À onze contre dix, vraiment ?

CF Montréal - Austin FC 0-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 18/06/2022

 CF Montréal
Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
MONTRÉAL : Breza, Corbo, Camacho, Waterman, Brault-Guillard (72e Johnston), Wanyama, Piette (46e Koné), Choinière (77e Kwizera), Torres (72e Quioto), Miljevic (72e Hamdi), Kamara

AUSTIN : Stuver, Jimenez (88e Lima), Cascante, Gabrielsen, Gallagher, Pereira, Ring, Fagundez (74e Felipe), Driussi, Wolff (81e Finlay), Urruti (74e Djitté)

ARBITRE : M. Gonzales

AVERTISSEMENTS : Urruti, Cascante, Gallagher

EXCLUSION : 45e Pereira (2j.)

LE BUT : 67e Urruti (0-1)


Réduit à dix juste avant la pause, Austin a remporté 0-1 un match que l’on attendait plus spectaculaire entre deux attaques généralement prolifiques cette saison. Auteur du seul but de la rencontre, Urruti a joué un bien vilain tour à ses anciennes couleurs, trop rarement menaçantes et incapables de réagir adéquatement à l’ouverture du score.

Grosse rotation d’effectif de la part de Wilfried Nancy, qui avait laissé au repos presque tous ses internationaux. Ainsi, Kamara était titularisé au lieu de Quioto, Brault-Guillard relayait Johnston, Choinière occupait le flanc gauche en lieu et place de Lappalainen malade de la Covid et Corbo évoluait en défense centrale où on ne retrouvait pas Miller. Seule exception, Piette était sur le terrain au coup d’envoi aux côtés de Wanyama.

Bien que dénué d’occasion réelle, le début de rencontre était intéressant à regarder. On constatait une très belle circulation de balle dans les rangs d’Austin, d’autant plus appréciable que l’équipe n’en est qu’à sa deuxième année d’existence. Cela dit, Montréal laissait rarement son adversaire s’approcher à moins de 20 mètres du but, et c’est même dans le rectangle adverse qu’on a vu quelques situations plus chaudes, sans réel danger toutefois.

Il a fallu attendre 20 minutes pour assister à la première possibilité de but, fruit d’un dégagement défensif approximatif de Corbo suivi d’un contrôle raté de Waterman droit dans les pieds d’Urruti qui a glissé le ballon au deuxième poteau vers Driussi dont la reprise était un rien trop croisée.

Les offrandes adverses semblaient nécessaires pour croire au but dans cette première mi-temps, puisque Montréal a réellement espéré après deux gestes ratés de Stuver. Le premier, un mauvais dégagement alors qu’il était à l’écart de son but, fut mal exploité ; mais quand le ballon lui revint, le gardien tira droit sur Kamara, sans conséquence fâcheuse pour lui hormis une bonne frayeur.

Épisode suivant du feuilleton Cadeauccasion après un centre de Brault-Guillard que Jimenez croyait dégager, sans danger, en corner, sauf que le ballon heurta Cascante de plein fouet et ne passa pas loin du but ! Le coup de coin arriva devant les pieds de Kamara au cœur du petit rectangle et Stuver fut tout heureux de voir le ballon lui arriver entre les mains alors que Choinière était à l’affût.

Les échanges sont restés équilibrés jusqu’à la pause juste avant laquelle un évènement qui aurait pu être anodin changea la donne. Alors que Montréal entamait une reconversion offensive à 20-25 mètres de son but, Pereira barra le chemin de Choinière. Rien de méchant, presque plus maladroit qu’avec une volonté de nuire, toujours est-il qu’il y avait faute. Le genre de faute, car elle casse un contre, qui peut valoir un carton jaune. L’arbitre se montre toutefois souvent clément quand le coupable a déjà été averti et que son geste n’a rien d’agressif… Pas M. Gonzales, qui excluait donc Pereira. Objectivement, il n’y a pas matière à scandale mais on peut légitimement comprendre le courroux des hommes en vert.

Au retour des vestiaires en infériorité numérique, Austin a laissé l’initiative à Montréal, qui avait l’intention de la prendre, avec Koné sur le terrain à la place de Piette. Quand les visiteurs restaient en bloc et empêchaient le ballon d’être trop près de leur but, ils géraient bien la situation. Mais quand soit ils reculaient trop soit laissaient des espaces, ça se compliquait pour eux.

Dans un premier temps, c’est l’arrière gauche Gallagher qui a particulièrement souffert. Son flanc était pour le moins exposé. D’abord quand Torres réalisa un bel effort sur la droite avant de donner en retrait à Miljevic, plein axe, dont le tir d’une vingtaine de mètres fila loin du cadre.

Une minute plus tard, Brault-Guillard mystifia l’arrière gauche adverse d’un beau geste technique avant de partir tout seul sur son flanc et de centrer au deuxième poteau : un défenseur était certes sur la trajectoire du ballon, mais il loupa complètement son intervention et le ballon arriva à Kamara, qui a rarement raté une occasion aussi nette.

On a aussi tremblé de l’autre côté. Et plus précisément, c’est le poteau qui a tremblé, heurté de plein fouet par un tir tendu de Fagundez qui, légèrement décalé sur la droite, avait pris Choinière de vitesse après avoir été lancé par Driussi.

On venait de dépasser le milieu de la deuxième mi-temps et Montréal reçut une flèche en plein cœur. Gallagher, à la peine défensivement était bien plus inspiré à la construction quand il envoya un ballon vers Urruti, poursuivi par deux défenseurs. On ne sait pas s’ils auraient réussi à lui passer devant, mais ils ne voulurent pas gêner la sortie de Breza, toutefois devancé par l’Argentin qui ouvrit la marque (0-1).

Un coup sur la tête des Montréalais, qui ont bien failli en prendre un autre quatre minutes plus tard quand Breza sur sa ligne fut toute heureux de dévier une tête piquée de Driussi qui reprenait un centre de la droite de Fagundez.

Et l’équipe locale mit du temps à se remettre dans le sens de la marche, les nombreux changements et la réorganisation tactique de Wilfried Nancy n’y changeant rien. Il fallut attendre d’arriver à moins de cinq minutes de la fin du temps règlementaire pour voir Stuver trembler. Un centre de la gauche fut suivi d’un énorme cafouillage dans le rectangle visiteur : en bout de ligne, c’est Quioto qui a tenté de prolonger le ballon vers le but, mais ça manquait de puissance et le gardien put dévier le ballon in extremis alors que tout le stade le voyait déjà au fond des filets.

Ce n’était pas le seul centre a priori menaçant, mais les autres furent tous ratés d’une façon ou d’une autre par une attaque montréalaise qui ne nous avait pas habitués à ça cette saison.

L’arbitre pouvait siffler la fin d’un match qu’on ne s’attendait pas à voir se boucler avec un seul but. À dix, Austin a prouvé qu’il savait gérer une infériorité numérique. Montréal a tout simplement raté sa deuxième mi-temps, étant à la fois à court d’idées et d’efficacité offensives malgré son avantage d’un homme sur le terrain.

La possibilité de rédemption ne tardera pas, avec la demi-finale de Coupe dès mercredi à Toronto ! Celle à domicile est pour bientôt aussi, avec la visite la semaine prochaine de Charlotte, une autre équipe jeune dont il convient de se méfier.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Houston - Montréal
Samedi 13 août, 21h00

Dernier match

Montréal - Miami2-2
Samedi 6 août, 19h30

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. Los Angeles FC2351
  2. Austin2445
  3. Philadelphie2445
  4. New York City2342
  5. MONTRÉAL2440
  6. New York2437
  7. Dallas2536
  8. Minnesota2435
  9. Salt Lake2434
10. Nashville2533
11. Columbus2333
12. Portland2533
13. Seattle2432
14. Cincinnati2432
15. LA Galaxy2330
16. Colorado2330
17. Miami2430
18. Vancouver2430
19. Orlando2430
20. Chicago2430
21. New England2330
22. Charlotte2429
23. Atlanta2328
24. Toronto2426
25. Houston2425
26. San José2424
27. Kansas City2523
28. DC United2322
► Classements complets

En direct du forum

17h39 - Houston - Montréal : samedi 13 août, 21h00 par Kleinjj

11/8 - Columbus - Montréal : l'Homme de la saison par Bxl Boy

8/8 - Montréal - Miami : l'Homme de la saison par Wonnilon

6/8 - Montréal - Miami : samedi 6 août, 19h30 par Bxl Boy

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Recherche

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto12 
 Mihailovic
 Kamara
 Torres
 Waterman
 Ibrahim
 Kone
 Brault-Guillard
 Camacho
 Choinière
 Toye
 Lappalainen
 Miller
 Johnston
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 29 matches

1. Quioto
2. Lappalainen
3. Mihailovic
4. Camacho
5. Wanyama

► Détails

Quiz

Quelle fut la raison officielle du divorce entre Montréal et son entraîneur Jesse Marsch fin 2012 ?

  • Des résultats moins bons que ceux exigés publiquement par les dirigeants en début de saison
  • Une divergence de philosophie entre le coach et ses patrons
  • Une proposition d'un autre club tellement énorme que l'entraîneur ne pouvait pas la refuser
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com