Une victoire pour clore la saison

Impact Montréal - New York Red Bulls 3-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 06/10/2019

MONTRÉAL : Diop, Sagna, Camacho (89e Corrales), Fanni, Raitala, Piette, Taïder, Okwonkwo (81e Lappalainen), Piatti (84e Shome), Bojan, Urruti

NEW YORK : Robles, Long, Duncan (23e Murillo), Parker, Lawrence, Davis, Sims, Royer (72e Fernandez), Kaku, Casseres, White (62e Wright-Phillips)

ARBITRE : M. Saghafi

AVERTISSEMENT : Okwonkwo

LES BUTS : 23e Bojan (1-0), 38e Urruti (2-0), 62e Okwonkwo (3-0)


Une défense bien inspirée, un entrejeu très engagé et une attaque efficace et un adversaire qui semblait avoir la tête ailleurs ont permis à Montréal de s’imposer 3-0 contre New York pour terminer la saison régulière sur une bonne note.

N’ayant plus rien à gagner ni à perdre cette saison, Montréal pouvait faire tourner son effectif, en offrant par exemple aux jeunes du temps de jeu, et permettant au public de voir ce qu’avaient dans les pieds les membres de l’équipe de demain. Mais Wilmer Cabrera a choisi d’aligner un onze habituel, certainement celui qu’il considère comme le meilleur à sa disposition.

En face, il y avait pas mal de jeunes joueurs sur le terrain, dont certains sont régulièrement titulaires, montrant (surtout à ceux qui suivent cette équipe sporadiquement) l’évolution de l’effectif new yorkais qui reste compétitif malgré le départ ou le ralentissement d’éléments importants.

La rencontre avait davantage d’importance pour les visiteurs, qui avaient la volonté d’améliorer leur place au classement général, puisque celle-ci détermine qui joue à domicile lors des rencontres de phase finale. Pas de quoi évidemment les faire déroger à leur style, du jeu posé, haut avec le passage par les flancs.

Ce sont aussi eux qui se sont créé la première occasion de l’après-midi : un corner travaillé à l’entraînement arrivait en première zone où Long prolongeait le ballon aérien du talon vers la deuxième zone où la reprise de Royer était repoussée par la transversale.

Montréal misait sur le contre et lançait un premier avertissement après une dizaine de minutes : si le but de Taïder, qui avait tiré le meilleur parti d’un cafouillage, était légitimement annulé pour un hors-jeu préalable d’Okwonkwo, on aura aussi apprécié le début de l’action, notamment le beau travail de Bojan pour remonter le terrain.

Une faculté que les hommes de Chris Armas utilisent moins souvent mais dont ils savent aussi faire preuve de temps à autre. On en eut un aperçu une minute plus tard lors d’une action permettant à Duncan de se retrouver en bonne position mais son dernier geste, entre le centre et le tir, est passé devant tout le monde et était trop croisé pour inquiéter Diop. Il n’en suscita pas moins quelque émoi dans le stade et dans la défense.

Le danger se précisait quand White, lancé sur la droite, envoya en centre très dangereux mais manquant un rien de précision pour arriver à Royer, devancé par un très beau retour de Sagna. Une intervention décidée qui sembla inspirer ses coéquipiers puisque dès cet instant, l’IMFC gagna en confiance et fit preuve de davantage d’assurance tant dans les duels que sur les passes.

La rencontre s’est dès lors équilibrée, et rares furent les moments susceptibles de faire pencher la balance. Toutefois, lors de ceux-ci, les joueurs locaux ont eu les meilleures réactions et en ont tiré les bénéfices.

Premier exemple, sur un dégagement vers Okwonkwo à hauteur de la ligne médiane : il a commencé par remporter son duel avec Parker, qu’il avait beaucoup mieux négocié, avant de filer seul au but. Mais alors qu’on croyait qu’il avait poussé son ballon trop loin, Robles a hésité à sortir. Le Nigerian a ainsi pu poursuivre son effort avant de servir Bojan qui avait parfaitement suivi et a ouvert la marque (1-0).

Deuxième exemple, un quart d’heure plus tard, quand Raitala a surpris les défenseurs pour filer seul face à Robles : revenant à toute allure, Murillo l’a rattrapé et remporté le duel. Le Finlandais est tombé un peu facilement, l’arbitre n’a rien dit mais… les joueurs visiteurs se sont quand même concentrés sur l’absence de faute alors que ça continuait évidemment de jouer ! Le ballon est arrivé à Urruti, qui ne s’est pas fait prier pour l’envoyer au fond des filets (2-0).

Au retour des vestiaires, New York a timidement tenté de recoller à la marque, mais jouait beaucoup trop en dilettante - tombant par exemple dans le piège du hors-jeu en raison d’une bête faute d’attention. En face, un IMFC plus engagé ne laissait place à aucune approximation et laissait venir un adversaire qui n’arrivait pas à se montrer un tant soit peu menaçant.

Rare moment de lucidité dans le chef des Américains, un bon ballon de Sims pour lancer White dans l’espace : si ça a surpris les défenseurs, la passe était un rien trop appuyée, offrant un petit espace pour une sortie de Diop, qui l’a bien exploité et a devancé son adversaire.

On ne peut pas dire que Montréal faisait preuve d’une grande créativité, mais elle n’allait pas apparaître comme par miracle lors du dernier match de la saison. Et puis, elle n’était pas vraiment nécessaire face à une opposition qui semblait trop souvent avoir la tête ailleurs.

Une réflexion qu’on eut une fois de plus sur un centre de Taïder, mais largement confirmée dans les instants suivants par une défense complètement endormie qui a laissé sans broncher le ballon arriver au deuxième poteau où Okwonkwo, d’une tête plongeante, a fait passer les chiffres à 3-0.

C’était dès lors la fin des émissions pour New York, qui n’avait en réalité jamais réellement pris l’antenne, ou, pour lui donner quand même un peu de mérite, avait laissé tomber le micro après un quart d’heure.

Montréal s’en était emparé et ne le lâchait pas. Notamment sa ligne arrière, dont tous les éléments étaient très inspirés sur chacune de leurs interventions. On a parlé de moments décisifs dans lesquels les arrières latéraux étaient impliqués, mais il faut aussi souligner les mérites de Camacho, auteur de plusieurs interventions de haut vol, et de quelques beaux gestes balle au pied, ainsi que de Fanni, qui commandait tout cela de main de maître. Il n’y avait pas photo face à des visiteurs qui se faisaient davantage remarquer par leur manque de vitesse d’exécution et leurs trop nombreux mauvais choix.

Faisant preuve de beaucoup d’engagement aux moments opportuns, l’axe de l’entrejeu montréalais laissait New York ne rien faire avec le ballon, puis le lui ravissait avant soit qu’il ne prenne confiance soit qu’un danger potentiel ne se dessine. Ajoutez à cela Okwonkwo qui pesait sur la défense adverse et était impliqué dans plusieurs buts, Bojan inspiré balle au pied… et même un but d’Urruti, cela n’a même pas obligé Piatti, ovationné lors de son remplacement en fin de match, peut-être son dernier à Montréal, à sortir du lot pour aider l’équipe à gagner.

Tout le monde a mis la main à la pâte, tant offensivement que défensivement. Parmi les preuves, ce superbe tackle du joueur désigné argentin aux abords de son rectangle en deuxième mi-temps. Ou cet envoi à distance de Raitala, pas mal mais trop sur Robles.

New York a recommencé à jouer dans les dix dernières minutes. Excentré sur la droite à plus de 25 mètres du but, Murillo a envoyé un magnifique missile… sur la transversale. Diop a aussi été mis à contribution, sortant une première fois dans les pieds de Wright-Phillips, puis quelques minutes plus tard dans ceux de Fernandez sur un centre de l’attaquant anglais. C’était évidemment trop peu trop tard pour les visiteurs, qui ratent le coche, d’autant que DC United a été tenu en échec chez lui par Cincinnati !

Montréal termine la saison régulière à la 18e place du classement général, avec un total de 41 points. Il est aussi le 9e classé des membres de la conférence Est, dont 7 représentants sont qualifiés pour la phase finale. Il aura donc été dépassé par New England mais aussi Chicago en fin de saison.

Cette victoire face à New York met évidemment du baume au cœur et permet de repartir du stade Saputo sur une bonne note avant de ne plus mettre les pieds au stade avant la Ligue des champions en février prochain. Elle ne doit évidemment pas être l’arbre qui cache la forêt d’une saison 2019 décevante à plus d’un titre et des nombreuses carences à combler au cours des prochains mois. Il faut faire un bilan à tête reposée sans rien laisser passer, et rapidement prendre les mesures nécessaires pour être dès que possible tourné vers 2020.

Calendrier

Prochain match

Montréal - New England
Samedi 29 février, 15h00

Dernier match

Montréal - New York3-0
Dimanche 6 octobre, 16h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3472
  2. New York City3464
  3. Atlanta3458
  4. Seattle3456
  5. Philadelphie3455
  6. Salt Lake3453
  7. Minnesota3453
  8. LA Galaxy3451
  9. Toronto3450
10. DC United3450
11. Portland3449
12. New York3448
13. Dallas3448
14. New England3445
15. San José3444
16. Colorado3442
17. Chicago3442
18. MONTRÉAL3441
19. Houston3440
20. Kansas City3438
21. Columbus3438
22. Orlando3437
23. Vancouver3434
24. FC Cincinnati3424
► Classements complets

En direct du forum

4h57 - Stephen Eustaquio par Lagom

23h00 - Ligue canadienne: objectif 2019 par imfc132

20h56 - Qui reste, qui part ? par Bxl Boy

6/12 - Calendrier 2020 par Pouchkine

3/12 - Processus de recrutement organisés par la MLS par Numero10

3/12 - Romell Quioto par Matheo

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Taïder10 
 Okwonkwo
 Piatti
 Lappalainen
 Jackson-Hamel
 Urruti
 Krkic
 Browne
 Diallo
 Novillo
 Sagna
 Shome
 Camacho
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 40 matches

1. Okwonkwo
2. Piette
3. Sagna
4. Taïder
5. Urruti

► Détails

Quiz

Qu'est-ce que la victoire de DC United à Montréal en août 2015 avait de particulier ?

  • Ils ont marqué sur leur seul tir au but, alors que Montréal a tenté sa chance 25 fois
  • DC United n'a pas tiré une seul fois du match, son but tombant sur un centre contré par un défenseur
  • Les vainqueurs ont joué à 9 contre 11 pendant plus d'une mi-temps
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com