Ah, la joie est là ! Et plutôt deux fois qu’une

Impact Montréal - LD Alajuelense 2-0 – Match de Ligue des champions joué le 18/03/2015

 Impact de Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Bush, Cabrera, Ciman, Soumare, Toia, Donadel (62e Mallace), Reo-Coker, Oduro, Piatti (76e Bernier), Duka (46e Tissot), Porter

ALAJUELENSE : Lewis, Acosta, Gutierrez, Lopez, Salvatierra, Soto, A. Rodriguez, Venegas, Matarrita (65e Gabas), Ortiz (74e Sanchez), McDonald (54e Calvo)

ARBITRE : M. Marrufo (É-U)

AVERTISSEMENTS : Donadel, Gutierrez, Lopez, Soumare, Soto

LES BUTS : 10e Piatti (1-0), 14e Cabrera (2-0)


Les joies de la Ligue des champions se poursuivent pour Montréal qui a remporté sa demi-finale aller 2-0 contre Alajuelense. Aussi affamés que des lions nourris au yaourt depuis des semaines, les joueurs montréalais ont bousculé leur adversaire au propre comme au figuré dès le coup d’envoi pour prendre au quart d’heure une avance de deux buts qui n’a par la suite jamais été contestée.

Comme on pouvait s’y attendre, Frank Klopas avait reconduit le 4-2-3-1 habituel de l’équipe, mais il ne s’est pas privé de surprendre pour autant. Si le recul d’Oduro au poste de milieu droit pour suppléer Mapp était attendu, la titularisation de Porter en pointe au détriment de McInerney l’était beaucoup moins, tout comme celle de Cabrera au back droit, relayant Camara sur le banc.

Le match était arbitré par M. Marrufo, un Américain qui officie régulièrement en MLS, ce qui a eu le don d’offusquer les visiteurs. Et on imaginait leurs récriminations dans les premières minutes puisque plusieurs duels pour le moins physiques remportés par les Montréalais ont été laissés sans suite.

Mais c’est davantage du jeu et, surtout, du résultat dont Alajuelense a rapidement dû se préoccuper. On ne jouait pas depuis dix minutes que le stade explosait en effet pour la première fois de la soirée. Après une construction plutôt calme sur la droite, le ballon est arrivé à Oduro. Le Ghanéen a centré en direction de Porter qui n’a pu prolonger en direction du but un ballon qui a continué sa course vers Piatti, parfaitement placé, qui nous a gratifié d’un enchaînement contrôle du droit – puissante frappe du gauche en pleine lucarne (1-0).

Trois minutes plus tard, sur un contre Montréalais, Piatti est entré dans le rectangle, nous a gratifiés de crochets pour éliminer un homme, puis un autre, avant d’envoyer un petit tir placé qui se dirigeait juste à l’intérieur du poteau mais Lewis eut le bon réflexe pour détourner en corner. Sur celui-ci, presque tout le monde s’est mépris sur la trajectoire du ballon, qui a traîné dans le rectangle. Plus prompt que tout le monde, Cabrera s’est rué dessus et l’a envoyé dans le but. La joie de l’ouverture du score n’était pas encore retombée que c’était déjà 2-0 !

Le reste de la première mi-temps a été une affaire de phases arrêtées et de contres. Parfois même des deux ensemble, dans un sens… ou dans les deux. Comme quand un coup de coin montréalais, à peine dégagé par les visiteurs, était immédiatement récupéré en milieu de terrain pour aboutir à une puissante volée de Piatti des 20 mètres qui a fini juste au-dessus. Ou comme après un corner d’Alajuelense, dégagé (bien cette fois) loin devant, se terminant par un tir en force d’Oduro, au-dessus.

À 10 minutes du repos, un coup franc de Ciman a été ralenti par le mur mais est quand même passé à travers, arrivant à Porter qui a pu mettre le pied sur le ballon mais pas lui donner de la puissance, et Lewis a pu s’en emparer sans problème. La dernière occasion avant la pause est venue d’un nouveau contre (en plus de ceux évoqués ici, il y en eut plein d’autres qui ne sont pas allés à leur terme), Ciman lançant Oduro qui, après s’être échangé le ballon avec Piatti, a tiré au-dessus.

Au retour des vestiaires, même si Tissot avait remplacé Duka, on a rapidement pu se dire que rien n’avait changé. On avait en effet recommencé depuis cinq minutes qu’un corner était repris par Porter au premier poteau d’une tête légèrement déviée qui n’a pas fini loin à côté.

Mais 60 secondes plus tard, eh oui, une occasion pour Alajuelense. La première du match ! Un puissant tir à distance de Venegas qui se dirigeait juste à l’intérieur du poteau droit. Bush ne peut que repousser cette frappe mais seul Ciman était dans les parages et le défenseur belge ne fit ni une ni deux pour envoyer le danger loin de là.

Impressionnants par leur vivacité lors du tour précédent, les Costariciens semblaient médusés depuis le coup d’envoi. La fougue et l’énergie étaient montréalaises. Et même si cet aspect s’est équilibré en deuxième mi-temps, à aucun moment du match les bleu-blanc-noir n’ont été étourdis par leur adversaire. Au contraire, à certains moments, on aurait dit qu’ils jouaient à onze contre dix.

Oscillant entre trois et cinq hommes, la défense visiteuse peinait à s’organiser, même quand Montréal était en possession de balle depuis un moment. Parfois, certains hommes en sortaient pour mettre la pression à des moments inopportuns, ouvrant des espaces dans lesquels Oduro et Porter ont pris un malin plaisir à s’engouffrer. Quant au bloc défensif montréalais, s’il a à un moment laissé quelques failles, il a longtemps joué haut, repoussant son adversaire tellement loin qu’il était incapable d’en profiter, d’autant qu’il était très imprécis. Au fil du match, Montréal a certes reculé de plus en plus mais, dans le même temps, il bouchait les trous.

Alors, oui, plus les minutes avançaient, plus la possession de balle était en faveur d’Alajuelense. Mais elle était on ne peut plus stérile. Les contres, en revanche, étaient toujours aussi dangereux. Oduro, qui allait toujours à la vitesse de l’éclair, a traversé un demi-terrain, effaçant quelques adversaires en cours de route, pour aboutir dans le rectangle mais a terminé ce raid solitaire par une frappe écrasée sur laquelle Lewis a quand même dû s’y prendre à deux fois pour capter le ballon.

La plus grosse frayeur est survenue à un quart d’heure de la fin quand un centre de la droite de Soto dévié par Soumare s’est ainsi transformé en centre-tir : Bush était surpris, le ballon a longé la ligne et a fini juste à l’extérieur du poteau, Sanchez arrivant un poil trop tard pour mettre le pied et le dévier dans le but.

L’essentiel du danger venait de centres au potentiel quand même très intéressant, mais que Bush cueillait comme les pommes à l’automne. Et on est finalement passé plus près du 3-0 que du 2-1 quand dans les arrêts de jeu Porter a tenté sa chance de loin d’un envoi sortant et plein d’effet, obligeant Lewis à une belle envolée pour dévier en corner.

Avant le match, le quart de finale contre Pachuca servait d’étalon : on parlait de scénario différent mais d’adversaire potentiellement aussi fort. Si les Mexicains ont été beaucoup plus coriaces, Montréal a une fois de plus rapidement pris le siège du conducteur. Le style de match a toutefois été différent, et les intentions offensives ont été récompensées.

Il ne faut toutefois pas croire que tout est gagné : il y a encore un match retour à jouer, et ce sera tout sauf une partie de plaisir dans un stade très chaud le 7 avril. Avec un but montréalais, Alajuelense devra toutefois en marquer quatre, et la défense est moins naïve que celle de l’équipe il y a 6 ans ou que celle de DC United il y a quelques semaines. Alors, oui, on peut affirmer que l’équipe a effectué un pas très important vers la qualification pour la finale de la Ligue des champions ! Relisez cette dernière phrase. Encore. Et encore. Non, vous ne rêvez pas.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - PLSQ
Vendredi 3 février, 17h00

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS 2022

JPts
  1. Los Angeles FC3467
  2. Philadelphie3467
  3. MONTRÉAL3465
  4. Austin3456
  5. New York City3455
  6. New York3453
  7. Dallas3453
  8. LA Galaxy3450
  9. Nashville3450
10. Cincinnati3449
11. Minnesota3448
12. Miami3448
13. Orlando3448
14. Salt Lake3447
15. Portland3446
16. Columbus3446
17. Vancouver3443
18. Colorado3443
19. Charlotte3442
20. New England3442
21. Seattle3441
22. Kansas City3440
23. Atlanta3440
24. Chicago3439
25. Houston3436
26. San José3435
27. Toronto3434
28. DC United3427
► Classements complets

En direct du forum

18h25 - Chinonso Offor par loupdogg

26/1 - Joaquin Torres par Bxl Boy

23/1 - Leagues Cup 2023 par Kleinjj

22/1 - Préparation saison 2023 par fafane

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs 2022

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Quioto
2. Piette
3. Kamara
4. Lappalainen
5. Mihailovic

► Détails

Quiz

À la suite de sa première saison dans l’APSL en 1993, Montréal...

  • avait la pire attaque et la meilleure défense
  • avait terminé avant-dernier
  • n’avait perdu aucun match à domicile
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com