Qualification arrachée contre vents et marées

DC United - Impact Montréal 2-3 – Match de championnat (phase classique) joué le 08/11/2020

DC UNITED : Hamid, Canouse, Brillant, Pines, Moreno, Asad, Gressel, Nyeman (69e Arriola), Flores, (77e Reyna), Rivas (5e O. Kamara)

MONTRÉAL : Diop, Brault-Guillard, Fanni, Camacho, Corrales (82e Binks), Wanyama, Piette, Sejdic (71e Kizza), Bojan (90e Shome), Quioto (90e Maciel), Jackson-Hamel (71e Toye)

ARBITRE : M. Vazquez

AVERTISSEMENTS : Quioto, Sejdic

EXCLUSION : 90e Piette

LES BUTS : 9e Pines (1-0), 14e Bojan (1-1), 33e Kamara (2-1), 75e Wanyama (2-2), 88e Quioto (2-3)


Un début de match aux airs de tempête effrayante, un but encaissé rapidement, un penalty refusé, mené sans vraiment le mériter à la mi-temps, l’incapacité de se créer des occasions dans beaucoup de ses meilleurs moments : Montréal a bravé les éléments contre-favorables à DC United mais a finalement réussi à s’imposer 2-3. Une victoire qui n’a rien d’usurpée, tout comme la place en phase finale qu’elle permet de sceller.

Pour ce match couperet, Thierry Henry a misé sur l’expérience en défense centrale, y alignant Fanni et Camacho, alors que Binks prenait place sur le banc et que Raitala n’était même pas dans le noyau. L’autre grosse surprise du jour était la titularisation de Jackson-Hamel devant, soutenu par Bojan et Quioto.

La rencontre a commencé sur les chapeaux de roue : on jouait depuis 40 secondes à peine que Rivas recevait un ballon piqué, obligeant un Diop très attentif à sortir pour le devancer. Totalement concentrés sur le ballon, les deux joueurs se sont télescopés et sont longtemps restés au sol. Si le gardien s’est finalement relevé après de longues minutes de souffrance, l’attaquant, en forme ces dernières semaines, a dû être remplacé.

Dès que le jeu a repris, l’équipe locale a imposé un rythme endiablé. Durant les dix premières minutes, le nombre de Montréalais ayant touché le ballon dans le camp adverse se compte sur les doigts d’une main… si tant est qu’il y en ait eu un…

Et les filets de l’Impact ont rapidement tremblé… même si ce fut dans un premier temps une double bonne nouvelle. Un coup franc de DC United était repris de la tête : repoussé par Diop, le ballon était convoité par plusieurs joueurs locaux, tous premiers au rebond. Il n’y avait plus qu’à marquer, mais le but fut annulé pour hors-jeu. La seconde bonne nouvelle, c’était que le gardien avait pu se tester et se rassurer quant à ses capacités dans les situations difficiles.

Et il ne manquait pas de travail ! Quelques instants plus tard à peine, l’équipe locale créait beaucoup de mouvement plein axe devant le rectangle de l’Impact, se terminant par un tir d’Asad avec un bon effet se dirigeant vers le premier poteau, obligeant Diop à effectuer un très bel arrêt.

Le corner aboutit sur un autre corner pour DC United : cette fois, les hommes de la capitale américaine étaient récompensés de leurs efforts puisque Pines, au deuxième poteau, prenait le dessus sur tout le monde pour ouvrir la marque de la tête (1-0).

Ce but eut le don de brasser le cocotier du match. Et s’il a réveillé l’IMFC, il a aussi, de façon bien moins compréhensible, refroidi les ardeurs de Gressel et de ses partenaires. Dire que l’équipe s’est réveillée est une chose, mais pour se remettre sur les rails, il fallait rapidement le prouver.

Ce fut fait puisque le match avait à peine repris que Corrales effectuait un beau travail côté gauche avant de trouver Piette auteur autant d’une bonne course que d’un tir bien placé, qui est quasiment passé entre les jambes d’Hamid. Le gardien a pu toucher le ballon in extremis, l’empêchant de rentrer dans le but. Sejdic, Jackson-Hamel et Wanyama ont tour à tour eu leur chance au rebond, mais le premier s’est raté, le second a été contré et le troisième n’a pas cadré sa frappe.

Réagir tout de suite est une chose, le confirmer en est une autre. Ce fut là encore fait rapidement, et de la plus belle des manières. Quioto reçut un ballon sur la droite près du petit rectangle et arriva à se défaire de trois joueurs autour de lui afin de glisser le ballon au deuxième poteau où surgissait Bojan qui a égalisé (1-1).

Un but après lequel Montréal ne s’est pas dit qu’il pouvait souffler. Enfin très bien dans son match, il repartait à l’assaut. Un beau mouvement sur la gauche s’est fini par un centre de Corrales repris de la tête par Quioto : s’il n’était pas en mesure d’y mettre beaucoup de force, c’était néanmoins dangereux, forçant Hamid à détourner.

Obligé de gagner, DC United n’abdiquait évidemment pas et reprenait ses esprits alors que le match devenait de plus en plus équilibré. Lancé par Asad sur la droite, Gressel se retrouvait avec plusieurs options de passe ou de tir, mais il n’eut pas la latitude de choisir puisque Diop lui est très bien sorti dans les pieds. Visiblement, le gardien n’était pas trop handicapé par sa blessure, ce qui avait de quoi rassurer.

Les deux hommes se sont retrouvés quelques minutes plus tard. Cette fois, après avoir reçu une belle transversale de Moreno, Gressel avait en un contrôle réussi à se mettre en position de frappe et à ne plus avoir que le gardien visiteur face à lui. Mais il a raté son tir, qui a filé hors-cadre.

Les échanges étaient équilibrés mais l’équipe locale se créait les occasions et se montrait plus menaçante une fois installée dans le camp adverse. L’IMFC devait partir de loin. Il a dessiné un très bon contre : lancé par Piette, Jackson-Hamel a glissé le ballon à Bojan dont la passe subtile a trouvé Quioto. Si Canouse était face à lui, il s’est naïvement laissé berner, laissant un espace de tir au Hondurien, toutefois dans un équilibre difficile et avec peu d’angle pour placer le ballon. Il a fait de son mieux mais son envoi était trop croisé.

On était autour de la demi-heure, et cette rencontre était déjà très animée. À ce moment du match, Montréal pouvait légitimement y croire. Même si son adversaire avait été dangereux quelques fois au cours des minutes précédentes, il n’avait plus le dessus depuis longtemps. Et pourtant… C’est là que sur un corner, Kamara, au milieu d’une marée d’adversaires, a émergé de la tête pour faire 2-1.

La suite a quelque peu traduit les difficultés montréalaises lors de grands pans de ce match… et de bien d’autres rencontres : l’IMFC gardait bien le ballon, le faisait circuler promptement, mais était incapable de se créer des occasions. Tant et si bien que même en étant bien dans le match, il ne menaçait guère son adversaire.

Il fallut attendre les arrêts de jeu pour enfin revoir une occasion. Recevant un centre de la droite, Jackson-Hamel était tenu de près mais a quand même réussi à prendre le dessus pour mettre la tête et obliger Hamid à dévier. Gressel fut le premier au rebond mais, se battant bien, Jackson-Hamel lui a pris le ballon lors d’un duel serré à la fin duquel son adversaire a lancé la jambe vers l’arrière à plusieurs reprises, touchant l’attaquant montréalais sur l’une d’elles. L’arbitre ne l’a pas vu, et la chute était un peu théâtrale : de quoi ne pas rendre la faute suffisamment évidente pour la siffler après passage par la vidéo…

Jackson-Hamel pouvait se sentir floué d’autant que plus tôt dans la rencontre, il avait déjà été impliqué dans une action litigieuse au cœur du rectangle : si son adversaire avait parfaitement tendu la jambe pour écarter le ballon du pied sans commettre de faute, il avait dans le même temps écarté l’attaquant montréalais du bras…

Alors qu’en dehors du terrain, tous les supporters et observateurs montréalais dépensaient leur énergie à discuter du penalty, voire à invectiver l’arbitre, sur le terrain, les joueurs avaient déjà repris leurs esprits et s’étaient reconcentrés : alors que DC United s’était dégagé difficilement, le ballon était revenu à Corrales qui a centré pour Quioto dont la reprise de la tête a heurté la transversale.

Mené quelque peu injustement au repos, l’Impact a failli se retrouver devant un handicap encore plus difficile à surmonter juste après la reprise. Son inattention a permis de lancer Kamara entre Corrales et Camacho : les deux défenseurs ont réduit son espace de manœuvre, Diop son angle, mais Gressel était fin seul à droite. L’attaquant a pris la décision judicieuse de lui passer le ballon, mais a raté son geste et l’a envoyé sur Corrales. L’IMFC s’en tirait avec une grosse frayeur.

Une autre faute non sifflée sur Jackson-Hamel a aussi failli faire couler beaucoup d’encre. Car cela a permis à DC United de partir en contre. Sur la droite du rectangle, Gressel a tenté sa chance, Diop a repoussé mais le ballon est revenu à l’expéditeur qui a cherché Kamara en embuscade au deuxième poteau. Sa passe manquait de justesse et Fanni a repoussé le danger.

Après un début de mi-temps un peu plus difficile, l’Impact a repris du mieux. Mais, hormis un tir de loin tendu mais pas cadré de Quioto, le mieux qu’il parvenait à faire ressemblait à la fin de la première mi-temps. Et par moments, de plus en plus fréquents, il semblait chercher son second souffle.

DC United sous Ben Olsen, cette saison, c’était souvent du grand n’importe quoi pendant 90 minutes : une première heure avec une incapacité à créer quoi que ce soit, et une dernière demi-heure à se ruer en tentant tout et n’importe quoi. Cet après-midi, ce fut bien différent. Le changement d’entraîneur a entraîné un changement de discours… et les joueurs ne semblaient plus sortir des vestiaires avec des maux de tête mais bien avec des intentions offensives. Leur engagement en début de chaque mi-temps en témoigne.

Toutefois, ils ne sont pas parvenus à tenir sur la durée. On a vu que ça restait une équipe fragile, encore marquée par des craintes. Ouvrir le score avait refroidi leurs ardeurs en début de match. Et là, ils semblaient repus et leur désir d’accroître leur avance fut de courte durée. Chad Ashton a donc tenté de changer la donne, pas n’importe comment mais en envoyant dans la mêlée Arriola, un des joueurs les plus talentueux de l’équipe, de retour d’une longue blessure. Et il a rapidement montré ses qualités : à la réception d’un centre au deuxième poteau, il a voulu le reprendre de volée mais a eu la présence d’esprit de constater que le geste serait trop difficile. Il a réussi à contrôler le ballon comme il pouvait et à envoyer un tir, dévié par Camacho.

Cela dit, à ce stade de la rencontre, DC United menait et Montréal pouvait oublier la phase finale de la saison, d’autant que d’autres résultats ne lui étaient pas favorables. Il fallait au moins revenir à la marque, et espérer que ça s’arrange sur d’autres terrains, et idéalement gagner sans devoir regarder ailleurs.

La première étape fut franchie à un quart d’heure du terme, un corner de Quioto était repris d’une tête surpuissante (et encore, le superlatif est léger) de Wanyama qui est allée se loger dans la lucarne opposée. 2-2… et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, d’autres résultats ont commencé à devenir plus favorables. Un nul pouvait suffire, avec l’avantage que la double blessure de Rivas et Diop fut source de longs arrêts de jeu… permettant de connaître les autres résultats avant de finir soi-même. Mais bon, pour éviter toute mauvaise surprise source de stress, autant en marquer un troisième. D’autant qu’il en suffisait aussi d’un seul à l’adversaire pour s’imposer et chiper la place de l’Impact du bon côté de la ligne rouge.

Dans cette optique, l’égalisation était une bonne nouvelle supplémentaire, obligeant DC United à ouvrir le jeu pour aller chercher les trois points qui lui étaient indispensables. À cet instant, l’IMFC devait mener deux missions principales de concert : trouver le bon équilibre permettant de se créer des occasions sans en concéder, et ne pas tenter de cadenasser le match comme si le nul suffisait au risque de se faire surprendre. On doit le dire : il les a très bien menées.

Les réajustements tactiques de Thierry Henry ont permis de mettre à mal les flancs de DC United, notamment le gauche plutôt faible même si ce n’est pas de là qu’est tombé le but de la victoire. Mais bien quelques moments très chauds pour l’équipe locale, comme celui où Quioto a lancé Brault-Guillard dans le dos d’un défenseur. Le centre au premier poteau de l’ancien lyonnais était destiné à Toye, tellement entouré qu’il ne put pas être premier sur le ballon.

La plus grosse frayeur causée à l’Impact en fin de match fut lorsque le ballon circula rapidement devant son rectangle où, plein axe, Reyna le glissa sur sa gauche à Arriola qui tenta une reprise en un temps enroulée dangereuse mais au-dessus.

La libération survint à deux minutes de la fin du temps réglementaire. Lancé par Kizza sur la gauche, Toye centra pour Quioto, plus prompt que tous les défenseurs et dont la reprise en un temps permit au marquoir de passer à 2-3 ! De quoi exploser de joie sur ce but, notons-le, dont les trois derniers artificiers sont tous arrivés au club cette saison.

L’enthousiasme était énorme… et fut malheureusement excessif dans le chef de Piette qui, au début des arrêts de jeu, tenta d’aller chercher un ballon à mi-hauteur au nez et à la barbe d’Arriola. Dans un geste d’engagement démesuré, il mit les crampons en avant : il n’y avait visiblement pas de mauvaise intention, mais c’était dangereux, et sûrement effrayant pour son adversaire à peine de retour d’une grave blessure. L’arbitre l’a d’abord puni d’un carton jaune, mais l’a ensuite exclu après intervention de la VAR.

Même si marquer deux buts semblait hors de portée, DC United, en avantage numérique, a sportivement joué son rôle d’arbitre jusqu’au bout. Il s’est créé la dernière occasion de cette rencontre animée quand Diop sortit moyennement devant Brillant sur un centre de la droite difficile à négocier, avant de s’interposer avec davantage de solidité sur le tir de Moreno à qui avait abouti le ballon.

Cette victoire a été difficile à se dessiner et si DC United aurait pu revendiquer un point, insuffisant pour lui, on ne peut pas dire que Montréal a volé son succès. Face à un adversaire déterminé, il a eu des moments durs, à su les surmonter, se reconcentrer tant après de longs passages plus compliqués que sur les faits de match ne tournant pas à son avantage (pensons au penalty) et, malgré le peu d’occasions réelles créées lors de ses périodes de domination, a su être efficace pour trouver trois fois le fond des filets.

Avec cette victoire, il n’était plus nécessaire de se préoccuper des autres résultats pour savoir que la place en phase finale était dans la poche. C’est Miami, vainqueur de Cincinnati, qui l’y accompagnera. Les quatre éliminés sont Cincinnati, qui était déjà hors-course, DC United, Atlanta et Chicago. Lors du tour préliminaire, Montréal se déplacera à New England, qu’il affrontera donc pour une cinquième fois cette saison ! Puisse-t-il retrouver les sensations qui lui avaient permis de s’imposer contre cet adversaire au Stade olympique et oublier les errements qui l’avaient fait passer à côté des autres confrontations. Réponse le 20 novembre !

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

New England - Montréal2-1
Vendredi 20 novembre, 18h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Philadelphie2347
  2. Toronto2344
  3. Columbus2341
  4. Orlando2341
  5. Kansas City2139
  6. New York City2339
  7. Portland2339
  8. Seattle2239
  9. Minnesota2134
10. Dallas2234
11. Los Angeles FC2232
12. New York2332
13. New England2332
14. Nashville2332
15. San José2330
16. Colorado1828
17. Vancouver2327
18. MONTRÉAL2326
19. Miami2324
20. Chicago2323
21. LA Galaxy2222
22. Atlanta2322
23. Salt Lake2222
24. DC United2321
25. Houston2321
26. Cincinnati2316
► Classements complets

En direct du forum

17h14 - Blessures 2020 par imfc132

15h42 - Maillot 2021 par Kleinjj

15h06 - Effectif 2021 par costarg

29/11 - Equipe nationale féminine par penz

29/11 - Mercato 2021 par gbagrami

28/11 - New England - Montréal : vendredi 20 novembre, 18h30 par penz

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto10 
 Taïder
 Urruti
 Krkic
 Lappalainen
 Sejdic
 Wanyama
 Okwonkwo
 Tabla
 Camacho
 Piette
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 27 matches

1. Quioto
2. Krkic
3. Brault-Guillard
4. Diop
5. Piette

► Détails

Quiz

Quel fut le résultat du match retour de la finale de la Ligue des champions 2015, contre l'America Mexico ?

  • Nul 1-1
  • Défaite 1-3
  • Défaite 2-4
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com