Efficacité et carences

Nashville SC - CF Montréal 2-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 24/04/2021

 Nashville SC
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
NASHVILLE : Willis, Johnston, Zimmerman, Romney, Lovitz, McCarty (90e Nealis), Godoy (78e Anunga), Bwana (46e Muyl), Mukhtar (90e Haakenson), Leal, Cadiz (71e Sapong)

MONTRÉAL : Diop, Struna, Camacho, Miller, Brault-Guillard, Piette (84e Sejdic), Wanyama, Kizza (84e Bassong), Mihailovic, Quioto (74e Johnsen), Toye (61e Hurtado)

ARBITRE : M. Bazakos

AVERTISSEMENTS : Piette, Quioto, Godoy, Muyl, Struna

LES BUTS : 13e Toye (0-1), 42e Brault-Guillard (0-2), 54e Cadiz (1-2), 77e Mukhtar (2-2)


Menant 0-2 à Nashville, Montréal a dû s’y satisfaire d’un partage 2-2 face à un adversaire qui a offert une copie quasiment conforme de son match de la semaine dernière contre Cincinnati. En plus de buts de Toye et de Brault-Guillard, la rencontre a mis en lumière quelques carences montréalaises.

Après la rencontre très satisfaisante la semaine dernière contre Toronto, Wilfried Nancy n’avait pas grand-chose à changer. Même système et quasiment mêmes hommes : seul Waterman, pas au même niveau que ses partenaires et qui n’aurait certainement pas été titularisé si tout le monde avait été prêt, cédait sa place à Struna, occupant la place qui lui semble destinée sur le côté droit d’une défense à trois.

S’il n’y a pas eu de but aussi rapidement, les deux équipes ont commencé leur match comme celui de la semaine dernière : Nashville amorphe, Montréal en contrôle. Et ce sont sans surprise les visiteurs qui se sont créé la première occasion, consécutive à une belle progression faite de duels serrés chaque fois favorables aux Montréalais, le ballon aboutissant à Kizza dont le tir croisé était repoussé par Willis ou, plus vraisemblablement, Zimmerman.

Si le début de rencontre avait des allures de long round d’observation, la possession de balle était montréalaise même si la créativité faisait défaut (on y reviendra). Si la construction ne menait pas à grand-chose, les Montréalais maîtrisaient la détection des moments d’égarement adverse. Et ils en ont bien profité un peu avant le quart d’heure quand Quioto a pu s’enfoncer dans l’axe et donner à Toye qui, s’il était bien plus entouré que sur le but d’ouverture de la semaine dernière, est parvenu à envoyer une très belle frappe enroulée qui a trompé Willis (0-1).

Pendant toute la première moitié de la première mi-temps, on se demandait si Nashville était attentiste et laissait le ballon à son adversaire ou si la possession montréalaise était due à un excellent travail de récupération. Peu importe : cela permettait de voir comment l’équipe posait le jeu, et c’est encore loin d’être au point. Ce qui se comprend, vu tous les éléments arrivés cet hiver. On ne sait pas encore comment exploiter Mihailovic en tant que bon relais, les flancs ne sont pas assez utilisés et Toye, très bon lors des moments de « rupture » de rythme, est moins à l’aise comme cible quand le jeu est posé.

Il a fallu un peu plus de 20 minutes aux joueurs locaux pour entrer dans leur match. Emmenés notamment par Lovitz, qui a bénéficié de beaucoup d’espace sur son côté gauche. Par exemple sur cette ouverture lui permettant de sprinter jusqu’à la ligne de fond et de glisser en retrait à Mukhtar, bien seul, mais tout aussi malhabile sur son contrôle : il a maladroitement poussé le ballon vers le but mais Miller, replié, l’a dégagé sans trop de difficulté.

Trois minutes plus tard, l’arrière gauche de Nashville a envoyé un beau ballon en cloche de l’autre côté vers Johnston dont la remise en un temps entre Cadiz et Diop a été touchée en premier par le gardien de Montréal, qui a écarté de danger.

Cette reprise du contrôle du ballon par les locaux permettait de voir leur jeu offensif à l’œuvre, et on était à ce moment du match loin du feu d’artifice de la semaine dernière contre Cincinnati. L’organisation montréalaise n’y était certainement pas pour rien. Cela dit, il y avait une faille par laquelle toutes les attaques de Nashville passaient : le flanc droit visiteur. C’est de là que Leal est rentré dans le jeu et a envoyé un tir à ras de terre difficilement repoussé par Diop.

Sans surprise, c’est encore de ce flanc que l’occasion suivante est tombée. Un une-deux sur la gauche a permis à Lovitz de s’échapper sur l’aile et d’envoyer un centre assez vicieux sur lequel se sont encore jetés Cadiz et Diop. Cette fois, l’attaquant a été le premier sur le ballon mais l’a envoyé hors-cadre.

Alors que la mi-temps approchait et qu’on se disait qu’elle serait la bienvenue pour les hommes de Wilfried Nancy, ils ont doublé leur avance contre le cours du jeu. Remontant le terrain sur la droite lors d’une reconversion rapide, Brault-Guillard a avancé tant et plus sans être attaqué. Disposant de différentes solutions, il avait l’espace pour tirer et a décidé de tenter sa chance. Dévié par Romney, le ballon a touché le bas de la transversale et fini derrière la ligne du but de Willis, réduit au rang de spectateur (0-2).

Au retour des vestiaires, fidèle à son habitude de début de saison, Montréal a commencé sa mi-temps en force. On ne rejouait pas depuis deux minutes que, juste après une récupération de balle de son équipe, Mihailovic a servi un ballon bien senti à Quioto, parti à bon escient derrière la défense mais dont le tir fut un rien trop croisé.

Vous devinerez aisément de quel côté est venu le premier danger de Nashville. Encore un très bel échange côté gauche, permettant à Leal d’envoyer un bon centre pour Muyl, que tout le monde voyait reprendre le ballon d’une tête plongeante, sauf Kizza qui d’un geste calme et judicieux lui est passé devant pour forcer un corner.

Les boulevards sur le flanc droit étaient de plus en plus béants. La sanction semblait inévitable et est tombée quand Leal, seul sur son coté, a pu centrer au deuxième poteau où Cadiz a fait subir à Miller le même sort que Wanyama à Bradley la semaine dernière. Le duel de la tête gagné a lui aussi été suivi d’un but (1-2).

Et si la réduction de l’écart a amené Montréal à quelque peu resserrer son flanc droit, les joueurs de Nashville ont encore pu y tirer leur épingle du jeu, s’y prenant cette fois à deux pour permettre à Lovitz de centrer au deuxième poteau où Cadiz et Muyl étaient fin seuls. En pleine extension, le premier était dans la moins bonne position mais c’est lui qui a repris le ballon, d’une tête hors-cadre au grand désarroi de son coéquipier.

La foule, elle (oui, il y a du public dans les stades américains), a montré son désarroi quand un tir a touché la main de Wanyama dans le rectangle : son bras était le long du corps, mais c’était quand même limite, insuffisamment toutefois pour que l’arbitre octroie un penalty.

Si Nashville cherchait son second souffle, Cadiz, qui savait qu’il était sur le point d’être remplacé, jetait ses dernières forces dans la bagarre. Avec Leal, ils ont régalé la galerie d’un très beau une-deux tout en technique mais, très attentif, Diop a bien réduit son angle et eu la main ferme.

Il a fallu attendre la 70e minute pour revoir Montréal se montrer dangereux, sous l’impulsion de Mihailovic, dans une situation difficile sur le flanc droit dont il s’est sorti grâce à une accélération et une talonnade. Attentif, Hurtado avait suivi et lui avait apporté un appui utile, servant de relais pour recevoir le ballon et mettre son partenaire en position de tir, repoussé par Willis.

Le hic, c’est que Nashville a trouvé son second souffle. Et son flanc droit s’est mis de la partie. Muyl et Johnston s’y sont pris à deux pour surprendre l’adversaire et envoyer un centre au deuxième poteau où la remise de Sapong a été mal gérée par la défense, arrivant à Mukhtar qui a placé le ballon hors de portée de Diop (2-2).

Il restait un peu plus de 10 minutes à jouer et Montréal en avait plein les pieds. Ça arrivait de tous les côtés. À la suite d’une action construite sur le flanc droit, Anunga, tout juste monté au jeu, a décoché de l’entrée du rectangle une frappe vicieuse pour un gardien, que Diop a repoussée tant bien que mal. Mais ses défenseurs ne savaient pas comment se dégager et le ballon est arrivé à Leal, dont le tir de loin a obligé Diop à intervenir pour concéder un corner. Celui-ci était repris de la tête par Romney, sur le poteau !

Poteau encore deux minutes plus tard, après un énorme cafouillage dans le rectangle exploité par une reprise de la tête de Muyl. Cela dit, Camacho était juste à côté et si cela avait été cadré, il aurait été en mesure de sauver les meubles à même la ligne.

Le pire de l’orage était toutefois passé. Malgré les espaces béants de part et d’autre, Montréal a réussi à bien gérer sa fin de match, certes très décousue mais sans le moindre danger pour les gardiens.

Si on ne rechignera certainement pas sur ce point ramené du Tennessee, surtout avec les sueurs froides de deuxième mi-temps, cette rencontre a permis de voir davantage que la semaine dernière certaines carences à travailler en priorité.

En possession de balle, l’équipe a éprouvé les plus grandes difficultés à poser le jeu. Mihailovic, dans un rôle libre derrière les deux attaquants, a beau bouger énormément et occuper beaucoup d’espace, n’est pas utilisé à bon escient. Il en a bien trop sur les bras. Il faut toujours qu’un joueur sorte de position pour venir le soutenir. Ce que ses partenaires, quand ils le peuvent, font plutôt bien. Mais face à un adversaire bien organisé, ils n’y parviennent pas. En outre, avec deux joueurs purement défensifs derrière lui, il se retrouve trop souvent seul avec l’énorme trousseau de clefs de la créativité dans les mains. Offensivement, les flancs ont aussi été mal utilisés en jeu posé. Certaines bases de l’an dernier doivent être retrouvées, tout en y intégrant les nouveaux joueurs.

Derrière, bien entendu toutes les percées de Nashville venues du même côté ont mis en lumière le manque de cohésion entre Struna et Brault-Guillard. Si pour les améliorations offensives, il y a clairement des ajustements tactiques à apporter, dans ce cas-ci, c’est avant tout une question de temps et d’automatismes, d’autant que les deux joueurs n’ont guère eu l’occasion de les peaufiner. Ce sera évidemment une des priorités à travailler.

On verra lors du prochain rendez-vous comment cela évoluer. Ce ne sera pas le duel le plus simple, puisque Columbus effectuera le déplacement en Floride. Avec, toutefois, un difficile match de Ligue des champions dans les pattes, mercredi face à Monterrey. Montréal saura-t-il en profiter et conserver son brevet d’invincibilité ? Réponse samedi !

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Forge FC - Montréal
Mercredi 27 octobre, 19h30

Dernier match

Toronto - Montréal1-1
Samedi 23 octobre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. New England3270
  2. Seattle3158
  3. Kansas City3055
  4. Colorado3155
  5. Philadelphie3149
  6. Nashville3149
  7. Orlando3147
  8. Portland3146
  9. LA Galaxy3146
10. Minnesota3145
11. New York City3144
12. Vancouver3144
13. New York3043
14. MONTRÉAL3143
15. Atlanta3043
16. Salt Lake3042
17. DC United3141
18. Los Angeles FC3141
19. Miami3138
20. Columbus3138
21. San José3137
22. Chicago3234
23. Houston3230
24. Dallas3129
25. Austin3128
26. Toronto3126
27. Cincinnati3120
► Classements complets

En direct du forum

12h26 - Forge FC - Montréal : mercredi 27 octobre, 19h30 par penz

25/10 - Toronto - Montréal : samedi 23 octobre, 19h30 par Pouchkine

24/10 - Toronto - Montréal : l'Homme de la saison par Kleinjj

23/10 - Montréal - Philadelphie : l'Homme de la saison par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto
 Toye
 Torres
 Mihailovic
 Brault-Guillard
 Johnsen
 Choinière
 Wanyama
 Hamdi
 Ibrahim
 Tabla
 Struna
 Camacho
 Piette
 Lappalainen
 Miljevic
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 29 matches

1. Mihailovic
2. Camacho
3. Wanyama
4. Miller
5. Brault-Guillard

► Détails

Quiz

Joey Saputo a fait une sortie remarquée fin 2018. À quel sujet ?

  • La mauvaise santé financière du club
  • Son désaccord avec la couverture médiatique
  • Le manque d'équité envers Montréal en MLS
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com