Sans but ? Avec joie !

Impact Montréal - Deportivo Saprissa 0-0 – Match de Ligue des champions joué le 26/02/2020

 Impact de Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Diop, Brault-Guillard, Raitala (46e Waterman), Fanni, Binks, Corrales, Piette, Sejdic (67e Taïder), Shome, Bojan (78e Jackson-Hamel), Quioto

SAPRISSA : Cruz, Blanco, Aguero, David, Cortes (71e Lopez), D. Guzman (74e Martinez), Torres, Angulo (64e Rodriguez), Bolaños, Venegas, Ugalde

ARBITRE : M. Guerrero (Mex)

AVERTISSEMENTS : Guzman, David, Waterman, Shome


Fort de son 2-2 à l’aller, Montréal s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions : défendant et résistant pendant 90 minutes, il a tenu le 0-0 et, surtout, son excellente organisation a empêché Saprissa de se montrer trop menaçant.

Finalement, Thierry Henry avait opté pour la continuité dans la composition de son équipe. Les blessés Camacho, en défense centrale, et Okwonkwo, sur l’aile droite, étaient remplacés par Binks et Shome, même si le Canadien devait aussi davantage aider son entrejeu en perte de balle. Le onze de Saprissa était encore plus conforme à ses habitudes que celui de la semaine dernière, avec sur le terrain 10 des 11 éléments ayant le plus de temps de jeu cette saison, et chacun à sa place habituelle.

Tout a failli commencer de la meilleure des manières pour l’Impact, puisque sur une erreur défensive, Bojan a pu partir en contre sur la droite, a pris le dessus sur son défenseur mais pas sur Cruz, qui avait bien anticipé.

Cependant, la rencontre s’est quasiment jouée dans un seul camp. Saprissa n’a pas mis longtemps non plus à se créer sa première occasion. Le ballon, parti de la droite suite à une remise en touche mal négociée par l’Impact, a traversé le rectangle sans que deux duels consécutifs n’aient de vainqueur, arrivant finalement à Bolaños démarqué, mais dans les pieds duquel a surgi Diop, qui avait parfaitement suivi. Si le gardien a écarté le danger, son adversaire a néanmoins pu s’emparer du ballon sur la gauche du rectangle et centré au deuxième poteau où Angulo a tenté une volée d’un angle difficile qui a fini dans le filet latéral.

Cependant, ce danger fut une rare exception. Montréal était parfaitement organisé, et Saprissa se limitait à faire tourner patiemment le ballon sans parvenir à s’approcher du but de Diop. La principale source d’inquiétude fut de voir les visiteurs récupérer le ballon rapidement, trop rapidement.

Durant les 15-20 premières minutes, ils ont aussi réussi à envoyer quelques centres, qui n’ont pas forcément donné de danger, mais ont quand même été suivis de ballons traînant, sources potentielles de deuxièmes chances qui, heureusement pour l’Impact, ne sont jamais venues.

Saprissa a aussi tenté d’envoyer quelques ballons en profondeur, sans le moindre succès. À une demi-exception près, au quart d’heure, quand une de ces passes, destinée à Blanco, a été repoussée en direction de Bolaños dont le centre au deuxième poteau a trouvé la tête de Venegas, mais l’ancien pensionnaire du stade Saputo a placé sa reprise au-dessus.

Jusqu’à la toute fin de la première mi-temps, on assista alors à une domination stérile des costariciens, incapables de faire monter leur bloc à la hauteur souhaitée. Défensivement, il était très difficile de prendre Montréal en défaut, et quand ça se produisait, les joueurs offensifs de Saprissa étaient trop bas pour amener rapidement le danger.

Il faut dire qu’Henry a réorganisé les troupes en cours de première mi-temps. Le 5-2-3 en possession de balle, on l’a rarement vu tant Montréal a défendu, par contre le 5-3-2 (avec Shome se repliant) en perte de balle s’est plus souvent qu’à son tour métamorphosé en 5-4-1, à charge de Bojan ou Quioto (puis Jackson-Hamel après sa montée au jeu) de rester seul aux avant-postes.

On a encore pu apprécier la mobilité du Hondurien qui, à une minute du repos, s’est retrouvé sur le flanc droit où il a déboulé avant de glisser en retrait : Shome, oublié et en pleine course, a envoyé une puissante reprise en un temps que Cruz a repoussée d’un superbe arrêt.

Dès le retour des vestiaires, on comprit que les deux équipes étaient dans les mêmes dispositions qu’avant le repos. Avec un Saprissa peut-être un peu plus décidé, et un Montréal légèrement moins confiant, d’autant que Raitala avait dû céder sa place à Waterman. Cependant, on resta dans une domination stérile des visiteurs, longtemps limités à un tir de loin de Guzman, sorti en corner après avoir touché la tête de Fanni.

Malgré toute sa bonne volonté, Saprissa ne parvenait pas à imprimer de rythme. Il faut dire que son entrejeu était noyé. Montréal coupait les lignes et empêchait le ballon d’arriver trop haut. Les seuls moments où les Costariciens parvenaient à accélérer, c’est quand ils étaient déjà tellement entourés que le mur était infranchissable. Les angles de passe étaient fermés, particulièrement ceux vers Torres, principal chef d’orchestre du milieu de terrain visiteur.

Déjà dans la position de qualifié, Montréal ne pliait que légèrement, mais a failli faire rompre son adversaire à un peu plus d’un quart d’heure du terme. Un superbe ballon aérien de Shome a isolé Quioto à l’entrée du rectangle, mais Aguero a sorti une énorme intervention pour subtiliser le ballon au Hondurien et l’empêcher de partir seul face à Cruz.

Les dernières minutes ont quand même été stressantes… pour les deux équipes. Pour Montréal, qui espérait ne pas revivre le cauchemar de l’aller, et pour Saprissa, qui poussait sans même parvenir à être dangereux. Et ce n’est pas un très beau mouvement sur le flanc droit que Bolaños a ponctué d’un tir dans les nuages qui était de nature à rassurer les visiteurs.

Ils ont toutefois eu une double chance en or, à une minute du terme du temps réglementaire. Après un coup franc sur lequel l’Impact était incapable de se dégager, le ballon est arrivé à Torres à 25 mètres du but : il a envoyé un missile que Diop a repoussé de manière spectaculaire. Bolaños s’est jeté sur le deuxième ballon, a réussi à bien le reprendre mais son envoi a échoué un rien à côté.

C’en était tout. La résistance fut donc un succès, avec à la clef un nouveau quart de finale de Ligue des champions qui sera contre Olimpia (un très bon souvenir) ou Seattle (certes, c’est moins exotique). Au coup de sifflet final, le stade a laissé exploser sa joie, et les moins convaincus de tous ces spectateurs se disent aussi que, oui, un 0-0 peut procurer énormément de plaisir.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Montréal - DC United
Samedi 1 octobre, 19h30

Dernier match

New England - Montréal0-1
Samedi 17 septembre, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3264
  2. Philadelphie3264
  3. MONTRÉAL3259
  4. Austin3255
  5. New York3250
  6. Dallas3250
  7. New York City3249
  8. Nashville3247
  9. LA Galaxy3246
10. Cincinnati3246
11. Portland3246
12. Minnesota3245
13. Orlando3145
14. Salt Lake3243
15. Miami3142
16. Columbus3142
17. Seattle3240
18. Vancouver3240
19. Atlanta3240
20. Colorado3239
21. Charlotte3138
22. New England3238
23. Kansas City3237
24. Chicago3235
25. Toronto3234
26. Houston3233
27. San José3231
28. DC United3227
► Classements complets

En direct du forum

21/9 - New England - Montréal : l'Homme de la saison par penz

21/9 - Montréal - Chicago : l'Homme de la saison par Bxl Boy

20/9 - Montréal - New England : l'Homme de la saison par Wonnilon

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto16 
 Mihailovic
 Kamara
 Brault-Guillard
 Johnston
 Ibrahim
 Kone
 Torres
 Waterman
 Toye
 Choinière
 Miller
 Camacho
 Lappalainen
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 37 matches

1. Quioto
2. Lappalainen
3. Mihailovic
4. Wanyama
5. Camacho

► Détails

Quiz

Quel joueur a affronté Montréal en Ligue des champions avec Santos Laguna en 2009 et l'America Mexico en 2015 ?

  • Darwin Quintero
  • Oribe Peralta
  • Oswaldo Sanchez
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com