Une seule équipe sur le terrain

CF Montréal - Orlando City SC 4-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 07/05/2022

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Breza, Waterman, Camacho, Miller, Johnston (75e Brault-Guillard), Piette, Choinière (72e Hamdi), Lappalainen, Torres (86e Kwizera), Mihailovic (86e Miljevic), Quioto (75e Kamara)

ORLANDO : Gallese, Ruan, Schlegel, Williams, Moutinho (86e Smith), Araujo, Mendez (57e Urso), Torres, Pereyra (75e Perea), Michel (57e Mulraney), Pato (57e Kara)

ARBITRE : M. Gonzales

AVERTISSEMENTS : Waterman, Mihailovic, Quioto, Kara, Piette, Williams

LES BUTS : 21e Waterman (1-0), 52e Mihailovic (2-0), 72e Moutinho (2-1), 81e Torres (3-1), 84e Brault-Guillard (4-1)


Montréal s’en est donné à cœur-joie contre un Orlando aux abonnés absents : dominant d’un bout à l’autre de la rencontre, il s’est imposé 4-1, une large victoire méritée que le suspense faussement relancé à 20 minutes du terme n’a jamais remise en doute.

Si Torres était la réponse à la question habituelle de savoir qui serait aux côtés de Mihailovic en soutien de l’homme de pointe, ce sont surtout les noms des remplaçants de Wanyama et Koné, suspendus, qui étaient attendus. Sans surprise, Piette, apte au service, relayait le premier. À ses côtés, on retrouvait Choinière, que l’on n’attendait pas dans ce rôle mais dont le retour a de quoi réjouir.

Si cette fois, Montréal n’a pas marqué lors des toutes premières minutes, équilibrées, les échanges n’ont pas tardé à pencher en faveur de l’équipe locale. Et ça s’est manifesté pour la première fois lorsque Johnston, sur la droite, est arrivé à empêcher un long ballon de sortir et à centrer pour la tête de Quioto, au-dessus.

À peine 120 secondes plus tard, même camp, autre flanc, avec une tentative de passe vers Lappalainen entre deux défenseurs : l’intervention ratée de l’un d’entre eux a permis de lancer le Finlandais vers Gallese qui a repoussé sa tentative.

Si ces deux occasions furent les plus franches du premier quart d’heure, les défenseurs visiteurs durent effectuer quelques interventions in extremis, notamment devant Mihailovic, pour prévenir des occasions en or. Cela dit, l’arrière-garde d’Orlando multipliait les approximations, les mauvais placements et les relances hasardeuses, permettant à Torres et consorts de s’en donner à cœur-joie.

Cadeau ultime : offrir sur un plateau un but à un joueur… en position hors-jeu. C’est ce dont Waterman profita sans hésiter, seul au cœur du petit rectangle, pour ouvrir la marque à la suite d’un corner confus. Un but bel et bien valable, puisque c’est un adversaire qui lui avait donné le ballon (1-0).

Mené à la marque, Orlando a dû prendre un peu plus d’initiatives : certes, le ballon a s’est dans l’ensemble rapproché davantage de Breza, mais le portier était toujours aussi peu sollicité. Montréal, lui, a eu de belles occasions de doubler son avance.

D’abord sur un contre voyant Quioto débouler à toute vitesse sur la droite avant d’envoyer une longue passe à Lappalainen qui, d’un superbe contrôle, a mis son vis-à-vis dans le vent… avant de trop croiser un tir qui semblait pourtant beaucoup plus facile.

La dernière occasion de la première mi-temps revint à Mihailovic, à la course avec un adversaire très haut sur la droite du rectangle après une passe bien distillée par Torres : il a gagné son duel, s’est jeté pour être le premier à toucher le ballon et envoyer un tir arrêté par Gallese qui avait parfaitement anticipé.

Habitué aux débuts de deuxième mi-temps en trombe et spectaculaires, Orlando était toujours aux abonnés absents au retour des vestiaires. Une énième passe pourtant facile complètement ratée a permis à Montréal de partir en contre : Torres servit Johnston sur la droite d’où il trouva Mihailovic qui avait parfaitement surgi au deuxième poteau (2-0).

Orlando effectua un triple changement pour tenter de renverser la vapeur, mais rien n’y fit. À la conclusion d’une action qu’il avait lui-même amorcée d’un superbe geste technique, Choinière tenta sa chance de l’entrée du rectangle : légèrement dévié, son tir termina peu à côté.

Les visiteurs avaient surtout revu leurs armes offensives… sauf qu’elles avaient peu l’occasion de s’exprimer. Parce que le ballon arrivait rarement dans leurs parages, et quand il y était, le jeu défensif montréalais leur laissait tellement peu de latitude qu’ils n’arrivaient pas à ne serait-ce qu’effectuer une passe en zone dangereuse.

Et leurs joueurs dans l’autre moitié de terrain n’aidaient pas leur cause. Une nouvelle relance approximative a failli profiter à Quioto qui, sur la gauche, a envoyé un tir d’un angle quelque peu fermé que Gallese a repoussé.

Puis à un peu moins de vingt minutes du terme, ce qu’on n’attendait pas s’est produit : Orlando s’est créé sa première occasion. Sa seule du match… Et a marqué ! Pereyra envoyait un corner au premier poteau où a surgi Moutinho, devançant Breza sorti on ne sait pas trop où, et envoyant facilement le ballon au fond des filets de la tête (2-1).

Le match aurait pu être relancé. Mais le (semblant de) suspense fut bref. Une belle action construite sur la droite permit à Brault-Guillard de trouver Torres, plein axe à l’entrée du petit rectangle. Dos au but et avec un adversaire collé aux basques, il pivota pour envoyer une frappe qui clouait Gallese sur place : 3-1, et une joie énorme pour l’Argentin dont l’énorme envie n’était pas passée inaperçue depuis le coup d’envoi.

Et la fête se poursuivait ! Trois minutes plus tard, Brault-Guillard, sur la droite du rectangle, n’avait cette fois aucun partenaire à qui offrir un but. Il le marqua dès lors lui-même d’un superbe tir logé tout juste derrière le poteau opposé (4-1).

La marque aurait encore pu être plus lourde, notamment après une tentative de petit ballon placé par Kamara, qui a fini un rien à côté, et d’un tir des 20 mètres du Sierra Leone, au-dessus après avoir été légèrement dévié.

Le résultat ne reflétait pas tout à fait la physionomie des débats… en raison du but des visiteurs, qui n’ont rien créé. Mais la large victoire montréalaise est, elle, bel et bien conforme à ce qu’on a vu sur le terrain cet après-midi.

De quoi porter à sept la série de rencontres sans défaite de l’équipe en championnat, un record depuis qu’elle est en MLS et une première depuis 2009. Pour arriver à 8, il faut remonter à 2007 (merci aux gens qui le lisent ici de citer leur source)… total qui pourrait être égalé lors du prochain match, en déplacement à Charlotte.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Non communiqué

Dernier match

Montréal - New York City1-3
Dimanche 23 octobre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC3467
  2. Philadelphie3467
  3. MONTRÉAL3465
  4. Austin3456
  5. New York City3455
  6. New York3453
  7. Dallas3453
  8. LA Galaxy3450
  9. Nashville3450
10. Cincinnati3449
11. Minnesota3448
12. Miami3448
13. Orlando3448
14. Salt Lake3447
15. Portland3446
16. Columbus3446
17. Vancouver3443
18. Colorado3443
19. Charlotte3442
20. New England3442
21. Seattle3441
22. Kansas City3440
23. Atlanta3440
24. Chicago3439
25. Houston3436
26. San José3435
27. Toronto3434
28. DC United3427
► Classements complets

En direct du forum

28/11 - Sélection du Canada par fafane

27/11 - Qui reste, qui part ? par onze

23/11 - Belgique - Canada par onze

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto16 
 Mihailovic12 
 Kamara
 Kone
 Brault-Guillard
 Johnston
 Lappalainen
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Toye
 Miller
 Choinière
 Camacho
 Miljevic
 Wanyama
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 42 matches

1. Quioto
2. Piette
3. Kamara
4. Lappalainen
5. Mihailovic

► Détails

Quiz

Pendant combien de saisons Kevin Gilmore a-t-il occupé la présidence du club ?

  • Un peu moins de 2
  • Un peu moins de 3
  • Un peu moins de 4
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com