Ça ne se résume pas à une fin douloureuse

Atlanta United - CF Montréal 1-0 – Match de championnat (phase classique) joué le 15/05/2021

 
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
ATLANTA : Guzan, Lennon, Robinson, Franco (46e Walkes), Bello, Hyndman, Sosa, Ibarra, Moreno, Lopez (78e Mulraney), Martinez

MONTRÉAL : Diop, Struna, Camacho, Miller, Choinière (78e Kizza), Wanyama, Piette, Lappalainen (70e Bassong), Miahilovic (78e Ibrahim), Quioto (70e Hurtado), Johnsen (65e Hamdi)

ARBITRE : M. Petrescu

AVERTISSEMENTS : Sosa, Camacho, Wanyama, Struna

LE BUT : 90e Moreno (1-0)


Une équipe de Montréal bien en place défensivement s’est inclinée par le plus petit écart à Atlanta, encaissant le seul but du match dans les tout derniers instants des arrêts de jeu alors que jusque-là, elle ne s’était pas laissé surprendre par la domination stéréotypée de l’équipe locale.

Pour ce déplacement en Géorgie, Wilfried Nancy avait confirmé Lappalainen sur l’aile gauche, titularisé Choinière sur la droite et réassocié Wanyama et Piette dans l’axe de l’entrejeu. Dans le camp local, l’attraction était… le public, puisque le stade pouvait accueillir 40 000 spectateurs pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Entre le désir de leur faire plaisir et de jouer enfin un match à la hauteur de leur potentiel, les hommes de Gabriel Heinze avaient à cœur de commencer en force, et ça s’est vu. On jouait depuis cinq minutes à peine que Lopez était à la réception d’un centre au deuxième poteau : positionné comme s’il allait le remettre à un partenaire, il a toutefois tenté de placer le ballon entre Diop et son premier poteau, obligeant le gardien à effectuer un bel arrêt.

Deux minutes plus tard, Bello prenait Choinière de vitesse avant de centrer pour Martinez dont la reprise de la tête a filé au-dessus. Il ne fallut attendre que 60 secondes pour voir Moreno se jouer de Piette dans l’axe avant de tenter sa chance mais d’envoyer lui aussi le ballon au-dessus.

La meilleure occasion de la première mi-temps fut pour l’équipe locale juste après le quart d’heure : alors que le flanc gauche montréalais était dépassé défensivement, Lennon était lancé sur l’aile et profitait du fait que la défense était mal prise pour trouver Moreno, fin seul, qui s’est toutefois enfargé dans le tapis au moment de reprendre le ballon.

Peu avant cela, Montréal s’était créé sa première occasion : un coup franc de Mihailovic qui partait bien mais fut dévié au-dessus par le mur. Même genre de phase, mais jouée de manière indirecte, et même acteur à la source pour la seule autre possibilité québécoise avant le repos : cette fois, la cible était la tête de Johnsen, qui avait bien échappé au marquage mais n’a pas pu reprendre le ballon comme il le souhaitait, Guzan pouvant dès lors s’en emparer facilement.

Il faut dire que l’orage de début de rencontre était passé et si Atlanta continuait d’avoir l’essentiel de la possession de balle, il faisait face à un adversaire bien organisé avec notamment une ligne arrière qui, en phase défensive, était composée de cinq hommes bouchant tous bien les angles.

En possession de balle, si Montréal n’avait pas l’air ridicule, il ne créait toutefois aucun danger. Mihailovic avait peu de terrain d’expression et manquait de soutien. Dès lors, Johnsen et Quioto décrochaient régulièrement pour lui prêter main forte et participer au jeu. Toutefois, ça manquait de monde pour mettre la défense d’Atlanta en péril. Pour compliquer encore les choses, les joueurs locaux n’hésitaient pas à commettre de nombreuses petites fautes qui empêchaient encore davantage Montréal de mettre du rythme dans certaines actions.

Visiblement, Wilfried Nancy avait aussi constaté que les joueurs offensifs étaient laissés à eux-mêmes et a donné des consignes au vestiaire pour y remédier. En deuxième mi-temps, ce fut différent, avec des apports intéressants, notamment des arrières centraux les plus excentrés (ce qu’un tel système peut permettre… mais il faut à la fois les joueurs pour et ne pas s’aventurer là-dedans prématurément car ça peut faire courir des risques énormes). On ne rejouait pas depuis deux minutes que Miller, déjà monté en ligne quelques instants plus tôt, nous gratifiait d’un bel effort individuel ponctué d’un tir qui léchait le dessus de la transversale.

Grosse frayeur quelques minutes plus tard cependant, quand un beau mouvement sur la droite d’Atlanta impliquant entre autres Martinez et Hyndman était conclu victorieusement par celui-ci, mais sa joie fut de courte durée puisque le juge de ligne avait levé son drapeau.

L’un des (rares) hommes en forme de son équipe en ce début de saison, Hyndman a ensuite envoyé un beau tir de loin, légèrement dévié et qui a fini sa course un rien à côté.

Malgré tout, le jeu d’Atlanta était souvent stéréotypé. Et le bouchage d’angles de la dernière ligne montréalaise se confirmait, ce qui constituait certainement une satisfaction particulière dans le chef de Lappalainen et de Choinière, encore novices à leur poste du jour. La déception, elle était plutôt dans les intentions tactiques d’Atlanta, qui se bornait à construire depuis la zone située à plus de 25 mètres du but de Diop au lieu de tenter de porter le ballon plus haut et de provoquer les défenseurs pour les sortir de ce qui devenait une zone de confort (le mérite leur en revient, bien entendu).

À côté de cela, Montréal montrait davantage le bout du nez dans le cours du jeu. Après Miller, ce fut au tour de Struna d’effectuer une montée qui, grâce à un une-deux, lui a permis de se retrouver très haut dans le rectangle et de centrer pour Johnsen. Le ballon était certes un peu haut mais l’attaquant n’a pas sauté suffisamment non plus : il a certes touché le cuir mais sa reprise n’a rien donné de bon.

Autre occasion montréalaise franche, un ballon qu’Hamdi semblait avoir perdu mais qu’il a récupéré grâce à sa combativité avant d’envoyer un tir d’un angle réduit obligeant Guzan à intervenir.

Atlanta a eu des possibilités de marquer en profitant de « moments » précis. Premier d’entre eux, un mélange entre fatigue et réorganisation due aux changements, source de deux minutes plus difficiles et d’autant d’occasions. La première fut une reconversion rapide permettant à Bello, lancé sur la gauche, de centrer pour la tête de Martinez dont le timing loin d’être parfait l’a empêché de réussir sa reprise. La seconde vint du même flanc, où Mulraney a débordé avant d’envoyer un centre dangereux en direction de Martinez, devancé par l’intervention in extremis de Miller pour concéder un corner.

La seconde fut un coup de pied arrêté, un coup franc source d’un énorme cafouillage, notamment dans le chef d’Ibarra et Robinson qui se sont complètement manqué. Disposant de très peu d’espace entre Struna et Diop, Martinez n’avait pas l’espace pour en profiter.

Il y eut enfin les arrêts de jeu et l’enthousiasme peut-être un peu débordant, qui a penché en faveur de l’équipe locale. Et pourtant, sur un contre montréalais, Ibrahim plein axe a choisi d’y aller seul, un des trois solutions s’offrant à lui puisqu’il avait un partenaire de chaque côté, a envoyé un tir contré, qui a ralenti le ballon à ce point que le jeune attaquant a pu sprinter vers Guzan qui est arrivé juste avant lui.

Le gardien a relancé immédiatement et dans le repli montréalais, l’équilibre entre excès d’enthousiasme et patience excessive n’a pas été trouvé : chacun a pensé à son intervention sur la reconversion défensive, alors que la reconversion offensive d’Atlanta fut collective. Et la remontée du ballon fut dès lors trop rapide… et cette fois, jusque haut sur le terrain (comme sur la plupart des meilleures occasions collectives d’Atlanta) d’où Mulraney a centré pour la tête de Moreno dont la reprise décroisée s’est logée dans le coin opposé du but (1-0).

En plus de la défaite concédée in extremis, ce match laisse un goût mi-figue mi-raisin, avec du bon et du moins bon. Première déception, le fait de ne pas avoir pu développer son jeu comme ce fut le cas lors des trois sorties précédentes, face à un adversaire qui avait certes les mêmes intentions mais est loin d’être au point. On se serait longtemps cru revenu au match à Nashville, lors des moments difficiles, sauf que le talent d’Atlanta ne compensait pas le manque de variété dans son jeu et son enthousiasme était bien inférieur à celui des joueurs du Tennessee.

Cela dit, l’équipe d’en face n’est pas la seule cause de la différence entre certaines tempêtes difficilement traversées lors de la deuxième journée de championnat et la plus grande sérénité d’aujourd’hui. Notamment la meilleure mise en place défensive, grâce entre autres à des automatismes plus au point, mais aussi à une performance presque sans faille des trois arrières centraux et des deux latéraux.

Malgré la domination adverse, on a aussi vu des évolutions qui serviront quand l’équipe parviendra à développer son jeu. On pense, entre autres, aux montées de Miller et de Struna. Mais aussi à quelques façons de s’organiser offensivement lors de la montée au jeu des remplaçants. On répète souvent que chaque match doit permettre de voir l’avancée vers l’objectif à long terme et ce déplacement à Atlanta, même s’il n’a pas suivi le scénario voulu, n’a pas échappé à la règle.

L’autre hic fut, en première mi-temps notamment, le manque de soutien pour Mihailovic, qui a vécu une soirée compliquée à la baguette. Là encore, ça faisait penser à de longs pans difficiles du match à Nashville. Ce qui est évidemment facile à dire parce que l’entraîneur, lui, doit effectuer les choix opportuns pour trouver le bon équilibre défensif/offensif quand il affronte un adversaire qui a de sérieux arguments malgré tout.

Le prochain, a priori, n’a pas les mêmes, puisque dans une semaine, Montréal recevra Cincinnati dans son domicile temporaire. L’équipe de l’Ohio a certes beaucoup dépensé pour enfin se classer en ordre utile, mais jusqu’à présent, la sauce ne prend pas. Au moins, ce dimanche, elle inaugure un stade flambant neuf. Un argument de plus pour jeter un œil sur le prochain adversaire de Montréal…

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Miami - Montréal
Samedi 31 juillet, 20h00

Dernier match

New England - Montréal2-1
Dimanche 25 juillet, 18h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. New England1633
  2. Seattle1632
  3. Kansas City1530
  4. Nashville1526
  5. LA Galaxy1525
  6. Orlando1525
  7. Colorado1424
  8. Philadelphie1624
  9. Columbus1524
10. New York City1423
11. Los Angeles FC1522
12. MONTRÉAL1522
13. Minnesota1421
14. DC United1520
15. Salt Lake1420
16. Portland1419
17. New York1418
18. Houston1517
19. Dallas1514
20. San José1514
21. Vancouver1514
22. Atlanta1514
23. Toronto1513
24. Cincinnati1413
25. Austin1413
26. Chicago1512
27. Miami139
► Classements complets

En direct du forum

22h15 - New England - Montréal : l'homme de la saison par Kleinjj

21h14 - Montréal - Cincinnati : l'Homme de la saison par Bxl Boy

21h04 - Equipe nationale féminine par Bxl Boy

20h52 - New England - Montréal : dimanche 25 juillet, 18h00 par Bxl Boy

22/7 - New York City - Montréal : mercredi 21 juillet, 19h30 par Y

22/7 - Montréal - Cincinnati : samedi 17 juillet, 19h30 par imfc132

22/7 - New York City - Montréal : l'homme de la saison par Frankinho

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Toye
 Mihailovic
 Quioto
 Johnsen
 Hamdi
 Wanyama
 Brault-Guillard
 Struna
 Choinière
 Torres
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 13 matches

1. Camacho
2. Wanyama
3. Mihailovic
4. Miller
5. Quioto

► Détails

Quiz

Le premier match de l’histoire du club au centre Claude Robillard fut...

  • un match nul 1-1 contre Vancouver
  • une victoire 4-2 contre Tampa Bay
  • une défaite 0-1 contre Toronto
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com