Des renforts et du changement, mais… Place à l’ère Courtois !

Publié le 23 février 2024

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
Après une saison 2023 qui s’est terminée… par une élimination après le coup de sifflet final du dernier match de la saison régulière, le club veut repartir sur de nouvelles bases… tout en conservant l’essentiel des joueurs de l’an dernier. Mais un nouvel entraîneur et des renforts ciblés ont pour but de lui permettre de retrouver la première moitié du classement.

En effet, le changement le plus marquant se passe se le banc où Hernan Losada a cédé sa place à Laurent Courtois, qui en sera à sa première expérience comme entraîneur d’une équipe première. Hormis sur le flanc droit, où tant Herrera que Brault-Guillard ont été priés de voir ailleurs, il n’a perdu aucun titulaire indiscutable de la saison dernière puisque tous les départs étaient soit insuffisants ou remplaçants, soit blessés la plupart du temps comme Quioto.

Dans le sens inverse, en revanche, le club s’est montré très actif : un nouvel arrière central (Sosa), une arrivée sur chaque flanc (Ruan et Edwards), un transfert censé apporter de la créativité (Yankov) et deux renforts en attaque (Coccaro et Martinez), tous titulaires potentiels. Revue des troupes où, à de nombreux postes, la concurrence risque d’être rude.

GARDIENS



Ce ne sera vraisemblablement pas le cas entre les poteaux où, après une saison lors de laquelle il s’est révélé, Sirois a méritoirement gagné ses galons de titulaire indiscutable. D’autant que derrière lui, ce n’est pas folichon. Le club a été rechercher Breza, maillon faible de l’équipe de l’ère Nancy, et conservé Ketterer, qui n’a pas été convaincant lors des rares occasions qu’il a reçues de se montrer. À un point tel qu’on espère que le numéro un ne se blesse pas car derrière lui, certains n’hésitent pas à dire qu’il y a… deux numéros trois. Ajoutons à cela un jeu qui semble à risque pour le gardien, très impliqué et très haut dans la construction.

DÉFENSEURS CENTRAUX



Après le départ de Camacho en milieu de saison dernière, ils étaient à toutes fins pratiques à trois pour trois places, ce qui était un peu léger. Tous sont restés. Waterman, du haut de ses 28 ans, semble apprécié de Courtois, qui en a fait un de ses trois capitaines. Il aura pour mission de diriger la défense, même s’il alterne les hauts et les bas et se fait encore trop souvent dépasser par les adversaires qui savent comment le prendre de vitesse.

Peu vanté la saison dernière, Corbo a pourtant pleinement réussi son retour. Sur le côté gauche de cette défense centrale, il a allié calme, sens du placement et bonnes relances, avec entre autres de belles longues passes. S’il confirme, ce sera une valeur sûre. Au même poste, le jeune Alvarez a montré un potentiel intéressant alors que Thorkelsson, qui a le même profil, va devoir convaincre rapidement s’il ne veut pas être vite considéré comme surnuméraire.

Arrivé d’Atlanta il y a un an, Campbell semble être devenu un peu titulaire par défaut en 2023. Capable du meilleur comme du pire, et irrégulier même au sein d’un même match, il devra combler cette lacune. D’autant que l’Uruguayen Sosa, transfuge de Bologne, n’a pas retraversé l’Atlantique pour faire de la figuration et que Jabang souhaitera montrer que son année d’expérience supplémentaire lui vaut d’être plus haut dans la hiérarchie.

Ce qui frappe dans cette liste de noms, c’est que personne ne s’impose par son aura et/ou son expérience à un certain niveau. Si dans un collectif bien huilé, ça peut être compensé par le reste de l’équipe, on peut craindre que ça se paye dans les moments difficiles où on se demande qui sera le relais de l’entraîneur sur le terrain, celui qui prendra la direction des opérations, le fameux “général” comme on aime à le surnommer à Montréal. Waterman a-t-il les épaules suffisamment larges pour de telles responsabilités ?

LATÉRAUX



Là, en revanche, il y a du changement. À commencer par le côté droit où Ruan doit apporter sa hargne. Si footballistiquement, Herrera n’avait rien à lui envier (mais il a été absent une longue partie de la saison 2023), le club semble attendre davantage de sa part en matière de leadership dans le vestiaire. Il sera titulaire indiscutable, mais personne ne serait surpris par l’une ou l’autre signature d’un jeune (Doody et/ou Biello, qui ont semble-t-il tous deux fait une bonne préparation – comme on n’en a pas vu grand-chose, on ne connaît pas encore leur meilleure position respective, ça pourrait aussi être dans l’axe) pour parer en cas de besoin.

À gauche, il y davantage de prétendants ayant plus de minutes en MLS au compteur. À commencer par Edwards, que l’on dit transformé depuis son premier passage à Montréal en 2018 où il était barré par Piatti. Depuis lors, il défendrait mieux et aurait une meilleure éthique de travail. On ne demande qu’à voir. Brillant à ce poste sous Nancy, Lappalainen a dû rendre fou Losada en dynamisant les rencontres lors desquelles il montait au jeu, ce qui lui permettait de recevoir une chance comme titulaire, qu’il laissait chaque fois passer piteusement. On sait de quoi il est capable, on aimerait le revoir. Enfin, il y a Lassiter, qui avait la préférence de l’Argentin pour occuper ce flanc en 2023 mais a souvent montré qu’il n’était pas à l’aise dans cette position.

MÉDIANS



Pour les deux côtés, nous avons volontairement passé le cas Choinière, qui peut aussi y jouer mais préfère l’axe de l’entrejeu, où il est plus à l’aise. S’il y a un joueur de champ qui a éclos sous Losada, c’est bien lui. Cela dit, il avait auparavant déjà montré son potentiel. S’il peut jouer à son meilleur poste et conserver son niveau de l’an dernier, il sera titulaire indiscutable. Reste à savoir qui jouera dans ses parages.

Tout dépendra déjà du nombre de joueurs que Courtois souhaitera aligner dans cet espace du terrain. Annoncés comme autres porteurs du brassard de capitaine cette saison, tant Piette que Wanyama sont de purs médians défensifs, aux qualités différentes, qui restent sur une saison en-deçà des attentes. Le premier nommé avait atteint des sommets fin 2022 et peut-être joué au-dessus de son niveau, mais il peut mieux que ce qu’il a montré l’an dernier. Quant au Kenyan, il a passé la deuxième moitié de la saison sur le banc, lui qui était la pierre angulaire de l’équipe depuis son arrivée. Reste à voir si avec l’ensemble des autres joueurs à sa disposition, l’entraîneur les alignera tous les deux de concert, ce qui a été fait par le passé.

Très mal entouré, Saliba avait tout aussi mal commencé 2023 avant de supplanter Wanyama, mais il ne semble pas avoir l’étoffe d’un titulaire d’une équipe prétendant à un bon classement. L’expérience accumulée l’an dernier sera toutefois utile. Au milieu de tout ce beau monde, on se demande comment Iliadis pourra tirer son épingle du jeu, lui qui avait aussi été aligné à gauche l’an dernier, mais là aussi, la concurrence fait rage, d’autant qu’il n’y avait pas convaincu.

Véritable point d’interrogation de ce début de saison, Zouhir est de retour d’un prêt à San Antonio, où il a brillé et amélioré son jeu offensif. S’il semble barré dans un premier temps, il souhaite sûrement s’inspirer de Sirois et saisir sa chance dès qu’il la recevra afin d’encore complexifier la tâche de l’entraîneur dans un secteur où, décidément, il y a abondance de choix.

La créativité (dont peut aussi s’occuper… Choinière) sera probablement à la charge de Yankov, qui avait besoin de changer d’air et a quitté Ludogorets sans doute dans l’espoir de retrouver plus régulièrement l’équipe nationale bulgare. Il fait partie des joueurs que nous découvrirons avec intérêt cette saison. Celui qui rigole sans doute moins de cette arrivée, c’est Duke, qui a brillé lors de ses premières semaines à Montréal l’an dernier avant de s’éteindre petit à petit. Souhaitons que cette concurrence lui permette d’à nouveau montrer le meilleur de lui-même.

ATTAQUANTS



Exit les Quioto et Kamara (parti il y a un an), bienvenue à des profils très différents. Mais comment Courtois les fera jouer – qu’il s’agisse du nombre, de la disposition ou de l’animation, là encore, il faudra voir le début de saison pour le découvrir. Cela dit, l’entraîneur a déjà déclaré son obsession d’aller vite vers l’avant… ce qui était la manière dont on caricaturait (et critiquait – à tort, si vous voulez notre avis, mais le débat n’est pas là) son prédécesseur. Il a toutefois d’autres armes à sa disposition.

Opoku, arrivé en milieu de saison dernière, a l’avantage de déjà connaître la maison et certains de ses partenaires. Plus à l’aise comme soutien axial, il pourrait tourner autour du “buteur attitré” dans une attaque à deux et faire parler ses qualités dans le jeu en vitesse. L’autre rôle semblait dévolu à Coccaro, Uruguayen arrivé d’Huracan en Argentine où, selon les extraits vidéo qu’on a pu voir, il raffolait des espaces, des contre-attaques et provoquait des erreurs adverses. Sans oublier une bonne présence de la tête sur phase arrêtée.

Et puis, est arrivé le transfert inattendu : Martinez. S’il n’a certes plus le punch de ses années folles à Atlanta, il est loin d’être fini. Il peut encore marquer son lot de buts et s’il n’y est pas parvenu à Miami, c’est aussi parce que le jeu développé n’était pas taillé à sa mesure. Il aime les mêmes situations de jeu que Coccaro, ce qui promet si l’adversaire laisse des espaces. En revanche, on se demande comment l’équipe se débrouillera contre des défenses regroupées et quand elle devra poser son jeu dans une forêt de joueurs. Ce qui était, rappelons-le, son point fort sous Nancy. Et où, malgré ce qu’on a souvent lu, elle était efficace sous Losada.

Les deux nouveaux venus sont à la fois un problème et une bénédiction pour Vilsaint. S’ils risquent de réduire son temps de jeu à peau de chagrin, leur expérience sera utile au jeune Québécois qui, a plus long terme, en retirera les bénéfices. Attaquant de formation, Lassiter serait vraisemblablement plus à l’aise comme soutien gauche dans une disposition à trois. Il fait partie de ces joueurs ayant intérêt à rapidement trouver ses marques et sa meilleure place dans le système Courtois s’il ne veut pas y être relégué à un rang de faire-valoir.

Si Ibrahim peut occuper le rôle d’Opoku et a probablement d’autres cordes à son arc, dont une certaine polyvalence et ses 22 ans qui font qu’on va encore lui laisser le temps d’apprendre, Toye serait bien inspiré de profiter du fait que Martinez ne sera pas encore au niveau des autres physiquement pour commencer la saison afin de s’illustrer en match. Sinon, lui aussi risque les oubliettes.

CONCLUSION



Difficile de prédire à quoi ressemblera la saison 2024 du CF Montréal, et la préparation en est une excellente illustration, entre les discours on ne peut plus positifs (voire joviaux) et pleinement sincères de toutes les parties prenantes, et les résultats bien moins encourageants. Ce qui confirme une chose, qui ne surprendra aucunement (et personne ne s’en cache) : un temps d’adaptation sera nécessaire, tant pour l’entraîneur que pour de nombreux nouveaux venus.

Cela dit, nombre d’entre eux ont le potentiel pour briller et Courtois a de meilleures munitions que Losada sur l’ensemble de la saison 2023. Quand l’un devait se débrouiller avec Offor et Ibrahim en attendant le retour de blessure de Quioto, l’autre a quand même reçu Coccaro et Martinez. Une fois que la sauce aura pris, on imagine qu’il y aura moins de problèmes offensifs. D’autant qu’il y a aussi des renforts censés apporter de la créativité, tant dans l’axe que sur les flancs.

Après, on est curieux de voir comment tout cela va s’animer. On nous promet un style de jeu enthousiasmant et tourné vers l’offensive. Attendons de voir, le discours était similaire il y a un an. On nous annonce que ça ressemblera à ce qu’on voyait sous Nancy mais de ce qu’on lit entre les lignes, c’est loin d’être sûr. Ce qui ne veut pas dire que ça ne sera pas couronné de succès. Courtois a fait ses preuves avec les réserves de Columbus, à lui maintenant de montrer que, comme un jeune de talent, il peut en faire autant en passant dans une équipe première.

Autre point d’intérêt, pour des raisons différentes, l’axe de l’entrejeu, où il y a beaucoup de joueurs qui connaissent le club et, surtout, beaucoup de candidats pour un nombre de places qui sera forcément limité. Ils sont assez nombreux à avoir fait leurs preuves à un moment où l’autre ces dernières saisons pour que ce secteur de jeu puisse donner satisfaction. À l’entraîneur de trouver la bonne disposition et la bonne animation.

Derrière (en excluant le poste de gardien), en revanche, il y a davantage de doutes, et les résultats en fin de préparation (même si on n’en a rien vu) ne les apaisent pas. Si en 2023, la défense a souvent cédé car elle devrait assumer le poids du match en raison d’une attaque improductive, cette saison, Montréal semble avoir intérêt à marquer car Sirois ne pourra pas faire de miracles à chaque rencontre et c’est un collectif complet qui devra le protéger. Juste devant lui, quelqu’un devra monter en grade tant dans son attitude que dans ses prestations pour être à la fois le leader incontesté de cette défense mais aussi le relais de l’entraîneur dans ce secteur de jeu.

D’ailleurs, des relais, le Français en aura bien besoin. En 2012, malgré son potentiel, Jesse Marsch a échoué entre autres car c’était sa première expérience à ce niveau dans un club qui découvrait la MLS. Cette fois, Laurent Courtois est dans la même situation que son prédécesseur, mais c’est de l’expérience de ses joueurs sur le terrain dont il aura besoin pour arriver à confirmer tout le bien que l’on dit de lui. Et à faire que lors du bilan de saison, les visages soient aussi radieux que ce que le club nous a montrés ces dernières semaines.
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Columbus - Montréal
Samedi 27 avril, 19h30

Dernier match

Montréal - Orlando2-2
Samedi 20 avril, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Miami1018
  2. LA Galaxy918
  3. Vancouver816
  4. New York916
  5. Salt Lake915
  6. Colorado915
  7. Cincinnati915
  8. Minnesota814
  9. Columbus914
10. Houston813
11. Toronto913
12. Philadelphie713
13. Los Angeles FC912
14. Austin912
15. Saint-Louis912
16. Atlanta811
17. MONTRÉAL811
18. New York City911
19. Charlotte911
20. Kansas City911
21. Portland910
22. DC United910
23. Chicago99
24. Orlando89
25. Nashville87
26. Seattle86
27. Dallas85
28. New England84
29. San José93
► Classements complets

En direct du forum

21/4 - Montréal - Orlando : l'Homme de la saison par Kleinjj

20/4 - Montréal - Orlando : samedi 20 avril, 19h30 par Bxl Boy

15/4 - Seattle - Montréal : l'homme de la saison par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Coccaro
 Martinez
 Lassiter
 Vilsaint
 Alvarez
 Ibrahim
 Yankov
 Toye
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 6 matches

1. Sirois
2. Piette
3. Coccaro
4. Choinière
5. Corbo

► Détails

Quiz

Grâce à quoi Montréal a-t-il franchi les quarts de finale et demi-finale de la Ligue des champions 2015 ?

  • Sa victoire au match aller
  • Un but marqué dans les dernières secondes du match retour
  • Les buts à l'extérieur
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com