Belle victoire, bonnes gestions

CF Montréal - New York City FC 2-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 07/07/2021

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Pantemis, Struna, Camacho, Bassong, Choinière (90e Waterman), Wanyama, Maciel, Lappalainen (46e Brault-Guillard), Mihailovic (78e Hamdi), Quioto (78e Johnsen), Toye (69e Torres)

NEW YORK CITY : Barraza, Tinnerholm, Chanot, Ibehaga (72e Thiago), Amundsen (81e Thorarinsson), Parks (81e Magno), Acevedo, Morales, Moralez, Castellanos, Tajouri-Shradi (81e Medina)

ARBITRE : M. De Oliveira

AVERTISSEMENTS : Brault-Guillard, Moralez, Ibehaga, Morales, Castellanos

LES BUTS : 29e Parks (0-1), 43e Toye (pen., 1-1), 73e Quioto (2-1)


Mené au score à la demi-heure par un adversaire qui commençait doucement à prendre le dessus, Montréal a bien géré son match contre New York City et a réussi à remporter une victoire 2-1 qui n’a vraiment rien d’usurpé.

Les deux équipes étaient privées de nombreux joueurs partis avec leur équipe nationale, ce qui offrait des compositions d’équipe assez inhabituelles. Cela forçait par exemple Wilfried Nancy à aligner Bassong dans l’axe de la défense et Maciel aux côtés de Wanyama dans l’entrejeu, même si le reste du onze montréalais n’avait rien de biscornu.

Pas encore parti à la Gold Cup, Quioto pensait s’illustrer dans les tout premiers instants en trouvant le fond des filets sur un long ballon. Il était parti à la limite du hors-jeu : le juge de ligne avait levé son drapeau, et les images qu’on a vues ne permettaient pas de voir l’action d’un angle éclairant. La VAR avait-elle les mêmes ? Si oui, elle était une nouvelle fois inutile, comme plus tôt dans la journée à Londres… Quoi qu’il en soit, le but était annulé.

New York City a aussi voulu commencer fort, et il ne lui fallut pas cinq minutes pour se créer sa première occasion : un beau mouvement Moralez - Tajouri-Shradi - Parks a fini plein axe à quelques mètres du but, mais le dernier ballon était trop mou pour inquiéter Pantemis. Le gardien montréalais n’eut guère davantage de frayeurs sur un tir de loin, au-dessus, signé Moralez un peu plus tard.

Le début de rencontre était pour le moins animé, et il y avait de l’action dans les deux camps. C’est du sien que Camacho a envoyé un magnifique ballon piqué pour lancer Quioto face à Barraza (et avec un défenseur sur le dos). Le gardien s’est montré patient et est bien resté sur ses appuis, ce qui lui a permis de repousser l’envoi du Montréalais.

On venait à peine de passer le quart d’heure qu’une remontée de terrain sur la gauche permettait à Mihailovic de trouver Quioto plein axe, à 20 mètres du but. Malgré les deux défenseurs devant lui, il est parvenu à enchaîner contrôle et frappe, celle-ci passant toutefois hors-cadre.

Dès lors, le match a commencé à changer de visage : les occasions se sont raréfiées, le jeu était plus posé et New York City, sans avoir l’air d’y toucher, a petit à petit pris le dessus. Dans un premier temps, s’il n’y a pas eu de tir dangereux, Pantemis a dû se montrer très attentif (une de ses forces) pour interrompre des actions adverses potentiellement menaçantes.

Mais juste avant la demi-heure, Tajouri-Shradi a pris le dessus sur Bassong sur la droite du rectangle avant de glisser le ballon en retrait vers Parks qui, seul à l’entrée du rectangle, a eu la latitude de le reprendre en un temps pour le placer hors de portée de Pantemis (0-1).

Fort de son avance, New York City a voulu continuer sa domination tranquille, sans forcer, alors que Montréal trouvait du mal à jouer haut, avant de commencer à tenter de prendre un peu plus de risques.

Et ça a payé peu avant le repos, quand Quioto a envoyé un beau long ballon à Mihailovic qui, en avançant dans le rectangle, pensait que son pied toucherait au ballon mais s’est heurté à celui d’Ibehaga, auteur d’une faute indiscutable. Un penalty converti par Toye, qui a pris Barraca à contre-pied (1-1).

Malgré l’égalisation, Wilfried Nancy avait quelques mises au point à effectuer au vestiaire, et on en vit le fruit assez rapidement. En début de deuxième mi-temps, Quioto a centré de la droite vers Mihailovic, qui n’a pas réussi à toucher au ballon, et Toye, sur la même ligne de passe. Le premier buteur montréalais de la soirée aurait pu tirer du droit, mais a senti qu’un défenseur l’aurait irrémédiablement contré : il a laissé passer le ballon pour tenter de le reprendre du gauche, mais Barraca était sorti et a contré sa tentative.

New York City ne voulait pas se montrer en reste. Castellanos a obligé Pantemis à bien lui sortir dans les pieds avant que, sur la relance et après un contrôle raté de Mihailovic, Parks envoie un tir de loin à ras de terre qui est passé peu à côté.

Cette deuxième mi-temps commençait à ressembler à la première : après un début équilibré et animé, les Cityzens ont commencé à prendre le dessus sans avoir l’air d’y toucher. Un premier avertissement est tombé quand une succession d’approximations de Pantemis, Struna et Brault-Guillard a failli être punie, mais le but de Moralez sur une passe en retrait d’Amundsen a été justement annulé car le ballon était clairement sorti en coup de pied de but.

Mais Nancy, en remplaçant Toye par Torres et en effectuant quelques ajustements, n’a pas voulu que le scénario se reproduise. Et les échanges se sont rapidement rééquilibrés.

Puis, Montréal a pris l’avance quand Mihailovic a distillé une magnifique ouverture en direction de Quioto : légèrement excentré sur la droite et très haut dans le rectangle, il semblait avoir le chemin du but ouvert, mais Barraza, Chanot et Morales ont tenté de lui barrer la route, l’obligeant à slalomer pour les contourner avant d’envoyer le ballon au fond des filets : 2-1, et un but on ne peut plus mérité pour le Hondurien, très actif et très utile au collectif tout au long de ses 78 minutes sur le terrain.

Au moment du but, il restait une bonne vingtaine de minutes à jouer et Montréal a très bien géré la suite des débats : ne reculant pas, il avait avant tout la volonté d’empêcher son adversaire de se montrer menaçant en le privant de ballon et/ou en le tenant loin de son but. Et il y parvenait très bien.

Il a même failli être récompensé quand Johnsen, lancé sur la gauche, a d’abord buté sur Barraca avant d’être premier au rebond et d’envoyer le ballon dans le but… annulé pour un autre hors-jeu très limite que les différentes images diffusées après coup montraient d’un angle qui le rendait impossible à rejuger. Le pauvre Johnsen se voyait donc administrer en fin de match la même médecine que Quioto au tout début.

Il restait cinq minutes au temps réglementaire et New York a tenté de hausser la pression, en quête de l’égalisation. Et c’est vrai que cette fin de match s’est davantage passée dans le camp montréalais, avec le ballon dans les pieds new-yorkais.

Il y eut un tir de loin de Castellanos passé peu au-dessus, un moment de panique de Bassong qui a provoqué un corner inutile et Camacho qui a dégagé un ballon chaud dans le rectangle, mais sans réel péril en la demeure. La gestion restait très bonne…

Sauf qu’il y eut un énorme moment d’inquiétude quand, dans la toute fin des arrêts de jeu, Pantemis sortit dans les pieds de Thiago : sur le direct, il semblait bel et bien toucher le ballon, mais le ralenti laissait planer le doute et cela aboutit sur un interminable (oui, oui, c’était censé être quasi-instantané…) passage par la VAR, qui ne jugea finalement pas cette phase car elle vit un hors-jeu préalable, toujours d’un angle quasiment à 45 degrés.

Ça peut quand même être très inéquitable quand le réalisateur offre des images qui ne permettent pas de juger les actions menant à des buts d’une équipe mais bien celles qui favorisent l’autre… On a failli tomber dans une situation encore complètement ridicule.

Elle fut heureusement évitée, tout comme l’égalisation qui aurait été sévère quand on voit comment Montréal a géré presque tout son match. L’exception fut le passage qui a précédé et suivi le but d’ouverture adverse. Mais des ajustements nécessaires ont à chaque fois été effectués avec succès en fin de première mi-temps, à la pause, et quand la balance commençait doucement à pencher côté adverse en deuxième période, ce qui n’a finalement pas duré longtemps.

Si on se met à la place de New York City, on peut peut-être revendiquer davantage. Mais comme depuis le début de la saison, les circonstances font que Montréal doit avant tout regarder dans son assiette et ne pas trop relativiser, dans quelque sens que ce soit, en fonction de l’adversaire. Idem pour se servir de cette victoire afin de se situer dans le portrait global du championnat, car il manquait trop de monde.

Ce qui importe, c’est la manière du soir, avec les joueurs du soir, et les progrès effectués tant individuellement que collectivement. Et ce match offre suffisamment de positif à retirer, pas besoin d’en chercher ailleurs. La défense, malgré l’absence de Miller et un coup solide pris par Wanyama en début de match, a confirmé ses bonnes sorties récentes. Les flancs s’en sont bien sorti, tout comme Maciel revenu des limbes. Mihailovic et Quioto ont marqué la rencontre de leur empreinte, Toye a aidé grâce à son activité, les remplaçants n’ont pas raté leur entrée.

Collectivement aussi, il y a de nombreuses raisons d’être satisfait. La série de cinq rencontres sans défaite en est un symptôme parlant. Les nombreuses bonnes gestions du jour aussi : celle des absences, des possibles coups durs pendant le match (buts annulés, Wanyama diminué en début de match), des moments charnière de la rencontre, des réactions au but et de l’avance (sauf peut-être les tout derniers instants, et encore).

S’il y a évidemment encore de nombreux points à travailler et de progrès à effectuer, les raisons d’avoir le sourire sont nombreuses avant cette mini-trêve, et il faut y ajouter le droit, enfin accordé, de recommencer à s’entraîner à Montréal et, espérons-le, d’y rejouer bientôt. Dès le prochain match, le 17 juillet face à Cincinnati ?

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

New York City - Montréal
Samedi 29 janvier, 12h00

Dernier match

Montréal - Toronto1-0
Dimanche 21 novembre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Columbus00
  2. Chicago00
  3. Dallas00
  4. New York00
  5. New England00
  6. DC United00
  7. San José00
  8. Kansas City00
  9. Salt Lake00
10. LA Galaxy00
11. Houston00
12. Colorado00
13. Toronto00
14. Seattle00
15. MONTRÉAL00
16. Philadelphie00
17. Minnesota00
18. Orlando00
19. Portland00
20. Vancouver00
21. New York City00
22. Cincinnati00
23. Atlanta00
24. Los Angeles FC00
25. Nashville00
26. Miami00
27. Austin00
28. Charlotte00
► Classements complets

En direct du forum

12h29 - Ligue des champions 2022 par penz

21h01 - Éliminatoires Coupe du monde 2022 (zone Concacaf) par MadMax

24/1 - CAN2021 par imfc132

24/1 - Petite nouveauté sur le site par Matheo

21/1 - Liste des anciens de l'Impact par imfc132

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2021

 Quioto
 Toye
 Torres
 Mihailovic
 Ibrahim
 Camacho
 Tabla
 Miljevic
 Hamdi
 Choinière
 Johnsen
 Brault-Guillard
 Wanyama
 Struna
 Piette
 Lappalainen
 Miller
► Toutes les stats

Transferts

ARRIVÉES

Johnston (Nashville), Yao (Cavalry FC), Corbo (Bologne), Ferdinand (Ottawa), Rea (Valour FC)

DÉPARTS

Camacho (Fin de contrat), Bayiha (?), Tabla (?), Kizza (?), Maciel (?), Struna (?)

► Détails

Quiz

La deuxième saison de Montréal en MLS a été marquée par un scénario particulier : lequel ?

  • Un départ catastrophique puis une remontée spectaculaire en fin de saison
  • Un départ difficile, une remontée en tête du classement à la mi-saison puis un effondrement dans les dernières semaines
  • Des débuts en fanfare mais une fin de saison très difficile, avec une qualification pour la phase finale obtenue in extremis
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com