Encore un goût de trop peu

New York Red Bulls - Impact Montréal 1-1 – Match de Ligue des champions joué le 22/10/2014

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
NEW YORK : Meara, Duvall, Miazga, Perrinelle (64e Armando), Kimura, Lade, Christianson, Stevenson, Bover, Obekop, Sene (72e Oyongo)

MONTRÉAL : Bush, Camara, Ferrari, Pearce, Krol, Mallace, Bernier, Romero (77e Gagnon-Laparé), Felipe (12e Nakajima-Farran), Duka (58e Tissot), McInerney

ARBITRE : M. Rodriguez (Hnd)

AVERTISSEMENTS : Gagnon-Laparé

LES BUTS : 71e McInerney (0-1), 84e Lade (1-1)


Après son partage 1-1 sur le terrain de New York, qui avait pourtant laissé ses meilleurs joueurs au repos, à l’issue d’un match très peu emballant, Montréal a raté l’occasion d'à la fois s’assurer d’une place de tête de série en quarts de finale de la Ligue des champions et d'y éviter un adversaire mexicain.

Le début de rencontre a été quelque peu encourageant, car Montréal était souvent en possession de balle et dans le camp adverse. Mais à part faire circuler le ballon, il n’en faisait rien de bon. Les bonnes intentions étaient là, mais il manquait le coup de rein nécessaire pour prendre l’adversaire de vitesse, et quelques imprécisions faisaient avorter les actions loin du but de Meara. Alors, avec le recul, ce n’était pas si bien, loin de là, surtout quand on sait que les débuts de match de New York sont toujours très difficiles.

De son côté, l’équipe locale mettait de temps en temps le nez à la fenêtre, surtout du côté droit où Obekop, dans un premier temps, puis Duvall, et ensuite quelques joueurs n’occupant pas ce flanc ont amené de la vivacité. Mais ça n’empêche pas que pendant près d’une demi-heure, il n’y a pas eu le moindre danger ni d’un côté ni de l’autre.

La première occasion est venue sur une reconversion offensive lors de laquelle Stevenson et Sene ont combiné, permettant au français de passer derrière la défense, mais en raison de son dernier contrôle un peu trop long, il a buté sur Bush. Le gardien n’a pu que repousser le ballon mais New York n’a pu faire mieux qu’obtenir un corner, sans même transformer cette situation menaçante en danger.

Plus les minutes passaient, plus les joueurs locaux, encouragés par une poignée de supporters, prenaient le dessus. Suite à une succession de phases lors desquelles l’Impact a eu grand peine à se dégager, Bover a envoyé un tir de loin assez fort et bien placé pour obliger Bush à se coucher.

La seule occasion montréalaise des 45 premières minutes a été amorcée par Duka sur un contre. Il a servi Romero qui a décalé McInerney sur la droite. De l’entrée du rectangle, le transfuge de Philadelphie a vu Meara avancé et a tenté une pichenette mais le ballon a échoué sur le toit du but.

Comme souvent, c’est quand il contrôlait moins le ballon que Montréal parvenait à se montrer dangereux. Mais comme souvent, il octroyait aussi de nombreuses possibilités de but. Sene, qui, comme ses adversaires, n’a pas lésiné sur les efforts vains, a effectué un beau travail pour se créer de l’espace dans l’axe où il était pourtant très entouré. Après un une-deux avec Obekop, il aurait aimé se créer une occasion mais n’en a pas eu le loisir car Bush lui était bien sorti dans les pieds.

Le niveau et l’intensité du match étaient déjà loin d’atteindre des sommets, mais ça a empiré après la pause. Il faut dire que la seule source de vivacité venait jusque-là du côté droit local, et qu’elle s’est éteinte petit à petit. Dix minutes après la reprise, Obekop a allumé sa dernière étincelle en s’enfonçant sur le côté droit du rectangle avant d’enchaîner un contrôle du droit et un tir brossé du gauche qui est passé juste à côté.

Par la suite, rien, mais alors rien pendant de longues minutes. Pour avoir quelque chose à noter, il a bien fallu tenir compte de semblants de demi-occasions montréalaises : un corner mal dégagé sur lequel Nakajima-Farran a tenté sa chance de l’entrée du rectangle, envoyant un tir écrasé sans problème pour Meara, un autre coup de coin repris de la tête par Mallace, à côté et sans danger.

Puis soudainement, posté à l’entrée du rectangle côté gauche, Romero y est allé d’une accélération qui lui a permis d’effacer deux hommes pour arriver sur la ligne de fond. L’Argentin a centré au deuxième poteau où McInerney était complètement seul devant le but vide et n’a pas raté l’occasion de donner l’avance à Montréal, qui était à ce moment-là virtuellement assuré d’une place de tête de série (0-1).

Dans un premier temps, New York a réagi très timidement, et ne fit pas grand-chose de mieux qu’un tir à distance d’Oyongo, hors-cadre. Et on a brièvement cru que l’équipe s’était mise à l’abri quand, après une accélération sur la gauche, Tissot a servi Nakajima-Farran au deuxième poteau. L’international canadien a été plutôt maladroit et s’y est pris à plusieurs reprises, mais a fini par envoyer le ballon au fond des filets… avant que l’arbitre n’annule le but, apparemment pour hors-jeu.

Et puis, sans réellement mettre de grosse pression, New York a repris le dessus. Et l’Impact a craqué quand un coup franc de Bover a été repris de la tête par Armando qui l’a prolongé vers le coin opposé du but. Sur la trajectoire, Lade a tendu la jambe pour toucher le ballon sans tellement en changer la direction. Cela a perturbé Bush, qui a été battu, mais a réclamé l’annulation du but pour hors-jeu. Sur le coup, on pouvait lui donner raison, mais le juge de ligne a bien vu : les images prouvent bien que le buteur était couvert, ce 1-1 était donc tout à fait valide.

La physionomie des dernières minutes a ressemblé à celle du début de match : des Montréalais ne manquant pas de bonne volonté mais ayant trop de lacunes pour se montrer dangereux. Ils ne purent s’approcher du but qu’une seule fois quand Tissot, seul joueur de son équipe dans le rectangle entouré par plusieurs adversaires, a envoyé un tir écrasé capté par Meara.

On ne boudera évidemment pas notre plaisir de voir Montréal au prochain tour de la Ligue des champions. Et même si la qualification n’a guère été convaincante, on a vu par le passé (et encore cette saison en regardant d’autres favoris de leur groupe) qu’elle n’est jamais acquise aussi facilement qu’on pourrait le croire. Mais il y avait moyen d’être à coup sûr tête de série en quart de finale pour jouer le match retour à domicile : même si ça reste possible, la déception de ne pas l'être serait moindre que le goût de trop peu laissé par la manière de jouer sur le terrain d’un adversaire qui avait aligné des jeunes (prometteurs) et des réservistes.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - PLSQ
Vendredi 3 février, 17h00

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS 2022

JPts
  1. Los Angeles FC3467
  2. Philadelphie3467
  3. MONTRÉAL3465
  4. Austin3456
  5. New York City3455
  6. New York3453
  7. Dallas3453
  8. LA Galaxy3450
  9. Nashville3450
10. Cincinnati3449
11. Minnesota3448
12. Miami3448
13. Orlando3448
14. Salt Lake3447
15. Portland3446
16. Columbus3446
17. Vancouver3443
18. Colorado3443
19. Charlotte3442
20. New England3442
21. Seattle3441
22. Kansas City3440
23. Atlanta3440
24. Chicago3439
25. Houston3436
26. San José3435
27. Toronto3434
28. DC United3427
► Classements complets

En direct du forum

18h25 - Chinonso Offor par loupdogg

26/1 - Joaquin Torres par Bxl Boy

23/1 - Leagues Cup 2023 par Kleinjj

22/1 - Préparation saison 2023 par fafane

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2022

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Quioto
2. Piette
3. Kamara
4. Lappalainen
5. Mihailovic

► Détails

Quiz

Jukka Raitala s'est imposé en défense centrale en 2018, mais quel était son poste de prédilection ?

  • Arrière gauche
  • Arrière droit
  • Médian défensif
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com