Un point bienvenu et logique

Philadelphia Union - CF Montréal 1-1 – Match de championnat (phase classique) joué le 21/08/2021

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email
PHILADELPHIE : Blake, Mbaizo (81e Sullivan), Glesnes, Elliott, Wagner, Martinez, Flach (65e McGlynn), Monteiro, Gazdag (65e Przybylko), Santos, Burke (57e Bedoya)

MONTRÉAL : Breza, Struna (87e Kizza), Miller, Waterman, Brault-Guillard, Wanyama (77e Maciel), Piette, Choinière (69e Bassong), Torres (77e Hamdi), Mihailovic, Johnsen (77e Ibrahim)

ARBITRE : M. Penso

AVERTISSEMENTS : Mbaizo, Monteiro, Choinière, Miller, Breza, Kizza

LES BUTS : 45e Mihailovic (0-1), 87e Sullivan (1-1)


Après un bon début de match, Montréal était heureux de rentrer au vestiaire avec un but d’avance, inscrit contre le cours du jeu par Mihailovic. Malgré une défense bien en place qui a résisté et limité les occasions adverses, il n’a toutefois pas pu empêcher l’égalisation en fin de match et revient de Philadelphie avec un nul 1-1.

Pantemis de retour mais Breza confirmé dans le but, Waterman relayant Camacho suspendu aux côtés de Miller et Struna, Maciel remplacé par Piette dans l’axe de l’entrejeu et Johnsen recevant sa chance en pointe : tels étaient les choix majeurs de Wilfried Nancy au moment d’annoncer sa compo. Dans le camp d’en face, le buteur-maison Przybylko commençait sur le banc, tout comme Bedoya.

Comme souvent, Philadelphie entrait mal dans son match. Montréal répondait présent dès le coup d’envoi : les visiteurs provoquaient leurs adversaires (qui écopaient de deux cartons jaunes en six minutes), obtenaient des fautes, jouaient dans le camp adverse, mais ne parvenaient malheureusement pas à exploiter ni cette possession ni les phases arrêtées.

Il fallut attendre plus d’un quart d’heure pour assister à la première occasion : un contre de Philadelphie à l’issue duquel Santos, sur la gauche du rectangle, a tenté de trouver Burke très bien placé, mais la trajectoire de la passe fut parfaitement coupée par Miller.

Et il fallut quasiment un autre quart d’heure pour voir à nouveau du danger devant un but ! Entre temps, les Américains n’avaient plus besoin de récupérer le ballon et de tenter de se reconvertir rapidement - une de leurs faiblesses, Aaronson leur manque beaucoup dans cet exercice - pour porter le danger, car ils avaient pris le contrôle des opérations.

La menace devint sérieuse quand, après avoir mis Piette dans le vent d’un geste basique, Santos a envoyé un tir trop croisé. À peine une minute plus tard, un mouvement proprement construit plein axe permit à Gazdag de servir Burke qui, après s’être retourné, tira au-dessus.

Deux occasions en deux minutes, ce fut encore le cas lors du moment chaud suivant, chaque fois sur corner. Le premier, donné au premier poteau, fut dévié du talon par Glesnes et partit dans les airs, un peu trop haut pour la tête de Santos et trop loin du cadre. Le second, joué à la rémoise, vit Wagner rentrer dans le jeu et glisser le ballon vers Gazdag dont la reprise en un temps fila au-dessus.

Alors qu’on pensait que Montréal attendait le repos avec impatience, il profita d’une dernière occasion pour lancer Torres sur la droite : il pouvait filer au but mais a décidé de freiner, laissant les défenseurs revenir, avant de bien prendre le temps d’ajuster un centre dont la trajectoire a été très mal lue par les joueurs adversaires, au contraire de Mihalovic, qui les surprit, devança Blake et prolongea le ballon dans le but (0-1).

Le retour des vestiaires fut une copie à l’inverse du début de la première mi-temps : cherchant à égaliser, Philadelphie s’est installé dans le camp montréalais sans toutefois mettre le gardien à contribution.

Après un tir de Brault-Guillard sans réel danger pour Blake, Montréal s’est créé la première occasion réelle de la mi-temps : un corner de Mihailovic était prolongé de la tête par Struna, trop croisée pour finir dans le but de Blake, qui semblait battu, et un rien trop devant Waterman qui s’était démarqué et surgissait bien au deuxième poteau.

Philadelphie a réagi rapidement : un centre de la gauche de Wagner trouvait la tête de Santos, qui n’a toutefois pas suffisamment redressé la course du ballon. C’était toutefois pour le moins léger. Philadelphie posait bien son jeu mais ne proposait pas assez de solutions pour mettre en péril une équipe montréalaise bien en place défensivement.

Oui, il y avait de belles actions. Oui, il semblait parfois y avoir péril en la demeure. Mais chaque fois que Philadelphie semblait être en mesure de faire la différence, un Montréalais venait entraver ses plans ou le dernier geste faisait défaut, si ce n’était pas déjà la dernière passe. Exemple parmi tant d’autres, cette action chaude dans le rectangle ponctuée par un tir de Montero droit sur le talon de Piette : le ballon partit dans les airs, loin de tout joueur de l’Union, ce dont profita Breza pour aller s’en emparer.

Beaucoup de remplacements de part et d’autre, des joueurs d’expérience et des jeunes du cru pour Philadelphie. Pendant longtemps, ça ne semblait pas payer. Le scénario du match ne changeait pas mais si Montréal semblait tenir, il reculait toutefois de plus en plus. Et Philadelphie posait son jeu de plus en plus haut.

Le réel danger était là : laissait l’adversaire masser du monde et manœuvrer à hauteur du grand rectangle. Surtout si, en plus, le bloc redescendait trop bas et laissait de l’espace pour tirer de loin. C’est exactement ce qu’il s’est produit à 3 minutes de la fin du temps réglementaire. Après un centre de la gauche, au cœur du rectangle, Elliott ne vit aucune solution devant ou à côté de lui, mais bien Sullivan esseulé plein axe hors du rectangle : la passe était précise, le tir puissant, Breza battu (1-1).

Malgré la volonté de Philadelphie de donner un dernier coup de reins pour s’emparer des trois points, et les gains de temps de Montréal qui jouait quand même crânement sa chance quand il approchait du but de Blake, aucun des deux gardiens n’a encore tremblé avant le coup de sifflet final.

Avant la rencontre, Montréal aurait signé des deux mains pour prendre un point, et le résultat n’a, sur l’ensemble des 90 minutes, rien de scandaleux. Après la période difficile, l’équipe reste désormais sur une victoire à domicile et deux partages en déplacement avant de recevoir Toronto, le 27 août, dans un duel qui va espérons-le apporter beaucoup de couleur au stade Saputo.

Commenter
  • Whatsapp
  • Print
  • Email

Calendrier

Prochain match

Orlando - Montréal
Dimanche 27 février, 13h00

Dernier match

Montréal - Toronto1-0
Dimanche 21 novembre, 13h00

► Calendrier complet

Classement MLS

JPts
  1. New England3473
  2. Colorado3461
  3. Seattle3460
  4. Kansas City3458
  5. Portland3455
  6. Philadelphie3454
  7. Nashville3454
  8. New York City3451
  9. Orlando3451
10. Atlanta3451
11. Minnesota3449
12. Vancouver3449
13. Salt Lake3448
14. LA Galaxy3448
15. New York3448
16. DC United3447
17. Columbus3447
18. MONTRÉAL3446
19. Los Angeles FC3445
20. Miami3441
21. San José3441
22. Chicago3434
23. Dallas3433
24. Austin3431
25. Houston3430
26. Toronto3428
27. Cincinnati3420
► Classements complets

En direct du forum

17h56 - Bilans de saison par Campoozmstnz

28/11 - Toronto - Montréal : l'Homme de la saison par gbagrami

26/11 - Gabriele Corbo par Citlec

23/11 - Calendrier 2022 par Kleinjj

► Aller sur le forum

Sur Twitter

Écoutez Coup Franc

Buteurs

 Quioto
 Toye
 Torres
 Mihailovic
 Ibrahim
 Camacho
 Tabla
 Miljevic
 Hamdi
 Choinière
 Johnsen
 Brault-Guillard
 Wanyama
 Struna
 Piette
 Lappalainen
 Miller
► Toutes les stats

L'homme de la saison

Après 36 matches

1. Camacho
2. Mihailovic
3. Choinière
4. Wanyama
5. Torres

► Détails

Quiz

À quel stade de la Ligue des champions Montréal a-t-il été éliminé en 2013-2014 ?

  • Premier tour
  • Quart de finale
  • Demi-finale
► Testez vos connaissances

Jouez avec nous

► Rejoignez la ligue ImpactSoccer.com