Défaite au goût amer

Impact Montréal - Toronto FC 1-2 – Match de championnat (phase classique) joué le 09/09/2020

 Impact de Montréal

MONTRÉAL : Diop, Brault-Guillard, Camacho, Binks, Raitala, Wanyama, Piette (90e Jackson-Hamel), Maciel, Taïder, Quioto, Lappalainen (80e Okwonkwo)

TORONTO : Westberg, Auro, Gonzalez, Mavinga, Morrow, Delgado, Laryea (68e DeLeon), Osorio, Piatti (80e Akinola), Pozuelo (90e Zavaleta), Altidore (90e Endoh)

ARBITRE : M. Gantar

LES BUTS : 32e Piatti (0-1), 53e Wanyama (1-1), 89e Altidore (1-2)


Bien que battu 1-2 par Toronto suite à un but encaissé de manière sotte dans les dernières minutes, Montréal a confirmé les dispositions montrées lors de ses dernières sorties face au même adversaire. La finale de la Coupe du Canada n’est pas hors de portée, mais il n’y aura aucun droit à l’erreur lors des deux rencontres à Vancouver.

Thierry Henry aurait-il trouvé son onze de base ? Toujours est-il qu’au moment de découvrir sa compo, presque tout le monde s’y attendait… C’était davantage à Toronto qu’il y avait des interrogations : entre un calendrier chargé, le déplacement récent à Vancouver, deux défaites de suite et la blessure de Bradley, Greg Vanney avait des raisons de brasser les cartes. Il a décidé d’aligner de concert ses polyvalents Auro, Morrow et Laryea, respectivement arrière droit, arrière gauche et médian gauche.

Si Montréal a entamé les débats de manière encourageante, la première occasion fut toutefois visiteuse : un tir à distance de Piatti qui a obligé Diop à le détourner, sans trop de difficulté, en corner.

Les bonnes intentions montréalaises se remarquaient notamment par le positionnement très haut de Brault-Guillard. Et il en profitait pour distiller des centres très dangereux. Le premier, en hauteur, est arrivé au deuxième poteau où Taïder avait échappé à Auro. Très bien placé, l’ancien Intériste a toutefois mal orienté son corps et trop croisé sa reprise de la tête (peut-être même de l’épaule).

Trois minutes plus tard, quasiment de la même position alors qu’il y avait beaucoup plus de monde dans le rectangle, l’arrière droit a envoyé un centre au sol qui est passé un rien devant Quioto et Taïder.

Ça a toutefois réveillé Toronto, qui dès lors a clairement pris l’initiative et s’est installé dans le camp de l’Impact. Une domination longtemps stérile même si sur un tir de loin d’Osorio ralenti et dévié par un contre, Diop a dû être très attentif pour détourner un ballon vicieux.

À la demi-heure toutefois, on sentait que l’étau se resserrait, un peu aussi parce que les Torontois jouaient de plus en plus haut. Dominateurs quasiment à chaque match, ils peinent à concrétiser cela au marquoir et se jettent parfois à corps perdu devant. Et ils peuvent en faire les frais par des distractions défensives, comme on l’a vu à Vancouver.

Cette fois, tout aurait pu arriver dans la même minute, mais finalement, c’est l’équipe de Greg Vanney qui a ouvert la marque. Pas sur ce centre de Piatti au deuxième poteau repris par Altidore d’une reprise piquée, croisée mais surtout molle dont Diop s’est emparé facilement. Et donc, les visiteurs n’ont pas encaissé, même s’ils ont eu chaud sur le contre, Westberg devant sortir à la limite de son rectangle.

Le gardien a immédiatement relancé de la main vers Laryea qui a sprinté sur un demi-terrain et pris tous ses adversaires de vitesse avant d’envoyer une passe (déviée) au deuxième poteau où Piatti a échappé à Maciel et propulser le ballon au fond des filets (0-1).

Dès lors, bien entendu, les échanges se sont équilibrés. Et Montréal, qui n’hésitait déjà pas à mettre le nez à la fenêtre quand il en avait la possibilité lorsque Toronto pressait, a évidemment eu une nouvelle occasion avant le repos. On a pu y admirer une montée de Binks plein axe jusqu’à 25 mètres du but adverse : il a servi un ballon chaud à Quioto. Parti à la limite du hors-jeu (contrairement à quelques minutes plus tôt, quand son but a été justement annulé), il était tenu de très près mais est parvenu à envoyer un tir obligeant Westberg à le détourner en corner de belle façon.

La physionomie des débats au retour des vestiaires fut semblable à celle du début de la rencontre : une entrée en lice encourageante de Montréal, mais un premier danger torontois. Servi à hauteur du point de penalty par Pozuelo, Altidore était toutefois tenu de tellement près par Raitala qui n’a jamais réussi à faire une bonne utilisation du ballon.

Et comme une heure plus tôt, Montréal a ensuite confirmé son bon départ en menaçant le but adverse. Mieux encore cette fois : il y a mis le ballon. Un coup franc de Quioto prolongé par Binks a en effet été repris victorieusement par Wanyama. Mais le juge de ligne avait levé son drapeau pour un hors-jeu très limite. En revoyant l’action au ralenti, il n’y avait aucun hors-jeu du Kenyan, mais bien de l’Anglais dont la tête dépassait. Enfin, sous toutes réserves car l’angle de vue permettait difficilement de prendre une décision claire et évidente. Toutefois, après utilisation de la VAR, l’arbitre est revenu sur la décision : 1-1 !

Cinq minutes plus tard (en fait, quelques secondes de jeu, tant la décision précédente a pris du temps), Diop a eu une intervention pas facile mais doublement décisive : en réduisant bien l’angle sur un tir de Laryea qui était parti sur le côté gauche, et en repoussant le ballon hors de portée d’Altidore en embuscade juste devant lui et qui, sans cela, n’aurait plus eu qu’à marquer.

Dans un premier temps toutefois, c’est bel et bien Montréal qui a été galvanisé par son égalisation. Quioto, encore une fois très mobile tout au long de la soirée, s’est joué de Gonzalez et, d’un angle très fermé, a envoyé un tir que Westberg a repoussé de manière tout sauf académique.

Mais à 20 minutes du terme, Toronto a retrouvé son rythme et ses intentions du milieu de la première mi-temps. Et ça a rapidement chauffé : Piatti a servi Delgado qui a remis le ballon en retrait vers Pozuelo dont la puissante reprise en en temps est passée juste au-dessus.

Malgré tout, Diop n’avait pas énormément de travail. Altidore le mettait mollement à contribution. En reprenant de la tête, sans puissance, un corner envoyé par Pozuelo au premier poteau. Puis en ratant une occasion en or massif d’un tir écrasé quand il s’est retrouvé isolé devant le gardien après une magnifique combinaison plein axe de ses partenaires.

Poussant, Toronto laissait donc encore des espaces. Et Montréal n’avait pas peur de s’y engouffrer quand il sentait que c’était approprié. Notamment lorsque Piette a accéléré profondément sur la droite, mais son service n’a pas trouvé Quioto.

On approchait des arrêts de jeu quand Camacho jouait un coup franc de manière précipitée et imprécise, droit dans les pieds de DeLeon qui a balancé le ballon devant vers Altidore, plus attentif que presque tout le monde dans les parages : il a filé face à Diop, qui n’avait pas une tâche facile, et a vu le ballon lui passer entre les jambes et finir dans son but (1-2).

Dans les arrêts de jeu, sans erreur adverse, Wanyama a envoyé un caviar à Jackson-Hamel, qui s’est retrouvé dans une position identique à celle de son homologue torontois quelques minutes auparavant, mais Westberg a remporté le face-à-face. Le juge de ligne, très long à la détente tout au long de la soirée, a ensuite levé son drapeau, mais le hors-jeu était tout sauf évident et rien ne dit que la décision n’aurait pas été renversée après un passage par la VAR.

C’est donc la tête basse que l’Impact a quitté le terrain au coup de sifflet final. Non pas en raison de sa prestation, mais bel et bien du résultat, et surtout de la manière dont il a été acquis… ou plutôt offert. Reconnaissons quand même que dans l’ensemble, Toronto reste plus fort. Et que la répartition des points, sur l’ensemble des trois affrontements (3 pour Montréal, 6 pour Toronto) est conforme à la réalité. Ce qui n’est pas si mal, vu que bien du monde craignait un bilan plus maigre.

L’important, d’ici quelques semaines, sera de confirmer les bonnes choses montrées ces derniers temps face à des concurrents directs, des équipes annoncées au même niveau ou un peu plus haut que l’IMFC. En jouant bien mais aussi en prenant les points, pour prouver que la hiérarchie est différente. Et bien entendu aussi, ne pas se laisser surprendre par des adversaires théoriquement plus faibles.

Parmi eux, Vancouver où, malgré les difficultés de l’équipe, le déplacement ne sera pas facile. D’autant que pour atteindre la finale de la Coupe du Canada, Montréal n’a désormais plus le choix : il doit s’imposer deux fois en Colombie-Britannique pour revenir à égalité de points avec Toronto, qui a disputé son dernier match de cette phase ce soir. Premier épisode de cette double mission, dimanche soir.

Calendrier

Prochain match

Olimpia - Montréal
Mardi 15 décembre, 20h00

Dernier match

New England - Montréal2-1
Vendredi 20 novembre, 18h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Philadelphie2347
  2. Toronto2344
  3. Columbus2341
  4. Orlando2341
  5. Kansas City2139
  6. New York City2339
  7. Portland2339
  8. Seattle2239
  9. Minnesota2134
10. Dallas2234
11. Los Angeles FC2232
12. New York2332
13. New England2332
14. Nashville2332
15. San José2330
16. Colorado1828
17. Vancouver2327
18. MONTRÉAL2326
19. Miami2324
20. Chicago2323
21. LA Galaxy2222
22. Atlanta2322
23. Salt Lake2222
24. DC United2321
25. Houston2321
26. Cincinnati2316
► Classements complets

En direct du forum

16h05 - Nouveau maillot, nouveau nom, nouveau logo ? par joe

8h00 - Ligue CONCACAF 2020 par Mr.Stats

3/12 - Olimpia - Montréal : mardi 15 décembre, 20h00 par Daniel

2/12 - Effectif 2021 par flying_dutchman

2/12 - Maillot 2021 par penz

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto10 
 Taïder
 Urruti
 Krkic
 Lappalainen
 Sejdic
 Wanyama
 Okwonkwo
 Tabla
 Camacho
 Piette
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 27 matches

1. Quioto
2. Krkic
3. Brault-Guillard
4. Diop
5. Piette

► Détails

Quiz

Quelle a été le premier adversaire de Montréal en phase finale de Coupe MLS ?

  • Houston
  • Kansas City
  • New England
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com