sur les ailes deux transferts importants de l’été : Benezet et Gallardo. Ceux-ci, surtout le dernier nommé, se sont un peu éteints après la pause, mais il y avait sur le banc des joueurs capables de les relayer avec succès.

Dès le coup d’envoi, Toronto a passé l’essentiel de son temps dans le camp de l’Impact, qui parait le plus souvent au plus pressé. Dégagements approximatifs et pertes de balle étaient légion un peu partout sur le terrain. Longtemps sans conséquence plus fâcheuse que des ballons très chauds dans les 20 derniers mètres - sans occasion - et une carte jaune à Sagna qui avait ramassé Gallardo sur une reconversion rapide.

Il a fallu attendre plus d’un quart d’heure pour que la domination locale se matérialise en possibilités de but. Une belle combinaison dans l’axe a pris la défense de vitesse quand elle est passée dans les pieds de Bradley puis de DeLeon qui a trouvé Gallardo démarqué au cœur du rectangle : le Vénézuélien n’a toutefois pas osé frapper en un temps et a attendu le rebond, ce qui l’a forcé à s’excentrer et son tir a fini dans le filet latéral.

Trois minutes plus tard, une nouvelle combinaison dans l’axe a été trop vite pour l’Impact, permettant à DeLeon d’avoir tout l’espace et la latitude nécessaires pour tenter sa chance de loin, mais son envoi a fini loin du cadre.

Montréal a eu besoin d’un corner pour être menaçant pour la première fois de la soirée, peu avant la demi-heure. Un tir de Sagna a été dévié et est arrivé devant Lappalainen qui est parvenu à devancer son vis-à-vis et à mettre son pied sur le ballon, qu’il a toutefois prolongé à côté.

Gallardo était l’un des joueurs les plus en vue des 45 premières minutes, mais son dynamisme était souvent associé à de la précipitation ou à de l’imprécision. Toutefois, le côté gauche de l’Impact était parfois embrouillé par sa vivacité. Comme sur cette action où il est parvenu à envoyer un centre dévié par Lovitz : le ballon a alors flotté avant d’être repris par Bradley dont le tir en un temps est passé un bon mètre à côté.

Offensivement, Montréal ne montrait une fois de plus pas grand-chose, et Lappalainen semblait le seul joueur capable d’allumer des étincelles. Il nous a ainsi gratifiés d’un magnifique travail sur la gauche du rectangle avant d’envoyer une excellente passe en retrait au sol vers Tabla qui a devancé Benezet mais dont la reprise en un temps est passée à côté.

Si Toronto ne s’était jusqu’alors pas encore créé une tonne d’occasions, le compte a commencé à prendre de l’ampleur dans les arrêts de jeu de la première mi-temps. D’abord quand Raitala et Lovitz se sont regardés sur une passe en retrait à hauteur de la ligne médiane, ce dont Gallardo a profité pour filer sur le flanc droit avant d’envoyer un centre sur lequel Sagna s’est jeté pour concéder un corner.

Ensuite quand ce coup de coin a été repris de la tête par Mavinga qui a devancé tout le monde mais n’a pas suffisamment redressé la course du ballon. En deuxième zone, DeLeon a poursuivi sa course, semé son vis-à-vis, mais a manqué de peu ce ballon dévié. 0-0 à la pause.

Autre chose qui n’a pas changé avec le changement d’entraîneur : les buts sortis de nulle part marqués par l’IMFC. Et celui-ci est tombé en tout début de deuxième mi-temps. Légèrement décalé sur la gauche, Bojan a bénéficié d’un contre favorable et, dans l’axe à 25 mètres du but, a décidé de tenter sa chance. Avec raison puisque son puissant envoi brossé est allé magnifiquement se loger dans le coin droit du but de Westberg (0-1).

Le temps de retrouver ses esprits, et Toronto et repris sa course au but, de plus en plus effrénée. Cette fois, les occasions ont été réelles et ont commencé à pleuvoir. La première d’entre elles fut construite dans des petits espaces où Altidore a glissé le ballon à Bradley qui l’a cédé à Pozuelo dont la belle frappe a été déviée par Bush. Sur le corner, Gonzalez, démarqué, a repris le ballon de la tête et Bush a eu bien du mal à s’en emparer en deux temps.

Trois minutes plus tard, Auro envoyait droit devant lui une passe au sol qui a parcouru 20 mètres sans qu’aucun joueur de l’Impact ne soit en mesure d’intervenir avant qu’elle n’arrive à Altidore sur la droite du rectangle. L’attaquant a devancé Raitala mais son tir n’était pas assez croisé et a fini à côté.

Scénario quasiment identique juste après l’heure de jeu quand une passe envoyée du rond central par Bradley a quasiment trouvé Morrow dans le rectangle, mais Bush avait anticipé et a devancé le Torontois.

Il y avait dès lors quasiment une occasion par minute. Une nouvelle combinaison dans des petits espaces dans l’axe est arrivée à Altidore au cœur du rectangle : son contrôle lui a permis de se mettre en bonne position, mais il a ensuite glissé.

L’égalisation était dans l’air et est tombée après que Bush tente de s’envoler comme Superman sur un centre de Pozuelo : il était quasiment parallèle au sol quand il est parvenu à boxer le ballon, droit sur Delgado qui a vu le gardien à terre et le but vide. Il a tenté sa chance et trouvé le fond des filets (1-1).

Ce but ne suffisait évidemment pas à l’équipe locale, qui n’a pas relâché la pression, cherchant à prendre l’avance dès que possible. Et le but de Bush était de nouveau pris d’assaut. D’abord par une ouverture de Benezet en direction de Morrow dont le centre était un peu trop haut pour Altidore qui est parvenu à toucher le ballon de la tête mais l’a envoyé au-dessus. Quelques instants plus tard, l’international américain a tenté sa chance de loin, un envoi qui a fini peu à côté.

Ça allait de plus en plus vite. Trop vite même lorsqu’une belle passe en cloche de Pozuelo a lancé Laryea sur le flanc droit. Le remplaçant local a donné le ballon en retrait vers Benezet dont la reprise en un temps est passée juste à côté. À ce moment-là, les deux équipes ne jouaient plus dans la même division. Par moments, entre l’heure de jeu et le coup de sifflet final, on se serait cru à Santos Laguna un funeste soir d’hiver.

Pas besoin de remonter aussi loin pour se souvenir d’une sortie inquiétante de Bush. On l’a revu à l’œuvre sur un centre de la gauche : devançant Altidore, il a repoussé le ballon du poing… en direction de Bradley qui, hors du rectangle, a tenté de profiter du fait que le gardien était hors de son but. Toutefois, sa reprise était trop près du portier visiteur, qui avait cette fois l’équilibre suffisant pour s’emparer du ballon.

Dans l’axe, à gauche, à droite, le danger arrivait de partout. Un centre de Laryea est arrivé à Altidore qui a remis le ballon en direction de Morrow, qu’une intervention in extremis de Raitala a empêché de reprendre le ballon à bout portant.

Il restait encore dix minutes à jouer. Dix minutes à tenir pour l’Impact, ou plutôt à repousser les assauts de son adversaire. Mais ça fuyait de partout. Le ballon est arrivé sur la gauche du rectangle où Morrow a enchaîné un contrôle et une demi-volée, hors-cadre.

Les occasions se sont multipliées, mais ce compte-rendu n’est pas tout à fait juste envers Toronto car nous n’y avons pas inclus les nombreux ballons chauds dans le rectangle provoquant des dégagements en catastrophe, les moments de panique et les actions confuses qui n’ont pas débouché en possibilité sérieuse.

Soyons francs : Toronto méritait largement de prendre l’avance et de s’imposer. Il a été récompensé grâce une nouvelle combinaison dans l’axe, initiée par Bradley qui a tenté un une-deux avec Altidore. La déviation a plutôt trouvé Morrow au cœur du rectangle, face à Bush : la frappe n’était pas la meilleure, mais le gardien n’a fait qu’un demi-arrêt et a vu le ballon poursuivre sa course derrière lui et franchir la ligne.

Arrêts de jeu compris, Montréal a eu un petit quart d’heure pour tenter d’égaliser. Mais Westberg a pu dormir sur ses deux oreilles, Urruti et compagnie ne parvenant jamais à arriver dans ses parages ou à y amener le ballon.

Au coup de sifflet final, les mines étaient déconfites dans les rangs de l’Impact. Malgré la domination totale de Toronto, les joueurs ont longtemps espéré ramener un petit quelque chose de leur déplacement en Ontario. Toutefois, l’écart entre les deux équipes était trop grand et le résultat est juste.

On ne jugera toutefois pas Wilmer Cabrera sur cette seule rencontre. Il est arrivé il y a trop peu de temps, et il aura l’occasion de se reprendre bientôt face au même adversaire. Sa mission de reconquête commencera mercredi face à Vancouver, première de trois rencontres à domicile face à des adversaires auquel l’IMFC doit se montrer supérieur s’il veut prétendre à une place en phase finale. Les retrouvailles avec Marc Dos Santos et Maxime Crépeau s’annoncent passionnantes !

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

23h06 - Repêchage d'expansion par Campoozmstnz

15h36 - Thierry Henry nouvel entraîneur par moi

10h38 - Liste des anciens de l'Impact par Citlec

4h09 - Ligue des nations par Pouchkine

15/11 - Bilans de saison 2019 par Daniel

15/11 - Une histoire de FM 2020 avec l'Impact de Montréal par SizzlingPopcorn

14/11 - Entraîneur 2020 par Numero10

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Quel est le point commun entre les saisons 1995 et 2005, lors desquelles l'Impact défendait son titre de champion ?

  • Il n'a pas confirmé son rang et a chaque fois disputé un piètre championnat
  • Il a bouclé la phase régulière en tête du classement général mais n'est ensuite pas parvenu à atteindre la finale
  • Il s'est fait prendre ses meilleurs joueurs par des équipes riches durant l'entre-saison
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com