Prédateur, rôdeur et vainqueur après s'être fait très peur

Impact Montréal - Vancouver Whitecaps FC 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 28/08/2019

 Impact de Montréal
MONTRÉAL : Bush, Sagna, Camacho, Raitala, Lovitz, Piette, Taïder, Okwonkwo (68e Shome), Lappalainen, Bojan (84e Krolicki), Urruti (90e Corrales)

VANCOUVER : Crépeau, Nerwinski, Henry, Cornelius, Adnan, Erice, Hwang, Teibert (87e Bair), Reyna, Chirinos (76e Montero), Ricketts (82e Bangoura)

ARBITRE : M. Elfath

AVERTISSEMENT : Urruti

LES BUTS : 17e Reyna (0-1), 35e Henry (csc, 1-1), 37e Urruti (2-1)


Un bon départ, une grosse claque dans la gueule avec un but contre le cours du jeu puis un penalty, mais un double arrêt de Bush avant un retournement de situation en trois minutes et un énorme regain de confiance : Montréal a battu Vancouver 2-1 à l’issue d’un match on ne peut plus décousu lors duquel les deux gardiens ont été pour le moins occupés.

Il y avait quelques surprises dans la compo montréalaise, et pas forcément parce que Wilmer Cabrera prenait des risques, mais bien parce que Raitala et Camacho, que l’on croyait mal en point, étaient tous deux aptes au service, tout comme Piette, qui n’était pas certain d’être en état de jouer dès le coup d’envoi. Fort de ces trois titulaires, le nouvel entraîneur alignait une fois de plus un onze que son prédécesseur n’aurait pas renié, dans une disposition qui n’avait rien de révolutionnaire.

En fait, le changement attendu était surtout dans la façon de jouer : attaquer davantage, penser d’abord à aller vers l’avant. Une façon de procéder qui va aussi avec le statut de l’équipe pour les trois prochaines rencontres, toutes à domicile, face à des adversaires à sa portée et avec l’obligation de regagner sa place au-dessus de la ligne rouge. De proie, elle doit redevenir prédatrice.

Ce rôle, toutefois, elle le maîtrise plutôt mal. Sauf qu’en face, il y avait une des équipes les plus faibles de la compétition, et celle-ci a tôt fait de multiplier les approximations dans son camp et les mauvaises relances, permettant à Montréal de retenter des assauts rapidement.

Summum des hésitations défensives des visiteurs, une passe en retrait molle de Cornelius alors qu’il était sur la gauche de son petit rectangle : après avoir dégagé précipitamment en corner devant Urruti à l’affût, Crépeau a sommé son défenseur d’écouter ses consignes…

Il y avait aussi pas mal de laxisme dans le marquage de Vancouver. Comme sur cette action où Urruti avait quatre joueurs autour de lui, mais tous trop loin pour l’empêcher de manœuvrer. Ce que Piette, en possession du ballon, avait bien vu : il fit immédiatement une passe droit devant lui pour l’Argentin dont le tir a fini hors-cadre.

Bien entendu, tout cela permettait à l’Impact de gagner en confiance au fil des minutes, de prendre davantage d’initiatives et de ne plus forcément compter sur les errements adverses pour amener le danger. On le vit sur un centre-tir d’Okwonwko, toutefois repoussé par Crépeau qui avait émergé au milieu d’une forêt de joueurs.

Depuis le début de la saison, Vancouver est rarement constant. On a parlé de son jeu défensif, qui reflétait ses habitudes. Son jeu offensif, lui, est aussi très inégal, avec quelques talents individuels capables parfois de créer une belle action collective, mais souvent, quelqu’un effectue un mauvois choix ou commet une imprécision qui l’empêche d’aller à son terme. Et de temps en temps, c’est dangereux…

Malheureusement pour l’Impact, la première menace visiteuse a fait mouche. Hwang a ouvert sur la droite à Ricketts qui a envoyé un centre sur lequel se sont jetés Bush, Sagna et Chirinos. Tout le monde a semblé se gêner et le ballon, légèrement touché par le joueur de Vancouver, a continué sa course au deuxième poteau où Reyna a facilement pu le prolonger dans le but délaissé (0-1).

Le ciel tombait sur la tête du stade. Et cela allait de mal en pis. Après avoir transpercé plusieurs adversaires dans l’axe, Hwang s’est fait faucher par Urruti à l’entrée du rectangle. L’arbitre a laissé l’avantage puisque Ricketts avait récupéré le ballon, avant de chuter à son tour… avant que Piette ne commette une faute sur Chirinos dans le rectangle.

Le penalty était indiscutable. Moyennement tiré par Reyna, il a été repoussé par Bush mais Ricketts fut le premier au rebond en envoya le ballon au fond des filets. Il avait été bien aidé par le fait d’être rentré dans le rectangle avant d’y avoir droit, ce qui n’a pas échappé au corps arbitral… tout comme le fait que Bush avait quitté sa ligne trop tôt. Une irrégularité de chaque côté, penalty à retirer. Le tireur choisit le même côté, le gardien aussi, et cette fois il dévia le ballon en corner !

Depuis l’ouverture du score, les mines étaient très basses dans le camp de l’Impact. Le penalty, bien qu’arrêté, n’avait pas apaisé les doutes. Et Vancouver s’est emballé. Excessivement, surtout pour une équipe de bas de classement menant sur le terrain d’un adversaire.

Cet excès de témérité a offert à l’IMFC des espaces dont il raffole. Urruti fut le premier à en profiter : à l’issue d’un bel effort sur la droite, il est arrivé quasiment sur la ligne de fond avant d’envoyer le centre parfait depuis sa position, au sol et puissant, de sorte que si le ballon touchait un partenaire mais aussi un adversaire, il aurait eu bien du mal à l’envoyer ailleurs que dans le but. Et c’est ce qui est arrivé à Henry, qui a marqué contre son camp sous la pression de Bojan (1-1).

Les hommes de Marc Dos Santos n’avaient visiblement pas retenu les leçons de cette égalisation. On rejouait depuis à peine une minute et les espaces étaient à nouveau légion. L’effort d’Urruti dans l’axe fut contré, vers Lappalainen dont le tir fut dévié. À peine le ballon de retour en jeu que Sagna put centrer en direction d’Okwonkwo qui a fixé la défense comme c’est arrivé beaucoup trop peu cette saison. Dans ces circonstances, Urruti pouvait jouer un rôle qui lui convient bien mieux que celui d’homme seul en pointe : celui de rôdeur. Quand le ballon lui est arrivé au deuxième poteau, il a eu tout le temps de sortir l’arc et les flèches, d’enchaîner un contrôle et une frappe croisée qui a fait mouche (2-1).

Il va sans dire que ce retournement de situation en l’espace de trois minutes a insufflé une nouvelle confiance à l’Impact, qui ne tremblait plus. Et ce n’est pas la magnifique reprise acrobatique de Chirinos juste à côté qui allait empêcher Montréal de regagner les vestiaires avec une légère avance.

Si la première mi-temps avait été décousue, notamment en raison des montagnes russes morales de l’Impact, la seconde ne le fut pas moins, partant dans tous les sens avec une pluie d’occasions de part et d’autre. Dès les premiers instants, Crépeau dut détourner en corner un centre de Bojan consécutif à une belle action montréalaise côté gauche.

Une minute plus tard, une relance rapide du gardien visiteur permit à Reyna de remonter le terrain puis d’isoler Chirinos face à Bush. Auteur d’un contrôle un peu long, le Hondurien perdit son face-à-face mais Hwang fut le premier au rebond et vit son tir repoussé par Lovitz qui s’était très bien replié.

Le festival se poursuivait au rythme d’une occasion toutes les 60 secondes. Après avoir effacé deux adversaires sur la gauche du rectangle, Adnan parvint à envoyer un centre. Celui-ci, dévié, arriva dans le dos de Ricketts qui a réussi à se retourner pour tirer, mais c’était trop faible et hors-cadre.

Le ping-pong d’occasions continuait. Bénéficiant d’un contre favorable face à une défense mal repliée, Bojan a lancé Taïder sur la gauche mais l’Algérien a tiré au-dessus. Peu après, Adnan a centré pour Chirinos mal tenu au deuxième poteau : la reprise de la tête était puissante mais droit sur Bush qui s’est emparé du ballon en deux temps. Deux minutes après son occasion précédente, Taïder a tenté sa chance de loin d’un envoi croisé guère puissant mais bondissant et vicieux pour Crépeau qui l’a détourné en corner. Mal repoussé, ce dernier est arrivé à Urruti dont l’envoi brossé se dirigeait vers la lucarne où Crépeau a été le chercher… tout en gardant le ballon en jeu ! Ah, à ce moment-là, on rejouait depuis… dix minutes.

On a alors eu le temps de souffler… jusqu’à l’heure de jeu. Souffler car il y avait moins d’occasions, si on puit dire, mais pas moins d’action puisque Montréal était très actif sur son côté droit depuis quelques minutes. Et c’est de la droite du rectangle qu’Urruti a centré en retrait dans la course de Bojan, une action dont Crépeau est finalement arrivé à sortir gagnant même si un de ses défenseurs était dans son chemin.

Vancouver a souvent dépendu de Hwang et Reyna pour se montrer dangereux cette saison. On a vu les dégâts qu’ils peuvent causer lorsque le premier a servi le second dans le dos de la défense sur la droite du rectangle. Mais son tir croisé a fini dans le filet latéral après avoir été dévié par Bush.

Le match débridé se poursuivait avec une petite baisse d’énergie de Vancouver à l’approche du dernier quart d’heure. Taïder a failli le lui faire payer à deux reprises. D’abord en lançant Urruti sur la droite du rectangle, mais le tir croisé de l’Argentin était trop écrasé et Crépeau a pu s’en emparer. Ensuite en effectuant un effort solitaire dans l’axe sans que personne ne le gêne : il a donc pu tenter sa chance, mais c’était un peu trop croisé.

Vancouver n’abdiquait toutefois pas. Un corner mal repoussé permit à Hwang de centrer vers Henry dont la reprise de la tête fut trop croisée.

Entre la bonne volonté, un peu de désespoir et les changements, Vancouver tentait d’assener les derniers coups de boutoir. Mais malgré une défense centrale parfois à la peine physiquement, très bien protégée par Piette qui n’a pas épargné ses efforts, Montréal ne se faisait plus surprendre dans le cours du jeu.

C’est au contraire lui qui a failli prendre une avance qui aurait mis fin au suspense quand un contre mené par Urruti, Bojan et Lappalainen fut ponctué par un tir de l’Espagnol qui a autant fait lever le public de son siège que l’arrêt spectaculaire de Crépeau.

Il fallut un coup franc plein axe à Vancouver pour se créer sa dernière occasion : Adnan a tenté sa chance directement mais Bush s’est interposé. Sur le contre, Lappalainen a pris tout le monde de vitesse sur la gauche mais son tir croisé a léché l’extérieur du montant de Crépeau.

L’arrivée de Wilmer Cabrera laissait entrevoir de l’action dans tous les sens : tant la confusion que le spectacle furent au rendez-vous ce soir, et c’est l’IMFC qui a tiré son épingle du jeu de ce match pour le moins décousu. La victoire est évidemment un énorme adjuvent moral, mais celui est certainement aussi dopé par le scénario de la rencontre, où l’Impact est passé au bord de la noyade avant d’émerger et de sortir de l’eau auréolé d’une victoire.

Il pourra confirmer ce succès, et continuer de gonfler son moral, dès samedi face à DC United, une équipe dont le jeu est aussi tout sauf académique, dont la forme est plus que chancelante et qui sera en outre privée de Wayne Rooney. Il ne serait pas étonnant de voir les joueurs de la capitale américaine venir au stade Saputo et bétonner pour en repartir avec un point, ou une victoire grâce à l’un ou l’autre contre bien mené. Montréal sera une fois de plus en position de prédateur. Va-t-il abattre sa cible pour la deuxième fois de suite ? On ne tardera pas à connaître la réponse.

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

1h01 - Thierry Henry nouvel entraîneur par Bxl Boy

18h34 - PLSQ 2019 par ATN_LR

14h23 - Repêchage d'expansion par loupdogg

16/11 - Liste des anciens de l'Impact par Citlec

16/11 - Ligue des nations par Pouchkine

15/11 - Bilans de saison 2019 par Daniel

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Quel geste spectaculaire a permis à Hassoun Camara d'inscrire deux buts en 2013 ?

  • Le retourné
  • Le coup franc direct
  • La talonnade
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com